Al-Qaïda dans la péninsule Arabique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Aqap
Al-Qaïda dans la péninsule Arabique
Image illustrative de l'article Al-Qaïda dans la péninsule Arabique

Idéologie Salafisme djihadiste, panislamisme
Objectifs Établissement d'un califat islamique
Instauration de la charia
Statut Actif
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Drapeau du Yémen Yémen
Actions
Mode opératoire Terrorisme, Lutte armée, guérilla, attentat, attentat-suicide, Propagande par Internet
Zone d'opération Yémen
Arabie saoudite
Organisation
Chefs principaux Nasser Al-Wahishi (tué en 2015)
Qasim al-Rimi
Anwar al-Awlaqi (tué en 2011)
Allégeance Flag of Jihad.svg Al-Qaïda
Répression
Considéré comme terroriste par ONU, États-Unis,

Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) est une organisation terroriste salafiste djihadiste, active principalement au Yémen et en Arabie saoudite et ayant une forte influence en Europe.

Historique[modifier | modifier le code]

AQPA est issu de la fusion, en janvier 2009, des composantes saoudienne et yéménite d'Al-Qaïda et a réaffirmé son allégeance à Oussama ben Laden dont le père, originaire du Yémen, avait émigré en Arabie Saoudite[1].

Les militants d'Al-Qaïda en Arabie saoudite ayant été chassés du pays par le gouvernement, ils ont trouvé refuge au Yémen. AQPA est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis[2] depuis le 14 décembre 2009, et sur celle de l'ONU depuis le 19 janvier 2010[3],[4].

Les objectifs d'AQPA sont similaires à ceux d'Al-Qaïda puisqu'il s'oppose à la monarchie Al Saoud qui est accusée d'avoir laissé les « infidèles » pénétrer sur la terre sacrée de l'Islam.

Le grand public découvre l'existence d'Al-Qaïda dans la péninsule Arabique le 25 décembre 2009 lorsqu'un Nigérian, Omar Farouk Abdulmutallab, ayant séjourné au Yémen tente de faire exploser des explosifs cachés dans ses sous-vêtements lors d'un vol entre Amsterdam et Détroit.

Le 29 octobre 2010, deux colis piégés sont découverts dans des avions de fret avant leur arrivée aux États-Unis. Les colis étaient en provenance du Yémen et le 5 novembre 2010, AQPA revendique être à l'origine de ces envois.

Depuis mai 2012, et après la révolution au Yémen qui a conduit au départ du président, l'armée yéménite a entamé des offensives contre Al-Qaïda ayant entraîné environ 230 morts. Le groupe islamiste, qui prenait de l'ampleur depuis la révolution du fait de la fragilisation de l’État, avait promis de se venger. Le groupe est donc soupçonné d'avoir commis l'attentat-suicide du 21 mai 2012, perpétré par un soldat infiltré, et qui a causé le mort de près de 100 soldats et fait 300 blessés lors de la préparation d'un défilé militaire[5].

L'organisation revendique l'attentat commis à Paris contre le journal Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

Le 31 janvier 2015, un des chefs de AQPA, Harith Al-Nadhari est abattu par un drône, dans la province de Chabwa, dans le sud-est du Yémen[6].

L'organisation publie le magazine Inspire et émet des conseils à l'attention de ses sympathisants en Europe[1]. Elle émet depuis 2008 la revue Sadâ al-Mal^him (L'Écho des batailles)[7].

En 2015, le commandement d'AQPA est décimé par les frappes de drones, de nombreux chefs sont tués[8]. Le 9 juin 2015, Nasser Al-Wahishi, le chef d'AQPA, est tué à son tour par un drone. Sa mort est confirmée par al-Qaïda le 16 juin et Qasim al-Rimi est désigné pour lui succéder[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]