Haibatullah Akhundzada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Haibatullah Akhundzada
هبت الله اخونزاده
Illustration.
Fonctions
Commandeur des croyants de l'Émirat islamique d'Afghanistan[N 1]
(chef de l'État, de facto)
En fonction depuis le
(3 mois et 17 jours)
Premier ministre Mohammad Hassan Akhund
Prédécesseur Ashraf Ghani (président de la République islamique d'Afghanistan)
Mohammad Omar (indirectement)
Chef suprême des talibans
En fonction depuis le
(5 ans, 6 mois et 7 jours)
Prédécesseur Akhtar Mohammad Mansour
Biographie
Date de naissance (59-60 ans)
Lieu de naissance Panjwai (Afghanistan)
Nationalité Afghane
Religion Islam sunnite
Résidence Palais présidentiel de Kaboul (Afghanistan)

Haibatullah Akhundzada
Chefs d'État afghans

Haibatullah Akhundzada (en pachto : هبت الله اخونزاده, Haibatullāh Aḫū Ndzādah), né en 1961 à Panjwai, est un érudit musulman et homme d'État afghan. Il est l'actuel chef suprême des talibans et dirigeant de facto de l'Afghanistan, depuis l'offensive talibane de 2021.

Dans les années 2000-2010, il aurait été l'auteur de la majorité des avis juridiques (fatwa) des talibans, ainsi que le président de leurs tribunaux islamiques. Contrairement à la plupart des dignitaires talibans, il serait resté en Afghanistan durant toute la durée de la guerre commencée en 2001. Il devient chef des talibans en 2016, à la suite de la mort de Akhtar Mohammad Mansour dans une frappe de drone américaine au Pakistan.

Comme ses prédécesseurs Mansour et le mollah Omar, il se voit attribuer le titre de commandeur des croyants de l'Émirat islamique d'Afghanistan, qui est officiellement restauré en 2021.

Origines[modifier | modifier le code]

Haibatullah Akhundzada est né en 1961 dans le district de Panjwai de la province de Kandahar du royaume d'Afghanistan[1]. Il appartient au clan Nourzaï (en)[1] de la tribu pachtoune des Durrani. Son prénom signifie « cadeau d'Allah » en arabe[1],[2]. Son père, le mollah Mohammad Akhound, était un cheikh respecté ainsi que l'imam de la mosquée de son village natal[3]. Ne disposant pas de terres ou de vergers qui lui soit propre, la famille d'Akhundzada dépendait économiquement de ce que les fidèles donnaient à son père en espèce ou en fruit de leurs récoltes. Akhundzada étudia les sciences religieuses sous la houlette de son père. À la suite de l'invasion soviétique de l'Afghanistan, sa famille émigra à Quetta et il poursuivit son instruction religieuse là-bas, dans un séminaire.

Débuts au sein des talibans[modifier | modifier le code]

Après la prise de Kaboul par les talibans en 1996 et l'instauration de l'émirat islamique d'Afghanistan, Haibatullah Akhundzada travaille comme fonctionnaire du ministère pour la Promotion de la vertu et la Répression du vice dans la province de Farah. Par la suite, il déménage à Kandahar, où il est nommé enseignant (ustad) dans une école coranique (madrassa) supervisée par le mollah Omar comptant plus de 100 000 élèves. Haibatullah Akhundzada poursuit son ascension politique en étant nommé juge en chef des tribunaux de la charia de l'Émirat islamique d'Afghanistan. Loin d'être un seigneur de guerre ou un commandant militaire, il est en réalité un chef religieux respecté, à l'origine de la plupart des avis juridiques (fatwa) des Talibans et actif dans le règlement des litiges (notamment sur des questions religieuses) entre ces derniers[4]. Le mollah Omar et le mollah Mansour consultaient régulièrement Haibatullah Akhundzada au sujet de l'émission d'avis juridiques (ifta)[5].

Contrairement à ses prédécesseurs ayant déménagé de façon permanente de l'autre côté de la ligne Durand après l'invasion américaine, Akhundzada, lui, est resté en Afghanistan tout au long de la période 2001-2016, sans qu'on lui connaisse de voyage à l'étranger bien qu'il ait maintenu des liens étroits avec le conseil consultatif (choura de Quetta) des talibans basé à Quetta[4].

Promu chef adjoint des talibans en 2015, Akhundzada instaure un système de commissions placées sous l'autorité du gouverneur (wali) de l'ombre de chaque province afin de prévenir d'éventuels abus de la part des commandants et des soldats talibans[6].

