Ayman al-Zawahiri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ayman al-Zawahiri
(ar) أيمن الظواهري
Ayman al-Zawahiri portrait.JPG
Ayman al-Zawahiri en novembre 2001.
Fonction
Émir d'Al-Qaïda
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
أيمن الظواهريVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
أيمن مُحمَّد ربيع الظواهريVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Abou Mohammed, Abou Fatima, Mohammed Ibrahim, Abou Abdallah, Abou al-Mu'iz, le Docteur, le Professeur, Nour, Abou Mohammed Nour ad-Dîn, Abdel Mouaz (Abdel Moez, Abdel Mouez)
Pseudonyme
Abdul Mu'izVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Allégeance
Frères musulmans (1966-années 1970)
Jihad islamique égyptien (années 1970 et 1980)
Flag of Jihad.svg Al-Qaïda (1988-2022)
Formation
Activités
Chirurgien, ouléma, chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Fratrie
Muhammad al-Zawahiri (en)
Hussein al-Zawahiri (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Muḥammad al-Aḥmadī Ẓawāhirī (d) (grand-père)
Abd al-Rahman al-Maghribi (en) (gendre)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Membre de
Conflit
Mouvement
Grade

Ayman Mohammed Rabie al-Zawahiri (en arabe : أيمن محمد ربيع الظواهري (ʾAyman Muḥammad Rabīʿ aẓ-Ẓawāhirī)), né le à Maadi (banlieue du Caire, Égypte) et mort le à Kaboul (Afghanistan) par une frappe de drone américaine, est un djihadiste égyptien et le chef du réseau terroriste Al-Qaïda de 2011 à sa mort.

Fils d'un pharmacien, médecin de formation et membre des Frères musulmans, il rejoint dans un premier temps le Jihad islamique égyptien, en lutte contre le pouvoir de Gamal Abdel Nasser. À la fin des années 1980, il rompt avec les Frères musulmans et participe à la fondation de l'organisation salafiste djihadiste al-Qaïda. Il devient alors le principal idéologue de ce réseau terroriste dirigé par Oussama ben Laden, souvent considéré comme étant son no 2, dont il aurait été le médecin personnel (Ben Laden aurait souffert de complications rénales, nécessitant probablement des dialyses). Après la mort d'Oussama ben Laden le , il devient le chef d'al-Qaïda.

Il est connu sous une dizaine de noms différents : Abou Mohammed, Abou Fatima, Mohammed Ibrahim, Abou Abdallah, Abou al-Mu'iz, le Docteur, le Professeur, Nour, Abou Mohammed Nour ad-Dîn, Abdel Mouaz (Abdel Moez, Abdel Mouez) et d'autres pseudonymes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ayman Al-Zawahiri est né à Maadi en Égypte, en banlieue du Caire, dans une famille influente sur le plan religieux et politique[1],[2]. Du côté paternel, le grand-oncle d'Ayman a dirigé l'université al-Azhar (l'un des principaux lieux d'enseignement de l'islam sunnite), son grand-père maternel a fondé l'université religieuse du Roi Saoud en Arabie saoudite pour le compte des autorités religieuses wahhabites et son oncle maternel, Abdul Rahman Azzam, a occupé les fonctions de secrétaire de la Ligue arabe[2],[3],[4]. C'est un élève studieux[4]. Sa famille est liée aux Frères musulmans depuis la création de la confrérie en 1928[2]. En 1966, à l'âge de 14 ans, Ayman Al-Zawahiri rejoint à son tour les Frères musulmans, avec l'intention de renverser le régime de Gamal Abdel Nasser[2]. Il est alors fasciné par le penseur Sayyid Qutb[4], qui est condamné à mort et exécuté la même année[2].

Entré à l'école de médecine de l'université du Caire, il sort diplômé en médecine en 1974[2] et obtient sa spécialisation en chirurgie en 1978. Son père, Muhammad Rabi Al-Zawahiri, pharmacien renommé, était lui-même professeur de pharmacologie au sein de l'école de pharmacie de l'Université du Caire. La marque creuse sur son front s'appelle un zabiba.

