Kondôz (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une localité d’Afghanistan
Cet article est une ébauche concernant une localité d’Afghanistan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Kondôz
کندز (Pachtou) • قندوز (Dari)
École de business à Kondôz
École de business à Kondôz
Administration
Pays Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Province Kondôz
Démographie
Population 304 600 hab. (2012[1])
Géographie
Coordonnées 36° 44′ Nord 68° 52′ Est / 36.74, 68.87
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afghanistan

Voir la carte administrative d'Afghanistan
City locator 14.svg
Kondôz

Géolocalisation sur la carte : Afghanistan

Voir la carte topographique d'Afghanistan
City locator 14.svg
Kondôz

Kondôz ou Koundouz[2], en perse : قندوز, est une ville d'Afghanistan et le chef-lieu de la province éponyme. Selon le recensement de 1979, sa population était de 53 251 habitants ; elle était estimée à 95 000 habitants en 2002 et 304 600 en 2012, ce qui en fait la cinquième ville la plus peuplée d'Afghanistan.

La ville se nommait Drapsaka dans l'Antiquité ; Alexandre le Grand l'aurait visitée. Par la suite, elle est appelée Walwalij, son nom prenant une forme proche de son nom actuel à l'époque timouride. Aux XVIIIe et XIXe siècles, Koundouz est la capitale d'un khanat ouzbek-tadjik dont l'étendue et le degré d'autonomie varient, jusqu'à son annexion par l'Afghanistan en 1859.

Elle occupe une situation stratégique entre les provinces de Takhâr et du Badakhchân, et fut un des centres du régime taliban jusqu'à sa prise par l'Alliance du Nord en novembre 2001. Fin 2009, la zone était à nouveau largement sous contrôle taliban ; le journaliste du New York Times Stephen Farrell (en) y fut brièvement séquestré en septembre 2009[3],[4].

Le 3 octobre 2015, l'armée américaine y bombarde le centre de soin de Médecins sans frontières, après avoir été prévenue qu'elle se trompait de cible, faisant 22 victimes, 12 employés, et dix patients, parmi lesquels trois enfants[5],[6]. Le motif supposé ce qui pourrait être un crime de guerre, serait la présence de Talibans parmi les patients bien que Zabihullah Mujahid, leur porte-parole, ait assuré qu'aucun combattant taliban n'y était soigné[7].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Settled Population of Kunduz province by Civil Division, Urban, Rural and Sex-2012-13" (PDF), cso.gov.af.
  2. On rencontre également les transcriptions suivantes : Kunduz, Kundûz, Qunduz, Qonduz, Qondûz, Konduz, Kondûz, Kondoz, Qhunduz, etc.
  3. Stephen Farrell (en), « The Reporter’s Account: 4 Days With the Taliban », The New York Times, 9 septembre 2009.
  4. Nathalie Kantt, « Le journaliste américain libéré en Afghanistan est-il un égoïste ? », L'Express, 11 septembre 2009.
  5. 22 morts dans le bombardement d'un hôpital de Médecins sans Frontières: "Un carnage"
  6. Neuf morts dans le bombardement d’un hôpital de Médecins sans Frontières en Afghanistan
  7. Quand les USA bombardent un hôpital de MSF, peut-on dire que les frappes sont chirurgicales ?