Guerre du Sahel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guerre du Sahel
Description de cette image, également commentée ci-après
Zone approximative d'action du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) pendant les années 2000.
Informations générales
Date - en cours
(20 ans)
Lieu Algérie, Mali, Niger, Mauritanie Burkina Faso, Tchad, Nigeria, Côte d'Ivoire, Bénin
Issue En cours
Belligérants
Drapeau du Mali Mali
Drapeau du Niger Niger
Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau du Tchad Tchad
Drapeau du Cameroun Cameroun
Drapeau du Bénin Bénin
Drapeau du Togo Togo
Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire

Drapeau de la Russie Groupe Wagner[1]


Drapeau de l'Algérie Algérie
Flag of Jihad.svg GSPC (2003-2007)
Shabab AQMI (depuis 2007)
Shabab Ansar Dine Ansar Dine (2012-2017)
Shabab MUJAO (2012-2013)
Shabab Les Signataires par le sang (2012-2013)
Flag of Jihad.svg Al-Mourabitoune (2013-2015)
Flag of Ansaru.svg Ansaru (depuis 2012)
Flag of Jihad.svg Ansarul Islam (depuis 2016)
Shabab Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (depuis 2017)

Drapeau de l'État islamique État islamique dans le Grand Sahara (depuis 2015)


Drapeau de l'État islamique État islamique en Afrique de l'Ouest (depuis 2019)
Shabab Boko Haram (depuis 2009)


Commandants
Drapeau du Mali Amadou Toumani Touré

Drapeau du Mali Amadou Haya Sanogo
Drapeau du Mali Dioncounda Traoré
Drapeau du Mali Ibrahim Boubacar Keïta
Drapeau du Mali Assimi Goïta
Drapeau du Niger Mamadou Tandja
Drapeau du Niger Mahamadou Issoufou
Drapeau de la Mauritanie Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya
Drapeau de la Mauritanie Ely Ould Mohamed Vall
Drapeau de la Mauritanie Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi
Drapeau de la Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz
Drapeau du Burkina Faso Blaise Compaoré
Drapeau du Burkina Faso Michel Kafando
Drapeau du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré
Drapeau du Burkina Faso Paul-Henri Sandaogo Damiba
Drapeau du Burkina Faso Ibrahim Traoré
Drapeau du Tchad Idriss Déby
Drapeau du Cameroun Paul Biya
Drapeau de la France Nicolas Sarkozy
Drapeau de la France François Hollande
Drapeau de la France Emmanuel Macron


Drapeau de l'Algérie Abdelaziz Bouteflika

Drapeau de l'Algérie Abdelmadjid Tebboune
Shabab Abdelmalek Droukdel

Shabab Mokhtar Belmokhtar
Shabab Abderazak el Para White flag icon.svg
Shabab Yahia Djouadi
Shabab Nabil Abou Alqama
Shabab Iyad Ag Ghali
Shabab Djamel Okacha
Shabab Abou Zeïd
Shabab Hamada Ould Mohamed Kheirou
Shabab Abou Bakr Al-Nasr
Shabab Mohamed Lemine Ould El-Hassen
Shabab Abdelkrim al-Targui
Shabab Omar Ould Hamaha
Shabab Sedane Ag Hita
Shabab Abderrahmane Talha
Shabab Saïd Abou Moughatil
Shabab Ahmed al-Tilemsi
Shabab Bilal Hicham White flag icon.svg
Shabab El-Hassen Ould Khalill Jouleibib
Shabab Sultan Ould Bady White flag icon.svg
Shabab Haroune Ag Saïd
Shabab Ibrahim Ag Inawalen
Shabab Abou Hassan al-Ansari
Shabab Souleymane Keïta White flag icon.svg
Shabab Amadou Koufa
Shabab Abou Yehiya White flag icon.svg
Flag of Ansaru.svg Abu Usmatul al-Ansari
Shabab Ibrahim Malam Dicko
Shabab Jafar Dicko


Shabab Abou Mosab al-Barnaoui
Shabab Mamman Nour
Shabab Adnane Abou Walid al-Sahraoui


Shabab Abubakar Shekau
Forces en présence
Drapeau du Mali40 000 hommes [2],[3],[4],[5]
Drapeau du Niger 33 000 hommes[6]
Drapeau de la Mauritanie 21 000 hommes
Drapeau du Burkina Faso 12 000 hommes[7]
Drapeau du Tchad 30 000 hommes[8]
Drapeau de la France 5 000 hommes[9]
Drapeau de la Russie 1 000 hommes au moins [10],[1]
Shabab 300 à 3 000 hommes[11],[12]
Pertes
Drapeau du Mali
1 500 à 2 000 morts[14]

Drapeau du Niger
Plusieurs centaines de morts au moins

Drapeau du Burkina Faso
436 morts (du 4 avril 2015 au 31 mai 2020) [15]

Drapeau de la France
59 morts[16],[17]

Drapeau des États-Unis
5 morts

Drapeau de la Russie
5 morts [1]
Shabab
4 000 à 5 000 morts[18]
Civils : 11 000 morts au moins (de 2012 à 2022)[13]

Guerre du Sahel

Batailles

La guerre du Sahel[19],[20],[21],[22], aussi appelée le conflit armé au Sahel[23],[24], l'insurrection islamiste au Sahel[25], ou l'insurrection djihadiste au Sahel[26], est un conflit armé opposant les États de la région du Sahel — en particulier le Mali, le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso et le Tchad — à des groupes salafistes djihadistes liés à al-Qaïda ou à l'État islamique.

Ce conflit est une conséquence indirecte de la guerre civile algérienne. À la recherche de bases arrière, les rebelles islamistes algériens décident de s'implanter dans le désert à partir du début des années 2000[27]. Progressivement, ces derniers finissent par mener des actions de guérilla, de terrorisme et des prises d'otages dans la région[9] ; surtout, ils tissent peu à peu des liens avec les populations locales et diffusent l'islamisme radical qui finira par aboutir au recrutement d'autochtones, voire à la naissance de nouveaux mouvements très ancrés localement tels qu'Ansar Dine, le MUJAO ou encore la katiba Macina.

La France intervient militairement en soutien aux États de la région : d'abord au Mali en 2013 avec l'opération Serval, puis dans l'ensemble du Sahel en 2015 avec l'opération Barkhane.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Début de l'implantation djihadiste au Sahel[modifier | modifier le code]

Mokhtar Belmokhtar, lieu et date inconnus, extrait d'une vidéo découverte en 2010[28].

Dès le milieu des années 1990, au moment de la guerre civile algérienne, des rebelles islamistes algériens nouent des contacts avec des trafiquants du nord du Mali et du Niger afin de bénéficier d'un soutien logistique en carburant, en vivres et en pièces de rechange[27],[29]. Mais les djihadistes s'implantent véritablement dans le Sahel à partir de 2003. Mokhtar Belmokhtar, le chef du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) dans le sud de l'Algérie est alors en difficulté contre les troupes de l'armée nationale populaire. En décembre 2002, après une embuscade près d'In Salah, où plusieurs de ses hommes sont tués, Belmokhtar choisit de franchir la frontière et de se réfugier au Mali[30]. Il gagne Lerneb, près de la frontière mauritanienne et noue une alliance avec la tribu arabe des Bérabiches en épousant une fille de l'influente famille des Hamaha de la chefferie des Oulad Idriss. Belmokhtar enrichit sa belle-famille et dispose désormais d'une assise locale, il bénéficie d'une protection de la tribu et trouve les moyens de blanchir son argent. Par la suite, d'autres djihadistes suivent son exemple, notamment Nabil Abou Alqama. Le gouvernement malien, qui ne tient pas à s'attirer l'hostilité des djihadistes, ne réagit pas[31],[32].

En 2003, les premières prises d'otages d'occidentaux commencent. En février et en mars, 32 touristes, majoritairement Allemands et Autrichiens, sont enlevés par Abderazak el Para, qui pour échapper à l'armée algérienne choisit de se réfugier au Mali. Les otages sont divisés en plusieurs groupes, certains sont délivrés par les militaires algériens, d'autres sont confiés à Mokhtar Belmokhtar. Des négociations sont engagées entre les ravisseurs et deux notables envoyés par le gouvernement malien ; Iyad Ag Ghali et Baba Ould Cheikh. À l'issue des discussions, les otages sont relâchés le en échange d'une rançon de cinq millions d'euros qui enrichit considérablement les djihadistes et va les pousser à poursuivre ce type d'action[33].

De son côté, Abderazak el Para se rend au Tchad, mais traqué par l'armée nationale tchadienne aidée par les renseignements américains, il s'enfuit vers le nord et est capturé le par des rebelles toubous du Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT). En 2004, il est remis aux Libyens qui eux-mêmes le remettent aux Algériens[34],[35].

Des djihadistes d'AQMI en Mauritanie, en 2011.

Le , en représailles à une série d'arrestations d'islamistes mauritaniens et en raison de la participation annoncée de l'armée mauritanienne à des manœuvres militaires coordonnées avec l'armée américaine dans le Sahara, Mokhtar Belmokhtar attaque la caserne militaire de Lemgheity, en Mauritanie : 17 soldats mauritaniens sont tués et 35 faits prisonniers, puis relâchés. Le combat de Lemgheity a un certain retentissement du côté des djihadistes. Au nom d'Al-Qaïda, Abou Moussab Al-Zarqaoui, le chef d'Al-Qaïda en Irak, félicite notamment les « moudjahidines maghrébins » pour leur victoire. Mais surtout, celle-ci permet au GSPC de rétablir son rapprochement avec al-Qaïda. L'allégeance est acceptée par Oussama ben Laden et le , le GSPC devient officiellement Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI)[36].

À l'été 2007 cependant, Abdelmalek Droukdel, le chef du GSPC puis d'AQMI, jugeant Belmokhtar trop indépendant, lui retire la charge d'« émir du Sahara » et de chef de la « région IX », qu'il remet à Yahia Djouadi, dit Abou Amar[37],[38]. Droukdel divise la zone du Sahara en deux ; la première, comprenant le sud-ouest de l'Algérie et le nord du Mali et de la Mauritanie, va à Belmokhtar ; tandis que la seconde, comprenant le nord-est du Mali, le nord du Niger et l'ouest du Tchad, va à Abou Zeïd[39]. Belmokhtar s'oppose à la décision du commandement d'AQMI d'implanter de nouvelles katiba dans le sud et rapidement une forte rivalité l'oppose à Abou Zeïd[39]. Les désaccords avec ce dernier portent notamment sur la stratégie de financement ou sur les modes opératoires[39].

Mauritanie[modifier | modifier le code]

Des militaires de l'armée mauritanienne en 2011.

Le , trois hommes de la katiba de Belmokhtar, la katiba Al-Moulathimin (Les Enturbannés), attaquent un groupe de cinq touristes français et tuent quatre d'entre eux près d'Aleg en Mauritanie[40],[41]. Cette tuerie entraîne l'annulation du Paris-Dakar 2008[42].

Après l'attaque de Lemgheity en 2005, d'autres affrontements éclatent entre les groupes djihadistes et les forces mauritaniennes[43]. Dans la nuit du 14 au , une patrouille de l'armée tombe dans une embuscade à Tourine, près de Zouerate : douze cadavres sont retrouvés décapités une semaine plus tard[44].

Entre 2005 et 2008, la Mauritanie traverse deux coups d'État et se montre peu active contre les djihadistes[45]. L'arrivée au pouvoir du général Mohamed Ould Abdel Aziz change la donne, ce dernier reprend en main l'armée et les renseignements avec l'aide de la France et des États-Unis, puis passe à l'offensive contre AQMI[45]. En 2008, une large partie du désert mauritanien — longue de 800 kilomètres et large de 200 kilomètres — est déclarée zone militaire interdite, aucun civil n'a le droit d'y pénétrer[46]. Le pays forme également des groupes spéciaux d’intervention (GSI), des unités mobiles chargées de patrouiller dans le désert[46].

En 2010, selon des documents américains reçus par l'agence Reuters, la Mauritanie aurait tenté de nouer un pacte de non-agression avec AQMI. Ces documents avait été saisis par les forces spéciales américaines lors de l'assaut contre la cache de Ben Laden. En échange, al-Qaïda avait demandé la fin des attaques de l'armée mauritanienne contre ses hommes, la libération de prisonniers et le versement chaque année d'une somme de 10 à 20 millions d'euros pour éviter des enlèvements de touristes[47],[48].