Jihad islamique égyptien[modifier | modifier le code]

En 1970, Nasser meurt et Anouar el-Sadate lui succède[2]. Ce dernier fait alors libérer de nombreux détenus islamistes afin de contrer l'influence des Nassériens[2]. Cependant les islamistes multiplient rapidement leurs actions et deux groupes radicaux émergent : Gamaa al-Islamiya et le Jihad islamique égyptien[2]. D'après les journalistes du Monde Christophe Ayad et Mouna Naïm : « Contrairement aux Gamaa Al-Islamiya, qui entendent faire régner la charia en agissant au grand jour dans la société, le Jihad islamique ambitionne de prendre le pouvoir par le haut, en infiltrant les milieux militaires »[2]

Al-Zawahiri rejoint quant à lui le Jihad islamique égyptien[2],[4]. En 1974, le groupe compte une quarantaine de membres[4]. Al-Zawahiri s'habille alors à l'occidentale et sa famille ignore tout de ses activités[4]. La même année, il passe son diplôme de médecine et exerce pendant trois années comme chirurgien dans une base de l'armée égyptienne[4]. En 1978, il se marie[4].

En 1980, Ayman al-Zawahiri se rend au Pakistan et travaille pendant quatre mois à Peshawar pour le compte du Croissant-Rouge afin de venir en aide aux réfugiés afghans[4].

En 1978, la signature des accords de Camp David, en Israël, provoque une rupture entre Sadate et les milieux islamistes[2]. Le , le président égyptien Anouar el-Sadate est assassiné par un soldat ayant rejoint le Jihad islamique[2],[4]. Al-Zawahiri affirmera par la suite n'avoir appris le projet d'attentat qu'au matin de l'attaque[4]. Il est néanmoins arrêté et emprisonné, ainsi que plusieurs centaines d'autres islamistes[4]. Sous la torture, il révèle également les noms de plusieurs de ses camarades[2]. Mis hors de cause dans le complot contre Sadate, il n'est finalement condamné qu'à trois ans de prison pour port illégal d'arme[2],[4]. Il est relâché en 1984[2],[4].

Après sa libération, al-Zawahiri quitte alors l'Égypte, fait un bref séjour en Arabie saoudite, puis se rend au Pakistan[4]. Il se rapproche alors d'Oussama ben Laden, dont il devient le médecin personnel[4]. Vers fin 1989, dans un camp près de Khost en Afghanistan, une dizaine d'hommes de différentes nationalités, dont ben Laden et al-Zawahiri, fondent l'organisation al-Qaïda[4].

Al-Qaïda[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Oussama ben Laden et Ayman Al-Zawahiri côte-à-côte, les deux fondateurs d'al-Qaïda répondant à une interview d'un journaliste pakistanais en .

En 1989, Oussama ben Laden et Ayman Al-Zawahiri s'installent au Soudan, où Omar el-Bechir a pris le pouvoir et instauré une junte islamiste[2]. Al-Zawahiri commandite alors plusieurs attentats contre le pouvoir égyptien, dont une tentative d'assassinat manquée contre le président Hosni Moubarak[2].

Selon l'imam Sayed, — l'ancien guide spirituel du Jihad islamique égyptien auquel a appartenu Ayman Al-Zawahiri, dans un essai intitulé « La Honte de l'exonération », publié en , dans le quotidien indépendant égyptien Al-Masri al-youm — Zawahiri travaillait alors pour les services secrets soudanais et a été rétribué par eux pour monter secrètement des opérations de terrorisme en Égypte. Une de ces opérations fut la tentative d'assassinat du Premier ministre égyptien Atef Sedki en 1993, qui a entraîné l'arrestation de membres du Jihad islamique en Égypte et l'exécution de six d'entre eux.

