Insurrection au Jammu-et-Cachemire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Insurrection au Jammu-et-Cachemire
Localisation du Cachemire. En vert : zones sous contrôle pakistanais. En brun foncé : Jammu-et-Cachemire (sous contrôle indien). Le Aksai Chin est sous contrôle chinois.
Localisation du Cachemire. En vert : zones sous contrôle pakistanais. En brun foncé : Jammu-et-Cachemire (sous contrôle indien). Le Aksai Chin est sous contrôle chinois.
Informations générales
Date 1989 - aujourd'hui
Lieu Jammu-et-Cachemire (Inde)
Issue En cours, largement résolu
Belligérants
Drapeau de l'Inde Inde Kashmir independent.svg Front de libération du Jammu-et-Cachemire
State emblem of Pakistan.svg Inter-Services Intelligence
Flag of Jihad.svg Harkat-ul-Jihad-al-Islami
Flag of Jihad.svg Lashkar-e-Toiba
Jaishi-e-Mohammed.svg Jaish-e-Mohammed
Flag of Jihad.svg Hizbul Mujahideen
Flag of Harkat-ul-Mujahideen.svg Harakat ul-Mujahidin
Flag of Jihad.svg Al-Badr
Commandants
Flag of Indian Army.svg Deepak Kapoor
Flag of Indian Army.svg Lt Gen P C Bhardwaj
Ensign of the Indian Air Force.svg Pradeep Vasant Naik
Kashmir independent.svg Amanoullâh Shâh
Flag of Jihad.svg Hafiz Saeed
Jaishi-e-Mohammed.svg Maulana Masood Azhar
Flag of Jihad.svg Sayeed Salahudeen
Flag of Harkat-ul-Mujahideen.svg Fazlur Rehman Khalil
Flag of Harkat-ul-Mujahideen.svg Farooq Kashmiri
Flag of Jihad.svg Arfeen Bhai (jusqu'en 1998)
Flag of Jihad.svg Bakht Zameen
Forces en présence
30 000 à 600 000 soldats 800 à 3 200 rebelles[1]
Pertes
7 000 policiers tués[2] 20 000 rebelles tués[2]

L’insurrection au Jammu-et-Cachemire a existé sous différentes formes. Des milliers de vies ont été perdues depuis 1989 en raison de l'intensification de l'insurrection et les opérations menées par l'armée indienne contre les groupes terroristes dans la région.

Historique du conflit[modifier | modifier le code]

Elle débute à la suite des élections de 1987[3],[4]. L'insurrection trouve son origine à la suite du retrait soviétique d'Afghanistan, des Moudjahidines soutenus par le Pakistan se seraient infiltrés au Cachemire avec pour objectif de répandre l'idéologie islamiste[3].

Le Inter-Services Intelligence du Pakistan est accusé par l'Inde de soutenir et de former les moudjahidines[5] pour se battre dans le Jammu-et-Cachemire[6],[7]. Selon les chiffres officiels du gouvernement indien, il y aurait eu 3 400 cas de disparition et le conflit a fait plus de 47 000 morts en juillet 2009. Cependant, le nombre de morts liés à l'insurrection a fortement chuté en raison du début d'un lent processus de paix entre l'Inde et Pakistan[8].

Il est par ailleurs difficile de savoir si Al-Qaïda dispose d'une présence dans le Cachemire. Le secrétaire à la Défense des États-Unis, Donald Rumsfeld a affirmé que le groupe terroriste est actif dans la région[9]. En 2002, le SAS traque en effet Oussama Ben Laden à travers le Jammu-et-Cachemire[10]. Al-Qaïda revendique avoir établi une base dans le Jammu-et-Cachemire[11]. Toutefois, ces affirmations n'ont jamais été mises en évidence. L'armée indienne affirme quant à elle qu'il n'y aucune preuve de la présence d'Al-Qaïda au Cachemire[12]. Selon Robert Gates, le groupe terroriste aurait en revanche établi des bases dans les zones du Cachemire administrées par le Pakistan, laissant entendre qu'il planifierait des attaques contre l'Inde[13].

Depuis 2000, l'insurrection baisse en intensité et prend plutôt la forme de manifestations[14]. Certains groupes insurgés ont également choisi de déposer leurs armes et de chercher un règlement pacifique au conflit[15]. De 29 000 à 100 000 civils auraient péri depuis le début de l'insurrection[16],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) 800 Militants Active in Kashmir: Army, GlobalSecurity.org, consulté le 14 avril 2012
  2. a et b (en) India revises Kashmir death toll to 47,000, Reuters, 21 novembre 2008
  3. a et b (en) Kashmir insurgency, BBC, consulté le 14 avril 2012
  4. (en) Kashmir's flawed elections, BBC News, 14 septembre 2002
  5. (en)Pakistan's shadowy secret service, BBC News, 9 octobre 2006
  6. (en) At Border, Signs of Pakistani Role in Taliban Surge, The New York Times, 21 janvier 2007
  7. (en) A NATION CHALLENGED: THE SUSPECTS; Death of Reporter Puts Focus On Pakistan Intelligence Unit, The New York Times, 25 février 2002
  8. (en) Indian officials say 3,400 missing in held Kashmir, AFP, 18 août 2009
  9. (en) Analysis: Is al-Qaeda in Kashmir?, BBC News, 13 juin 2002
  10. (en) SAS joins Kashmir hunt for bin Laden, The Telegraph, 23 février 2002
  11. (en) Al Qaeda claim of Kashmir link worries India - Asia - Pacific - International Herald Tribune, consulté le 14 avril 2012
  12. (en) No Al Qaeda presence in Kashmir: Army, The Hindu, 18 juin 2007
  13. (en) Al Qaeda thriving in Pakistani Kashmir The Christian Science Monitor, 2 juillet 2002
  14. (en) Valley of Tears, TIME, 4 septembre 2008
  15. (en) Kashmir: Recent Developments and U.S. Concerns, consulté le 14 avril 2012
  16. (en) Kashmir Death Toll Hits 1,980 In 2003, consulté le 14 avril 2012
  17. (en) Kashmir fighting death toll hits 19, CNN World, 23 mars 2009