Portail:Forces armées des États-Unis

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Portail Arborescence Projet Discussion
Flag of the United States Army.svg
Flag of the United States Navy (unofficial proportions).svg
Flag of the United States Air Force.svg
Flag of the United States Marine Corps.svg
Flag of the United States Coast Guard.svg
Flag of the United States Space Force.svg

Les forces armées des États-Unis, couramment connue comme l'armée américaine (US Military), est la force militaire qu'entretiennent les États-Unis. Elles consistent en six des huit services en uniforme des États-Unis : l'United States Army (armée de terre), l'United States Navy (marine), l'United States Air Force (armée de l'air), l'United States Marine Corps (corps des Marines), l'United States Coast Guard (Garde-côte) et l'United States Space Force (force spatiale). Approximativement 1,4 million de personnes sont, en 2023, en service actif dans l'armée, avec 135 800 personnes supplémentaires dans les sept composantes de réserve. Avec 2,26 millions de personnes, en comptant les réserves, l'armée des États-Unis est la deuxième ou troisième plus grande du monde, après l'Armée populaire de libération de la République populaire de Chine, et a quasi égalité avec les Forces armées indiennes. Mais elle est la première par son budget, sa force de frappe et sa capacité de déploiement. Elle a des bases et des troupes déployées dans le monde entier.

Sceau du département de la Défense

Le commandant en chef (Commander in Chief) des forces armées américaines est le président des États-Unis. Comme dans la plupart des armées, les membres de l'armée américaine ont un grade : officier, sous-officier ou volontaire, et peuvent être promus.

Les forces de défense d'État (state defense forces) sont des unités de milice opérant sous la seule autorité d'un gouvernement ou du gouverneur d'un État des États-Unis. Elles se distinguent de la Garde nationale par le fait qu'elles ne sont pas des forces militaires fédérales. Autorisées par les lois de l'État et par les lois fédérales, les forces de défense d'État dans leur ensemble « ne doivent pas être appelées, commandées ou enrôlées dans les forces armées » (des États-Unis) selon le paragraphe 109 du titre 32 du code des États-Unis ; cependant, le paragraphe précise en outre que les individus servant dans les forces de défense d'État ne sont pas un exemple de conscription. Avec Porto Rico, environ 22 États sont actifs dans les forces de défense d'État qui peuvent être appelées pendant les missions de gestion des urgences et de sécurité intérieure.

Le département de la Défense des États-Unis (Department of Defense, DoD, équivalent d'un ministère) est la structure civile qui contrôle l'armée américaine. Son siège se situe au Pentagone, près de Washington DC. Il est dirigé par le secrétaire à la Défense qui est membre du cabinet présidentiel. Le secrétaire à la Défense supervise le comité des chefs d’États-majors interarmées (Joint Chiefs of Staff), les Unified Combatant Command et les agences civiles telles que l'inspecteur général, le Defense Intelligence Agency (DIA) et la National Security Agency (NSA). Le département de la Défense est le plus grand employeur des États-Unis.

L'histoire militaire des États-Unis s'étend sur une période de près de deux siècles et demi, au cours de laquelle les États-Unis partent d'une alliance des 13 colonies britanniques sans armée professionnelle, pour être au XXIe siècle la dernière superpuissance militaire restante.

L'histoire de l'armée des États-Unis commence avec les pionniers civils, armés pour la chasse et avec les équipements de survie de base, dans les régions sauvages qu'ils organisent en milices locales pour des petites opérations militaires, principalement contre les tribus amérindiennes mais aussi pour résister aux raids possibles des petites forces militaires dans les environs des colonies européennes.

Ce portail compte 10 858 articles dont 19 articles de qualités et 60 bons articles .

Nuvola apps ktip.png Lumière sur…

Bombardiers B-29 Superfortress larguant des bombes incendiaires sur Yokohama en mai 1945.

Les bombardements stratégiques sur le Japon sont les nombreux raids aériens menés par les Alliés durant la Seconde Guerre mondiale contre l'Empire du Japon, qui détruisirent les principales villes du pays et tuèrent au moins 241 000 personnes. Si, dans les premières années de la Guerre du Pacifique, les attaques aériennes se limitèrent au raid de Doolittle en avril 1942 et à des attaques limitées contre des positions militaires dans les îles Kouriles à partir de 1943, les bombardements stratégiques des forces armées américaines sur le Japon commencèrent en juin 1944 pour s'achever à la fin de la guerre en août 1945. Pendant l'année 1945, s'ajoutèrent à ces attaques massives les raids menés par les unités aériennes tactiques embarquées et basées à terre.

