Ahrar al-Charkiya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ahrar al-Charkiya
Image illustrative de l’article Ahrar al-Charkiya

Idéologie Islamisme sunnite
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Actif
Fondation
Date de formation Janvier 2016
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorat d'Alep
Organisation
Chefs principaux Abou Hatim Shaqra
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Armée nationale syrienne (depuis 2017)
Guerre civile syrienne

Le Ahrar al-Charkiya (arabe : حرار الشرقية) est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne.

Logos et drapeaux[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Ahrar al-Charkiya est fondé en janvier 2016 et est actif dans le nord du gouvernorat d'Alep[2], bien que ses membres seraient en bonne partie originaires du gouvernorat de Deir ez-Zor[3],[1]. Affilié à l'Armée syrienne libre[2],[4], le groupe est cependant d'orientation islamiste, voire salafiste, et compte dans ses rangs bon nombre d'anciens combattants d'Ahrar al-Cham et du Front al-Nosra[1],[2],[5]. La fondation du groupe est annoncée en janvier 2016 par Abou Maria al-Qahtani, ancien juge religieux du Front al-Nosra, mais il n'en prend pas la direction[1],[6]. Ahrar al-Charkiya est dirigé par Abou Hatim Shaqra, un ancien chef d'Ahrar al-Cham[1]. Fin 2017, le groupe intègre l'Armée nationale syrienne[7].

Actions[modifier | modifier le code]

Ahrar al-Charkiya combat l'État islamique et les Forces démocratiques syriennes dans le nord-ouest de la Syrie[1]. En 2016 et 2017, il participe à l'Opération Bouclier de l'Euphrate et à la bataille d'al-Bab, puis en 2018 à la bataille d'Afrine[1],[8]. Ses effectifs sont assez modestes[3],[1].

En 2016, Ahrar al-Charkiya reçoit des missiles antichar BGM-71 TOW, arme alors fournie aux rebelles syriens par les États-Unis[1],[2]. Mais l'aide à ce groupe est ensuite suspendue par le Département de la Défense des États-Unis, en raison de divers incidents avec d'autres groupes rebelles[1].

Le , lors de l'Opération Bouclier de l'Euphrate, un incident éclate entre des hommes d'Ahrar al-Charkiya et des militaires américains. Ce jour-là, plusieurs dizaines de soldats des forces spéciales américaines entrent en Syrie à al-Raï, à la demande, selon le Pentagone, du gouvernement turc. Un groupe de 25 soldats américains accompagnés de rebelles de la Division al-Hamza est insulté et menacé par des hommes d'Ahrar al-Charqiya, qui les traitent d'« envahisseurs », d'« infidèles » ou de « croisés », et dénoncent leurs liens avec les YPG. La plupart des groupes rebelles minimisent cependant l'incident qu'ils qualifient de mineur[2],[9],[10],[11],[3],[5].

Les hommes d'Ahrar al-Charkiya se retrouvent mêlés à plusieurs autres incidents. Fin 2017, des affrontements éclatent entre des combattants du groupe et la police libre, formée par la Turquie[1]. Le 25 mars 2018, des combats éclatent à Afrine entre Ahrar al-Charkiya et la Division al-Hamza[1],[6],[12].

Exactions[modifier | modifier le code]

Le groupe est suspecté de corruption et d'exactions[2],[1]. En octobre 2017, Abou Khalid al-Charkiya, le chef d'Ahrar al-Charkiya à Jarablous, est arrêté après la diffusion d'une vidéo où il agresse sexuellement une adolescente de 13 à 14 ans[1]. Lors de la bataille d'Afrine, des hommes d'Ahrar al-Charkiya commettent également des exactions contre des civils et détruisent des magasins d'alcools[1].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p Syrie: Ahrar al-Sharqiya, ces anciens d'al-Nosra devenus supplétifs de la Turquie, France Soir, 3 mai 2018.
  2. a b c d e et f The CIA's TOW Program: A List of Rebel Groups Involved, Syria in Brief, 2 janvier 2018.
  3. a b et c Luc Mathieu, « Syrie : Ankara pousse l’EI au repli », Libération, 18 septembre 2016.
  4. Cody Roche, Factions Fighting in the Syrian Civil War, Bellingcat, 29 avril 2017.
  5. a et b Michael Weiss, « Syrian Rebels Taunt U.S. Troops », The Daily Beast, 30 septembre 2016.
  6. a et b Wassim Nasr, #Syrie après des combats entre Ahrar al-Charkiya (originaires de #DeïrEzzore & ancien allié d’une coalition formée par AbuMaria alQahtani du Front al-Nosra contre l’#EI) et Firkat al-Hamza ces derniers sont chassé d’#Afrin, twitter, 25 mars 2018.
  7. انفوغراف | فصائل الجيش الحر المشاركة في عملية غصن الزيتون, NORS Studies, 30 juillet 2018.
  8. Zeytin Dalı Harekâtına Katılan Suriyeli Muhalif Gruplar, Suriye Gündemi, 29 janvier 2018.
  9. « Syrie : des forces spéciales américaines déployées en appui des forces turques », France 24 avec AFP, 16 septembre 2016.
  10. Rob Crilly, « US troops forced out of Syrian town by anti-Assad rebels », The Independant, 16 septembre 2016.
  11. « Des soldats américains auraient été chassés du nord de la Syrie , Reuters, 16 septembre 2016.
  12. Clashes take place between a faction whose members come from Deir Ezzor against US-backed faction because of looting Afrin, OSDH, 25 mars 2018.