Sipah-e Sahaba Pakistan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam image illustrant le Pakistan
Cet article est une ébauche concernant l’islam et le Pakistan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Sipah-e Sahaba Pakistan (ourdou : سپاہ صحابہ, SSP, L'armée des compagnons du prophète du Pakistan) est une organisation islamiste armée pakistanaise fondée en 1985 par Maulana Haq Nawaz Jhangvi, principalement installée au Pendjab, près de Jhang[1].

Le SSP est interdit au Pakistan depuis le 12 janvier 2002[1] et est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Royaume-Uni[2] et des États-Unis[3].

Le groupe reçut le soutien de l'ISI, les services secrets pakistanais, durant les années 1980, tout en se finançant par le trafic de drogue[1]. Voulant imposer un régime islamiste sunnite, il s'attaque aux musulmans chiites, ahmadis et barelvis[1].

Maulana Haq Nawaz Jhangvi fut assassiné le 22 février 1990. La direction revint à Maulana Esar ul-Qasmi et Zia ul-Rehman Farooqi, assassiné à leur tour. Le groupe a ensuite été dirigé par Maulana Azam Tariq jusqu'à son assassinat en 2003. Ce dernier avait entamé un relatif tournant légaliste en se faisant élire à l'Assemblée nationale[1].

Entre 1994 et 1996, une scission menée par Riaz Basra forme le Lashkar-e-Jhangvi.

Organisation antichiite et antichrétienne, le SSP gère également des écoles islamiques au sud du Pendjab[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Laurent Gayer, Mondes rebelles Asie du sud : Fondamentalisme, séparatisme, maoïsme, Paris, Editions Michalon, , 188 p. (ISBN 9782841864799)
  2. http://security.homeoffice.gov.uk/legislation/current-legislation/terrorism-act-2000/proscribed-groups
  3. http://www.america.gov/st/washfile-english/2007/April/20070425112939idybeekcm0.9128382.html
  4. Emmanuel Derville, « Le Pendjab, foyer antichrétien au Pakistan », Le Figaro, samedi 2 / dimanche 3 avril 2016, page 6.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]