Attentat du 6 mars 2020 à Kaboul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Attentat du 6 mars 2020 à Kaboul

Localisation Kaboul, Afghanistan
Cible Civils
Date
Armes armes automatiques, grenades et lance-roquettes
Morts 32 - ou 70
Blessés 81
Participants 2
Organisations État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste

L'attentat du 6 mars 2020 à Kaboul est un attentat survenu le à Kaboul, en Afghanistan, visant un rassemblement politique. L'attentat fait 32 ou 70 morts et 81 blessés.[1],[2],[3],[4],[5],[6]

Contexte[modifier | modifier le code]

L'attentat survient alors qu'un accord entre les États-Unis et les talibans avait été signé le 29 février afin de permettre à l'armée américaine de se retirer de la guerre d'Afghanistan dans les 14 mois en échange de garanties sécuritaires des talibans.

En 2019, un attentat avait visé ce même rassemblement et avait provoqué la mort de 11 personnes.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Deux terroristes ont ouvert le feu sur des civils participants à une cérémonie commémorant la mort d'Abdul Ali Mazari, un homme politique de la minorité hazara, depuis un chantier proche de l'événement. Les deux terroristes ont été abattu. L'attaque a lieu alors que de nombreux membres de l'élite politique afghane étaient présents, dont le chef de l’exécutif afghan Abdullah Abdullah.

Bilan[modifier | modifier le code]

Le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur Nasrat Rahimi a déclaré que "vingt-neuf personnes, dont des femmes, ont été tuées et 61 blessées". Wahidullah Mayar, le porte-parole du ministère de la Santé, a quant à lui déclaré à l'AFP que l'attentat a fait « 32 morts, dont cinq femmes, et 58 blessés ».

Réactions[modifier | modifier le code]

  • Le président Ashraf Ghani a dénoncé « un crime contre l'humanité ».
  • Le secrétaire général des Nations unies António Guterres a déclaré que « les attaques contre des civils sont inacceptables et ceux qui commettent de tels crimes doivent rendre des comptes ».
  • Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a également condamné cette « attaque odieuse ». « Attaquer des innocents sans défense lors d'une commémoration est un signe de faiblesse, pas une démonstration de force ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]