Alors que des plans d'attaque contre le Japon avaient été préparés avant le début de la guerre, ils ne purent pas être menés avant l'entrée en service du bombardier à long rayon d'action B-29 Superfortress. De juin 1944 jusqu'en janvier 1945, les B-29 stationnés en Inde utilisaient des bases en Chine pour bombarder le Japon mais les résultats espérés ne furent pas au rendez-vous. La campagne de bombardement s'accéléra fortement à partir de novembre 1944 lorsque des bases dans les îles Mariannes furent ouvertes à la suite de l'opération Forager. Ces attaques furent initialement dirigées contre les complexes industriels mais à partir de mars 1945, elles ciblèrent généralement les centres urbains. Les appareils alliés stationnés sur les porte-avions et dans les îles Ryūkyū menèrent également des bombardements en préparation de l'invasion du Japon prévue pour octobre 1945. Au début du mois d'août 1945, les villes d'Hiroshima et de Nagasaki furent rasées par des bombes atomiques.

Les défenses militaires et civiles du Japon furent incapables d'empêcher les attaques alliées. Le nombre de chasseurs et de canons anti-aériens assignés à la défense de l'archipel japonais était insuffisant et la plupart des appareils et des canons avaient du mal à atteindre l'altitude à laquelle volaient les B-29. Le manque de carburant, d'entraînement et de coordination entre les unités réduisit également l'efficacité de la chasse japonaise. Malgré la vulnérabilité des villes japonaises face aux bombardements incendiaires, les services d'incendie manquaient d'entraînement et d'équipement et il n'y avait que quelques abris anti-aériens construits pour les civils. En conséquence, les B-29 furent capables d'infliger de sévères dégâts aux centres urbains tout en ne subissant que quelques pertes.

La campagne de bombardement alliée fut l'un des principaux facteurs qui menèrent à la reddition du Japon au milieu du mois d'août 1945. L'estimation la plus citée pour les pertes japonaises liées aux bombardements est 333 000 tués et 473 000 blessés mais selon d'autres estimations, le nombre de tués pourrait varier entre 241 000 et 900 000. En plus des pertes humaines, les bombardements causèrent d'importants dégâts aux villes japonaises et contribuèrent au profond déclin de la production industrielle.

Depuis la fin de la guerre, un long débat sur la moralité de ces attaques contre les villes japonaises — et en particulier les pertes civiles — s'est engagé et l'usage des armes atomiques est particulièrement controversé.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Forces armées des États-Unis

Gnome-dev-camera.svg Image au hasard

Carte du monde des divisions par les commandements unifiés. (définition réelle 4 046 × 2 696)
Carte du monde des divisions par les commandements unifiés.
(définition réelle 4 046 × 2 696)

Voir les images sélectionnées

Nuvola apps kpdf recolored horizontal flip.png Index thématique

Grands thèmes

Catégories

Fairytale bookmark half gold silverlight.png Articles labellisés

Ces articles ont été sélectionnés comme faisant honneur de façon exceptionnelle à Wikipédia, l'encyclopédie libre et gratuite. Ces articles satisfont à des critères stricts, mais vous pouvez encore les améliorer !

Article de qualité 19 Articles de qualité sur les forces armées des États-Unis

Bon article 60 Bons articles sur les forces armées des États-Unis

Casino (CoreUI Icons v1.0.0).svg Un article au hasard

  • Cliquer ici pour consulter au hasard un article relatif au forces armées des États-Unis.

Deus question.png Anecdotes

Pendant une heure, le , le destroyer américain USS Edsall (photo) a évité 1 335 obus de 356 mm et 203 mm tirés par deux cuirassés et deux croiseurs lourds de la Marine impériale japonaise.
L'Edsall au port de San Diego dans les années 1920.

Portal.svg Portails connexes

Portail de l'histoire militaire Histoire militaire Portail des États-Unis États-Unis
Portail de l'OTAN OTAN Portail de la guerre de Sécession Guerre de Sécession
Portail de l'Organisation des Nations unies Organisation des Nations unies Portail de la Révolution américaine Révolution américaine
Portail des forces canadiennes Forces canadiennes