Fairchild A-10 Thunderbolt II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairchild A-10 Thunderbolt II
{{#if:
Un A-10 en vol en Allemagne, dans les années 1990.
Un A-10 en vol en Allemagne, dans les années 1990.

Constructeur Drapeau : États-Unis Fairchild Republic
Rôle Avion d'attaque au sol
Statut En service
Premier vol
Mise en service Octobre 1975
Date de retrait prévu pour 2028[1]
Coût unitaire 9,8 millions de dollars en 1998
Nombre construits 715
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur General Electric TF34-GE-100 (en)
Nombre 2
Type Turboréacteur à double flux
Poussée unitaire 40 kN
Dimensions
FAIRCHILD REPUBLIC A-10A THUNDERBOLT II.png
Envergure 17,42 m
Longueur 16,16 m
Hauteur 4,42 m
Surface alaire 47 m2
Masses
À vide 11 321 kg
Avec armement 14 846 kg
Maximale 22 950 kg
Performances
Vitesse de croisière 560 km/h
Vitesse maximale 706 km/h (Mach 0,58)
Vitesse de décrochage 220 km/h
Plafond 13 636 m
Vitesse ascensionnelle 1 828 m/min
Rayon d'action 467 (en mission antichar) km
Charge alaire 482 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,36
Armement
Interne 1 canon Gatling de 30 mm GAU-8/A Avenger
Externe 7 257 kg répartis sur 11 points d'ancrage dont 8 sous les ailes et 3 sous le fuselage, pour un maximum de 8 392 kg d’armement;
Voir chapitre armement détaillé
Avionique
Pod laser « Pave Penny », HUD

Le Fairchild A-10 Thunderbolt II, également connu sous le nom de « Warthog » ou « Hog » (phacochère en français) est le premier avion américain spécialement conçu pour l'appui aérien rapproché des forces terrestres. L'A-10 est un avion simple, solide et efficace, muni de deux turboréacteurs à double flux. Il est capable d'attaquer la plupart des cibles au sol, en particulier les chars d'assaut et les véhicules blindés.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le , l'USAF proposa à 21 constructeurs aéronautiques de lancer une étude pour son programme Attack-Experimental (ou AX) d'avion d'attaque au sol peu coûteux. Six compagnies répondirent à l'appel, dont Fairchild et Northrop, qui reçurent des contrats pour construire des prototypes.

En 1969, l'ingénieur français Pierre Sprey et ses collègues John Boyd, Everest Riccioni et Harry Hillaker, précisèrent les caractéristiques voulues de l'appareil, qui devaient tirer pleinement parti des leçons de la guerre du Viêt Nam, durant laquelle les avions, en particulier les chasseurs-bombardiers AD Skyraider, avaient été durement touchés par les canons de DCA et les missiles sol-air nord-vietnamiens. L'objectif était de concevoir un avion robuste, capable de revenir à sa base même très endommagé, tout en délivrant une forte charge offensive[2].

Le premier vol du prototype YA-10A de Fairchild eut lieu le . Le , l'A-10 fut déclaré vainqueur de la compétition face au Northrop A-9. Les premiers A-10A furent livrés en octobre 1975, à la base aérienne Davis-Monthan, dans l'Arizona. 715 appareils (dont un biplace) furent construits pour l'USAF entre 1975 et 1984. L'A-10 Thunderbolt II a cependant été assez mal accueilli dans les forces aériennes américaines ; les membres des états-majors, souvent anciens pilotes de chasse, regroupés dans ce que l'on peut appeler la Fighter Mafia (en), avaient plus confiance dans les F-15 et F-16, et préféraient donner le travail d'appui des troupes terrestres aux hélicoptères de l'US Army Aviation développés à cette fin, tels l'AH-1 Cobra puis l'AH-64 Apache.

