Conflit du Panchir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Conflit du Panchir
Description de cette image, également commentée ci-après
Situation début septembre 2021
Territoire contrôlé par l'Émirat islamique d'Afghanistan
Territoire contrôlé par la résistance du Panchir et les restes de la République islamique d'Afghanistan
Territoire au contrôle incertain
Informations générales
Date depuis le
(1 mois et 2 jours)
Lieu Vallée du Panchir, Provinces du Panchir, de Parwan et de Baghlan (Afghanistan)
Casus belli Prise de Kaboul
Issue Les Talibans déclarent avoir pris le contrôle de la vallée[1]
Belligérants
Flag of the Taliban.svg Émirat islamique d'AfghanistanFlag of Afghanistan (1992–2001).svg Front national de résistance
Commandants
• Qari FasihuddinAmrullah Saleh
Bismillah Khan Mohammadi (en)
Yasin Zia (en)
Ahmad Massoud
• Gul Haidar
• Saleh Registani
• Abdul Wudod Zara
Fahim Dashty
Forces en présence
70 000 hommes[2]2 000 à 10 000 hommes[3],[4]
Pertes
InconnuesInconnues

Guerre d'Afghanistan

Coordonnées 35° 16′ 00″ nord, 69° 28′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Afghanistan
(Voir situation sur carte : Afghanistan)
Conflit du Panchir

Le conflit du Panchir est un conflit armé opposant, depuis la chute de Kaboul le , le Front national de résistance — ou « résistance du Panchir », un regroupement de combattants anti-taliban — d'Ahmad Massoud ainsi que les restes de la République islamique d'Afghanistan, emmenés par Amrullah Saleh, à l'Émirat islamique d'Afghanistan réinstallé par les talibans.

Théâtre des opérations[modifier | modifier le code]

La vallée du Panchir, « un vaste territoire enclavé qui s’étend des montagnes de l’Hindou Kouch jusqu’à 150 kilomètres au nord de la capitale afghane[5] » est un bastion historique. Difficile d'accès — on y pénètre principalement par une gorge très étroite creusée par la rivière Panchir[6] —, il offre, en cas de tentative d'invasion, un avantage aux résistants afghans qui peuvent tirer depuis les hauteurs. La vallée, peuplée d'environ 150 000 à 200 000 habitants, dont la plupart sont Tadjiks[7], alors que les talibans sont en majorité Pachtounes, a toujours repoussé les envahisseurs ; aussi bien les Soviétiques lors de la guerre d'Afghanistan (1979-1989), que les talibans lors de la guerre civile des années 1990[6],[8].

En revanche, la région est exposée au risque d'encerclement, isolant les combattants et empêchant « l'approvisionnement de la province en aide, notamment humanitaire »[9]. Selon Le Monde, les combattants du FNR, qui « se préparaient depuis des semaines à l’éventualité d’un siège » auraient essayé, le 20 août, « d’ouvrir un corridor vers le nord pour avoir un accès vers le Tadjikistan en prenant le contrôle de trois districts de la province de Baghlan, occupés par des talibans »[10].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les effectifs des talibans sont estimés à 70 000 hommes pour l'ensemble de l'Afghanistan[2]. L'offensive est dirigée par le Tadjik Qari Fasihuddin[11],[12], qui est nommé, le 7 septembre, chef d'état-major de l’armée dans le gouvernement taliban[13].

Le Front national de résistance (FNR) revendique pour sa part un effectif de 9 000 ou 10 000 hommes, militaires et volontaires[14],[4]. Le New York Times indique cependant que les forces retranchées dans le Panchir ne seraient que de 2 000 à 2 500 hommes d'après des sources afghanes[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les négociations échouent et, le , de lourds combats éclatent à Gulbahar, à l'entrée sud de la vallée du Panchir[15],[16]. Ahmad Massoud déclare alors : « Les talibans ont proposé d'attribuer deux sièges au FNR dans le gouvernement qu'ils veulent créer, alors que nous demandions un meilleur avenir pour l'Afghanistan. [...] Nous n'avons même pas considéré leur offre »[15]. Cependant les talibans progressent et s'emparent en fin de journée de Anabah, un village situé à environ 25 kilomètres à l'intérieur de la vallée, longue de 115 kilomètres[17].

Le 5 septembre, les talibans déclarent avoir atteint Bazarak, la capitale de la province du Panchir[18],[19]. Le même jour, le Front national de résistance annonce que son porte-parole Fahim Dashty et le général Abdul Wudod Zara ont été tués dans les combats[18],[20],[21]. Journaliste célèbre en Afghanistan[20], Fahim Dashty avait survécu à l'attentat-suicide qui avait causé la mort du commandant Ahmed Chah Massoud le [18],[22]. Le FNR demande alors une cessation des combats et la reprise des négociations[18].