Cependant au tournant des années 1990, al-Qaïda change de stratégie. Selon Le Monde : « L'invasion du Koweït par l’Irak en 1990, le débarquement des troupes américaines en Arabie saoudite et l’opération « Tempête du désert », qui chasse l’armée de Saddam Hussein de l’émirat, ont rebattu les cartes. Ben Laden préconise de combattre non seulement le régime saoudien impie et corrompu, mais également « l’ennemi lointain », à savoir les États-Unis, dont les forces souillent la terre des deux mosquées sacrées »[2]. Al-Zawahiri se range à ses vues et dès lors la « priorité n’est plus l’Égypte, mais le djihad transnational au sein d’un Front islamique mondial pour la guerre sainte contre les Juifs et les croisés »[2]. Il rompt également totalement avec la confrérie des Frères musulmans égyptiens, qui ont refusé ou renoncé à l'usage de la violence[2].

Al-Zawahiri passe en Russie avec deux lieutenants le et tente de gagner la Tchétchénie pour y établir une base d'opérations. Il est arrêté le jour même au Daghestan avec de faux passeports. Se faisant passer pour de simples hommes d'affaires et bénéficiant d'un lobbying demandant la libération de ces simples marchands, ils sont relâchés au bout de six mois de prison[5].

En 1997, Ayman Al-Zawahiri est tenu pour responsable du massacre de Louxor, où sont tuées 62 personnes, dont 58 touristes étrangers. Il est condamné à mort par contumace en 1999 par un tribunal militaire égyptien. Cependant l'attentat est en réalité le fait du Gamaa al-Islamiya, qui n'est pas lié à Al-Zawahiri[2].

En 1998, Al-Zawahiri rejoint Ben Laden en Afghanistan, où les talibans ont pris le pouvoir[2].

Entre 1998 et 2006[modifier | modifier le code]

Le , il développe ses vues dans un texte écrit avec Oussama Ben Laden sous le titre « Le Front islamique mondial contre les juifs et les croisés ». Ce texte constitue un pas important permettant d'élargir ses combats à l'échelle planétaire. Ainsi le Jihad islamique rejoint la nébuleuse d’Al-Qaïda (le Jihad islamique sera reconstitué en partie sous le nom de Talaëh al-Fatah).

L'offre de récompense à 25 millions de dollars publiée par les États-Unis pour tout renseignement portant sur Ayman Al-Zawahiri.

Après la deuxième Guerre d'Afghanistan, on perd la trace de Ayman Al-Zawahiri. Certaines sources, en 2002, relatent son assassinat par des forces inconnues mais, début , une vidéo montrant Ayman Al-Zawahiri et Ben Laden ainsi qu'un enregistrement audio, relayé par la chaîne qatarienne Al Jazeera, laissent supposer qu'ils sont tous deux en vie. Le département d'État des États-Unis offre une récompense de 25 millions de dollars pour des informations pouvant mener à l'arrestation d'Ayman al-Zawahiri, considéré comme impliqué, notamment, dans les attentats à la bombe du à Dar es Salam en Tanzanie et à Nairobi au Kenya. Ce même département l'a officiellement placé en deuxième position, sur une liste de 22, des terroristes les plus recherchés. Sur sa fiche de recherche du FBI, il est mentionné qu'il parle arabe et français[6].

Il est visé par des frappes de drones américains en janvier et , mais leur échappe les deux fois. Les frappes provoquent cependant la mort de 105 personnes, dont 76 enfants[7].

Entre 2007 - 2017[modifier | modifier le code]

Le , à la suite d'une attaque américaine dans un village à la frontière pakistanaise qui fait 17 morts, les médias relayent une information sur la mort de Ayman Al-Zawahiri mais celle-ci est démentie le lendemain.

Le , dans le prolongement de son démenti, Ayman Al-Zawahiri apparaît dans une vidéo[8] critiquant les décisions de George W. Bush au sujet de l'Irak et de la Somalie. Ce message intervient alors que Bush vient d'annoncer, le , l'envoi de « plus de vingt mille soldats américains » afin de renforcer l'effectif déjà sur place.

Le , il publie sur Internet un livre intitulé L'Absolution (al-tabri'a), dans lequel il réfute les critiques formulées en 2007 par son ancien compagnon de route, le jihadiste repenti Imam al-Sharif, aujourd'hui emprisonné au Caire[9].

