Bataille de Kunduz (2015)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille de Kunduz
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la bataille de Kunduz le 29 septembre, en gris les positions des talibans, en rouge celles de d'armée afghane.
Informations générales
Date 28 septembre -
Lieu Kondôz
Issue Victoire militaire afghane et américaine
Victoire de propagande des talibans
Belligérants
Drapeau de l'Afghanistan République islamique d'Afghanistan
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Flag of Taliban.svg Taliban
Forces en présence
5 000 à 7 000 hommes[1]400 à 2 000 hommes[1]
Pertes
inconnues150 morts au moins
90 blessés au moins
(selon le gouvernement afghan)[3]
Civils :
289 morts
559 blessés[2]

Guerre d'Afghanistan

Coordonnées 36° 44′ nord, 68° 52′ est
Géolocalisation sur la carte : Asie
(Voir situation sur carte : Asie)
Bataille de Kunduz
Géolocalisation sur la carte : Afghanistan
(Voir situation sur carte : Afghanistan)
Bataille de Kunduz

La bataille de Kunduz a lieu pendant la guerre d'Afghanistan. Le , les talibans s'emparent de Kunduz. Les forces afghanes, soutenues par l'aviation et des forces spéciales de l'OTAN contre-attaquent dès le lendemain et les insurgés finissent par se retirer le .

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , les taliban attaquent la ville de Kunduz, peuplée de 300 000 habitants et capitale de la province de Kunduz dont plusieurs districts étaient déjà aux mains des insurgés. C'est la première fois depuis la chute de l'Émirat islamique d'Afghanistan en 2001 que les talibans parviennent à prendre pied dans une ville de cette importance. En avril et juin, des incursions avaient été tentées et repoussées par les troupes gouvernementales[4].

5 000 à 7 000 soldats afghans sont présents dans la province de Kunduz, les assaillants sont quant à eux au nombre de 400 à 2 000 selon les estimations[1]. Les combats commencent à l'aube et à la mi-journée, les rebelles prennent le contrôle de la moitié de la ville et hissent leur drapeau blanc sur la place principale. Les habitants restent terrés chez eux. Les insurgés s'emparent également de l'hôpital municipal et de la prison où ils libèrent des centaines de prisonniers, dont 110 taliban selon Rahmatullah Nabil (en)[5],[4],[6].

En fin de journée, la ville tombe entièrement aux mains des taliban. Les forces afghanes ne contrôlent plus que l'aéroport[7].

Le 29 septembre, l'armée afghane lance une contre-offensive dans le but de reprendre la ville de Kunduz. Durant les premiers instants du combats, les forces gouvernementales reprennent la prison de la ville ainsi que le siège de la police de la province[8]. De plus, l'armée américaine procède pour la première fois à une frappe aérienne. Selon l'OTAN, cette frappe visait à "éliminer une menace" non identifiée[9]. Le 30 septembre, les combats continuent et des soldats des forces spéciales américaines — peut-être une centaine d'hommes — sont engagés aux côtés des forces afghanes[10], ainsi que des membres des forces spéciales britanniques et allemandes[11].

Le matin du , Sediq Sediqqi porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur, affirme que la ville a été reprise, ce que les taliban démentent[11],[12]. L'armée afghane reprend le centre-ville mais les combats se poursuivent dans certains quartiers[3].

La nuit du 2 au 3 octobre, l'hôpital de Médecins sans frontières est bombardé par l'aviation américaine. Cette frappe fait 42 morts selon MSF, dont quatorze employés de l'ONG, 24 patients, dont au moins trois enfants, et quatre accompagnateurs de patients. Au moins 37 personnes blessées, dont 19 employés. 105 patients et 80 membres du personnel étaient alors présent dans le bâtiment[2],[13],[14],[15],[16]. Le gouvernement américain reconnaît en novembre que le raid a été causé « avant tout par l'erreur humaine », mais pour MSF il y a eu « des violations du droit de la guerre »[2].

Le 13 octobre, les taliban annoncent leur retrait de la ville de Kunduz, en disant vouloir épargner la population civile des bombardements américains[17],[13].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Topographie.

Le , le ministère afghan de la Défense, affirme que 150 talibans ont été tués et 90 autres blessés dans les combats du 30 septembre et du 1er octobre[3]. Le 30 septembre, le ministère de la Santé évoque de son côté au moins trente morts, en majorité des civils, tandis que les hôpitaux de Kunduz affirment avoir eu à soigner 340 blessés[3].

Selon un rapport de l'ONU publié le , 289 civils ont été tués et 559 blessés dans la province de Kunduz entre le 28 septembre et le 13 octobre. Le rapport précise que « la vaste majorité de ces victimes ont été touchées lors de combats au sol qu'on ne peut attribuer à une seule partie »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c AFP, « Afghanistan: la prise de Kunduz, déjà une grande victoire pour les talibans »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), .
  2. a b c et d « Bavure américaine à Kunduz: MSF revoit le bilan à la hausse », RFI, (consulté le )
  3. a b c et d Reuters, « L'armée afghane reprend en partie Kunduz, toujours des combats »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), L'Obs, .
  4. a et b AFP, « Afghanistan : les talibans font une avancée historique », Le Point, (consulté le ).
  5. AFP, « L'armée afghane à l'offensive contre les talibans à Kunduz avec l'aide des Américains », L'Express, .
  6. « Afghanistan: les talibans hissent leur drapeau au centre de Kunduz », RFI, (consulté le ).
  7. AFP/AP et Reuters, « Les talibans s’emparent de Kunduz, ville majeure d’Afghanistan », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Reuters, « Afghanistan: l'armée contre-attaque à Kunduz », Le Figaro, (consulté le ).
  9. AFP, « Afghanistan : frappe américaine à Kunduz », Le Figaro, (consulté le ).
  10. « A Kunduz, des soldats de l'Otan combattent les talibans afghans », RFI, (consulté le ).
  11. a et b AFP, « L'armée afghane a repris Kunduz aux talibans », Le Figaro, (consulté le ).
  12. AFP/AP et Reuters, « Afghanistan : l’armée « nettoie » les rues de Kunduz, à la recherche de talibans », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. a et b AFP, « Afghanistan : retour au calme précaire a Kunduz, hausse du bilan MSF », Le Point, (consulté le ).
  14. AFP/AP et Reuters, « Ce que l’on sait du bombardement de l’hôpital de MSF en Afghanistan », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. AFP/AP, « Afghanistan : MSF dénonce un possible crime de guerre après le bombardement de son hôpital à Kunduz », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Reuters et VICE News, « Bombardement d’un hôpital en Afghanistan : le bilan relevé à 22 morts, MSF demande des réponses », (consulté le ).
  17. Reuters, « Les talibans se retirent de Kunduz », Le Figaro, (consulté le ).