Le matin du , Bazarak est prise par les talibans, qui déploient leur drapeau sur la maison du gouverneur[23],[24],[22]. Les talibans annoncent alors avoir pris le contrôle complet de la vallée du Panchir[21],[25],[22]. Leur porte-parole, Zabihullah Mujahid, déclare alors : « Avec cette victoire, notre pays est désormais complètement sorti du marasme de la guerre. Le Panchir, qui était le dernier repaire de l’ennemi en fuite, est conquis »[22],[21],[26]. Il prévient également : « L'émirat islamique est très susceptible au sujet des insurrections. Quiconque tente de créer une insurrection sera durement réprimé. Les forces afghanes formées ces vingt dernières années seront appelées à rejoindre les services de sécurité aux côtés des talibans »[26]. De son côté, le FNR déclare sur son compte Twitter : « les allégations des talibans en ce qui concerne leur occupation du Panchir sont fausses. Les forces du FNR sont présentes sur tous les points stratégiques de la vallée et continueront à se battre »[21]. Ahmad Massoud affirme quant à lui : « Nous sommes au Panchir et notre résistance continue »[21]. Le , Ahmad Wali Massoud, frère d'Ahmad Shah Massoud, déclare que seule la route du Panchir est occupée par les talibans[27].

Le 9 septembre, la tombe du commandant Ahmed Chah Massoud est saccagée par des talibans, vingt ans jour pour jour après sa mort[28]. Sa pierre tombale est brisée en trois morceaux et le verre de la sépulture est brisé[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Afghanistan : les talibans déclarent avoir pris le contrôle du Panjshir », The National Interest, (consulté le )
  2. a et b Romain Houeix, « Pourquoi l'armée afghane s'est rapidement effondrée face aux Taliban », France 24, 16 août 2021.
  3. a et b « Biden Says U.S. Forces Will Stay in Kabul to Get All Americans Out », The New York Times, 30 août 2021.
  4. a et b Alijani Ershad, « Dans le Panchir, dernière province afghane qui échappe aux Taliban, la résistance est sûre d’elle », France 24, 27 août 2021.
  5. « Contre-offensive.Face aux talibans afghans, une nouvelle résistance dans la vallée du Panshir ? », sur courrierinternational.com, (consulté le ).
  6. a et b (en) « Why Afghanistan's Panjshir remains out of Taliban's reach », sur dw.com, (consulté le ).
  7. « Afghanistan : le Panchir, la vallée qui résiste encore et toujours aux talibans », L'Express, 4 septembre 2021.
  8. (en) Carlotta Gall et Adam Nossiter, « Budding Resistance to the Taliban Faces Long Odds », sur nytimes.com, (consulté le ).
  9. « Afghanistan : face aux talibans, la résistance emmenée par le fils Massoud compte tenir bon », sur marianne.net, (consulté le ).
  10. Ghazal Golshiri et Jacques Follorou, « Afghanistan : les talibans assiègent les derniers résistants de la vallée du Panchir », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  11. (id) Ruzimah, « Ahmad Massoud, Perlawanan Anti-Taliban dari Lembah Panjshir », sur LancangKuning.com, (consulté le )
  12. (en) « Qari Fasihuddin, the conqueror of the Five Lions », samaa.tv, 7 septembre 2021.
  13. « Les talibans annoncent qui seront les principaux ministres de leur gouvernement », 45e Nord avec AFP, 7 septembre 2021.
  14. « Ahmad Massoud, sur les traces de son père mais démuni face aux talibans », L'Obs, 24 août 2021.
  15. a et b « Afghanistan : de “lourds” combats en cours dans le Panchir, bastion historique de la lutte contre les talibans », Le Figaro avec AFP, 3 septembre 2021.
  16. « Afghanistan. Un nouvel assaut taliban a eu lieu dans le Panchir, affirme la résistance », Ouest-France avec AFP, 2 septembre 2021.
  17. « Afghanistan : les talibans gagnent du terrain dans la vallée du Panchir, dernier foyer de résistance », Le Figaro avec AFP, 5 septembre 2021.
  18. a b c et d « Afghanistan. Ahmad Massoud prêt à parler avec les talibans pour faire cesser les combats », Ouest-France avec Reuters, 5 septembre 2021.
  19. « Les taliban disent avoir pénétré dans la capitale du Panchir », Reuters, 5 septembre 2021.
  20. a et b « En Afghanistan, la résistance du Panchir appelle à un cessez-le-feu et au retrait des talibans », AFP, 6 septembre 2021.
  21. a b c d et e Margaux Benn, « Afghanistan : les talibans disent avoir écrasé l'insurrection armée dans le Panchir », Le Figaro, 6 septembre 2021.
  22. a b c et d Ghazal Golshiri et Madjid Zerrouky, « Afghanistan : la résistance brisée de la vallée du Panchir, après l’assaut des talibans », Le Monde, 7 septembre 2021.
  23. Luc Mathieu, « Vallée du Panshir : les talibans paradent dans le dernier bastion de la résistance », Libération, 7 septembre 2021.
  24. Paul Véronique, « Afghanistan : la prise du Panchir marque-t-elle la fin de la résistance aux talibans ? », L'Express, septembre 2021.
  25. « Afghanistan : les talibans déclarent avoir pris le contrôle du Panjshir », Le Point avec AFP, 6 septembre 2021.
  26. a et b « Afghanistan : les talibans disent contrôler complètement la vallée du Panchir, dernière poche de résistance », Le Monde avec AFP, 6 septembre 2021.
  27. « Les talibans n'ont pas pris tout le Panchir, selon le frère du commandant Massoud », sur LEFIGARO (consulté le )
  28. a et b « En Afghanistan, le tombeau du commandant Massoud profané », L'Obs, 10 septembre 2021.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]