Le , dans un message radiophonique — le troisième en une semaine — diffusé par le réseau as-Sahab, il appelle les musulmans à de nouvelles attaques contre les intérêts juifs et américains dans le monde et à « surveiller les cibles, collecter l'argent, apporter l'équipement, effectuer les préparatifs, et ensuite — en invoquant Allah — rechercher le martyre et le paradis »[10].

En , dans un message audio, il accuse l'Iran et le Hezbollah de vouloir discréditer Al-Qaïda en soutenant qu'Israël serait impliqué dans les attentats du [11].

Le , il menace la France de représailles en raison de sa position concernant le voile islamique et s'attaque également à l'État israélien[12].

Il devient l'homme le plus recherché du monde, après la mort du chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, le . Le , il est intronisé chef d'Al-Qaïda, remplaçant Saif al-Adel qui assurait l’intérim[13]. Il intervient deux fois en vidéo pour exprimer son soutien aux révolutions arabes[14].

Le , il menace la France à la suite de l'intervention militaire au Mali[15].

En , Ayman al-Zawahiri déclare qu'il désapprouve l'annonce faite par Abou Bakr al-Baghdadi d'une fusion entre le Front al-Nosra et l'État islamique d'Irak pour former l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Al-Zawahiri demande à al-Baghdadi de renoncer à ses prétentions sur la Syrie, estimant qu'il « a fait une erreur en établissant l'EIIL » sans lui en avoir demandé la permission ni même l'avoir informé. Il annonce que « l'État islamique en Irak et en Syrie va être supprimé, alors que l'État islamique en Irak reste opérationnel »[16]. Le chef du Front al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, refuse également la fusion et prête allégeance à al-Zawahiri[17],[18],[19]. En novembre, Ayman al-Zawahiri reconnaît le Front al-Nosra comme la seule branche d'al-Qaïda en Syrie[20],[21]. Abou Bakr al-Baghdadi passe outre : il envoie des hommes en Syrie, tandis qu'une partie des membres du Front al-Nosra font défection et lui prêtent allégeance[22].

En , le Front al-Nosra et l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) entrent en guerre dans le nord de la Syrie[23]. Ayman al-Zawahiri désigne Abou Khaled al-Souri, membre d'Ahrar al-Cham et ancien compagnon de route d'Oussama ben Laden, pour servir de médiateur, mais celui-ci est tué à Alep le , dans un attentat de l'EIIL[24],[25].

Depuis l'Afghanistan ou l'Iran, Al-Zawahiri envoie également plusieurs cadres d'al-Qaïda pour rejoindre le Front al-Nosra en Syrie, mais ces derniers sont éliminés un par un par des drones américains[2].

Il revendique les attaques de l'attentat contre Charlie Hebdo, magazine satirique français[26].

Le , Ayman al-Zawahiri annonce prêter allégeance au mollah Akhtar Mohammad Mansour, chef des talibans[27],[28],[29].

Le , le Front al-Nosra rompt son allégeance à al-Qaïda avec l'accord d'Ayman al-Zawahiri[30]. Le groupe prend le nom de Front Fatah al-Cham avant de former Hayat Tahrir al-Cham.

Le , Ayman al-Zawahiri appelle ses partisans à ne pas privilégier le contrôle et l'administration des territoires, mais à se concentrer sur la guérilla[31]. Selon le chercheur Tore Refslund Hamming, fondateur du think tank MENA Analysis, « Zawahiri met clairement en garde Tahrir Al-Cham, car il craint que sa rupture formelle avec Al-Qaïda et sa fusion avec d’autres éléments de la rébellion n’affectent la nature djihadiste du mouvement »[31]. À partir de fin 2017, Ayman al-Zawahiri commence à critiquer violemment Hayat Tahrir al-Cham et son chef, Abou Mohammed al-Joulani, après l'arrestation et le bref emprisonnement de plusieurs cadres d'al-Qaïda[32],[33].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Retour d'Al-Zawahiri à Kaboul et repérage américain[modifier | modifier le code]