De nombreux appareils ont été convertis en observateurs avancés (OA-10A) par de très légères modifications, cette désignation étant abandonnée dans les années 1990/2000. Boeing, en partenariat avec Korea Aerospace Industries, prévoit livrer 233 A-10 avec des ailes neuves entre 2012 et 2018, et prévoit qu'ils resteront en service jusqu'en 2040[3]. Mais pour raisons financières, le département de la Défense des États-Unis tente de le retirer du service. Les déboires de l'AH-64 Apache durant la guerre du Kosovo ont redonné un intérêt tout particulier à l'A-10, malgré son âge avancé. Un programme démarré en 2007, alors que la flotte est à cette date d'environ 350 appareils en service, le modernise entièrement et le fait passer en version A-10C, pour un coût de 13 millions de dollars l'unité [4].

Le département de la défense essaie depuis le début des années 2010 de le retirer du service pour raisons financières, son rôle devant progressivement être repris par le F-35, mais le Congrès des États-Unis s'y oppose[5]. Au 30 septembre 2010, 334 exemplaires étaient en parc dans l'USAF[6]. En février 2012 est annoncé le retrait du service, dans le cadre de fortes réductions de l'ordre de bataille, de 102 exemplaires d'ici 2017, l'immense majorité étant retirée durant l'année fiscale 2013[7],[8]. Au 15 janvier 2014, 202 étaient en dépôt au 309th Aerospace Maintenance and Regeneration Group[9].

En novembre 2015, 280 A-10C étaient encore en service[10]. Début février 2016, on annonce qu'il sera pas mis à la retraite avant minimum 2022. Un milliard de dollars ont été investis dans la flotte d'A-10, afin de garder celle-ci en état de vol jusqu'en 2028[11].

Engagements[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, les militaires américains prévoyaient d'utiliser les A-10, considérés comme la meilleure arme antichar, pour contrer une attaque de blindés soviétiques en Europe de l'Ouest[12]. Il est alors prévu, dans les années 1980, de déployer 68 A-10 sur chacune des six bases opérationnelles avancées en Allemagne de l'Ouest, en cas de guerre avec le Pacte de Varsovie.

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Les états-majors prévoyaient alors que, si les A-10 étaient entrés en action, 7 % des appareils auraient été perdus par 100 sorties. Comme il était attendu que chaque pilote effectue plus de quatre missions par jour, chaque base aurait dû en théorie générer plus de 250 sorties par jour. Au taux de pertes attendu (peut-être sous-estimé), au moins 10 A-10 de chaque base auraient été abattus par jour. À ce rythme, en moins de deux semaines, toute la force d'A-10 de l'époque - autour de 700 avions - aurait été détruite et les pilotes tués, blessés, capturés ou tout du moins très « secoués ».

Dans le calcul de la planification d'une éventuelle Troisième Guerre mondiale, on considérait que sacrifier une flotte entière d'avions de combat et tous ses pilotes, dans la poursuite de la destruction de plusieurs divisions blindées soviétiques, était stratégiquement acceptable[13].

Guerre du Golfe[modifier | modifier le code]

Engagé par l'armée américaine pendant la guerre du Golfe en 1991, l'A-10 a obtenu un taux de disponibilité opérationnelle de 95,7 %, et a effectué 8 100 sorties de combat. Principale plateforme de tir du missile air-sol AGM-65 Maverick, avec 90 % des tirs effectués, il a montré une grande efficacité en détruisant 1 000 chars d'assaut, 2 000 véhicules militaires et 1 200 pièces d'artillerie. Seulement sept A-10 ont été perdus, ce qui a été très inférieur aux prévisions[réf. nécessaire].

Guerre du Kosovo[modifier | modifier le code]

L'A-10 a également été engagé durant la guerre du Kosovo en 1999 avec prudence, la politique de l'administration Clinton visant à ne pas subir de pertes. Le terrain encaissé et boisé du Kosovo constituait à coup sûr un environnement beaucoup plus risqué pour un appareil évoluant si près du sol, et qui ne peut ni se camoufler derrière le relief, ni passer sous les radars de conduite de tir aussi facilement que ne le font les hélicoptères[réf. nécessaire].