Mais en 2010 et en 2011, l'armée mauritanienne mène plusieurs raids contre AQMI au Mali[43]. Le , dans la région de Tombouctou, elle attaque un camp d'AQMI avec les forces spéciales françaises afin de libérer un otage, Michel Germaneau[49]. Six djihadistes sont tués lors de l'opération, mais l'otage français ne se trouve pas sur les lieux[50]. Du 17 au , un nouveau raid est mené au Mali, à Areich Hind[51],[52]. Le , l'armée mauritanienne et l'armée malienne attaquent la forêt de Wagadou, près de Nara[53],[54],[55]. Le , les troupes mauritaniennes et AQMI s'affrontent à Bassikounou[56],[57]. Selon des sources mauritaniennes, une cinquantaine de djihadistes auraient été tués dans ces combats contre 10 morts du côté de l'armée, AQMI ne reconnaît de son côté que cinq morts ou disparus parmi ses combattants et affirme avoir tué au moins une quarantaine de soldats mauritaniens[58],[52],[55],[56],[59].

Mali[modifier | modifier le code]

Un pick-up d'Ansar Dine à Tombouctou, en août 2012.

Au Mali, les djihadistes s'implantent dans le nord du pays, dans les zones peuplées par les Touaregs[60]. Le 27 septembre 2006, un accrochage oppose les rebelles touaregs de l'ADC et le GSP[61]. En , de violents combats ont lieu entre AQMI et les hommes d'Ibrahim Ag Bahanga à Tin Zaouatine, mais par la suite les deux forces cohabitent et évitent de s'affronter[60]. En 2005, une petite cellule de deux ou trois hommes du Groupe islamique combattant en Libye est également démantelée à Bamako avec le concours de la DGSE[34].

Jusqu'au début des années 2010, le Mali fait preuve de passivité contre les djihadistes, ce qui lui est fortement reproché par la Mauritanie, la France et l'Algérie[45],[62],[60]. Pourtant, le , le président malien Amadou Toumani Touré promet des représailles après l'exécution d'un otage britannique ; Edwin Dyer[45],[63]. En réponse, dans la nuit du 10 au , AQMI assassine à Tombouctou le lieutenant-colonel Lamana Ould Bou, un agent des services de renseignements maliens[45],[63],[64]. C'est alors la première fois que les djihadistes tuent un militaire malien[45],[64]. L'armée malienne décide de répliquer et attaque le un repaire d'AQMI à Garn-Akassa, dans le Timétrine : une vingtaine de djihadistes sont tués[45],[63],[64],[65]. AQMI réplique le en mettant en déroute une patrouille de l'armée malienne près d'Araouane, où elle revendique la mort de 28 soldats maliens[66].

En janvier 2012, la guerre du Mali éclate. Une nouvelle insurrection est conduite cette fois-ci par des rebelles touaregs indépendantistes du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), des insurgés arabes du Front de libération nationale de l'Azawad (FLNA), mais aussi par des groupes salafistes djihadistes : Ansar Dine, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO). Le , Ménaka est la première ville attaquée[67]. Puis le 24, Aguel'hoc est conquise et sa garnison massacrée[68]. Tessalit est prise dès le et le camp militaire d'Amachach, assiégé, finit par tomber le après de long combats[69]. Les rebelles peuvent alors attaquer Kidal et s'en emparer le [70]. L'armée malienne en déroute abandonne Tombouctou et Gao, qui sont prises sans combat le et le 1er avril. Le gouvernement malien perd alors le contrôle de tout le territoire du Nord[71].

Après avoir affronté ensemble l'armée malienne, rebelles islamistes et indépendantistes ne tardent pas à se déchirer. Des combats éclatent en juin, ils tournent à l'avantage du MUJAO et d'AQMI qui chassent le MNLA de Gao le [72]. Les djihadistes repoussent ensuite une offensive à Ansongo le [73],[74], puis ils prennent Ménaka le [75].

À la fin de l'année 2012, les djihadistes tiennent l'essentiel du Nord du Mali dont ils se partagent le contrôle. Ansar Dine est maître des environs de Kidal et de la région allant de Tombouctou à Léré, MUJAO contrôle les environs de Gao, tandis qu'AQMI est surtout en force à l'extrême nord de la région de Kidal. Quant au MNLA, il ne tient plus que des localités mineures, principalement dans le Nord-Est et près des frontières[4],[76].

Soldats français en patrouille à Gao en mars 2013.

En janvier 2013, les djihadistes lancent une offensive sur le Sud du Mali, mais elle provoque aussitôt une intervention militaire de la France, suivie par plusieurs pays africains. Repoussés à la bataille de Konna et à la bataille de Diabaly, les djihadistes se replient vers le Nord[77],[78]. Les Français et les Maliens reprennent Gao le [79], puis Tombouctou le 28[80]. De son côté, le MNLA profite du départ des djihadistes pour s'implanter dans les localités abandonnées. Le , il annonce avoir pris le contrôle de plusieurs villes, dont Kidal et Tessalit[81].

Les djihadistes se replient alors dans leur principal sanctuaire au Mali ; l'Adrar Tigharghar, où ils sont attaqués par près de 3 000 soldats français et tchadiens à partir du [82]. La vallée de l'Ametettaï est prise le après de féroces combats[83]. Les autres vallées du Tigharghar tombent dans les jours qui suivent[83],[84]. Après sa défaite à la bataille du Tigharghâr, AQMI perd sa principale place forte au Mali, le groupe disperse alors ses troupes et cherche à éviter les affrontements[85],[86].

Les combats au Mali ont fait 600 à 700 morts dans les rangs des djihadistes dans les six premiers mois de l'année 2013[87] ; dont plusieurs chefs, parmi lesquels Abou Zeïd et Mohamed Lemine Ould El-Hassen[88],[89],[90],[91],[92],[93],[94]

L'opération Serval est un succès militaire pour les forces françaises, mais les djihadistes ne renoncent pas : ils repassent dans la clandestinité et retournent à la guérilla et au terrorisme[9]. À partir de 2015, leurs zones d'action commencent même à s'étendre au centre, puis au sud du Mali[95].

Les mouvements se réorganisent. En , Mokhtar Belmokhtar annonce qu'il rompt avec AQMI et forme un nouveau groupe : Les Signataires par le sang[96]. Le , dans un communiqué signé par Ahmed al-Tilemsi et Mokhtar Belmokhtar, le MUJAO et Les Signataires par le sang annoncent leur fusion en un seul mouvement qui prend le nom d'Al-Mourabitoune[97],[98]. Le , une branche d'Al-Mourabitoune menée par Adnane Abou Walid Al-Sahraoui prête allégeance à l'État islamique[99]. Le , l'autre branche d'Al-Mourabitoune dirigée par Belmokhtar réintègre AQMI[100],[101]. Le , Ansar Dine, AQMI au Sahara, la katiba Al-Mourabitoune et la katiba Macina annoncent leur union au sein d'une seule structure : le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, sous la direction de Iyad Ag Ghali[102],[103]

En , Serge Michailof, chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), déclare : « Nous assistons à une dégradation générale des États et de la sécurité dans le Sahel. Une démographie excessive, une agriculture en panne, l’absence de travail pour les jeunes, l’essor du salafisme dans les zones rurales et le développement des mafias liées au trafic de drogue, dressent un tableau extrêmement sombre de l’avenir de la région »[95].

Niger[modifier | modifier le code]

Méhariste touareg de la Garde nationale du Niger dans le village d'Inatès, près de la frontière avec le Mali et le Burkina Faso, le 14 janvier 2007.

Coincé entre le Mali à l'ouest, la Libye au nord-est et le Nigeria au sud-est, le Niger se retrouve pressé sur trois fronts au début des années 2010[104]. Alors que le pays sort d'une rébellion touarègue, des accrochages commencent à avoir lieu entre les djihadistes et les forces de sécurité. Ainsi entre le et le , au moins sept militaires et deux ou trois djihadistes sont tués dans des affrontements dans la région de Tlemss[105]. Puis, le , au moins cinq militaires et trois djihadistes trouvent la mort lors d'une attaque à Tilwa[106]. AQMI revendique alors l'assaut, affirme avoir tué 25 soldats et avertit le gouvernement nigérien : « Bien que notre offensive vise l'alliance des Croisés et ses intérêts dans la région et que nous ne souhaitions pas éveiller l'hostilité de l'armée du Niger, nous ne pouvons rester les bras croisés devant les attaques perpétrées contre les moujahidines sous couvert de la « guerre contre le terrorisme » »[107]. Le , un soldat et un djihadiste sont tués dans un accrochage à Ouraren, près d'Arlit[108]. Le , dans l'Adrar Bouss, au nord du massif de l'Aïr, un militaire et trois hommes d'AQMI sont tués dans de nouveaux affrontements[109].

En janvier 2013, le Niger, participe à l'intervention militaire au Mali au sein de la MISMA. En représailles, le , des attaques coordonnées sont menées par des kamikazes du MUJAO et des Signataires par le sang contre le camp militaire d'Agadez et la mine d'uranium d'Arlit : dix djihadistes se font exploser ou sont abattus tandis que 24 militaires sont tués[110],[111]. Le , des détenus de Boko Haram se mutinent dans la prison de Niamey et tuent deux gardiens, puis 22 prisonniers — dont des terroristes selon le gouvernement nigérien — parviennent à s'évader[112],[113].

La nuit du 9 au , un convoi d'Al-Mourabitoune transportant des armes de la Libye vers le Mali est intercepté par les Français près de Tchibarakaten[114]: trois tonnes d'armement sont détruites, 13 djihadistes tués et deux autres faits prisonniers[115]. Le , des djihadistes attaquent la localité de Mangaïzé, tuent neuf membres des forces de sécurité et s'emparent brièvement de la prison de Ouallam, où ils libèrent 58 détenus[116],[117]. Le , les djihadistes assaillent ensuite Bani Bangou : un soldat nigérien est tué et deux blessés, tandis que les assaillants se replient vers le Mali en emportant leurs morts et leurs blessés[118].

À partir de 2016, les raids lancés depuis le Mali s'intensifient dans les régions de Tillabéri et Tahoua, à l'ouest du Niger : au moins 43 militaires nigériens sont tués par les djihadistes dans cette zone entre et [119]. Dans la nuit du 16 au , des combattants islamistes tuent trois gendarmes dans une attaque à Dolbel, près de la frontière avec le Burkina Faso et le Mali[120],[121]. Le , un gendarme est tué et deux autres blessés par des djihadistes à Egarek[122]. Dans la nuit du 10 au , deux civils sont tués et quatre blessés dans une fusillade à Tabarey Barey[123]. Le , 22 gendarmes, gardes nationaux et militaires sont abattus dans une attaque-surprise[104]. Le , cinq soldats nigériens sont tués dans une attaque à Bani Bangou[124]. Le , l'attaque d'une patrouille à Tilwa, revendiquée par l'État islamique, fait 16 morts et 18 blessés dans les rangs de l'armée[125],[126]. Le , cinq gendarmes sont tués dans l'attaque d'un poste entre Wanzarbé et Yatakala[127]. Le soir du , deux policiers et un civil sont tués dans une attaque menée contre le poste-frontière de Pétèl-Kolé[128]. Le , une nouvelle attaque à Abala coûte la vie à six gendarmes et gardes nationaux[129].

Le a lieu la première attaque revendiquée par Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans au Niger : au moins cinq militaires sont tués dans la vallée de Milal, près de la frontière malienne[130]. Le , deux policiers, un gendarme et un civil sont tués dans une attaque menée par quatre djihadistes contre un poste à Al-Gazna, près d'Assamaka[131],[132].

Le , une nouvelle attaque est menée par les djihadistes près de la frontière avec le Mali, à Tongo Tongo ; les militaires nigériens se lancent à la poursuite des assaillants, épaulés par des membres des Special Forces américaines, mais ils tombent dans une embuscade : cinq soldats nigériens et quatre soldats américains sont tués[133],[134]. Puis, le , les djihadistes font un raid sur la localité d'Ayorou, où ils tuent 13 gendarmes[135]. Le soir du , un poste de gendarmerie est attaqué dans le village de Goubé, à 40 kilomètres au nord de Niamey et trois gendarmes sont tués[136],[137]. Le , quatre djihadistes, un militaire et un civil sont tués dans une opération de l'armée dans la région de Torodi, près de la frontière avec le Burkina Faso[138]. Les 27 et , une quinzaine de djihadistes sont tués près de Tongo-Tongo lors d'une opération franco-nigérienne[139].

Le , après une attaque la veille contre la prison de Koutoukalé, les djihadistes de l'État islamique dans le Grand Sahara tendent une embuscade près de Baley Beri, non loin de Tongo Tongo, qui coûte la vie à 27 soldats nigériens[140],[141]. Puis dans la nuit du 18 au , une attaque aux portes de la capitale Niamey cause la mort de deux policiers et en blesse quatre autres[142]. Le , deux soldats nigériens sont tués et cinq autres blessés dans un accrochage près de Dogon Kiria, dans le département de Dogondoutchi, une région jusqu'alors préservée par les attaques[143]. Le , une attaque particulièrement importante de l'État islamique à Inates coûte la vie à 71 soldats nigériens[144]. Le , 14 soldats sont tués dans une embuscade à Sanam (en)[145]. Le , 89 soldats sont tués dans l'attaque de la base de Chinégodar, le bilan le plus lourd pour l'armée nigérienne dans le conflit contre les djihadistes[146].