Recherché depuis plus de 20 ans par les États-Unis, Al-Zawahiri s'est longtemps caché dans les zones tribales à la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, plus probablement du côte pakistanais[34]. Il profite du retour des talibans au pouvoir pour revenir en Afghanistan. La CIA apprend d'abord que sa famille se trouve dans la capitale afghane[35] puis découvre qu'il y est installé aussi, dans une résidence du quartier cossu de Sherpur, dans le centre-ville de Kaboul[36]. Plusieurs villas de ce quartier sont occupées par des responsables et des commandants talibans de haut rang[37]. Une frappe précédente un an plus tôt avait raté sa cible et provoqué des morts parmi les civils[36].

Après l'assassinat d'al-Zawahiri, le président américain Joe Biden confirma que la communauté du renseignement des États-Unis avait suivi celui-ci au début de 2022 alors qu'il emménageait à Kaboul[38]. Une source diplomatique française parle d'une installation à Kaboul en [39]. Les services de renseignements américains connaissent alors la maison qu'il occupe, une maison d'habitation de 3 étages où il vit avec sa famille. Le New York Times, citant un analyste américain, a rapporté que la maison frappée appartenait à un haut responsable taliban, Sirajuddin Haqqani, influent ministre de l'Intérieur du gouvernement taliban et chef du clan homonyme, bien implanté de part et d'autre de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan et réputé proche des groupes djihadistes des zones tribales pakistanaises et des services de renseignement pakistanais[39]. Le réseau Haqqani est très présent dans l'est de l'Afghanistan et à Kaboul[39].

La difficulté vient que Al-Zawahiri ne sort pas de sa résidence, où vit sa famille, peut-être aussi d'autres personnes. La maison où il réside est collée à d'autres maisons ce qui rend dangereux un tir. Le président américain a demandé expressément que cet assassinat ciblé ne tue aucune autre personne. Une précédente frappe américaine un an plus tôt, sans que le gouvernement américain ne précise qui était visé, avait raté sa cible et provoqué des morts parmi les civils[36]. En mai ou en juin, plusieurs scénarios sont proposés au président américain[40]. Le , une réunion se tient dans la Situation Room de la Maison Blanche autour du président avec plusieurs hauts responsable américains dont la directrice du renseignement national Avril Haines, le directeur de la CIA Bill Burns et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan. Une maquette de la maison où loge Al-Zawahiri est même exposée lors de cette réunion[40].

Selon une source diplomatique américaine, une équipe de surveillance au sol, non américaine, a effectué des repérages. Al-Zawahiri est vu « à de multiples reprises et pour de longues durées sur un balcon » de sa maison[37] et où il aimait lire tôt le matin[35].

Les raisons de son installation à Kaboul restent encore obscures. Peut-être que le suivi de son organisation et le recrutement de nouveaux membres étaient plus faciles depuis la capitale[35]. Le New York Times souligne qu'Al-Zawahiri aurait pu aussi y bénéficier de soins médicaux plus poussés[35].

Attaque[modifier | modifier le code]

Joe Biden donne son accord pour une frappe dans la semaine du 18 au 24 juillet 2022[37]. La semaine suivante, le , al-Zawahiri se tient sur le balcon de sa maison. À h 18 heure locale[41], un drone américain le tue avec le tir de deux missiles Hellfire R9X. Le R9X est une version de l'AGM-114 Hellfire dont l'existence n'avait jamais été confirmée par le Pentagone[37] et qui serait utilisée pour des assassinats ciblés. Cette version du missile n'a pas d'explosif, afin de réduire les dommages collatéraux (pas d'effet de souffle[37]), la létalité de l'arme est assurée par l'énergie cinétique et par six lames auto-déployantes[36] qui s'ouvrent peu avant l'impact[37]. Des responsables américains indiquent qu'aucun membre de la famille d'al-Zawahiri n'a été blessé. Sur les photos de la maison après l'impact, on aperçoit des fenêtres soufflées sur un étage, mais le reste du bâtiment, dont les autres fenêtres, est intact[37].