Guerre d'Afghanistan[modifier | modifier le code]

Réemployé avec moins de contraintes durant la guerre en Afghanistan au cours de l'année 2002 lors de l'opération Anaconda, il a connu de nombreux succès opérationnels[Lesquels ?]. Mais il a été écarté de la première partie des opérations aériennes. Certains[Qui ?] pensent que le commandement américain hésite à engager l'A-10 ailleurs que sur des théâtres d'opérations où le rapport de forces est dissymétrique, et où les canons antiaériens et les missiles sol-air restent rares[pourquoi ?].

Guerre d'Irak[modifier | modifier le code]

Cet avion a encore été utilisé pendant la guerre en Irak en 2003. Sur 60 A-10 déployés durant « l'opération liberté irakienne », un seul a été abattu tard dans cette phase du conflit, près de l'aéroport international de Bagdad. Ils ont tiré 311 597 obus de 30 mm, contre 16 901 obus pour tous les autres avions américains réunis. Les troupes au sol, lors de leurs demandes de soutien aérien, ont explicitement réclamé un A-10 dans 80 % des cas[réf. nécessaire].

Coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie[modifier | modifier le code]

De 2015 à 2016, il est utilisé dans la lutte contre l'État Islamique et frappe en Irak et en Syrie.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • YA-10A : Désignation des deux prototypes (immatriculés « 71-1369 » et « 1370 ») en compétition avec l'YA-9A de Northrop ;
  • A-10A : Version de série initiale de l'avion ;
  • N/AW A-10 : Night/Adverse Weather, version biplace pour l'attaque de nuit ou par mauvais temps, construite avec les seuls fonds de la firme à partir de l'A-10A. les différences sont l'empennage, qui augmente de 0,51 m, et la masse, qui augmente de 950 kg. Il n'a jamais été produit ;
  • A-10B : Projet d'une version d’entraînement biplace fondée sur la cellule du N/AW A-10. Projet annulé ;
  • A-10C : Nouvelle version de l'A-10, en service depuis 2006. Il s'agit d'un A-10A avec une avionique beaucoup plus évoluée.

Une variante chasseur de tornade, convertie à partir d'un appareil réformé en 2013, est opérationnelle depuis 2014. En 2011 la National Science Foundation a donné 10,9 millions de dollars américains au Center for Interdisciplinary Remotely-Piloted Aircraft Studies (en) afin qu'elle réalise cette conversion[14], les travaux ont finalement coûté 13 millions[15].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Un nouvel A-10C arrive à Davis-Monthan AFB, le 29 novembre 2006.
Un A-10 en mission au-dessus de l'Afghanistan.

Un des grands avantages de l'A-10 est son excellente manœuvrabilité à basse vitesse et basse altitude, et la grande précision de son armement. C'est aussi un avion particulièrement robuste, conçu pour optimiser ses chances de survie.

Les pièces de l'appareil sont facilement interchangeables (gauche et droite), même les moteurs, le train d'atterrissage, les dérives, et les ailerons. Ses turbofans, identiques à ceux du S-3 Viking, sont très écartés, afin de réduire la probabilité d'impacts simultanés, tandis-que la double dérive cache la chaleur des réacteurs aux systèmes thermographiques des armes adverses. La position haute de ces moteurs diminue également les risques d'absorption de corps étrangers quand l'appareil décolle de terrains sommaires. L'habitacle et les systèmes de contrôle vitaux sont entourés par 540 kg de blindage en titane, dont la forme rappelle celle d'une baignoire. Ce blindage est capable de résister à des obus perforants de 23 × 152 mm, voire des explosions d'obus de 57 mm[16]. La partie frontale de la verrière est capable de résister à des impacts d'armes légères de petit calibre et pour éviter les éclats, les parois à l'intérieur de l'habitacle sont tapissées de plusieurs couches de nylon. Tous les systèmes hydrauliques sont doublés de commandes manuelles, pour permettre au pilote de se poser en cas de problème : En l'absence de système informatique, et comme l'appareil est particulièrement stable (à l'exception d'une légère instabilité en tangage), il peut être piloté manuellement, contrairement aux chasseurs actuels, qui sont étudiés pour être instables (afin d'améliorer leur maniabilité en combat serré)[réf. nécessaire]. Le réservoir de kérosène est protégé par une mousse auto-obturante, qui a la propriété de colmater les trous en interne en cas d'impact. Elle est fabriquée de telle sorte que ce dernier n'explose pas sous les tirs. Le système est complété par deux extincteurs au halon.

