Médersa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Médersa d'Ulugh Beg à Samarcande, en Ouzbékistan actuel, vers 1912, photographie de Sergueï Prokoudine-Gorski.

Une médersa, ou madrassa (arabe : مدرسة, madrasa, pl. مدارس, madāris), ou école coranique, est une université théologique musulmane.

Les médersa sont toujours administrées par un waqf, fondation pieuse[1]. Les plus remarquables d'entre elles sont les Medersas mérinides du Maroc, plus précisément de la ville de Fès, dont l'architecture est particulièrement remarquable[2].

Cette appellation est à rapprocher de l'hébreu Midrash (מדרש), dont la racine signifie examiner, interroger en profondeur.

On trouve les formes :

  • medrese, réservé aux écoles primaires, en Turquie ;
  • madresé, en Iran (persan : madreseh, مدرسه).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine une médersa est un établissement d'enseignement (proche des universités médiévales) fondé pour la première fois aux alentours du Ve siècle de l'Hégire (soit au XIIe siècle de l'ère chrétienne) pour assurer l'enseignement supérieur religieux et diffuser les doctrines sunnites. Habituellement, les élèves étaient logés dans l'établissement, et les services du waqf les prenaient en charge pour leur permettre de se consacrer à leurs études. Une autre de leurs caractéristiques est que les enseignants y étaient nommés par l'État.

La première madrasa fut fondée à Bagdad au XIe siècle de l'ère chrétienne par le vizir persan Nizam al-mulk[réf. nécessaire]. La plus ancienne madrasa existante est la madrasa Gümüshtegin, à Bosra. Elle a été construite en 1136[3]. La majorité des premières madrasas se trouvent en Anatolie[3].

À l'époque médiévale, le programme se concentre principalement sur l'exégèse coranique, la théologie, la jurisprudence et la loi islamique, et le hadith. La grammaire et la littérature arabes, les mathématiques, la logique et, dans certains cas, les sciences naturelles comme l'astronomie ou la médecine ont été étudiées dans certaines madrasas, selon l'institution[4],[5],[6],[7].

Dans les temps modernes, le terme madrasa désigne une institution où les sciences islamiques sont enseignées; un collège d'études supérieures, par opposition à une école élémentaire de type traditionnel (kuttab, Arabe: كُتَّاب kuttāb)[7].

Développement[modifier | modifier le code]

Outre en Iran, on trouve des madrasas en Anatolie sous les Seldjoukides puis sous les Ottomans, en Syrie et en Égypte sous les Ayyoubides et les Mamelouks, tunisie mais surtout au Maroc avec la plus importante d'entre elles, la Médersa Bou Inania de Fès.

Les madrasas anatoliennes de la période seldjoukide se caractérisent par leur matériau, la pierre, et par leur cour étroite, voire inexistante en raison du climat froid de la région. Le portail est généralement prétexte à une débauche de décor sculpté. La tradition de la madrasa se poursuit en Anatolie aux xive et xve siècles; ensuite, sous les Ottomans, ces édifices sont intégrés à d'immenses complexes.

Les Ayyubides fondèrent de nombreuses madrasas pour contrer le chiisme après la disparition des Fatimides en Égypte. Salah al-Din notamment, en fit construire de nombreuses au Caire et en Syrie, comme la madrasa Firdaws à Alep (1243). On trouve peut-être encore des influences anatoliennes dans ces bâtiments.

Bou Inania Madrasa, à Fes

C'est sans doute à l'époque mamelouke que naquit le concept d'un iwan par école juridique, comme cela est expliqué dans l'acte de waqf du complexe de Sultan Hasan, au Caire[réf. nécessaire]. À cette époque, les madrasas étaient liées aux grands complexes sultaniens et émiraux. C'est dans celui de Qala'un que se trouve la première madrasa mamelouke bien conservée, mais celle du complexe de sultan Hasan est sans doute la plus belle.