Selon le mollah Ibrahim, un disciple d'Akhundzada interviewé par le New York Times, Akhundzada aurait fait l'objet en 2012 d'une tentative d'assassinat à Quetta : « Au cours d'une de ses conférences à Quetta il y a environ quatre ans, un homme s'est tenu debout parmi les étudiants et a braqué un pistolet sur Mawlawi Akhundzada à bout portant, mais le pistolet s'enraya [...] Il a essayé de lui tirer dessus, mais il échoua, et les talibans se sont précipités pour l'attaquer [...] Mawlawi Akhundzada n’a pas bougé dans le chaos »[6]. L'existence supposée de cette tentative d'assassinat (que les talibans attribueront à la Direction nationale de la sécurité, le service de renseignement du gouvernement afghan) vient contredire les rapports affirmant que Haibatullah Akhundzada n'aurait pas quitté l'Afghanistan entre l'invasion américaine et sa nomination à la tête des talibans.

À la tête des talibans dans l’opposition[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Haibatullah Akhundzada est nommé chef suprême des talibans le . Cette nomination se produit après trois jours de concertation au sein du conseil consultatif (choura) du mouvement, qui s'est réuni dès le lendemain de l'assassinat du mollah Mansour[7]. Mansour et son chauffeur personnel furent tués par une frappe de drone américaine au Pakistan, approuvée par le président américain Barack Obama[8],[9]. Akhundzada a été l'un de ses deux adjoints (l'autre étant Seraj Haqqani, le dirigeant du très influent réseau Haqqani) et, d'après des sources talibanes, Mansour l'aurait explicitement choisi pour être son successeur dans son testament[1].

Akhundzada reconduit Seraj Haqqani dans ses fonctions de chef adjoint et promeut le mollah Mohammad Yaqoub (fils aîné du mollah Omar) au poste de deuxième adjoint[10]. Par ailleurs, il continua de superviser un certain nombre d'écoles coraniques (madaris) dans la province pakistanaise du Baloutchistan, voisine de l'Afghanistan[11].

Certains observateurs étrangers pensent qu'il existait un certain nombre de divergences au sein des talibans quant à la nomination du successeur de Mansour. Les noms de Mollah Yaqoob et de Seraj Haqqani (le plus important taliban lié au réseau Haqqani) sortant clairement du lot. Considéré comme une figure neutre et relativement peu connue par la base du mouvement, Akhundzada est donc choisi comme chef, Mohammad Yaqoub et Seraj Haqqani comme ses adjoints afin d'éviter d'éventuels conflits internes[12].

En , le mollah Abdul Sattar Akhound et l'ancien ministre de l'Intérieur (en) de l'Émirat islamique d'Afghanistan, Abdur Razzaq (en), lui prêtent tous deux allégeance (bay'a)[13].

Décès de son fils dans une opération suicide[modifier | modifier le code]

Le , Yousef Ahmadi (en), l'un des deux principaux porte-paroles des talibans (l'autre étant Zabihullah Mujahid), affirme que le fils d'Akhundzada, Abdur Rahman, âgé de 23 ans, a trouvé la mort au cours d'un attentat-suicide contre une base militaire de l'armée nationale afghane dans la ville de Gereshk (en) au nord de Lashkar Gah dans la province du Helmand. Akhundzada devient ainsi le premier chef suprême des talibans en exercice à perdre son fils dans une telle opération[14].

Meurtre d'une partie de sa famille au Pakistan[modifier | modifier le code]

Le , son frère cadet (Hafiz Ahmadullah) et son père (Mohammad Khan) sont tués tandis que deux de ses neveux et son fils sont blessés par une violente déflagration provoquée par un engin explosif improvisé (placé sous la chaire de l'imam) alors qu'ils assistaient à la prière du vendredi dans la mosquée Khairul Madaris de Kuchlak (en), à 25 kilomètres au nord-ouest de Quetta[15],[16],[17]. Le Haut Conseil de l'émirat islamique d'Afghanistan, une faction dissidente des talibans dirigée par le mollah Mohammad Rassoul (en) et qui serait soutenue en sous-main par les États-Unis et les services secrets afghans[18], revendique rapidement l'attentat. Le mollah Abdoul Manan Niazi, chef adjoint du Haut Conseil, déclare à la presse : « Nous avons mené [l'attentat] contre la madrassa de Kuchlak pour éliminer le mollah Haibatullah qui est en train de conclure un accord avec les États-Unis contre [nos] principes. [L'attentat] a été mené par des personnes autrefois proches du mollah Haibatullah »[19].

Infection supposée à la Covid-19[modifier | modifier le code]

Le [20], le site web du magazine Foreign Policy publie un rapport non confirmé de « responsables talibans » affirmant qu'Akhundzada a contracté le Covid-19 et en était possiblement décédé[21],[22]. Trois « figures talibanes » de Quetta, au Pakistan contactées anonymement par Foreign Policy « croyaient Akhunzada mort du » nouveau coronavirus. D'autres informateurs de Foreign Policy au sein du conseil consultatif (choura) de Quetta affirmèrent pour leur part qu'« Akhunzada est allé en Russie pour se faire soigner »[21].