L'avionique de bord inclut les communications, des systèmes de navigation inertielle, un contrôle de tir et un système d’approvisionnement des armes, une aide à l'acquisition des objectifs et des lunettes de vision de nuit. L'affichage tête haute (Head Up Display, ou HUD) fournit de nombreuses indications telles que la vitesse, l'altitude, l'angle d'assiette, des informations de navigation ou bien encore l'état des armes. Enfin, des missions de nuit peuvent être exécutées à l'aide de lunettes de vision de nuit dont sont alors munis les pilotes. L'A-10 peut également gérer des systèmes de contre-mesures électroniques sous forme d'un pod externe (voir photo). Le GPS a été installé sur tous les modèles. Bien qu'il ne soit pas équipé à l'origine d'un système autonome de désignation des cibles par laser (sauf pour la version A-10C, dernière livrée, qui peut emporter une nacelle lantirn), il peut par contre détecter le faisceau d'un autre appareil ou d'une équipe au sol via son récepteur AN/AAS-35 Pave Penny, et donc lâcher des armements guidés.

Il peut voler à moins de 300 m d’altitude avec une visibilité allant jusqu'à 2,4 km.[réf. nécessaire] Ses décollages et atterrissages courts (au lancement du projet, les exigences pour le décollage sont de moins de 4 000 pieds (env. 1 300 m) à charge maximale[17],[18], et sa course de décollage avec une charge de 7 225 kg est effectivement de 1 220 m[19]) lui permettent d'opérer à proximité des lignes de front. L'avion peut également utiliser des pistes mal préparées, grâce à un train d'atterrissage robuste et un risque d'ingestion de débris réduit pour les moteurs, du fait de leur positionnement en hauteur.

Le canon[modifier | modifier le code]

L'aspect du canon du A-10.

Le canon GAU-8 Avenger de 30 mm peut tirer jusqu’à 3 900 projectiles à la minute. Originellement, il pouvait tirer aux rythmes de 4 200 (haute cadence de tir) et 1 800 coups à la minute (basse cadence). Cependant, la cadence de 4 200 coups par minute a été ramenée à 3 900 coups par minute au début des années 1980, et la cadence de 1 800 coups par minute a été supprimée (il a été jugé inutile de prendre plus de temps pour mettre le même nombre d'obus dans la cible).

Le canon tire un « mix de combat » d'obus à la fois explosifs/incendiaires et perforants/incendiaires, dans un ratio de 4:1, soit quatre obus hautement explosifs pour un obus perforant en uranium appauvri avec pointe gainée au béryllium. La munition PGU-13/B HEI (High Explosive Incendiary) est plutôt destinée aux véhicules légers et aux bâtiments, tandis que la PGU-14/B API (Armor Piercing Incendiary) possède une enveloppe légère contenant un barreau d'uranium appauvri. En plus de ses capacités de pénétration (l'uranium a une masse volumique nettement plus importante que l'acier ou le cuivre, de plus il forme sous l'effet d'un fort échauffement compressif à l'impact un mélange eutectique avec le fer dont le point de fusion est extrêmement bas - faisant fondre le blindage d'une cible), le barreau d'uranium appauvri a un pouvoir pyrogène naturel au contact de l'oxygène, ce qui renforce les effets incendiaires du « mix de combat ». Enfin, la munition d'exercice PGU-15/B TP (Target Practice), utilisée pour l'entraînement des pilotes, simule le comportement balistique de la PGU-13/B. La portée efficace avec les munitions développées dans les années 2000 est de 3 220 mètres avec une limite de portée d'environ 6 km.

