Lashkar-e-Jhangvi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam image illustrant le Pakistan
Cet article est une ébauche concernant l’islam et le Pakistan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lashkar-e-Jhangvi
(pa)لشكرِ جهنگوی
Idéologie Wahhabisme, Islamisme, Christianophobie, anti-chiisme
Statut Actif
Fondation
Date de formation 1994-1996
Fondé par Riaz Basra
Pays d'origine Drapeau du Pakistan Pakistan
Actions
Mode opératoire Attentat à la bombe, attentat-suicide
Nombres d'attaques imputées 350 entre 1996 et 2001[1]
Zone d'opération Drapeau du Pakistan Pakistan
Période d'activité 1994-aujourd'hui
Organisation
Chefs principaux Riaz Basra, Akram Lahori
Membres moins de 500[1]
Sanctuaire Afghanistan jusqu'en 2001[1]
Groupe relié Sipah-e-Sahaba Pakistan (parfois considéré comme sa branche politique[1]), Taliban, Tehrik-e Taliban Pakistan
Répression
Considéré comme terroriste par Canada, États-Unis, Australie, Union Européenne

Lashkar-e-Jhangvi (pendjabi : لشكرِ جهنگوی, Armée de Jhangvi, du nom du fondateur du SSP, Maulana Haq Nawaz Jhanvi) est un groupe armé sunnite pakistanais fondé entre 1994 et 1996 par Riaz Basra, à la suite d'une scission d'avec Sipah-e-Sahaba Pakistan (SSP), jugé trop légaliste et trop proche des organisations chiites.

L'organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada[2], des États-Unis[3] et de l'Australie[4]. Elle est considérée par l'ONU comme proche d'Al-Qaïda et à ce titre sanctionnée par le Conseil de sécurité des Nations unies[5].

Forte de 500 membres, le groupe se spécialise dans des attentats meurtriers comme celui du à Quetta[6]. On attribue à Lashkar-e-Jhangvi 350 attentats entre 1996 et 2001. La dure répression de la fin des années 1990 a affaiblie le groupe qui se divise en 2000 entre ceux menés par Riaz Basra et basés à Peshawar et ceux menés par Qari Asadullah et basés à Karachi[7].

Proche des Talibans qui assuraient la formation de ses militants en Afghanistan, le groupe collabore avec différents groupes tel Harakat ul-Mujahidin.

Malik Ishaq, considéré comme un des fondateurs, a été libéré le 11 juillet 2011[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Laurent Gayer, Mondes rebelles Asie du sud : Fondamentalisme, séparatisme, maoïsme, Paris, Editions Michalon,‎ , 188 p. (ISBN 9782841864799)
  2. http://www.publicsafety.gc.ca/prg/ns/le/cle-fr.asp#AIAI
  3. http://www.state.gov/s/ct/rls/other/des/123085.htm
  4. http://www.nationalsecurity.gov.au/agd/WWW/NationalSecurity.nsf/Page/What_Governments_are_doingListing_of_Terrorism_Organisations
  5. http://www.un.org/french/sc/committees/1267/consolist.shtml
  6. http://www.start.umd.edu/gtd/search/IncidentSummary.aspx?gtdid=200307040003
  7. Antoine Sfeir (dir.), Dictionnaire mondial de l'islamism, Plon,‎ , 518 p. (ISBN 2259197604), p. 327
  8. Emmanuel Derville, « Pakistan : une chrétienne risque la mort », sur Le Figaro,‎ (consulté le 21 août 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]