Le , le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid annonce dans un tweet qu'aucun des dignitaires du mouvement (Haibatullah Akhundzada compris) n'avait contracté la Covid ou n'en était décédé. Sayed Mohammad Akbar Agha, un ancien commandant militaire taliban vivant désormais à Kaboul, déclare à Radio Azadi que le rapport concernant la mort du mollah Akhundzada était « faux »[21].   

Dirigeant suprême de l'Afghanistan[modifier | modifier le code]

Lors de l'offensive des talibans de 2021, une série rapide de capitulations permet aux talibans de reprendre le pouvoir et de restaurer l'émirat islamique d'Afghanistan. Kaboul est prise le 15 août 2021.

Publications[modifier | modifier le code]

En qualité d'érudit musulman, il est l'auteur de nombreux livres et articles, dont :

  • (ps) Haibatullah Akhundzada, مجاهدینوته د اميرالمومنين لارسووین [« Instructions aux Moudjahidines de la part du commandeur des croyants »],‎ , 122 p.[23]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contesté par Amrullah Saleh qui s'est autoproclamé président de la république islamique d'Afghanistan reconnue par la communauté internationale mais qui ne contrôle pas le pays.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Afghan Taliban announce successor to Mullah Mansour - BBC News », sur BBC.com, (consulté le )
  2. (en) « Hibatullah – Meaning of Hibatullah », sur BabyNamesPedia.com (consulté le )
  3. (en) « Hibatullah's Roots Were Non-Political And Reclusive », sur TOLOnews.com, (consulté le )
  4. a et b (en) Shereena Qazi, « Afghan Taliban: Haibatullah Akhunzada named new leader », sur AlJazeera.com, (consulté le )
  5. (en) Dawood Azami, « Mawlawi Hibatullah: Taliban's new leader signals continuity », sur BBC.com, (consulté le )
  6. a et b (en) Mujib Mashal et Taimoor Shah, « Taliban's New Leader, More Scholar Than Fighter, Is Slow to Impose Himself », The New York Times, (consulté le )
  7. « Les talibans afghans se choisissent un nouveau chef, le mollah Haibatullah », Le Point, (consulté le )
  8. (en) Matt Spetalnick et Martin Petty, « Obama confirms Afghan Taliban leader's death, says chance for peace », sur Reuters.com, (consulté le )
  9. (en) Tom Vanden Brook (en), « Taliban leader Mansoor killed by U.S. drone », USA Today, (consulté le )
  10. (en) Mushtaq Yusufzai, Fazul Rahim et Wajahat S. Khan, « Haibatullah Akhundzada Named New Leader of Afghan Taliban », NBC News, (consulté le )
  11. (en) Lynne O'Donnell et Mirwais Khan, « Afghan Taliban Appoint New Leader After Mansour's Death » [archive du ], ABC News,
  12. (en) Sune Engel Rasmussen et Jon Boone, « Afghan Taliban appoint Mullah Haibatullah Akhundzada as new leader », The Guardian, (consulté le )
  13. (en) Bill Roggio (en), « Former Taliban interior minister swears allegiance to emir », sur LongWarJournal.org, (consulté le )
  14. (en) Jibran Ahmad et James Mackenzie, « Son of Afghan Taliban leader dies carrying out suicide attack », sur Reuters.com, (consulté le )
  15. (en) « Brother of top Taliban leader among 5 killed in IED attack on Pak mosque », sur Business-Standard.com, (consulté le )
  16. (en) Sami Yousafzai et Shereena Qazi, « Brother of Afghan Taliban leader killed in Pakistan mosque blast », sur AlJazeera.com, (consulté le )
  17. (en) Ben Farmer et Saleem Mehsud, « Family of Taliban leader killed in 'assassination attempt' on eve of historic US peace deal », The Daily Telegraph, (consulté le )
  18. Olivier Tallès, « La mort du mollah Mansour affaiblit les talibans », La Croix, (consulté le )
  19. (en) Kawsar Klasra, « Taliban in troubled waters as splinter groups target leaders in Quetta », sur CNBCTV18.com, (consulté le )
  20. (en) Lynne O'Donnell et Mirwais Khan, « Taliban Leadership in Disarray on Verge of Peace Talks », Foreign Policy, (consulté le )
  21. a b et c (en) « Taliban Officials Deny Report That Top Leader Died From Coronavirus », Radio Free Europe, (consulté le )
  22. (tr) « Son dakika haberler... Taliban'ın lideri Ahundzade Koronavirüs nedeniyle öldü », Hürriyet, (consulté le )
  23. (en) Borhan Osman, « AAN Q&A: Taleban leader Hebatullah’s new treatise on jihad », Afghanistan Analysts Network (en), (consulté le )