Annonces et réactions[modifier | modifier le code]

Le , le président américain Joe Biden annonce à la Maison-Blanche, qu'Ayman al-Zawahiri a été tué la veille à Kaboul[42],[43]. Il déclare à cette occasion : « Samedi, sur mes ordres, les États-Unis ont mené à bien une frappe aérienne sur Kaboul, en Afghanistan, qui a tué l'émir d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri. [...] Justice a été rendue et ce dirigeant terroriste n'est plus. [...] Cette mission a été très bien préparée. J'ai donné le feu vert il y a une semaine de cela. Il n'y a aucun civil touché, aucun dommage collatéral, aucun membre de la famille d'Ayman Al-Zawahiri n'a été blessé »[42]. Il ajoute que le chef d'Al-Qaïda a été repéré « à de multiples reprises et pour de longues durées sur le balcon où il a finalement été touché »[42],[44],[36]. Un haut responsable de l'administration américaine avait alors juste confirmé aux journalistes qu'au cours du week-end, une frappe de drone avait eu lieu qui avait éliminé une importante cible d'Al-Qaïda en Afghanistan.

Dès la nouvelle de la frappe contre al-Zawahiri, les principaux leaders du clan Haqqani, Sirajuddin Haqqani, son oncle Khalil, ministre des Réfugiés, son frère Anas et d'autres membres du clan auraient quitté précipitamment Kaboul[39]. Selon une source de l'ONU sur place, des convois ont traversé la ville à vive allure et les rendez-vous prévus de ces personnalités ont été annulés brutalement[39]. Sirajuddin Haqqani fait l'objet depuis quelque temps d'un mandat de recherche émis par les États-Unis[39]. Les talibans se sont lancés dans les jours qui ont suivi l'attaque, à une chasse aux informateurs ayant permis de mener cette frappe, fouillant de nombreux domiciles privés[39]. La famille d'al-Zawahiri, dont aucun membre n'a été blessé dans la frappe, a été évacuée par le clan Haqqani.

Avant l'annonce américaine, les talibans ont déclaré dans un premier communiqué qu'une frappe aérienne avait été menée contre une habitation du quartier de Sherpur à Kaboul, et ont condamné cette opération[45], avant de reconnaitre 48 heures plus tard la mort du leader d'al-Qaida. Les talibans dénoncent alors une « claire violation des principes internationaux » et des accords de Doha[46]. L'un de leur porte-parole déclare que « de telles actions sont une répétition des expériences ratées des vingt dernières années et vont à l'encontre des intérêts des États-Unis d'Amérique, de l'Afghanistan et de la région »[47]. Des membres du réseau Haqqani avaient tenté de dissimuler la mort d'al-Zawahiri bien que les Américains l'aient déjà confirmée[réf. nécessaire].

Les États-Unis dénoncent une violation des accords de Doha de la part des talibans, qui ont permis à al-Zawahiri de revenir dans le pays[48]. Joe Biden qualifie la frappe de « délivrance de la justice »[49]. Elle est aussi saluée par le Canada, les États-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël et la France[46].

Quelques jours plus tard, le , le gouvernement des talibans déclare « qu'il n'avait pas d'informations » sur la présence du chef d'Al-Qaïda en Afghanistan, indiquant dans un communiqué officiel que : « les dirigeants de l'Émirat islamique d'Afghanistan ont demandé aux services de renseignement de mener une enquête approfondie et sérieuse sur l'incident », citant pour la première fois le nom du chef d'Al-Qaïda[50].

Selon un diplomate français, les États-Unis ont avec cette frappe « mis une épée de Damoclès sur la tête des dirigeants talibans, et disposent d'un moyen de les contraindre à respecter certaines lignes rouges »[39]. Les observateurs notent néanmoins que le réseau jihadiste international est très décentralisé et résilient[51],[52], et qu'il survivra à la mort d’Al-Zawahiri comme il avait survécu à celle de Ben Laden[51]. Al-Qaïda n'a pas nommé immédiatement de successeur à al-Zawahiri[53], mais selon les experts de l'ONU et le chercheur danois Tore Refslund Hamming, un autre Égyptien, Mohammed Salahuddin Zeidan, pourrait prendre la tête du mouvement[51],[52].