Entre le 1er et le 20 février, l'armée nigérienne mène une opération dans la région de Tillabéri avec le soutien des forces françaises et revendique la « neutralisation » de 120 terroristes, contre aucune perte du côté des militaires[147]. Le 12 mars, neuf soldats sont tués dans une attaque à Ayorou[148]. Le 2 avril, des combats ont lieu à Tamalaoulaou, dans le département de d'Abala : l'armée nigérienne revendique la neutralisation de 63 « terroristes » contre quatre morts et 19 blessés dans ses rangs[149]. Le 5 avril, une attaque est repoussée à Bani Bangou[150]. Le 10 mai, 20 civils sont tués dans trois villages, dans la région de Tillabéri[151].

Le 9 août, six travailleurs humanitaires français et deux Nigériens sont abattus par des hommes armés près de la localité de Kouré[152],[153].

Le 21 décembre, sept militaires nigériens et onze djihadistes sont tués une embuscade à Taroun, près de Ouallam[154].

Début 2021, une nouvelle vague de massacres frappe le nord-ouest du Niger. Le 3 janvier 2021, des djihadistes attaquent les villages de Tchoma Bangou et Zaroumadareye et massacrent une centaine de civils[155],[156]. Le 15 mars, 66 civils sont tués près de Bani-Bangou[157]. Le 21 mars, 137 personnes sont massacrées dans trois villages de la commune de Tillia[157].

Le 31 juillet, une embuscade du GSIM à Torodi, dans le département de Say, cause la mort de 18 militaires des forces spéciales nigériennes[158]. Le 25 juillet, 14 civils sont tués au village de Wiyé, dans la commune de Banibangou[159].

Le , près de Banibangou, une ville du département d'Ouallam dans la zone des trois frontières, 84 civils armés, membres d'un « comité de vigilance », partent en expédition. Ils tombent dans une embuscade des djihadistes de l'État islamique dans le Grand Sahara et 69 civils meurent. Un deuil national de deux jours est décrété[160].

Des combats entre l'armée et des djihadistes ont lieu à Dagnè, dans la région de Tillabéri, début novembre. L'armée nigérienne annonce avoir contraint les djihadistes à battre en retraite. Onze soldats sont morts et neuf portés disparus. L'attaque n'est pas revendiquée[161],[162].

Le , un affrontement entre des djihadistes et des militaires nigériens fait 12 morts parmi les soldats et « des dizaines » parmi les djihadistes. Le combat se déroule près du village de Fantio, dans le département de Téra dans la zone dite des "trois frontières"[163].

Le , durant la commémoration du 62ème anniversaire de l'accéssion à l'independance du pays vis à vis de la France, également appelé Fête de l'Arbre, le président nigérien Mohamed Bazoum a annoncé dans son discours emmené les forces armées nigériennes à un effectif de "100 000 hommes" à l'horizon 2030.

Burkina Faso[modifier | modifier le code]

Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 9 au 10 juin 2020, douze militaire ivoiriens sont tués dans une attaque djihadiste contre le poste de Kafolo, près de la frontière avec le Burkina Faso[164].

En mai 2020, une première opération conjointe des forces ivoiriennes et burkinabées est menée au nord de la Côte d'Ivoire[165]. Une base est détruite à Alidougou, près de la forêt de Comoé : huit djihadistes sont tués et 38 suspects sont arrêtés[166],[167].

Bénin[modifier | modifier le code]

Le Bénin subit ses premières attaques djihadistes le 1er et le 2 décembre 2021, à Mékrou Yinyin et à Porga, près de la frontière avec le Burkina Faso[168]. Les combats causent la mort de deux militaires béninois et d'un homme du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans[168].

Plusieurs autres attaques suivent. Le 22 décembre 2021, le poste d'Arly est le théâtre d'un combat qui fait un tué et deux blessés chez les militaires contre deux morts chez les assaillants[169]. Le 6 janvier 2022, trois militaires béninois sont tués par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule dans le département d'Atacora, près du parc de Pendjari[170],[171]. Le 8 et le 10 février, trois attaques à la bombe dans le parc national du W du Bénin visent les gardes forestiers d'African Parks Network (APN), faisant 9 morts — dont cinq forestiers, deux agents civils de l'APN, un agent des forces armées béninoises et un instructeur et ancien militaire français — et 12 blessés[172]. Le 11 avril, toujours dans la zone de la Pendjari, une attaque à l’engin explosif improvisé (EEI) contre un convoi de ravitaillement, suivie d'une embuscade, entraîne la mort de cinq soldats des forces de défense nationale[173].

Togo[modifier | modifier le code]

La première attaque djihadiste au Togo a lieu début novembre 2021, à Sanloanga, dans la préfecture de Kpendjal, mais elle est repoussée sans faire ni mort ni blessé[174],[175].

Après six mois de calme, une deuxième attaque survient cependant dans la nuit du 10 au 11 mai 2022, cette fois contre le poste de Kpinkankandi, près de Kandjouare[174]. Au moins huit soldats sont tués et dix autres blessés lors d'un assaut mené par une soixantaine de djihadistes venus du Burkina Faso[174].

Sud de l'Algérie[modifier | modifier le code]

Entre 2010 et 2013, plusieurs accrochages ont lieu au sud de l'Algérie, près de la frontière avec le Mali. Ainsi, le , onze gendarmes sont tués dans une embuscade tendue par AQMI à Tin Zaouatine ; un douanier est également capturé et sera par la suite exécuté[176],[177]. Le , le MUJAO commet un attentat contre une gendarmerie à Tamanrasset : l'attaque fait 24 blessés, dont 14 civils[178]. Le , vingt hommes du MUJAO sont tués et quatre faits prisonniers par les forces spéciales algériennes près de Tin Zaouatine[179]. Le , cinq hommes du MUJAO sont abattus près de Timiaouine[180]. Puis, dans la nuit du 6 au , sept djihadistes sont tués dans un nouvel affrontement à Tin Zaouatine, alors qu'ils essayaient de franchir la frontière[181].

Plus au nord, le , venus du Mali, une quarantaine d'hommes des Signataires par le sang — un groupe de Mokhtar Belmokhtar fondé en — commandés par Mohamed el-Amine Benchenab et Abderrahman el-Nigiri mènent un raid sur la raffinerie d'In Amenas : ils prennent en otage environ 600 algériens — rapidement relâchés — et une centaine d'Occidentaux et d'étrangers dans la base-vie du site d'exploitation gazier d'In Amenas en Algérie. Le , l'armée algérienne donne l'assaut qui se termine par la mort d'au moins 32 djihadistes et 38 otages[182],[183],[184].

Opération Barkhane[modifier | modifier le code]

Le , l'armée française lance l'opération Barkhane, active sur les territoires de cinq pays : le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad[185],[186]. Elle engage initialement 3 000 militaires, 200 véhicules logistiques, 200 blindés, 4 drones, 6 avions de combat, une dizaine d’avions de transport et une vingtaine d’hélicoptères[186]. D'après l'état-major de l'armée française, plus de 200 « terroristes » sont mis hors de combats — tués ou capturés — de à [187].

Implication des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 2019, les États-Unis disposent de 6 000 à 7 000 hommes en Afrique, principalement au Sahel et en Somalie[188]. Chaque année, Washington dépense 45 millions de dollars pour ses opérations, notamment en matière de renseignement et de logistique[188]. En décembre 2019, les États-Unis critiquent publiquement devant l'ONU les gouvernements des pays du Sahel en leur reprochant leur manque d'efforts pour stabiliser la région, particulièrement au Mali où l'application de l'Accord d'Alger enregistre peu de progrès[189]. Les États-Unis envisagent alors de retirer leurs forces du Sahel[188].

G5 du Sahel[modifier | modifier le code]

Le G5 du Sahel est formé en décembre 2014 par cinq pays : la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad[190]. Le , les chefs d'État du G5 Sahel annoncent à N'Djaména la formation d'une force militaire anti-terroriste conjointe[191]. Le projet reste longtemps lettre morte mais est réactivé le [191],[192]. Le , un sommet se tient à Bamako et marque le lancement officiel d'une force militaire conjointe transfrontalière la — FC-G5S — composée de cinq bataillons de 750 hommes, soit un bataillon par pays[193],[194],[195],[196],[197]. Son objectif principal est la lutte contre les groupes djihadistes, mais elle est également chargée d'intervenir contre le trafic de drogue, d'armes et de migrants[194]. Placée sous le commandement du général malien Didier Dacko, cette force dispose d'un droit de poursuite de part et d’autre des frontières[194]. Le Liptako-Gourma, dite aussi la « zone des trois frontières », à la croisée des territoires malien, nigérien et burkinabé, est considérée comme la zone prioritaire[194],[195]. Le président du Tchad, Idriss Déby, menace cependant de retirer ses troupes du Mali et du Nigeria, estimant ne pas avoir été suffisamment soutenu financièrement[198],[199]. Malgré des sollicitations, l'Algérie refuse quant à elle de s'impliquer dans la région[197],[190].

Le 1er novembre, le G5 Sahel lance sa première opération militaire — baptisée Hawbi — plusieurs centaines de soldats maliens, burkinabés, nigériens et français effectuent une démonstration de force dans la région de N'Tillit[200],[201],[202],[203].

Projet politique, application de la charia et stratégie des djihadistes[modifier | modifier le code]

Des djihadistes à Tombouctou, dans le nord du Mali, en 2012.

Au cours de l'année 2012, les djihadistes prennent le contrôle du nord du Mali et mettent en place l'application de la charia. La vente et la consommation d'alcool, de cigarettes ou de drogues est interdite, de même que la musique. Le port du voile islamique est rendu obligatoire pour les femmes et des tribunaux islamiques sont instaurés. Les peines prévues sont le fouet en cas de consommation d'alcool ou de relations sexuelles hors mariage, l'amputation d'une main ou d'une jambe en cas de vol et la lapidation en cas d'adultère[204],[205].

Selon Yvan Guichaoua, enseignant-chercheur à la Brussels School of International Studies, Université de Kent ; Ferdaous Bouhlel, doctorante à l'Université de Tours ; et Jean-Hervé Jézéquel, directeur adjoint du Bureau Afrique de l'Ouest d'International Crisis Group : « A ce moment, les décisions de justice furent confiées aux juges islamiques (cadis) locaux. L’application des hudud connut des différences significatives d’une région à une autre. Par exemple, il y eut de multiples cas d’amputation pour vol à Tombouctou et à Gao. Mais à Kidal, le mouvement Ansar Eddine décida avec les cadis locaux que les peines légales seraient « suspendues », et que les sanctions s’inscriraient dans la continuité des traditions locales qui ont toujours privilégié la détention sur les châtiments corporels »[206]. De à , à Gao, neuf hommes accusés de vols sont condamnés à l'amputation d'une main ou d'une jambe par le MUJAO[207],[208]. Selon Human Rights Watch, deux hommes sont également exécutés dans cette ville début avril et des djihadistes coupent l'oreille d'une femme pour avoir porté une jupe courte[205]. Une autre personne est amputée de la main droite à Ansongo le [209]. À Tombouctou, une peine d'amputation est prononcée et en octobre Ansar Dine exécute par balle un de ses combattants, condamné à mort pour le meurtre d'un pêcheur[210],[211]. À Kidal, un homme du MNLA a la main tranchée par des hommes d'Ansar Dine selon Human Rights Watch[205]. Le , les hommes d'Ansar Dine et d'AQMI commencent également la destruction des mausolées de Tombouctou, considérés comme « idolâtres »[212]. De plus, des mariages forcés ont aussi lieu à Gao[206]. Fin , à Aguel'hoc, un couple est mis à mort par lapidation pour avoir conçu plusieurs enfants hors mariage[213],[214]. Il s'agit de l'unique exécution de ce type commise par les djihadistes au Mali[206]. Ferdaous Bouhlel, Yvan Guichaoua et Jean-Hervé Jézéquel indiquent que : « selon nombre de témoignages recueillis localement, y compris parmi des personnes opposées à Iyad Ag-Ghali, ce cas de lapidation fut validé par un cadi mauritanien, sans qu'Iyad Ag-Ghali n’en ait été informé. Selon les mêmes sources, Iyad Ag-Ghali aurait désapprouvé la sanction. La question de savoir qui le cadi reconnaissait comme son chef légal n’a pas de réponse claire, particulièrement à un moment où le nord du Mali était sous le contrôle de différents émirs »[206].