Bien qu'une rafale courte (une seconde) de ce canon comporte au minimum 65 obus, son taux de dispersion assez élevé nécessite de « cribler » la cible d'un nombre beaucoup plus élevé de ceux-ci pour la toucher. Néanmoins, la charge de combat standard de l'A-10 étant de 1 100 obus, celui-ci peut donc tirer un peu moins de 17 secondes à plein débit et a donc la possibilité de « traiter » ses cibles plus longuement que ne le ferait un chasseur (qui ne peut tirer en général que deux à trois secondes au total). Avantage du nombre pour l'un, avantage de la précision pour les autres, les deux s'équilibrent, mais il reste à l'A-10 le fait que ces munitions puissantes soient des « tueuses de blindés » bien que ne pouvant percer le blindage frontal d'un char de combat. Le bruit perçu au sol du GAU/8, très caractéristique et puissant, a un effet psychologique non négligeable, comparable à celui des sirènes des Stuka. La force de recul du GAU-8 est de 45 kN[20], ce qui est légèrement supérieur à la poussée de l'un de ses deux propulseurs TF34 (en), qui est de 40,6 kN chacun[21]. Malgré cette force de recul très importante, en pratique, l'utilisation du canon ralentit l'avion de seulement quelques km/h[22].

On peut voir dans l'A-10 un descendant moderne du Hs 129 de la Luftwaffe ou du Bréguet Br.693 de l'armée de l'air française, dont il reprend l'architecture autour du canon massif.

Armement détaillé[modifier | modifier le code]

Liste de l'armement de l'A-10C :

Canon
  • Un canon GAU-8/A Avenger de 30 mm à une cadence de tir de 3 900 coups/min avec les types de munitions suivants :
    • HEI : munition explosive et incendiaire PGU-13/B ;
    • API : munition perforante et incendiaire PGU-14/B ;
    • TP : munition d'entrainement inerte PGU-15/B.

Le canon utilise généralement un mix qui contient 4 munitions HEI pour une API .

Points d'ancrage 

L'A-10C dispose de 11 points d'ancrage : 8 sous les ailes, et 3 sous le fuselage, permettant d'ancrer les munitions et équipements suivants :

