Fastaqim Kama Umirt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fastaqim Kama Umirt
Image illustrative de l'article Fastaqim Kama Umirt

Idéologie Nationalisme syrien, islamisme sunnite
Objectifs Renversement du régime baasiste de Bachar el-Assad
Statut Ralliement à Ahrar al-Cham le
Fondation
Date de formation Décembre 2012
Pays d'origine Syrie
Actions
Zone d'opération Gouvernorat d'Alep[1]
Période d'activité Décembre 2012 -
Organisation
Chefs principaux Mustafa Berro
Membres 1 000 à 3 000[1],[2]
Fait partie de Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Armée des Moudjahidines (2014)
Front du Levant (2014-2017)
Chambre d'opération de Marea (2014-2016)
Fatah Halab (2015-2016)
Chambre d'opération Hawar Kilis (2016-2017)
Soutenu par États-Unis
Guerre civile syrienne

Fastaqim Kama Umirt (arabe : تجمع الوية فاستقم كما أمرت, littéralement Soit droit comme il t'est commandé, d'après un verste du Coran) est un groupe rebelle de la guerre civile syrienne. Il est fondé en et rallie Ahrar al-Cham le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé le [3],[4]. Il rassemble plusieurs factions dont les principales sont : La brigade de la Paix, la Brigade de la Cité d'Alep, la Brigade al-Shahba d'Alep[3]. Le groupe est actif dans le gouvernorat d'Alep[1].

Affiliations[modifier | modifier le code]

Fastaqim Kama Umirt est affilié à l'Armée syrienne libre[5],[4],[6]. Le , il forme avec deux autres groupes rebelles l'Armée des Moudjahidines afin de lutter contre l'État islamique dans le gouvernorat d'Alep. Il se retire cependant de cette alliance en décembre 2014[3],[7].

Il intègre la Chambre d'opération de Marea en septembre 2014[8].

Peu après, il fait partie des groupes qui forment le Front du Levant le [7].

Fastaqim Kama Umirt fait partie des groupes rebelles qui forment le la coalition Fatah Halab, active à Alep[9],[10].

En avril 2016, il intègre la Chambre d'opération Hawar Kilis[11].

Dissolution[modifier | modifier le code]

Début novembre 2016, au cours de la bataille d'Alep, le groupe est fortement affaibli par les attaques d'autres factions rebelles. Des combats éclatent entre d'un côté Fastaqim Kama Umirt et de l'autre le Harakat Nour al-Din al-Zenki et les bataillons d'Abou Amarah. Les affrontements tournent à l'avantage des seconds qui prennent plusieurs positions à Fastaqim Kama Umirt. Plusieurs dizaines de ses combattants sont capturés, d'autres trouvent refuge dans les zones tenus par Ahrar al-Cham. Le groupe perd également ses dépôts d'armes et de nourriture[12],[13].

En janvier 2017, dans le gouvernorat d'Idleb et l'ouest du gouvernorat d'Alep, de violents combats éclatent entre d'un côté le Front Fatah al-Cham et de l'autre Ahrar al-Cham, Suqour al-Cham et des groupes de l'Armée syrienne libre. Le 25 janvier 2017, Fastaqim Kama Umirt et plusieurs autres groupes rebelles — Suqour al-Cham, Kataeb Thuwar al-Cham, l'Armée des Moudjahidines, ainsi que les unités de Jaych al-Islam et du Front du Levant présentes dans la région d'Idleb — annoncent leur fusion au sein d'Ahrar al-Cham, espérant ainsi par ce ralliement obtenir l'aide et la protection de ce groupe contre le Front Fatah al-Cham[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Fastaqim Kama Umirt est islamiste sunnite[3]. Il est considéré comme modéré par Charles Lister, chercheur américain au Middle East Institute (en)[1]. Selon Aron Lund, chercheur à la Fondation Carnegie pour la paix internationale, il est idéologiquement proche de l'Armée syrienne libre[3].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Le chef de Fastaqim Kama Umirt est Mustafa Berro, dit « Saqr Abu Quteiba »[3],[7],[4]. Parmi les autres commandants figure Mulhem al-Ageidi, chef de la chambre d'opérations d'Alep[7],[4]. Le chef du bureau politique est Zakaria Malahifji[21].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Fin 2015, le chercheur américain Charles Lister estime que le groupe compte environ 1 000 hommes[1]. En juillet 2015, le bureau des médias des Forces révolutionnaires de Syrie donne quant à lui un effectif de 3 000 hommes[2].