Le , Abdelmalek Droukdel envoie un document intitulé « Orientation du jihad dans l’Azawad », découvert à Tombouctou en par des journalistes de RFI et Libération, où il indique sa stratégie pour le Mali. Selon lui Ansar Dine doit servir de vitrine et Al-Qaïda se montrer discret afin d'éviter une intervention militaire étrangère. La direction du futur gouvernement doit être confliée à Iyad Ag Ghali, mais ce dernier doit être encadré par les dirigeants d'AQMI. Pragmatique, il dénonce le zèle des djihadistes dans l'application de la charia, avec notamment la destruction des mausolées de Tombouctou, qui selon lui a attiré inutilement l'attention de la communauté internationale et risque retourner la population contre eux. Droukdel défend une application progressive de la charia qui doit être expliquée aux habitants avant d'être appliquée, afin de gagner les cœurs et les esprits des populations. Il regrette également la rupture de l'alliance avec le MNLA. Ces instructions n'ayant pas été appliquées, ce texte révèle selon les journalistes de RFI et Libération, le manque d’autorité d'Abdelmalek Droukdel sur ses hommes[215],[216],[217],[218],[219],[220],[221],[222],[223],[224].

Mais les djihadistes ne parviennent pas à gagner le soutien des populations du nord du Mali. Le , une cinquantaine de femmes et de jeunes opposés à l'islamisme manifestent à Kidal contre al-Qaïda[206],[225],[226]. Puis, début 2013, les soldats français et maliens sont accueillies en libérateurs lorsqu'ils reprennent le contrôle de Tombouctou, Gao et de la plupart des villes du nord[227]. Mais dans les années qui suivent, le chaos sécuritaire et le retour des luttes communautaires provoquent une certaine nostalgie de l'occupation islamiste chez certains habitants de la région[228].

Selon Ferdaous Bouhlel, Yvan Guichaoua et Jean-Hervé Jézéquel : « l'occupation djihadiste en 2012 fut une expérience sociale à grande échelle qui a suscité un débat intense sur l’usage de la violence comme instrument de gouvernance. [...] Au centre du Mali, les mouvements djihadistes contraignent les populations à écouter les prêches publics. Ils recourent régulièrement à l’élimination de personnes soupçonnées de collaborer avec l’Etat ou les forces armées étrangères. Mais, dans le même temps, ils fournissent aux populations des formes de justice de proximité adaptées dans des régions désertées par les magistrats depuis le début de la guerre. Ils encouragent également la suppression de droits fonciers contestés qui profitent à des minorités ou à de vieilles aristocraties déclinantes. Ils offrent une protection indispensable aux éleveurs nomades durant les périodes de transhumance. Et, là où les médias ne retiennent que l’interdiction de la musique et des fêtes pendant les mariages par des éléments radicaux obtus, bien des jeunes de ces régions sont séduits par les règles simplifiées d’union matrimoniale que leur proposent les djihadistes. Celles-ci leur permettent en effet de s’émanciper plus facilement du contrôle qu’exercent les aînés sur les choix matrimoniaux des cadets »[206]

Selon Denia Chebli, doctorante à Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre du programme européen Social Dynamics of Civil Wars : « La gouvernance islamiste a marqué les esprits, et pas toujours de façon négative. Eau et électricité gratuites, distributions alimentaires hebdomadaires, gratuité des soins à l’hôpital et des médicaments, financement des mariages religieux et suppression des taxes et des impôts. [...] Porteur d’un projet de contre-État, les islamistes sont à peu de chose près les seuls à proposer, à travers le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, une idéologie qui dépasse les clivages intercommunautaires avec à sa tête un Touareg, un Arabe et un Peul. En zone rurale, ils constituent la seule force financière et sécuritaire crédible. D’une part, grâce à leurs activités liées au narcotrafic ou au terrorisme, ils bénéficient de revenus considérables. [...] D’autre part, en contrepartie d’un travail de renseignements, ils donnent des armes, des téléphones et des voitures aux petites communautés rurales. Enfin, ils solidifient leur base sociale en assurant les besoins primaires de la population dans des zones qui n’ont jamais eu accès aux services publics élémentaires (écoles, centre de santé, eau, électricité) »[228].

En 2017, Corinne Dufka, directrice adjointe pour le programme Afrique de Human Rights Watch, déclare également : « Ils [les djihadistes] ont développé une stratégie d'implantation locale. Ils trouvent porte ouverte à leur propagande en s'appuyant sur les maux qui gangrènent le Mali depuis des décennies: la mal-gouvernance, la faiblesse de l'État face au banditisme, l'impunité. [...] Ils organisent des rassemblements dans les villages et parviennent à recruter en dénonçant la corruption, les défaillances de la justice. Ils jouent le rôle d'arbitres dans les petits conflits locaux, y compris parfois dans des différents interethniques. Ils ont une très bonne connaissance du tissu ethnique et sociétal local. Ils ont par exemple su tirer parti des frustrations des catégories inférieures de la population peule, un groupe ethnique très hiérarchisé. Enfin, leurs moyens financiers peuvent attirer des jeunes privés de toute perspective. [...] Bamako refuse d'admettre que la mal-gouvernance est la principale racine des maux de la région »[229].

Selon une étude de l'Institut des études de sécurité (ISS) consacrée aux djihadistes du Mali, le djihad ne serait pas la principale préoccupation des insurgés[230]. Après avoir entendu les déclarations de 63 ex-combattants des différentes régions du Mali, l'institut conclut que « dans la plupart des cas, l’engagement des jeunes n’était pas l’aboutissement d’un processus d’endoctrinement religieux. De nombreux ex-engagés ont mis en avant une volonté de protection pour expliquer leur ralliement aux mouvements djihadistes. Ils ont évoqué la préservation de leur intégrité physique, celle de leurs familles et de leurs communautés, ainsi que la protection de leurs biens et de leurs activités génératrices de revenus »[230].

Pour Mathieu Pellerin, analyste à l'International Crisis Group et chercheur associé à l'Institut français des relations internationales (Ifri), le développement des mouvements insurrectionnels « tient avant tout à la gouvernance des sociétés sahéliennes et leur incapacité à y garantir la participation de toutes les communautés. L’exclusion politique, la marginalisation communautaire, la permanence de situations d’esclavage par ascendance, le racket des communautés les plus fragiles, l’absence de perspectives de communautés déclassées sont autant de situations perçues comme « injustes » par ceux qui les vivent et qui leur donne des raisons objectives de prendre les armes. À certains égards, les jihadistes sont les rebelles d’hier : la dimension religieuse au début ne tient qu’une place limitée. Elle est portée par un noyau d'idéologues. Mais ne nous y trompons pas : la radicalisation religieuse s’opère bien souvent après l’enrôlement. Aux yeux de ceux qui rejoignent les groupes jihadistes, ces groupes renvoient à un idéal d’égalité et de justice auquel leurs militants peuvent adhérer sans réserve alors qu'ils ne présentaient aucune prédisposition religieuse à l'origine. Mais la quête de justice vire parfois à la recherche de vengeance, et on voit que cela divise quelque peu les groupes jihadistes entre eux. [...] Ensuite, autour de ce noyau d’individus convaincus et résolument engagés, vous trouvez des acteurs qui rejoignent par intérêt : pour des motivations économiques, par nécessité de se protéger contre un groupe armé ou d’autodéfense, ou contre les forces de défense et de sécurité, ou par simple opportunisme opérationnel pour ce qui est des bandits (coupeurs de route) qui s’allient aux jihadiste pour poursuivre leurs activités… »[231].

Prises d'otages par les groupes djihadistes[modifier | modifier le code]

Entre 2003 et mai 2019, 50 Occidentaux sont enlevés et retenus en otages par les groupes djihadistes du Sahel[232]. Parmi eux figuent 17 Français, dont sept perdent la vie[232].

Les premiers enlèvements d'Occidentaux sont commis par le GSPC en 2003. En février et en mars, 32 touristes, majoritairement allemands et autrichiens, sont enlevés par Abderazak el Para, qui pour échapper à l'armée algérienne choisit de se réfugier au Mali. Les otages sont divisés en plusieurs groupes, certains sont délivrés par les militaires algériens, d'autres sont confiés à Mokhtar Belmokhtar. Des négociations sont engagées entre les ravisseurs et deux notables envoyés par le gouvernement malien ; Iyad Ag Ghali et Baba Ould Choueikh. À l'issue des discussions, les otages sont relâchés le en échange d'une rançon de cinq millions d'euros qui enrichit considérablement les djihadistes et va les pousser à poursuivre ce type d'action[33].

Le , deux touristes autrichiens, Andrea Kloiber et Wolfgang Ebner, sont enlevés dans le sud de la Tunisie, près de la frontière avec la Libye, par la katiba d'Abou Zeïd, qui les transfère dans une zone désertique entre l'Algérie et le Mali. Ils sont libérés le . Selon les services de renseignements maliens, une rançon d'au moins 2 millions d'euros a été versée[233],[234].

Le à l'ouest de Niamey au Niger, un groupe de trois djihadistes menés par Omar Ould Hamaha, l'oncle de l'épouse de Belmokhtar, enlève deux diplomates canadiens, Robert Fowler et Louis Guay. Après négociations, les deux otages sont libérés le . Une centaine de djihadistes se rassemblent ce jour-là, mais une violente dispute éclate entre Belmokhtar et Abou Zeïd, qui refuse de relâcher deux de ses otages, et témoigne de la rivalité qui oppose les deux chefs. L'annonce de la libération de Robert Fowler et Louis Guay est également très mal accueillie par le chef d'AQMI, Abdelmalek Droukdel, qui reproche à Belmokhtar de n'avoir obtenu qu'une rançon de 700 000 euros seulement. Cependant selon le journaliste Serge Daniel, la rançon versée aurait été de trois millions d'euros et Belmokhtar n'en aurait reversé qu'une partie[235],[236],[237],[233],[238],[40],[239],[240].

L'année 2009 est marquée par une recrudescence d'enlèvements de ressortissants occidentaux contre le paiement de rançons. Le , quatre touristes européens — un couple suisse, une Allemande et un Britannique — sont capturés au Niger, près de la frontière avec le Mali, par la katiba d'Abou Zeïd. Les deux femmes sont libérées en avril mais le même mois, AQMI menace de tuer un de ses otages si Abou Qatada — prédicateur jordanien d'origine palestinienne condamné à mort dans son pays pour activité terroriste et prisonnier au Royaume-Uni sans avoir été jugé en vertu des lois contre le terrorisme — n'est pas libéré. le Royaume-Uni refuse de payer une rançon. L'otage britannique Edwin Dyer est alors décapité et le , AQMI annonce son exécution sur un site internet islamiste. Au moins 3,5 millions d'euros ont été versés pour la libération des autres otages[241],[233],[242].

Le , Pierre Camatte, un ressortissant français président de l’organisation non gouvernementale Icare qui lutte contre le paludisme dans le Cercle de Ménaka et du comité de jumelage de la ville française de Gérardmer et de la commune rurale malienne de Tidermène, est enlevé dans l’hôtel dont il est gérant à Ménaka, dans la région de Gao. Le , AQMI revendique dans un enregistrement sonore diffusé par la chaîne de télévision Al Jazeera, l’enlèvement du Français ainsi que de trois espagnols en Mauritanie le [243]. Retenu par la katiba d'Abou Zeïd, Pierre Camatte est relâché en , contre la libération d'un islamiste[233].

Le en Mauritanie, la katiba Al-Moulathimin de Belmokhtar enlève trois travailleurs humanitaires espagnols au nord-ouest de Nouakchott, dont une femme. Cette dernière, qui se convertit à l'islam pendant sa captivité, est relâchée le . Les deux autres otages, Albert Vilalta et Roque Pascual, sont libérés le 23 août de la même année en échange d'une rançon de huit millions d'euros[244],[245],[246]. La France dénonce l'attitude espagnole dans le règlement de cette affaire[247].

Le , un couple d'Italiens, Sergio Cicala et Philomène Kaboré — également de nationalité burkinabée — sont enlevés par les hommes de Djamel Okacha à la frontière entre le Mali et la Mauritanie. Ils sont libérés le [248].

Michel Germaneau, un humanitaire et ancien ingénieur français, est enlevé par la katiba d'Abou Zeïd le à In Abangharet dans le nord du Niger[249],[250]. Le , AQMI annonce avoir exécuté l'otage français en représailles au raid de l'Akla mené par l'armée mauritanienne et l'armée française[251]. Âgé, malade et privé de traitement médical, Michel Germaneau pourrait en réalité avoir succombé à une insuffisance cardiaque[250],[252]. Cependant, selon Béchir Bessnoun, un combattant tunisien d'AQMI arrêté au Mali en 2011 lors d'une tentative d'attentat contre l'ambassade de France à Bamako, Michel Germaneau a été exécuté dans l'Adrar Tigharghar. Il aurait été tué de la main d'Abdelkrim al-Targui, d'une balle à la tête, sur un ordre donné par Abou Zeïd et Djamel Okacha. Bessnoun ajoute que la vidéo de son exécution était montrée aux nouvelles recrues d'AQMI mais qu'elle n'a jamais été diffusée sur internet[253],[254],[250]. Le , l'armée tchadienne annonce que le passeport de Michel Germaneau a été trouvé après les combats dans la vallée de l'Ametettaï[255]. Le corps de Michel Germaneau n'a pas été retrouvé[250].