À Ispahan se trouve une des plus anciennes madrasa conservées, la Shah-i Mashhad, datée de 1175. On connaît de nombreusx exemples de madrasas dans tout le grand Iran, jsuqu'en en Inde, jusqu'au xviie siècle au moins. Dans ces régions particulièrement troublées, elles servaient mieux qu'ailleurs à diffuser les diverses propagandes. On en connaît aussi bien des sunnites que des chiites.

L'apparition de la madrasa au Maghreb est tardive (pas avant la chute de la dynastie Almohades), et a lieu dans un contexte de soufisme vivace. De rite essentiellement malikite, ces établissements servent principalement à étendre le soufisme à des populations nomades souvent encore non islamisées. On en trouve de nombreux exemples magnifiques notamment à Fez, comme la madrasa Attarin, la madrasa Bu' Inaniyya, ou encore à Tlemcen avec la Medersa Khaldouniya.

En Espagne, l'enseignement avait lieu principalement dans les mosquées. On ne connaît donc qu'une seule madrasa dans cette région, qui dénote une importante influence mérinide : le palais de la Madraza (es) ou Madrasa Yusuf Ier à Grenade, décorée de stucs peints.

Exemples[modifier | modifier le code]

Cas des Comores[modifier | modifier le code]

Aux Comores, les medersas sont vues comme un modèle possible d'éducation démocratique[8] sans discrimination car touchant supposément tout le monde. Aussi, à partir de 1976, les autorités des îles indépendantes y ont introduit des activités d'éveil pour les jeunes préscolaires. Depuis 1994, il existe un projet pour étendre les disciplines d'enseignement mais les maîtres s'y refusent sans contreparties financières.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ahmed Tahiri Jouti, « L’institution des waqf et la finance islamique », Les cahiers de l'Islam,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2016)
  2. Umfrance, « Les médersas de Fès », sur Union des mosquées de France (consulté le 4 octobre 2017)
  3. a et b (en) Andrew Petersen, Dictionary of Islamic Architecture, London - New York, Routledge, , 342 p. (ISBN 978-0-415-06084-4, lire en ligne), p. 168.
  4. (en) « Madrasah | Muslim educational institution », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 30 août 2020) : « The madrasah functioned until the 20th century as a theological seminary and law school, with a curriculum centred on the Qurʾān. Arabic grammar and literature, mathematics, logic, and, in some cases, natural science were studied in madrasahs in addition to Islamic theology and law. »
  5. Tony Street, « Arabic and Islamic Philosophy of Language and Logic », dans The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Metaphysics Research Lab, Stanford University, (lire en ligne) "Secondly, the tradition of Arabic logic after the thirteenth century was to find a place in the madrasa education and, as a result, had to jostle with various Islamic disciplines treating grammar, rhetoric and forensic argument; in the process, Arabic logic gave up its claims to deal with dialectical, rhetorical and poetical discourse. But by the time Arabic logic was established in the curriculum of the institutions of learning, most of the formal aspects of what was forever after to be called “logic” (mantiq) had already crystallised."
  6. (en) Syed Farid Alatas, « From Jāmi' ah to University: Multiculturalism and Christian–Muslim Dialogue », Current Sociology,‎ , p. 122 (DOI 10.1177/0011392106058837, lire en ligne, consulté le 30 août 2020) :

    « The main subjects taught were Quranic exegesis, theology, jurisprudence and the principles of jurisprudence, grammar and syntax, the Traditions of Muhammad(ḥadīth), logic and, sometimes, philosophy and mathematics. In addition to the above, other subjects such as literary studies, history, politics, ethics, music, metaphysics, medicine, astronomy and chemistry were also taught. »

  7. a et b (en) J. Pedersen, G. Makdisi, Munibur Rahman et R. Hillenbrand, « Madrasa », Encyclopaedia of Islam, Second Edition,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2020)
  8. Enquête à indicateurs multiples (MICS 2000), Ministère du Plan de la RFIC
  9. arabe : baraka muḥammad, بركة محمد, bénédiction sur Muhammad

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :