Ansar al-Charia (Libye)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ansar al-Charia.

Ansar al-Charia
Image illustrative de l’article Ansar al-Charia (Libye)

Idéologie Salafisme djihadiste
Statut Dissout le
Fondation
Date de formation Août ou septembre 2011
Organisation
Chefs principaux • Mohammed al-Zahawi (tué en 2015)
• Abou Khalid al-Madani
• Abou Soufian Ben Qumu
Membres 300 - 5 000
Fait partie de Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi
Conseil de la Choura des moudjahidines de Derna
Groupe relié Groupe islamique combattant en Libye
Répression
Considéré comme terroriste par ONU, États-Unis
Deuxième guerre civile libyenne

Ansar al-Charia (arabe : أنصار الشريعة, « Les défenseurs de la charia ») est une organisation salafiste djihadiste créée en en Libye et dissoute le . Active lors de la deuxième guerre civile libyenne, elle a été présente principalement à Benghazi et à Derna.

Elle est placée sur la liste de l'ONU des organisations proches d'Al-Qaïda[1], liste instituée dans le cadre de la résolution 1267 de visant à lutter contre le terrorisme[2]. Elle est également considérée comme une organisation terroriste par le département d'État des États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ansar al-Charia est créé entre août et septembre , peu après la première guerre civile libyenne. Il est fondé par Mohammed al-Zahawi, qui était emprisonné à Abu Salim, à Tripoli, avant l'insurrection[3]. Ansar al-Charia est lié à plusieurs autres organisations djihadistes, au moins plusieurs centaines de Libyens se sont entraînés au sein du groupe avant de partir combattre en Syrie. Il a également accueilli des hommes de l'Ansar al-Charia tunisien ayant fui la Tunisie[3].

En , après des combats contre d'autres brigades libyennes, Ansar al-Charia doit évacuer ses bases à Benghazi et ses combattants se fondent parmi la population. Le , le groupe attaque l'enceinte diplomatique américaine de Benghazi et tue l'ambassadeur américain, J. Christopher Stevens[4]. Le , l'Armée nationale libyenne commandée par le général Haftar lance une offensive contre les djihadistes pour essayer de les chasser de la ville, des quartiers sont repris mais les combats se poursuivent en 2017[3].

Ansar al-Charia met en place des tribunaux islamiques dans les zones qu'il contrôle mais selon le chercheur américain Aaron Zelin, le groupe n'est pas en mesure d'agir comme une force étatique et d'appliquer « vraiment des sentences de la loi islamique. Aucun cas de lapidation, d'amputation n'a encore été rapporté » de 2011 à mai 2014[3].

Pour des raisons principalement locales et tribales, les positions d'Ansar al-Charia vis-à-vis des autres groupes sont très différentes selon les villes qu'il occupe : à Benghazi le groupe est allié à l'État islamique et combat à ses côtés les forces du général Haftar ; à Ajdabiya il est l'allié d'al-Qaïda et s'oppose à l'EI ; à Syrte les forces d'Ansar al-Charia prêtent allégeance et rejoignent l'EI en 2015 ; et à Derna le groupe reste neutre lors des combats entre l'EI et les groupes djihadistes liés à al-Qaïda lors de la bataille de Derna[5],[6],[7].

Le , Ansar al-Charia confirme la mort de son émir, Mohammed al-Zahawi, tué dans des combats à Benghazi[8].

Le , Ansar al-Charia annonce sa dissolution en raison de lourdes pertes subies parmi ses combattants et ses commandants[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Al-Qaida Sanctions Committee », (consulté le 28 mai 2017)
  2. the United Nations, United Nations Security Council Resolution 1267 (lire en ligne)
  3. a b c et d David Thomson, « Aaron Zelin: en Libye, Ansar al-Charia n'a «pas subi de défaite» - RFI », RFI Afrique,‎ (lire en ligne)
  4. Sarah Diffalah, « Ambassadeur US tué en Libye : que s'est-il passé à Benghazi ? », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  5. David Thomson, « David Thomson on Twitter », Twitter,‎ (lire en ligne)
  6. « Table ronde d'actualité internationale - Après l'attentat de Tunis, quels sont les nouveaux fronts de Daech ? », France Culture,‎ (lire en ligne)
  7. Jean-Philippe Rémy, « Comment l’Etat islamique est parti à l’assaut de l’Afrique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  8. « Le groupe Ansar al-Charia en Libye confirme la mort de son chef », RFI,‎ (lire en ligne)
  9. « Le groupe islamiste libyen Ansar al Charia annonce sa dissolution », Zone Bourse,‎ (lire en ligne)
  10. Le Monde.fr avec AFP, « Libye : l’organisation terroriste Ansar Al-Charia annonce sa dissolution », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)