Manifestation à Marseille, le , pour la libération de Pierre Legrand, Marc Feret, Thierry Dol et Daniel Larribe enlevés le 16 septembre 2010.

Le , sept personnes ; les Français Pierre Legrand, Françoise Larribe, Daniel Larribe, Thierry Dol, Marc Féret, le Malgache Jean-Claude Rakotoarilalao et le Togolais Alex Kodjo Ahonado, employés d'un site d'extraction d'uranium d'Areva à Arlit au Niger, sont enlevés par la katiba d'Abou Zeïd[256],[257]. La prise d'otage est revendiquée le dans un communiqué publié par Al Jazeera[258]. Après leur capture, ils sont aussitôt conduits par les djihadistes dans l'Adrar Tigharghar[259]. Françoise Larribe, Jean-Claude Rakotoarilalao et Alex Kodjo Ahonado sont libérés la nuit du 24 au [260]. En revanche Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Féret sont maintenus captifs dans l'Adrar des Ifoghas, qu'ils ne quittent qu'à la bataille du Tigharghâr, en [259]. Les otages sont évacués des montagnes par leurs ravisseurs au début du mois de mars[259],[261]. Ils sont finalement libérés le [256]. Entre 20 et 42 millions d'euros auraient été dépensés pour payer la rançon et les intermédiaires[262],[263],[264],[265].

Le , six djihadistes de la katiba de Belmokhtar pénètrent en plein cœur de Niamey, la capitale nigérienne, et enlèvent deux jeunes Français. Leur véhicule, poursuivi par les forces nigériennes, parvient à gagner le Mali, où il est attaqué par les forces spéciales françaises. À l'issue du combat, les djihadistes sont tués ou dispersés, mais les deux otages français perdent également la vie[266],[267].

Le , le MUJAO enlève trois travailleurs humanitaires — un Espagnol, une Espagnole et une Italienne — à Rabouni, dans les camps de Tindouf, en Algérie. Le , les trois otages européens sont relâchés près de Gao. Le MUJAO affirme que leur libération s'est faite en échange de celle de trois djihadistes, ainsi que du versement d'une rançon de 15 millions d'euros[268],[269],[270],[271],[272].

Deux autres Français, Serge Lazarevic et Philippe Verdon, sont enlevés la nuit du 23 au à Hombori par des hommes de la katiba « Al-Ansar », commandée par Abdelkrim al-Targui[233],[273],[274]. Très rapidement après leur enlèvements, les deux hommes font l'objet de toutes sortes de rumeurs rapportées par une partie de la presse française, Lazarevic est notamment un temps confondu avec un mercenaire serbe homonyme. Des journaux évoquent la possibilité qu'il puisse s'agir d'agents du gouvernement français, de « barbouzes » ou de « mercenaires ». Les ravisseurs, qui surveillent les commentaires de la presse internationale, sont alors persuadés de détenir des espions et les deux hommes sont torturés à plusieurs reprises[275],[276],[277],[278]. Le , AQMI déclare dans un communiqué adressé à l'Agence Nouakchott d'information, que l'otage Philippe Verdon, qualifié d'« espion », a été décapité le « en réponse à l'intervention de la France dans le nord du Mali[279],[280] ». Son corps est retrouvé le [281],[282]. Le lieu de sa découverte n'est cependant pas indiqué. Bientôt, un sous-officier du MNLA affirme que c'est lui qui a retrouvé la dépouille de l'otage français dans la vallée de Tahort, près de l'Adrar de Tigharghâr, lors d'une patrouille effectuée avec 14 de ses hommes et deux pick-up à la demande des forces spéciales françaises[283]. Le corps est rapatrié à Paris le . Le lendemain après autopsie, le parquet de Paris affirme que l'otage français a été assassiné d'une balle dans la tête. Philippe Verdon était malade, il souffrait d'un ulcère et de tachycardie et il est probable qu'AQMI ait décidé de le sacrifier en raison de ses problèmes de santé[284],[285]. En août 2013, le journaliste Serge Daniel rencontre dans la région de Gao les chefs djihadistes Abdel Hakim et Alioune Touré qui lui confirment que les problèmes de santé de Philippe Verdon s'étaient aggravés et qu'il a été exécuté par balles sur l'ordre d'un émir[286]. Serge Lazarevic est libéré [287]. Une rançon est versée et quatre hommes d'AQMI sont libérés en contrepartie[288],[289],[290],[291],[292],[293],[294].

Trois autres Occidentaux sont capturés le à Tombouctou ; le Suédois Johan Gustafsson, le Néerlandais Sjaak Rijke, et Stephen Malcolm MacGown de nationalité britannique et sud-africaine[295]. Un Allemand tente de résister, mais est tué[296]. Sjaak Rijke est délivré par les forces spéciales françaises lors d'une opération dans la région de Tessalit, au nord du Mali, le [297]. Après plus de cinq années de captivité, Johan Gustafsson est libéré le [298],[299], suivi par Stephen McGown le [300],[301].

Le , à Gao, le MUJAO capture sept diplomates algériens. À la suite de négociations secrètes, trois d'entre eux sont libérés en juillet. Cependant, après l'arrestation de trois membres d'AQMI par les forces spéciales algériennes, et en raison du refus du gouvernement algérien de les libérer, le MUJAO déclare le 1er septembre que l'un des otages, le vice-consul Taher Touati, a été exécuté[302],[303],[304],[305]. Par la suite, un autre captif, le consul Boualem Saïes, meurt en détention des suites d'une maladie. Les deux derniers otages sont finalement relâchés près de Bordj Badji Mokhtar le [306].

Le , un Franco-Portugais, Gilberto Rodrigues Leal, est enlevé à Diéma par le MUJAO. Le , le groupe jihadiste annonce à l'AFP la mort de l'otage, mais sans préciser ni la date ni les circonstances de son décès[307],[308].

Le , deux journalistes français de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, sont enlevés à Kidal par des hommes armés. Mais quelques heures plus tard le véhicule des ravisseurs tombe en panne à l'extérieur de la ville et les djihadistes exécutent les deux journalistes afin de faciliter leur fuite[309]. Quatre jours plus tard, ces assassinats sont revendiqués par des combattants de la katiba « Al Ansar »[310]. Selon RFI, un des lieutenants d'Abdelkrim al-Targui, Sedane Ag Hita, dit « Abou Abdel Hakim al-Kidali », serait directement impliqué dans cette action[311].

La , la dissidence pro-État islamique d'Al-Mourabitoune revendique l'enlèvement d'un Roumain nommé Iulian Ghergut, officier de sécurité dans une mine de manganèse de Tambao, au nord du Burkina Faso, capturé le [312],[313]. Cependant, dans la nuit du 1er au , le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans publie une vidéo dans laquelle il affirme détenir l'otage[314].

Le , une Suissesse nommée Béatrice Stockly est enlevée à Tombouctou pour la deuxième fois[315]. Elle avait déjà été capturée le par des hommes armés qui avaient l'intention de la revendre à AQMI. Poursuivis le lendemain par des combattants d'Ansar Dine, les ravisseurs auraient abandonné l'otage aux djihadistes après des échanges de coups de feu. Le , à Tombouctou, Béatrice Stockly était libérée par Ansar Dine et remise à un général burkinabé et deux diplomates suisses venus par hélicoptère du Burkina Faso[316],[317]. Selon RFI, sa libération aurait été effectuée contre le paiement d'une rançon[318], ce qu'Ansar Dine avait démenti[319]. AQMI revendique le second enlèvement de Béatrice Stockly le [320]. Elle aurait été tuée par balle en septembre 2020[321],[322], peut-être à la suite d'une bavure commise par un de ses gardes[323].

Le , un couple d'Australiens, Jocelyn et Ken Elliott, établi depuis 40 ans au Burkina Faso, est enlevé à Djibo, près de Baraboulé. Le lendemain Hamadou Ag Khallini, responsable d'Ansar Dine, affirme que le couple a été enlevé par AQMI[324],[325]. La katiba Al-Mourabitoune d'AQMI revendique effectivement l'enlèvement le et annonce la libération sans contrepartie de Jocelyn Eliott[326],[327]. Cette dernière est effectivement libérée le [328].

Le , Jeffery Woodke, un travailleur humanitaire américain présent au Niger depuis 1992, est enlevé à Abalak, dans la région de Tahoua[329]. Le gardien de la maison et un des deux gardes nationaux en faction sont également tués au cours du raid[329].

Le , une humanitaire française, Sophie Pétronin, est enlevée à Gao[330],[331],[332],[333]. Elle est relâchée lors d'un échange de prisonniers le 8 octobre 2020[334],[335].

Le soir du , une religieuse colombienne, Gloria Cecilia Narvaez Argoti, est enlevée à Koutiala, dans le Sud du Mali[336],[337]. Elle est libérée le [338].

Le , un prêtre italien, Pier Luigi Maccalli, est enlevé à Bamoanga, dans la commune de Makalondi, au sud-ouest du Niger[339]. Il est relâché lors d'un échange de prisonniers le 8 octobre 2020[334],[335].

En , Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) accuse la France de faire obstruction à la libération des otages et affirme qu'il ne diffusera plus de preuves de vie publiques des cinq Occidentaux alors entre ses mains[340]. La France pourrait avoir changé sa politique sous la présidence d'Emmanuel Macron en s'opposant désormais au versement de rançons aux groupes djihadistes[340].

Le , un couple — la Canadienne Edith Blais et l'Italien Luca Tacchetto — est enlevé au Burkina Faso, entre Bobo-Dioulasso et Ouagadougou[341],[342]. Le couple s'est évadé après 450 jours[343] et ils sont retrouvés vivants par des casques bleus le , près de Kidal[344].

Le , le géologue canadien Kirk Woodman est enlevé sur le site minier de Tiabongou au Burkina Faso et est retrouvé mort deux jours plus tard à une soixantaine de kilomètres de Gorom-Gorom[345]. Son assassinat est par la suite revendiqué par l'État islamique dans le Grand Sahara[346].

Un Italien nommé Nicola Chiacchio est enlevé en février 2019 au nord du Mali. Il est relâché lors d'un échange de prisonniers le 8 octobre 2020[334],[335].

Le 8 avril 2021, le journaliste français Olivier Dubois est enlevé à Gao[347]. Son enlèvement est revendiqué par le GSIM dans une vidéo diffusée le 5 mai[347].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

En février 2022, le journal Libération indique que les pertes de l'armée malienne sont estimées par les spécialistes entre 1 500 et 2 000 tués depuis 2012[14].

Au Burkina Faso, 70 civils et 48 membres des forces de sécurité sont tués dans des attaques djihadistes entre et le [348]. Le , le gouvernement burkinabé annonce que 204 de ses soldats ont été tués dans des attaques djihadistes depuis 2015, tandis que l'AFP affirme avoir recensé 630 morts civils et militaires[15].

Selon un décompte de l'AFP, 400 personnes ont été tuées au Burkina Faso entre 2015 et mai 2019[349].

De à , 59 militaires français trouvent la mort au cours des opérations Serval et de Barkhane[16].

Selon l'ONU, les attaques djihadistes au Mali, au Niger et au Burkina Faso causent la mort de 4 000 personnes pendant l'année 2019[350].

En février 2022, le site d'informations Mediapart affirme avoir calculé qu'au moins 2 800 djihadistes ont été tués au Sahel par les troupes françaises depuis 2013, dont 600 dans les premiers mois de l'Opération Serval et 2 223 depuis le début de l'année 2014[18]. Ces bilans ne prennent pas en compte les pertes infligées par les armées armées sahéliennes[18]. Héni Nsaibia, chercheur pour l’ONG Armed Conflict Location and Event Data project (Acled), estime quant à lui que « si l'on ajoute au calcul ce qui est annoncé par le Niger, le Burkina Faso et le Mali, ce sont des chiffres stupéfiants : entre 4 000 et 5 000 tués, à minima »[18].