La frappe a mis en question la sécurité de Mark Frerichs (en), un ingénieur civil de 60 ans et le seul otage américain connu en Afghanistan[54].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The man behind Bin Laden », sur New Yorker
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Christophe Ayad et Mouna Naïm, Ayman Al-Zawahiri, une vie entière dévouée au djihad, Le Monde, 2 août 2022.
  3. Gilles Kepel, « Al-Qaida dans le texte », Presses universitaires de France
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Marc Epstein, Ayman Al-Zawahiri, le cerveau d'Al-Qaïda, L'Express, 11 septembre 2003.
  5. (en) Saga of Dr. Zawahri Sheds Light On the Roots of al Qaeda Terror, Wall Street Journal, 2 juillet 2002.
  6. FBI:Most Wanted Terrorists.
  7. (en-GB) Spencer Ackerman, « 41 men targeted but 1,147 people killed: US drone strikes – the facts on the ground », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  8. Zawahri ironise sur la stratégie américaine, L'OBS, 23 janvier 2007.
  9. blog de Gilles Kepel (5 mars 2008) : Zawahiri met en ligne sa "Disculpation" : la crise s'aggrave entre les jihadistes.
  10. Al-Qaïda appelle à frapper Israël et les États-Unis, L'Express, 24 mars 2008.
  11. (en) Al-Qaeda accuses Iran of 9/11 lie, BBC, 22 avril 2008.
  12. Le numéro deux d'al-Qaida menace la France, Le Figaro, 4 août 2009.
  13. Mike Mullen promet qu'Al-Zawahiri sera éliminé comme Ben Laden, Le Monde.
  14. Al Zawahiri le discret, Huyghe, 3 août 2011.
  15. Zawahiri menace la France pour son intervention au Mali, Le Monde, 8 avril 2013.
  16. « Le Front Al-Nosra est la branche d'Al-Qaïda en Syrie », 7sur7.be, 8 novembre 2013.
  17. « Al-Qaida en Syrie : le cadeau fait à Bachar », Le Point, 10 avril 2013.
  18. Romain Caillet, De la désaffiliation de l'État islamique à al-Qaïda, The Huffington Post, 8 octobre 2013.
  19. « Syrie : Al-Nosra adhère à Al-Qaida mais veut garder son identité », Le Monde, 10 avril 2013.
  20. Syrie : le Front Al-Nosra devient la "branche" officielle d'Al-Qaida, Le Monde avec AFP, 8 novembre 2013.
  21. Zawahiri affirme que le Front Al-Nosra est la branche d'Al-Qaïda en Syrie, AFP, 8 novembre 2013.
  22. Hélène Sallon, L'État islamique en Irak et au Levant, l'avenir du djihadisme mondial, Le Monde, 10 juin 2014.
  23. Céline Lussato, Syrie : La guerre des djihadistes a-t-elle éclaté ?, Le Nouvel Observateur, 7 janvier 2014
  24. France 24 avec AFP et Reuters, « Un compagnon de route de Ben Laden tué en Syrie », sur France 24, (consulté le ).
  25. L'Obs avec AFP, « Syrie: un compagnon de route de Ben Laden tué dans un attentat », .
  26. https://www.marianne.net/societe/ayman-al-zawahiri-revendique-charlie-hebdo
  27. Le chef d’Al-Qaïda Ayman Al-Zawahiri fait allégeance au nouveau leader des Talibans dans une vidéo, L'Obs, 13 août 2015.
  28. En faisant allégeance aux talibans, al-Qaïda envoie un message à l'EI, RFI, 14 août 2015.
  29. Michel Moutot, Allégeance au mollah Mansour : al-Zawahiri n'avait pas le choix, OLJ avec AFP, 17 août 2015.
  30. Le Front al-Nosra rompt avec el-Qaëda et devient le Front Fateh al-Cham, OLJ avec agences, 28 juillet 2016.
  31. a et b Madjid Zerrouky, Al-Qaida prépare une guerre d’usure en Syrie, Le Monde, 27 avril 2017.
  32. Matteo Puxton, Syrie: comment al-Qaïda reprend pied en zone djihadiste, France Soir, 28 juin 2018.