Zones d'opérations[modifier | modifier le code]

Le groupe est actif dans le gouvernorat d'Alep[4].

Soutiens[modifier | modifier le code]

Le groupe est soutenu par les États-Unis[13].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Charles Lister, Yes, there are 70,000 moderate opposition fighters in Syria. Here’s what we know about them, The Spectator, 27 novembre 2015.
  2. a et b Fastaqim Kama Umert Gathering, RFS, 29 juillet 2015.
  3. a, b, c, d, e et f (en) Aron Lund, « The Mujahideen Army of Aleppo », sur Carnegie,
  4. a, b, c, d et e InfoGraphic: Fastaqem Union | Armed factions in Syria, Archicivilians, 5 novembre 2016.
  5. Delphine Minoui, Alep sous les bombes du régime d'Assad, Le Figaro, 29 avril 2016.
  6. Benjamin Barthe, Syrie : pourquoi Alep est tombée aussi vite, Le Monde, 22 mars 2017.
  7. a, b, c et d (en) Aron Lund, The Levant Front: Can Aleppo’s Rebels Unite?, Carnegie, 26 décembre 2014.
  8. (en) @archicivilians‏, InfoGraphic+Map: Factions involved in North Aleppo's Opposition / SDF Conflict | #Syria.HD:, Twitter, 1er décembre 2015.
  9. (en) « Infographic: "Fatah Halab" military operations room – coalition of 31 rebel factions », sur Archicivilians,
  10. « Syrie : les rebelles s’emparent d’une position stratégique à Alep », sur Radio France internationale,
  11. (en) @badly_xeroxed, #Infographic of #FSA groups and related factions in #EuphratesShield/#FıratKalkanı/#درع_الفرات North #Aleppo #Syria, Twitter, 25 octobre 2016.
  12. Zenki and Abu Amarah control all headquarters of Fastaqim Kama Umirt, the leaders of which go to Ahrar al-Sham, OSDH, 3 novembre 2016.
  13. a et b Benjamin Barthe, A Alep,« si les gens ne meurent pas sous les bombes, ils mourront de faim ou de folie », Le Monde, 19 novembre 2016.
  14. Lisa Barrington et Tom Perry, Regroupement de factions rebelles syriennes face au Front Fateh al Cham, Reuters, 26 janvier 2017.
  15. Caroline Hayek, En Syrie, une trêve aux accents de guerre intestine rebelle, OLJ, 27 janvier 2017.
  16. Charles Lister, Today, the following have joined Ahrar al-Sham:- Tajamu Fastaqim - Thuwar al-Sham - x5 Jaish al-Islam & Jaish al-Mujahideen brigades, twitter, 25 janvier 2017.
  17. Romain Caillet, Pour mieux lutter contre #JFS, tous les groupes "rebelles modérés" de la région d'#Idlib rejoignent Ahrar ash-Sham, twitter, 25 janvier 2017.
  18. Romain Caillet, Face à #JFS, les Faucons du Levant, Jaysh al-Islam(Idlib), Jaysh al-Mujahidin, Fastaqim & le Front du Levant(Idlib) intègrent Ahrar ash-Sham, twitter, 25 janvier 2017.
  19. 5 Factions join Ahrar al_Sham Islamic movement in the battle against Fateh al_Sham front, OSDH, 26 janvier 2017.
  20. Syrie : combats entre Fateh el-Cham et des rebelles dans la province d'Idleb, AFP, 24 janvier 2017.
  21. La trêve expire en Syrie, l'aide humanitaire pour Alep toujours bloquée, France 24 avec AFP et Reuters, 19 septembre 2016.

[Catégorie:Unité ou formation militaire de la guerre civile syrienne]]