Selon l'Armed Conflict Location and Event Data project (Acled), au moins 11 276 civils sont tués au Sahel entre 2012 et juin 2022[13]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéopgraphie[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Dominique Merchet, « Mali: Wagner, une société pas toujours bien vue en Russie », L'Opinion,‎ (lire en ligne Inscription nécessaire)
  2. https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/la-france-se-retire-completement-du-mali-1387715
  3. Baba Ahmed, « Mali : quelle armée pour la reconquête du Nord ? », Jeune Afrique,
  4. a et b Assemblée nationale : Assemblée nationale, Enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale le 18 juillet 2013. Rapport d'information déposé en application de l'article 145 du Règlement par la Commission de la Défense nationale et des Forces armées en conclusion des travaux d’une mission d’information sur l’opération Serval au Mali et présenté par MM. Christophe Guilloteau et Philippe Nauche, Députés.
  5. Laurent Touchard, « Armée malienne : le difficile inventaire », Jeune Afrique,
  6. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201130-niger-les-effectifs-de-l-arm%C3%A9e-vont-doubler-d-ici-cinq-ans
  7. Anna Sylvestre-Treiner et Nadoun Coulibaly, « Terrorisme : le Burkina Faso est-il le nouveau maillon faible ? », Jeune Afrique,
  8. Gaël Grilhot, « Les forces tchadiennes au Mali : mythe et réalités », RFI,
  9. a b et c Yves Trotignon, « Le Sahel, laboratoire d’un échec contre le djihadisme », Le Monde,
  10. https://www.lefigaro.fr/flash-actu/un-millier-de-mercenaires-du-groupe-russe-wagner-au-mali-estime-paris-20220214
  11. Valérie Leroux, « Mali: l'armée française remet la pression sur les jihadistes dans le Nord », AFP,
  12. Peter Bergen et Emily Schneider, « Jihadist threat not as big as you think », CNN,
  13. a et b Au Sahel, la guerre tue de plus en plus les civils, Le Figaro avec AFP, 2 juillet 2022.
  14. a et b Léa Masseguin, Mali, Burkina Faso, Niger: des armées nationales à la peine face à la menace jihadiste, Libération, 18 février 2022.
  15. a et b AFP, « Burkina: l'armée rend hommage aux 204 militaires "tombés pour la patrie" » [archive du ], TV5 MONDE,
  16. a et b Mali : les derniers soldats français de l’opération « Barkhane » ont quitté le pays, Le Monde avec AFP, 15 août 2022.
  17. Pertes militaires françaises au Mali et au Sahel
  18. a b c et d Anthony Fouchard, Au Sahel, l’armée française a tué au moins 2 800 présumés djihadistes, Mediapart, 16 février 2022.
  19. Vincent Bisson, « La vraie guerre du Sahel se jouera hors du Mali », Le Temps,
  20. Pierre Haski, « Les otages français et africains dans la sale guerre du Sahel », Le Nouvel Observateur,
  21. Aziz M. Ad. MeddiMel. M, « Algérie. La guerre du Sahel n’est pas finie », Courrier international avec el-Watan,
  22. « Au Sahel, la crainte d’une guerre sans fin », Le Monde,
  23. Frédéric Ramel, « Au Sahel, le conflit armé n'est pas de même nature qu'en Afghanistan », Le Monde,
  24. Thomas Hofnung, « Le conflit au Sahel, passage obligé pour l’Europe de la défense », Libération,
  25. Tanguy Berthemet, « Le Burkina, nouvelle terre de l'insurrection islamiste », Le Figaro,
  26. « Les conflits au Sahel font doubler le nombre des déplacés à 3,5 millions », RTS info,
  27. a et b Madjid Zerrouky, « L’empreinte durable d’Al-Qaida au Sahel », Le Monde,
  28. [vidéo] France 24, « Dans le désert avec les combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique », sur youtube,
  29. Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 26-28.
  30. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 51-56.
  31. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 56-59
  32. Anthony Lattier, « Terrorisme: Belmokhtar n'a pas perdu toute «capacité de nuisance» », RFI,
  33. a et b Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 59-62
  34. a et b Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 32-35.
  35. Jeune Afrique avec AFP, « Algérie : Abderrezak el Para entame une grève de la faim en détention », Jeune Afrique,
  36. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 67-80
  37. Jean-Christophe Notin, La Guerre de la France au Mali, p. 37-38.
  38. Benjamin Roger, « Visuel interactif : le nouvel organigramme d’Aqmi », Jeune Afrique,
  39. a b et c Marc Mémier, « AQMI et Al-Mourabitoun : le djihad sahélien réunifié? » [PDF], IFRI,
  40. a et b Jean-Pierre Filiu, « Niger : les cinq Français otages de la guerre des chefs d'Aqmi », Le Nouvel Observateur avec Rue89,
  41. Lemine Ould Mohamed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 9-18
  42. « 2008 Paris Dakar rally cancelled due to terrorist threats », sur surthemotorreport.com.au
  43. a et b AFP, « Mauritanie: "guerre sainte" pour décimer Aqmi et venger 5 ans de violences », La Dépêche,
  44. « Deuil national après la découverte des corps de 12 soldats décapités », RFI,
  45. a b c d e f et g Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 40.
  46. a et b Taoufik Mjaied et James André, « Mauritanie : face à l’ennemi invisible », France 24,
  47. « La Mauritanie a-t-elle conclu un pacte de non-agression avec Aqmi? », RFI,
  48. « Accord de non-agression entre AQMI et la Mauritanie (Document) », Alakhbar,
  49. « Otage : la France a bien participé au raid manqué pour libérer Michel Germaneau », Le Parisien,
  50. AFP, « AQMI affirme avoir négocié avec la France le sort de l'otage Germaneau », RFI,
  51. Reuters, « Combats meurtriers entre l'armée mauritanienne et les islamistes d'Aqmi », France 24,
  52. a et b AFP, « Aqmi dit avoir tué "19 militaires" mauritaniens au Mali », Le Point,
  53. AFP, « L’opération de la Mauritanie contre Aqmi au Mali se poursuit, il y aurait « trente morts » », Jeune Afrique,
  54. « Plusieurs morts dans un raid de la Mauritanie contre Aqmi au Mali », L'Express avec AFP,
  55. a et b « La base d'Aqmi dans la forêt de Wagadou aux mains de l'armée malienne », RFI,
  56. a et b AFP, « Raid d'Aqmi en Mauritanie: au moins 20 assaillants tués, 4 soldats blessés », sur slateafrique.com,
  57. « Aqmi a attaqué une base militaire en Mauritanie », RFI,
  58. AFP, « Aqmi: 8 soldats mauritaniens tués », Le Figaro,
  59. « Attaque de Bassiknou/version d’AQMI : Avons visé des troupes françaises et un poste avancé de l’armée mauritanienne », ANI,
  60. a b et c Christophe Boisbouvier, « Le Mali plongé au cœur du combat contre Aqmi », Jeune Afrique,
  61. Samar Smati, « Violent accrochage entre les Touaregs maliens et le GSPC », sur www.algeria-watch.org,
  62. « ATT humilié », Jeune Afrique,
  63. a b et c « Meurtres au Sahel », Jeune Afrique,
  64. a b et c L'Express avec AFP, « Le Mali lance une offensive contre Al-Qaeda »,
  65. AFP, « Mali: 16 à 26 membres d'al-Qaida tués », Le Figaro,
  66. AFP, « Mali: al-Qaida affirme avoir tué 28 soldats », Le Figaro,
  67. Camille Dubruelh, « Nord-Mali : des rebelles touaregs attaquent Ménaka », sur Jeune Afrique, .
  68. « Rébellion touareg au Mali : Paris dénonce des « exécutions sommaires » », sur Le Monde avec AFP, .
  69. Ahmed Baba, « Rébellion au Nord-Mali : le camp militaire de Tessalit tombe aux mains du MNLA », sur Jeune Afrique, .
  70. « La ville de Kidal, dans le nord du Mali, prise par les rebelles », RFI,
  71. Le Nouvel Observateur avec AFP, « MALI. Le pouvoir laisse Gao aux mains des rebelles »,
  72. « Nord du Mali : Gao est aux mains des islamistes », RFI,
  73. AFP, « Nord du Mali: combats entre islamistes du Mujao et rebelles touareg du MNLA », Le Point,
  74. AFP, « Les islamistes du Mujao disent avoir infligé une « lourde défaite » aux rebelles touareg », France24,
  75. « Mali: les hommes du Mujao s'emparent de Ménaka », RFI,
  76. Jean-Christophe Notin, La Guerre de la France au Mali, p. 148.
  77. AFP, « Mali : Konna reprise, Diabali toujours aux mains des islamistes », Libération,
  78. L'Obs avec AFP, « Mali: soldats français et maliens entrent à Diabali et Douentza »,
  79. « Mali : l'armée française annonce la libération de Gao », RFI,
  80. Le Monde avec AFP et Reuters, « Mali : les forces françaises et maliennes sont entrées dans Tombouctou »,
  81. Pierre Prier, « Mali : les Touaregs laïques disent avoir repris Kidal », sur Le Figaro, .
  82. David Baché, « L’opération «Panthère IV» est lancée », sur letemps.ch, .
  83. a et b Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 488-491.
  84. Bernard Barrera, Opération Serval : Notes de guerre, Mali 2013, p. 210-214.
  85. Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 527.
  86. Patrick Forestier, « Général Barrera, libérateur du Mali - « Mourir, un risque du métier » », sur Paris Match, .
  87. Sarah Halifa-Legrand et Vincent Jauvert, « MALI. Les secrets d'une guerre éclair », sur Le Nouvel Observateur,
  88. Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 448-451.
  89. Thierry Oberlé, « Mali : combattant d'Aqmi, il rapporte la mort d'Abou Zeid », Le Figaro,
  90. Jean-Philippe Rémy, « L'Élysée et l'armée française ne confirment pas la mort d'Abou Zeid », Le Monde,
  91. Nathalie Guibert et Isabelle Mandraud, « Des tests ADN confirment la mort d'Abou Zeid », Le Monde,
  92. « La mort du chef jihadiste Abou Zeid confirmée par l'Élysée », RFI, .
  93. « Aqmi confirme la mort de son chef Abou Zeid », sur AFP, .
  94. « Aqmi confirme la mort d'Abou Zeid, un de ses chefs », sur rfi.fr, .
  95. a et b Laurent Larcher, « Au Mali, « l’implosion est en cours » », La Croix,
  96. Lemine Ould Mohamed Salem, « Le ravisseur de plusieurs Français au Sahel crée un nouveau groupe armé », Libération,
  97. Benjamin Roger, « Terrorisme : le groupe de Mokhtar Belmokhtar et le Mujao annoncent leur fusion », Jeune Afrique,
  98. « Afrique : fusion de 2 groupes djihadistes », Le Figaro,
  99. Jean-Louis Le Touzet, « L’État islamique étend ses tentacules dans le Sahel », Libération,
  100. « L'émir d'Aqmi annonce le ralliement de Mokhtar Belmokhtar », RFI,
  101. AFP, « Al-Qaëda au Maghreb islamique annonce le ralliement des Mourabitoune »,
  102. Jules Crétois, « Fusion de groupes jihadistes au Sahel, sous la bannière d’Al-Qaïda », Jeune Afrique,
  103. Madjid Zerrouky, « Les groupes djihadistes s’unissent au Sahel », Le Monde,
  104. a et b Cyril Bensimon, « A Tazalit, une attaque visant l’armée nigérienne tue 22 soldats », Le Monde,
  105. AFP, « Sept militaires, deux assaillants et un civil tués à la frontière malienne », Jeune Afrique,
  106. « Cinq soldats tués lors d’une attaque d’Al-Qaïda », AFP,
  107. « Al-Qaïda au Maghreb islamique revendique un attentat dans l'ouest du Niger », Belga,
  108. Ursula Soares, « Accrochage au nord d’Arlit, au Niger : la piste d’Aqmi se précise », RFI,
  109. AFP, « Nord du Niger: un soldat tué, deux blessés dans un accrochage avec Aqmi », Jeune Afrique,
  110. Guillaume Thibault, « Niger: l’armée française a aidé à la neutralisation des derniers jihadistes à Agadez », RFI,
  111. « Niger: Issoufou visite Agadez », BBC,
  112. Le Monde avec AFP, « Niger : deux gardiens de prison tués par des "terroristes" à Niamey »,
  113. Thierry Portes, « Niger : des «terroristes» s'évadent de la prison de Niamey », Le Figaro,
  114. « L'Élysée annonce la destruction d'un convoi d'Aqmi au Niger », sur rfi.fr.
  115. Nathalie Guibert, « Mali : vaste opération de l’armée française à Kidal », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  116. L'Obs avec AFP, « Niger: neuf membres des forces de sécurité tués dans des attaques près du Mali »,
  117. « Niger: neuf membres des forces de sécurité tués dans des attaques », RFI,
  118. « Niger: attaque d’éléments du Mujao venus du Mali », RFI,