  33. Luc Mathieu, La province syrienne d’Idlib, un havre de guerre, Libération, 31 janvier 2018.
  34. Benjamin Barthe, « "Al-Qaida survivra à la mort d'Al-Zawahiri comme elle a survécu à la mort de Ben Laden", interview de Tore Refslund Hamming, spécialiste des mouvements djihadistes », sur Le Monde (consulté le ).
  35. a b c et d Sarah Zihaï, « La traque acharnée de la CIA pour abattre Ayman Al-Zawahiri », Vanity Fair,‎ .
  36. a b c d et e Jean Guisnel, « Comment la CIA a secrètement traqué Ayman al-Zawahiri », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  37. a b c d e f et g "Mort d’Ayman Al-Zawahiri : qu’est-ce que le missile Hellfire R9X que les Américains sont susceptibles d’avoir utilisé ?" par Sandra Favier (avec AFP), Le Monde, 2 août 2022.
  38. (en) « Biden announces killing of al-Qaeda leader in Kabul: 'Justice has been delivered' », sur ABC News,
  39. a b c d e f g et h Jacques Follorou, « La mort du chef d’Al-Qaida illustre la nouvelle guerre américaine en Afghanistan », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. a et b "Tué par un drone sur son balcon: comment les Américains ont éliminé le numéro 1 d'Al-Qaïda" par Jules Fresard, BFM TV, 2 août 2022
  41. (en) « The districts of Wazir Akhbar Khan and Sherpur », sur Tate,
  42. a b et c Le chef d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, a été tué par un drone américain en Afghanistan, Le Monde avec AFP, 2 août 2022.
  43. (en) « U.S. kills al Qaeda leader Ayman al-Zawahri in drone strike », sur Politico,
  44. « Zawahiri «n'est plus» : Joe Biden annonce la mort du chef d'Al-Qaïda », sur Europe 1 (consulté le ).
  45. (en) « Live Updates: U.S. Drone Strike Said to Have Killed Top Qaeda Leader », sur The New York Times,
  46. a et b Julie Malfoy et Margot Davier, « La communauté internationale réagit après la mort d’Ayman al-Zawahiri, leader d’Al-Qaeda », sur Libération (consulté le )
  47. (en) « Ayman al-Zawahiri: Al-Qaeda leader killed in US drone strike », sur BBC News,
  48. « Zawahiri «n'est plus» : Joe Biden annonce la mort du chef d'Al-Qaïda », sur Europe 1 (consulté le ).
  49. (en) « Biden: Killing of al-Qaida leader is long-sought ‘justice’ », sur Associated Press,
  50. ", France 24, 4 aout 2022
  51. a b et c « « Al-Qaida survivra à la mort d’Al-Zawahiri comme elle a survécu à la mort de Ben Laden » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. a et b Célian Macé et Luc Mathieu, « Mort d’Ayman al-Zawahiri: Al-Qaeda décapitée mais pas enterrée », sur Libération (consulté le )
  53. (en) « US kills al Qaeda leader Ayman al-Zawahiri in drone strike in Afghanistan », sur CNN,
  54. (en) « U.S. kills al-Qaeda leader Ayman al-Zawahiri in drone strike in Kabul », sur The Washington Post,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Écrits de Zawahiri[modifier | modifier le code]

  • La cure pour les cœurs des croyants (Shifâ' Sudûr al-Mu'minîn), 1996
  • Le Front islamique mondial contre les juifs et les croisés, 1998
  • L'Absolution, Milelli, 2008 (ISBN 978-2-916590-05-9)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Kepel et Jean-Pierre Milelli (dir.), Al-Qaïda dans le texte, PUF, Paris, 2005
  • Jean-Pierre Milelli, « La lettre d'al-Zaouahiri », revue Maghreb-Machrek no 186, Choiseul, Paris, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]