David Petraeus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
David Petraeus
David Petraeus
David Petraeus

Naissance (63 ans)
Cornwall-on-Hudson, New York (en)
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Flag of the United States Army.svg United States Army
Grade US-O10 insignia.svg Général (États-Unis)
Années de service 1974 – 2011
Conflits Force de stabilisation
Opération Uphold Democracy
Operation Desert Spring (en)
Guerre d'Irak
Guerre d'Afghanistan (2001-2014)
Commandement
Distinctions Defense Distinguished Service Medal (4)
Army Distinguished Service Medal (3)
Defense Superior Service Medal (2)
Legion of Merit (4)
Bronze Star Medal avec "V" Device (en)
Defense Meritorious Service Medal
NATO Meritorious Service Medal
Officier de l'ordre d'Australie
Autres fonctions Directeur de la CIA (2011-2012)
Famille Holly Knowlton (épouse depuis 1974)[1]

David Petraeus, né le à Cornwall-on-Hudson (en) dans le comté d'Orange (New York) est ancien général de l'armée américaine, commandant de la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan (2010-2011) et directeur de la CIA (2011-2012).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

David Petraeus est le fils de Sixtus Petraeus (1915-2008), un marin néerlandais qui émigre aux États-Unis au début de la Seconde Guerre mondiale, et de Miriam Sweet Howell (1912-1991), libraire.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

David Petraeus avec ses hommes en Irak, le 2 août 2003.

David Petraeus s'engage dans l'US Army en 1974 après sa sortie de l'académie militaire de West Point où il a suivi une formation d'infanterie.

En 1991, alors qu'il est commandant de bataillon, il survit à une blessure par balle à la poitrine due à un tir ami d'une M249, et plus tard, il se fracasse le bassin lors d'un saut en parachute.

Il commande la 101e division aéroportée durant l'Opération liberté irakienne et l'offensive sur Bagdad au printemps 2003, puis sa mission d'occupation du nord de l'Irak jusqu'en février 2004. Chargé de créer et d'organiser les Forces armées irakiennes entre 2004 et 2005, il dirige ensuite le United States Army Combined Arms Center (en) à Fort Leavenworth.

Docteur en sciences politiques de l'université de Princeton et théoricien des nouvelles méthodes anti-insurrectionnelles de l'US Army, il était rentré aux États-Unis pour réécrire le manuel de contre-insurrection de l'armée américaine[2], lorsqu'il est nommé par George W. Bush, le , pour succéder au général George Casey comme commandant de la coalition militaire en Irak. Il assume ses fonctions du 10 février 2007 au 16 septembre 2008 et fait diminuer les pertes militaires alliées ainsi que la violence sur le terrain.

Le , il est nommé à la tête du United States Central Command, le commandement central qui supervise les opérations en Irak et en Afghanistan. Son rôle en Irak lui a valu d'être classé au 33e rang de la liste des 100 personnes les plus influentes dans le monde, Time 100, en 2007 établie par le magazine Time[3].

Il est atteint d'un cancer de la prostate en 2009 et est guéri après deux mois de traitement[4].

Le , il est nommé par le président Barack Obama chef des troupes de l'OTAN et commandant de la Force internationale d'assistance et de sécurité (ISAF) en Afghanistan, remplaçant le général Stanley McChrystal relevé de ses fonctions[5].

Le 31 août 2011, il quitte les rangs de l'armée après 37 ans de service[6].

Directeur de la CIA[modifier | modifier le code]

Le , le président Obama annonce sa prochaine nomination à la tête de la CIA à la place de Leon Panetta, pressenti pour devenir secrétaire à la Défense. Le 30 juin, il est confirmé à son futur poste à l'unanimité des membres du Sénat et prend ses fonctions le . Il démissionne le à la suite d'une affaire d'adultère avec sa biographe Paula Broadwell couplée de fuites de documents ultra-secrets à sa maîtresse[7],[8],[9]. Après avoir plaidé coupable, estimant avoir « fait preuve d'un énorme manque de jugement »[10], il est condamné pour cette affaire, le 23 avril 2015, à deux ans de prison avec sursis et à 100 000 dollars d'amende[9].

Promotions[modifier | modifier le code]

  • US-O1 insignia.svg 2LT - 1974 - (Sous-lieutenant)
  • US-O2 insignia.svg 1LT - 1976 - (Lieutenant)
  • US-O3 insignia.svg CPT - 1978 - (Capitaine)
  • US-O4 insignia.svg MAJ - 1985 - (Commandant)
  • US-O5 insignia.svg LTC - 1991 - (Lieutenant-colonel)
  • US-O6 insignia.svg COL - 1995 - (Colonel)
  • US-O7 insignia.svg BG - 2000 - (Général de brigade)
  • US-O8 insignia.svg MG - 2003 - (Général de division)
  • US-O9 insignia.svg LTG - 2004 - (Général de corps d'armée)
  • US-O10 insignia.svg GEN - 2007 - (Général d'armée)

Décorations[modifier | modifier le code]

Le , il reçoit les insignes d’officier de la Légion d’honneur[11]. Il reçoit aussi les médailles suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « What About the Petraeus-Broadwell Spouses? », ABC News,‎ (consulté le 15 mars 2015)
  2. « Manuel du parfait soldat », article du Monde diplomatique sur le manuel réécrit, pour l'intégralité du manuel COIN voir U.S. military publishes manual to fight insurgents.
  3. (en) David Petraeus par Joe Klein, Times.
  4. (en) Eric Schmitt, « Petraeus Treated for Prostate Cancer », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Cooper, Helene, Shanker, Thom et Filkins, Dexter, « Gen. McChrystal Is Relieved of Command », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Jim Garamone, « Petraeus Garners Praise at Retirement Ceremony », American Forces Press Service,‎ (lire en ligne)
  7. Affaire Petraeus/CIA : aux États-Unis, l'adultère est une marque de faiblesse, Thomas Snégaroff, iris-france.org, 12 novembre 2012
  8. Paula Broadwell, une carrière brisée par l'adultère, Sandrine Perroud, Tribune de Genève, 13 novembre 2012
  9. a et b « Affaire Petraeus: l'ex-chef de la CIA condamné à deux ans avec sursis », huffingtonpost.ca, 23 avril 2015.
  10. Charles Carrasco, « La démission surprise du patron de la CIA », sur europe1.fr, Europe 1,‎ (consulté le 10 novembre 2012)
  11. 26 septembre 2008 – Le CEMA reçoit le général Petraeus

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Cloud et Greg Jaffe, The Fourth Star: Four Generals and the Epic Struggle for the Future of the United States Army, Random House,‎ (ISBN 978-0-307-40906-5)
  • (en) Linda Robinson, Tell Me How This Ends : General David Petraeus and the Search for a Way Out of Iraq, PublicAffairs,‎ , 410 p. (ISBN 9781586487669)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]