  119. AFP, « Niger: quatre gendarmes tués dans une attaque "terroriste" », L’Orient-Le Jour,
  120. « Double attaque terroriste au Niger à quelques jours de la présidentielle », RFI,
  121. Le Figaro avec AFP, « Niger: 4 morts dans des attaques islamistes »,
  122. Mathieu Olivier, « Niger : un gendarme tué dans une attaque terroriste près de la frontière avec le Mali », Jeune Afrique,
  123. « Niger: deux morts dans l’attaque contre un camp de réfugiés maliens », RFI,
  124. Mathieu Olivier, « Niger : cinq soldats tués dans une attaque à Bani Bangou, dans la région de Tillabéri », Jeune Afrique,
  125. Stéphane De Sakutin, AFP, « Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien » [archive du ], Le Parisien,
  126. Mohamed Ag Ahmedou, « Niger : L’État islamique au Sahel revendique l’attaque contre l’armée nigérienne », Le Journal du Mali,
  127. « Niger: attaque meurtrière contre des gendarmes dans la région de Tillabéri », RFI,
  128. « Niger: trois morts dans l'attaque d'un poste de police à la frontière burkinabè », RFI,
  129. Le Monde avec AFP, « Niger : six soldats tués dans une attaque à la frontière malienne »,
  130. « Niger: la coalition terroriste d’Iyad Ag Ghali revendique l’attaque de Midal », RFI,
  131. AFP, « Niger : deux policiers et un gendarme tués dans une attaque près de l’Algérie », Tout sur l’Algérie,
  132. Mahamane Sabo Bachir, « Une attaque près d'Assamaka fait 5 morts » Accès payant, Niamey et les 2 Jours,
  133. « Niger: des soldats nigériens et américains tués à la frontière du Mali », RFI,
  134. Le Figaro avec Reuters, « Niger: huit soldats tués dans une embuscade »,
  135. « Niger: 13 gendarmes tués lors d'une nouvelle attaque », AFP,
  136. « Niger: violente attaque contre un poste de gendarmerie à 40 km de Niamey », RFI,
  137. « Niger: l'attaque de Goubé, un message aux portes de Niamey », RFI,
  138. « Frontière Burkina Faso - Niger : quatre terroristes tués et un autre capturé lors d'un raid de l'armée nigérienne », Kibaru,
  139. Le Figaro avec AFP, « Une quinzaine de djihadistes tués au Niger »,
  140. « Tongo Tongo : le ministre de la Défense Kalla Moutari dévoile les circonstances de l’embuscade », ActuNiger,
  141. AFP, « Niger: 28 soldats tués dans une nouvelle attaque à la frontière malienne », sur Le Temps Afrique,
  142. « Niger: attaque meurtrière d'un poste de police aux portes de Niamey », RFI,
  143. Le Monde avec AFP, « Niger : deux militaires tués lors d’une attaque dans une zone jusqu’alors épargnée par le terrorisme »,
  144. AFP, « Niger: une attaque djihadiste contre l'armée fait au moins 71 morts », La Presse,
  145. France 24 avec AFP, « Au Niger, 14 militaires tués dans une attaque jihadiste dans l'ouest du pays »,
  146. Le Monde avec AFP, « Au Niger, l’armée subit ses plus lourdes pertes à Chinégodar avec 89 soldats tués »,
  147. Le Monde avec AFP, « Quelque 120 terroristes « neutralisés » au cours d’une opération au Niger »,
  148. Le Figaro avec AFP, « Niger : 9 soldats tués dans une attaque près de la frontière malienne »,
  149. Le Figaro avec AFP, « Niger: 4 militaires nigériens et 63 «terroristes» tués dans des combats »,
  150. « Point de situation des opérations du 03 au 09 avril », Ministère de Armées,
  151. Le Figaro avec AFP, « Niger : 20 villageois tués au cours d'une série d'attaques »,
  152. Jean-Philippe Rémy et Abdou Mahamane Alhassane, « Niger : huit personnes, dont six touristes français, tuées par des hommes armés », Le Monde avec AFP,
  153. « Niger: six Français et deux Nigériens tués par des hommes armés dans la zone de Kouré », RFI,
  154. « Niger : 7 militaires et 11 «terroristes» tués », Le Figaro avec AFP,
  155. Le Monde avec AFP, « Au Niger, cent morts dans les attaques de deux villages de l’Ouest »,
  156. Issoufou Mahamadou, « Niger: le bilan s'alourdit après l'attaque de deux villages dans l'ouest du pays », RFI,
  157. a et b France 24 avec AFP, « Niger : les attaques de dimanche ont fait au moins 137 morts, selon le gouvernement »,
  158. Moussa Kaka, « Niger: dix-huit soldats des forces spéciales tués dans une embuscade », RFI,
  159. Le Figaro avec AFP, « Niger: 14 civils tués dans une attaque près de la frontière malienne »,
  160. « Niger: deux jours de deuil national après le massacre de 69 personnes près de Banibangou », RFI,
  161. Le Figaro avec AFP, « Ouest du Niger : onze soldats tués et neuf «disparus» dans une attaque »,
  162. (en) « Niger says 11 soldiers killed, nine missing after gun assault », Al-Jazeera,
  163. Le Figaro avec AFP, « Ouest du Niger : 12 militaires et «des dizaines de terroristes» tués samedi », (consulté le )
  164. Pierre Pinto, « Toujours beaucoup de questions après l'attaque de Kafalo en Côte d'Ivoire », RFI,
  165. « Côte d’Ivoire-Burkina: première opération militaire conjointe contre les jihadistes », RFI,
  166. Le Monde avec AFP, « Opération militaire conjointe Côte d’Ivoire et Burkina : 8 djihadistes tués, 38 suspects arrêtés »,
  167. Yaya Boudani, « Opération militaire conjointe Côte d'Ivoire-Burkina: une base terroriste neutralisée », RFI,
  168. a et b Pierre Lepidi et Morgane Le Cam, Au Bénin, l’armée subit les premières attaques terroristes de son histoire, Le Monde, 3 décembre 2021.
  169. Bénin: nouvelle attaque dans le nord-ouest du pays, RFI, 23 décembre 2021.
  170. Bénin : deux soldats tués dans l'explosion d'une mine, Le Figaro avec AFP, 6 janvier 2022.
  171. Golfe de Guinée : le Bénin est-il une cible privilégiée des attaques djihadistes ?, TV5 Monde, 7 janvier 2022.
  172. Trois attaques ont fait au moins 9 morts dont un Français dans le nord du Bénin, France 24 avec AFP, 11 février 2022.
  173. « Bénin: nouvelle attaque terroriste meurtrière dans le nord-ouest du pays », sur RFI, (consulté le )
  174. a b et c Togo: au moins huit militaires tués dans attaque dans le nord du pays, RFI, 11 mai 2022.
  175. Faure Gnassingbé chausse les rangers, 13 novembre 2021.
  176. Le Monde avec AFP et Reuters, « Al-Qaida au Maghreb islamique revendique la mort de 11 gendarmes algériens »,
  177. « L’Aqmi exécute un douanier algérien », Afrik.com,
  178. AFP, « Attentat-suicide contre une gendarmerie à Tamanrasset », France24,
  179. Farid Aichoune, « Au Mali, la guerre de l'ombre a déjà commencé », Le Nouvel Observateur,
  180. « Algérie: 5 militants du MUJAO tués à la frontière avec le Mali », Xinhua,
  181. « Algérie : sept terroristes tués par l'armée près de la frontière avec le Mali », Xinhua,
  182. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 153-170
  183. FRANCE 24 avec dépêches, « In Amenas : cinq djihadistes capturés vivants par l'armée algérienne »,
  184. AFP, « Prise d'otages en Algérie : les ravisseurs réclament «l'arrêt de l'agression» au Mali », Libération,
  185. « Sahel: l'opération Barkhane débute », RFI,
  186. a et b « Sahel-Armées : Barkhane succède à Serval », BBC,
  187. France Inter avec, Lorélie Carrive, « L'opération Barkhane au Sahel a deux ans et un bilan mitigé », France Inter,
  188. a b et c Le Monde avec AFP, « Les États-Unis envisagent de se retirer militairement d’Afrique de l’Ouest »,
  189. « Lutte anti-djihadiste au Sahel: Washington réclame à la région d'en faire plus », Le Figaro avec AFP,
  190. a et b Seidik Abba, « La sécurité au Sahel se construit sans l’Algérie : jusqu’à quand ? », Le Monde,
  191. a et b Benjamin Roger, « G5 Sahel : enfin une force conjointe à l’issue du sommet de Bamako ? », Jeune Afrique,
  192. Jeune Afrique avec AFP, « Lutte antiterroriste : les pays du G5 Sahel s’acheminent vers la création d’une force commune »,
  193. Florence Richard, « G5 au Sahel : Macron lance la force conjointe antijihadiste », France 24,
  194. a b c et d Célian Macé, « Nouvelle force au Sahel : par ici la sortie? », Libération,
  195. a et b Christophe Châtelot, « Le G5 Sahel, une force antiterroriste balbutiante », Le Monde,
  196. Le Monde avec AFP, « À Bamako, Macron promet une aide financière et logistique aux pays du « G5 Sahel » »,
  197. a et b Thomas Hofnung, « Macron et le Sahel, c’est par où la sortie ? », Le Monde,
  198. Cyril Bensimon, « Idriss Déby : « Je ne suis pas un aventurier, un guerrier, je suis un homme seul » », Le Monde,
  199. James Barma, « Antiterrorisme : l'Afrique va-t-elle devoir faire sans le Tchad ? », Le Point avec AFP,
  200. AFP, « Première opération pour la force anti-jihadiste G5 Sahel », L'Express,
  201. Olivier Fourt, « Hawbi: la première opération de la force conjointe du G5 Sahel », RFI,
  202. AFP, « Sans Barkhane, point de salut pour les débuts de la force du G5 Sahel » [archive du ],
  203. « Mali: une première opération du G5 Sahel sans accroc », RFI,
  204. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 146.
  205. a b et c « Mali : Les rebelles du Nord perpètrent des crimes de guerre », Human Rights Watch,
  206. a b c d e et f Yvan Guichaoua, « Les enjeux cachés d’une lapidation qui n’a jamais eu lieu dans le nord du Mali », Le Monde,
  207. Thomas Hofnung, « A Gao, le docteur Souleyman a «refusé d’amputer» », Libération,
  208. AFP, « Au Mali, le calvaire de Moctar et Souleymane, amputés par les islamistes »,
  209. « Rapport de la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme sur la situation des droits de l’homme au Mali » [PDF], Haut-Commissariat aux droits de l'homme,
  210. [vidéo] TV5 Monde, « Spéciale Mali : Tombouctou après la libération », sur youtube,
  211. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 147-148.
  212. Le Monde avec AFP, « Destruction des mausolées de Tombouctou : un "crime de guerre" selon la CPI »,
  213. « MALI. Un couple non-marié lapidé à Anguelhok », Le Nouvel Observateur avec AFP,
  214. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 152.
  215. Jean-Louis Le Touzet, « La feuille de route d'Aqmi au Mali », Libération,
  216. « Exclusif RFI/Libération: le document qui révèle la stratégie d'Aqmi au Mali », RFI,
  217. Nicolas Champeaux, « RFI : Exclusif RFI/«Libération» : le projet du chef d'Aqmi pour le Mali », RFI,
  218. Nicolas Champeaux, « Comment RFI et Libération ont découvert le document stratégique d'Aqmi », RFI,
  219. « Le document secret d'Aqmi », Libération,
  220. « La stratégie d'Aqmi au Mali dévoilée dans un document retrouvé à Tombouctou », France 24,
  221. Nicolas Champeaux, « Exclusivité RFI : quand le numéro un d'Aqmi prenait la plume pour fixer un cap au Mali », RFI,
  222. « Mali: réactions du MNLA et d'Ansar Dine après la publication du document d'Aqmi par RFI », RFI,
  223. Guillaume Thibault, « Exclusif: les dessous de l'accord entre Aqmi et les mouvements armés du Nord », RFI,
  224. « Mali : un document inédit sur la stratégie d'Aqmi dans le Sahel retrouvé à Tombouctou », RFI,
  225. AFPQC, « Nord du Mali: une marche contre les islamistes dispersée à Kidal » [archive du ], HuffPost Québec,
  226. Ursula Soares, « Fin de l’accord entre le MNLA et Ansar Dine au nord du Mali », RFI,
  227. « A Tombouctou, les soldats français et maliens accueillis en libérateurs », Libération,
  228. a et b Denia Chebli, « L'échec de l'intervention française au Mali », Libération,
  229. Catherine Gouëset, « Au Mali, "la France prête trop d'attention au militaire, pas assez au terreau du djihadisme" », L'Express,
  230. a et b FIDH et AMDH, « Centre Mali : les populations prises au piège du terrorisme et du contre-terrorisme », 20 novembre 2018 p. 29.
  231. Arnaud Jouve, « Qui sont les jihadistes en Afrique de l’Ouest? (1/2) », RFI,
  232. a et b Célian Macé, « Au Sahel, l'amer bilan de dix ans de lutte antiterroriste », Libération,
  233. a b c d et e Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 306-308.
