Brigades de l'imam Ali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Brigades de l'imam Ali
Image illustrative de l’article Brigades de l'imam Ali

Idéologie Islamisme chiite
Objectifs Instauration en Irak d'un gouvernement islamique chiite fondé sur le Velayat-e faqih
Statut Actif
Site web www.kt-im-ali.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Drapeau de l'Irak Irak
Actions
Zone d'opération Irak et Syrie
Organisation
Chefs principaux Shebl al-Zaidi
Membres 4 000 à 7 000[1]
Fait partie de Hachd al-Chaabi
Branche politique Mouvement islamique d'Irak
Soutenu par Drapeau de l'Iran Iran
Guerre d'Irak
Guerre civile syrienne
Seconde guerre civile irakienne

Les Brigades de l'imam Ali, (en arabe : كتائب الإمام علي (Katā'ib al-ʾImām ʿAlī‎)) sont une milice islamiste chiite formée en juin 2014, lors de la guerre d'Irak. Elle est la branche militaire du Mouvement islamique d'Irak et fait partie des Hachd al-Chaabi.

Drapeaux et logos[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

La brigade est formée en juin 2014, après l'appel au djihad de l'ayatollah Ali al-Sistani contre l'État islamique[2],[1],[3]. Liée à l'Iran, elle reconnait l'autorité de l'ayatollah Ali Khamenei[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandement[modifier | modifier le code]

Le secrétaire-général du mouvement est Shebl al-Zaidi, un ancien chef militaire de l'Armée du Mahdi[1],[3],[5]. Le commandant second, Ali al-Musawi, est tué en mars 2015 lors de la bataille de Tikrit[3]. Parmi les autres chefs figurent Jaafar al-Bindawi et Mohammed al-Bawi, commandants du contingent envoyé en Syrie[3],[5].

Effectifs[modifier | modifier le code]

En novembre 2013, le groupe compte 3 000 combattants[5]. À l'été 2015, ses effectifs sont estimés entre 4 000 et 7 000 hommes[1],[3],[5]. Ses combattants sont formés en Iran et au Liban[1]. Le groupe aurait des liens étroits avec l'Organisation Badr[5].

Un combattant des brigades, Abu Azrael, aussi surnommé le « Rambo irakien », très actifs sur les réseaux sociaux, devient une célébrité en Irak. Considéré comme un héros par les chiites, il devient une véritable icône, souvent appelée au front par l'armée irakienne pour regonfler le moral des troupes[6].

Fin 2014, elles forment également un bataillon chrétien : les bataillons de l'Esprit de Dieu et de Jésus fils de Marie[3],[5].

Actions[modifier | modifier le code]

En Irak, les Brigades de l'imam Ali prennent part à la bataille de Dhoulouiyah, au siège d'Amerli, à la bataille de Tikrit, à la bataille de Baïji, à la bataille de Falloujah, à la bataille de Mossoul et à la bataille de Tall Afar[3],[5].

À partir de l'été 2015, les Brigades de l'imam Ali interviennent également dans la guerre civile syrienne aux côtés des forces de Bachar el-Assad[7],[5]. Elles sont actives à la bataille d'Alep et aux batailles de Palmyre[8],[5]. Elles interviennent aussi dans l'offensive qui brise le siège de Nobl et Zahraa, puis sont déployées pour repousser l'offensive de Hama menée par les rebelles[3],[5]. En 2017, elles prennent part à l'offensive de la Badiya et opèrent dans le gouvernorat de Deraa[5].

Exactions[modifier | modifier le code]

La milice commet également des crimes de guerre ; exécutions sommaires, tortures, pillages. En juillet 2014, pendant le siège d'Amerli, des membres des brigades de l'imam Ali se filment en brandissant des têtes tranchées de combattants de l'État islamique. Shebl al-Zaidi, le chef des brigades, déclare dans cette vidéo : « Nous venons vous chercher ! Nous vous couperons la tête et ferons des montagnes de vos crânes ». Une autre vidéo, postée sur YouTube le , montre également des miliciens de ce groupe brûlant un homme, présenté comme un combattant de Daech, dans la région de Karma, dans la province d'Al-Anbar[1]. En août 2015, Abou Azrael apparaît lui-même dans une autre vidéo en train de découper au sabre le corps brûlé d'un homme pendu par les pieds au-dessus d'un feu[9],[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]