Nacelles
  • Un pod ECM AN/ALQ-131 ou AN/ALQ-184 ;
  • Un pod d'acquisition de cibles (FLIR, laser...) Litening II ou Lockheed Martin Sniper XR ;
  • Un pod de largages de paillettes (chaffs) et de leurres thermiques (flares) SUU-42A/A ;
  • Un pod fixe Pave Penny (en) (situé sur le flanc avant droit du fuselage) qui ne contient pas de laser. Il peut reconnaître des signaux de désignation laser spécifiques basés sur des codes à quatre chiffres prédéterminés codés dans l'impulsion laser, lui permettant de rechercher des cibles particulières et d'en ignorer d'autres (pour éviter, par exemple, que plusieurs avions frappant la même cible). Il n'a aucune capacité de télémétrie la portés nominale du Pave Penny est de 20 miles (32 km), bien que la porte efficace soit considérablement plus courte.
Roquettes
  • Roquettes Hydra-70 dans les lanceurs LAU-61 ou LAU-68 (19 coups par lanceur):
    • Roquettes non guidées à ogive explosive MK1, MK5 et M151 ;
    • Roquettes non guidées à ogive fumigène et au phosphore blanc M156 ;
    • Roquettes non guidées à ogive d'illumination M278 et M257 ;
    • Roquettes non guidées à ogive fumigène M274 ;
    • Roquettes non guidées d'entraînement MK61 et WTU-1/B.
  • Roquettes CRV7 (en) de 70 mm de diamètre dans des lanceurs LAU-5003 (19 coups par lanceurs[23]).
  • Roquettes Zuni de 127 mm dans des lanceurs LAU-10 (4 coups par lanceurs).
Bombes non guidées
  • Bombes conventionnelles Mk-8x : Mk-81 de 250 livres (113 kg), Mk-82 de 500livres (227 kg), Mk-83 de 1 000 livres (454 kg) et Mk-84 de 2 039 livres (925 kg) ;
  • Bombes conventionnelles freinées Mk-82AIR/BSU-49/B Snakeye, qui sont identiques aux Mk-82 mais munies d'ailettes (ou parfois d'un parachute) destinées à ralentir la bombe une fois larguée ;
  • Bombes incendiaires Mk-77 de 750 livres (340 kg).
  • Bombes à sous-munitions BLU-1, BL-775, BLU-27/D / Mk-20D Rockeye, CBU-52, CBU-58, CBU-71, CBU-87, CBU-89 et CBU-97 ;
  • Bombes d'entrainement BDU-50/LD et BLU-50/HD, versions inertes de la Mk-82 à faible et forte trainée.
Bombes guidées
  • Bombes à guidage laser (Laser Guided Bombs, LGB) Paveway : GBU-10 Paveway II qui est une Mk-84 dotée d'un kit Paveway de guidage laser, GBU-12 Paveway II (Mk-82), GBU-16 Paveway II (Mk-83), GBU-24 Paveway III (Mk-84), GBU-27 Paveway III (BLU-109), GBU-28 Paveway III Bunker Buster (BLU-122/B) ;
  • Bombes à guidage GPS (Joint Direct Attack Munition) JDAM : GBU-29 JDAM qui est une Mk-81 dotée d'un kit JDAM de guidage GPS, GBU-30 JDAM (Mk-82), GBU-31 JDAM (Mk-84 ou BLU-109), GBU-35 JDAM (BLU-110) et GBU-38 JDAM (Mk-82 ou BLU-111) ;
  • Bombes à guidage inertiel (Wind Corrected Munitions Disperser) WCMD : CBU-103 WCMD, CBU-87 dotée d'un kit WCMD de guidage inertiel et CBU-105 WCMD (CBU-97).
Missiles air-sol
  • Missiles AGM-65 Maverick :
    • à guidage optique : AGM-65H et AGM-65K ;
    • à guidage laser/infrarouge : AGM-65D et AGM-65G ;
    • d'entraînement inertes à guidage optique : CATM-65K et TGM-65H ;
    • d'entraînement inertes à guidage laser/infrarouge : TGM-65D et TGM-65G.
Missiles air-air
  • Missiles à guidage infrarouge à courte portée AIM-9M Sidewinder (assurent l'autodéfense de l'avion).
  • Missiles d'entraînement inertes à guidage infrarouge CATM-9M Sidewinder.
Autres
  • Fusées éclairantes visibles LUU-2/B ;
  • Fusées éclairantes infra-rouge LUU-19 ;
  • 2 réservoirs largables de 600 gal US (2 000 litres).

Culture populaire[modifier | modifier le code]