  234. Maurin Picard, « Mali : libération des deux otages autrichiens », Le Figaro,
  235. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 95-80
  236. Benjamin Roger, « Robert Fowler, ex-otage d'Aqmi : "J'ai cru plusieurs fois que j'allais être tué" », Jeune Afrique,
  237. « Robert Fowler, otage d’Aqmi pendant quatre mois. “Difficile de ne pas devenir fou” », Paris Match,
  238. « Sahel: quand Aqmi reproche à Belmokhtar de ne pas fournir ses notes de frais », RFI, (consulté le )
  239. « Résumé des motifs ayant présidé aux inscriptions de noms sur la liste récapitulative NARRATIVE SUMMARIES OF REASONS FOR LISTING QI.B.136.03. Mokhtar Belmokhtar » [archive du ], sur un.org
  240. AFP, « Libération du chauffeur de deux diplomates canadiens enlevés », Jeune Afrique,
  241. Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 39.
  242. Reuters, « Al-Qaeda au Maghreb dit avoir tué son otage britannique », Le Point,
  243. « Al-Qaïda revendique le rapt d'un Français au Mali et de 3 Espagnols en Mauritanie », AFP, 8 décembre 2009
  244. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 192 et 307.
  245. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 123-124.
  246. « "Al Qaida au Maghreb islamique libère deux otages espagnols" » [archive du ], sur Nouvel Obs (consulté le )
  247. AFP, « Otage d'Aqmi: Sarkozy critique l'Espagne », sur LE FIGARO, (consulté le )
  248. « Mali: un couple d’Italiens libéré par al-Qaïda », RFI,
  249. Libération avec AFP, « De Michel Germaneau à Serge Lazarevic, 4 ans d'otages français »,
  250. a b c et d Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 51-52.
  251. « L'Aqmi annonce l'exécution de l'otage français Michel Germaneau », sur France 24, .
  252. Jean-Dominique Merchet, « AQMI : l'otage Michel Germaneau est mort de maladie, faute de médicaments », sur Secret défense, (version du 28 septembre 2013 sur l'Internet Archive)
  253. « Exclusif : Michel Germaneau « a été abattu d'une balle dans la tête » »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur TF1,
  254. « L'auteur présumé de l'attentat contre l'ambassade de France se réclame d'Al-Qaïda », France 24,
  255. « Mali: une semaine de confusion sur le sort de Mokhtar Belmokhtar et Abou Zeid », sur rfi.fr, .
  256. a et b Jean-Philippe Remy, « Les quatre otages enlevés au Niger libérés », sur Le Monde, .
  257. « Thierry Dol, otage libéré, évoque une «épreuve de la vie» », Libération,
  258. « "Al-Qaïda revendique le rapt des cinq Français, l'armée déployée" », sur lci.fr (version du 4 mars 2016 sur l'Internet Archive)
  259. a b et c Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 524-529.
  260. « L'otage française au Niger libérée », Le Figaro,
  261. Bernard Barrera, Opération Serval : Notes de guerre, Mali 2013, p. 297-307.
  262. « Niger: les quatre otages français d'Arlit sont libres », sur RFI, (consulté le )
  263. Jean-Philippe Rémy, « Les quatre otages français enlevés au Niger libérés », Le Monde,
  264. Jacques Follorou, « Otages d’Arlit : une rançon a été versée », Le Monde,
  265. Karl Laske, « AQMI a reçu 42 millions d’euros de rançon pour les sept otages d’Areva », Mediapart,
  266. Lemine Ould Mohammed Salem, Le Ben Laden du Sahara, sur les traces du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, p. 127-138
  267. Jean-Paul Mari, « Niger : Comment les otages français sont morts », Le Nouvel Observateur,
  268. « Nord-Mali : trois otages européens échangés contre trois islamistes », Le Parisien,
  269. « Trois otages européens libérés dans le nord du Mali », RFI,
  270. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 63-64.
  271. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 73-79.
  272. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 307.
  273. L'Obs avec AFP, « Au Mali, 13 otages dans les mains d'Aqmi », Le Nouvel Observateur,
  274. Patrick Forestier, « Serge Lazarevic, le dernier otage », Paris Match,
  275. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 173.
  276. Didier François, « Mali : le passé sulfureux des otages », sur Europe 1, (version du 1 février 2017 sur l'Internet Archive)
  277. Thomas Hofnung, « Serge Lazarevic, espion, géologue ou aventurier ? », Libération,
  278. Le Monde avec AFP, « Serge Lazarevic affirme avoir été torturé durant sa captivité »,
  279. « Aqmi annonce avoir exécuté un otage français », sur Le Figaro avec agences, .
  280. « MALI. Aqmi aurait exécuté un otage français, Paris ne confirme pas », sur Le Nouvel Observateur avec AFP, .
  281. Jean-Christophe Notin, La guerre de la France au Mali, p. 523.
  282. « Mali: le corps de l'otage français Philippe Verdon retrouvé près de Tessalit », sur rfi.fr, .
  283. « Philippe Verdon a-t-il été retrouvé par des éléments du MNLA? », sur rfi.fr, .
  284. Le Monde avec AFP et Reuters, « L'otage Philippe Verdon est mort « assassiné d'une balle dans la tête » »,
  285. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 174.
  286. Serge Daniel, Les mafias du Mali ; Trafics et terrorisme au Sahel, p. 217-218.
  287. « Serge Lazarevic: les dessous d'une libération », sur rfi.fr, .
  288. Libération et AFP, « : Serge Lazarevic : «La vie est belle de retrouver la liberté» »,
  289. L'Obs et AFP, « Serge Lazarevic, dernier otage français dans le monde, est libre »,
  290. « Serge Lazarevic, dernier otage français, est libre », France 24,
  291. « Mali : quatre jihadistes ont été libérés en échange du Français Serge Lazarevic », France 24,
  292. « On en parle dans les coulisses… Ça bouillonne à Bamako », Soir de Bamako,
  293. « Libération de Lazarevic: ce que RFI sait des 4 jihadistes libérés », RFI, (version du 26 octobre 2015 sur l'Internet Archive)
  294. L'Indicateur du Renouveau, « Mohamed Akotey, négociateur nigérien tranche : « J’ai négocié avec Aqmi, pas avec Iyad Ag Ghali » »,
  295. « Encore trois otages étrangers détenus au Mali », sur rfi.fr, .
  296. L'Obs avec AFP, « Au Mali, 13 otages dans les mains d'Aqmi », Le Nouvel Observateur,
  297. Le Monde avec AFP, « Un otage néerlandais libéré au Mali »,
  298. « Mali : l’otage suédois Johan Gustafsson libéré après cinq ans de captivité », RFI,
  299. « Lueur d'espoir pour l'otage sud-africain après la libération de Johan Gustafsson », RFI,
  300. AFP, « Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011 », Le Point,
  301. Jeune Afrique avec AFP, « Al-Qaïda : l’ex-otage sud-africain Stephen McGown raconte sa détention »,
  302. « Tahar Touati, un des otages, exécuté par les tueurs du Mujao », Le Matin d'Algérie,
  303. Hamid A., « Les trois diplomates algériens otages du Mujao sont en vie », Le Matin d'Algérie,
  304. AFP, « Mali : un diplomate algérien aurait été tué », Le Figaro,
  305. David Baché, « Mali : les islamistes progressent au sud », Le Figaro,
  306. « Mali : deux diplomates algériens libérés par le Mujao », RFI,
  307. AFP, « Otage français au Mali: L'enlèvement revendiqué par le groupe islamiste Mujao », Le Nouvel Observateur,
  308. « Mali: la famille de l'otage Gilbert Rodriguez Léal lui lance un message de soutien », RFI,
  309. « RFI sous le choc après l'assassinat de deux de ses envoyés spéciaux au Mali », RFI,
  310. « MALI. Aqmi revendique l'assassinat des deux journalistes de RFI », Le Nouvel Observateur,
  311. « Mali: ces Touaregs qui ont choisi le jihad », RFI,
  312. « Le groupe jihadiste Al-Mourabitoune affirme détenir un Roumain enlevé au Burkina en avril », sur twitter, AFP,
  313. « Al-Mourabitoune diffuse une vidéo montrant l’otage roumain I. Ghergut », RFI,
  314. Le Monde avec AFP et Reuters, « Une vidéo met en scène six otages au Sahel, dont la Française Sophie Pétronin »,
  315. « Une ressortissante suisse enlevée à Tombouctou », France 24 avec AFP,
  316. LEXPRESS.fr avec AFP, « Mali : l'otage suisse a été libérée », L'Express,
  317. « Mali : Ansar Dine libère l'otage suisse à Tombouctou », RFI,
  318. « Mali: enlèvement d'une ressortissante suisse à Tombouctou », RFI,
  319. Serge Daniel, « Mali: Béatrice Stockly, la captive du désert, enlevée pour la deuxième fois »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), AFP,
  320. AFP, « Mali : des djihadistes revendiquent l'enlèvement de Béatrice Stockly », Le Point,
  321. Franceinfo avec AFP, « Mali : l'otage suisse "tuée par des terroristes" était une missionnaire enlevée quatre ans plus tôt »,
  322. « Mali: une missionnaire suisse, retenue en otage, a été tuée par ses ravisseurs », RFI,
  323. Ian Hamel, « L'otage suisse exécutée au Mali aurait été victime d'une bavure », Le Point,
  324. « Les deux Australiens enlevés au Burkina Faso sont "entre les mains d'Aqmi" », France 24 avec AFP,
  325. Maëva Poulet, « Les Burkinabè se mobilisent pour deux humanitaires australiens enlevés par des jihadistes », France 24,
  326. France 24 avec Reuters, « Aqmi revendique l'enlèvement du couple australien au Burkina Faso »,
  327. Romain Caillet, Al-Mourabitoune (#AQMI) revendique la capture des Australiens Eliot Arthur et son épouse Joséphine Kenneth, twitter, 5 février 2016.
  328. AFP, « Burkina : libération d’une Australienne enlevée par des jihadistes », Jeune Afrique,
  329. a et b Le Monde Afrique (avec AFP), « Niger : ce que l’on sait de Jeffery Woodke, l’Américain enlevé dans le centre du pays »,
  330. « Au Mali, incertitude sur le sort de l’humanitaire Sophie Pétronin », Le Monde,
  331. Adem Arroudj, « L'humanitaire Sophie Pétronin kidnappée par un groupe armé d'Arabes du nord du Mali », Le Figaro,
  332. Aboubacar Dicko et Trésor Kibangula, « Mali : ce que l’on sait de l’enlèvement de Sophie Pétronin à Gao », Jeune Afrique,
  333. Pierre Bouvier, « Qui est Sophie Pétronin, l’otage française au Mali ? », Le Monde,
  334. a b et c Le Monde avec AFP, « L’ex-otage française Sophie Pétronin est arrivée en France après sa libération au Mali »,
  335. a b et c France 24, « En libérant Sophie Pétronin, "la junte malienne va pouvoir négocier diplomatiquement" avec la France » [vidéo], sur youtube,
  336. « Une religieuse catholique colombienne enlevée dans le sud du Mali », RFI,
  337. AFP, « Mali : une religieuse colombienne enlevée, les recherches se poursuivent », Paris Match,
  338. France 24 avec AFP, « Mali : une religieuse colombienne libérée après plus de quatre ans de captivité »,
  339. « Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey », RFI,
  340. a et b Wassim NASR, « Al-Qaïda ne veut plus donner de preuves de vie "publiques" de ses otages au Sahel » [vidéo], France 24,
  341. Le Monde avec AFP, « Le Burkina assure que l’Italien et la Canadienne disparus sont vivants »,
  342. « L'Italien et la Canadienne enlevés au Burkina sont vivants, selon Ouagadougou », RFI,
  343. « Invité du jour - Edith Blais, otage au Sahel pendant 450 jours : "Le plus dur c'est de ne rien savoir" », sur France 24, (consulté le )
  344. France 24 avec AFP, « Mali : deux Occidentaux enlevés en 2018 au Burkina Faso retrouvés vivants par l'ONU »,
  345. Le Monde avec AFP, « Le géologue canadien enlevé au Burkina Faso a été retrouvé mort »,
  346. Matteo Puxton, « L'État islamique au Grand Sahara accroît sa "visibilité" après l'attaque d'un camp militaire français », France Soir,
  347. a et b France 24 avec AFP, « Mali: le journaliste Olivier Dubois otage d'un groupe jihadiste, confirme Paris »,
  348. « L’explosion d’un engin artisanal tue au moins six soldats au Burkina Faso », Le Monde,
  349. « Six personnes tuées dans une église dans le nord du Burkina Faso », Le Monde avec AFP,
  350. Le Monde avec AFP, « Au Niger, le groupe État islamique revendique l’attaque de Chinégodar »,