L'A-10 est présent dans de nombreuses œuvres différentes.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?
Motif avancé : Section disproportionnée, trop anecdotique. Pas forcément à supprimer mais un gros nettoyage s'impose en ne conservant que les éléments où le sujet de l'article est un élément central ou important.
  • L'A-10 apparaît dans la série Battlefield à partir de l'opus Battlefield 2 : Division Blindée.
  • Il y a un jeu pc entièrement dédié au A-10, Silent thunder II, le tueur de tanks ;
  • Il apparait dans Tom Clancy's H.A.W.X ;
  • On peut le voir dans Lock-on Modern Air Combat ;
  • Il apparait également dans le jeu vidéo Act of War: Direct Action, et dans son add-on Act of War: High Treason ;
  • On le retrouve dans la série de jeux vidéo Ace Combat sur Playstation et Playstation 2 ;
  • Il se retrouve également dans Saints Row: The Third, sous le nom d'« AB Destroyer » ;
  • Il est présent en tant que force d'appui américaine dans le jeu de stratégie Command & Conquer: Generals et son extension Heure H ;
  • On peut l'apercevoir dans le jeu d'Electronic Arts, Medal of Honor (jeu vidéo, 2010) ;
  • Il est présent dans Eagle One: Harrier Attack (en) ;
  • On le voit également dans le jeu World in Conflict, en tant que soutien aérien anti-blindés ;
  • Il est présent dans le jeu Operation Flashpoint Elite ;
  • On le retrouve dans Armed Assault 2 ;
  • Il apparaît également dans Call of Duty: Modern Warfare 3, où des A-10 détruisent les forces russes au pied de la Tour Eiffel, causant son effondrement. Il est aussi présent à Berlin, où on le voit détruire des chars à l'aide de son canon GAU-8 et de missiles air-sol ;
  • On le voit aussi dans War Rock, équipé du canon GAU-8 Avenger et de bombes non guidées ;
  • C'est aussi le chasseur de l'armée de Green Earth dans les deux premiers volets d'Advance Wars sur Game Boy Advance ;
  • Il est pilotable dans la simulation de DCS : A-10C Warthog (en) ; c'est une reproduction impressionnante qui fait son apparition, tant par son modèle de vol, par son armement fidèlement reproduit, que par les systèmes de contrôle de l'avion complexes et poussés au maximum de la simulation ;
  • Dans le jeu vidéo de stratégie Empire Earth : il est possible de construire des chasseurs A-10.
  • Il apparaît dans le jeu vidéo Black Ops 2 sous le surnom de Warthog ;
  • Il apparaît dans les jeux vidéo de stratégie Wargame: Airland Battle et Wargame: Red Dragon, au sein des forces des États-Unis en tant qu'avion de support aérien équipé de 6 missiles antichar AGM-65B Maverick et du canon GAU-8 Avenger.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Il apparait aussi dans le film Transformers, où deux A-10 associés à un Lockheed AC-130, forcent Scorponok à battre en retraite.
  • Il apparaît également dans le film Man of Steel, lorsque les Kryptonniens attaquent Smalville, les deux appareils sont abattus par les sbires du Général Zod
  • Il fait une apparition dans le film Jarhead, lors d'un tir fratricide contre un convoi américain.
  • On en voit également plusieurs exemplaires dans Terminator Renaissance, utilisés par la Résistance. Au début du film, un appareil est abattu, et plus tard, c'est d'un de ces avions que l'héroïne "Blair Williams" s'éjecte.
  • Il apparait dans le film Iron Sky, où il abat des soucoupes volantes pilotées par des nazis venus de la face cachée de la Lune.

Télévision[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen Trimble, « US Air Force may extend Fairchild A-10 life beyond 2028 », Flight Global,‎ (consulté le 6 février 2016)
  2. (en) Robert Coram, Boyd: The Fighter Pilot Who Changed the Art of War, Back Bay Books, , 504 p. (ISBN 0316796883 et 978-0316796880)
  3. (en)Rob Vogelaar, « Boeing and US Air Force Mark Delivery of 1st Re-winged A-10 Thunderbolt II », sur Aviation News,‎ (consulté le 21 février 2012)
  4. (en) « New A-10C Connects », Strategypage,‎ (consulté le 6 février 2016)
  5. (en) Guillaume Belan, « Le débat s'accélère autour du A-10 », sur Air et Cosmos,‎ (consulté le 11 mars 2015)
  6. (en) « The Air Force in Facts and Figures - 2011 USAF Almanac » [PDF],‎ (consulté le 6 février 2012)
  7. (en) « Air Force priorities for a New Strategy with Constrained Budget » [PDF], USAF,‎ (consulté le 6 février 2012)
  8. (en) « Air Force announces force structure overview for FY 13 and beyond », USAF,‎ (consulté le 6 février 2012)
  9. (en) « Inventory Database - Aircraft Type Summary », AMARC Expérience,‎ (consulté le 27 janvier 2014)
  10. Arnaud, « Le parc aérien de l’US Air Force en 2015 et en images », sur Avions légendaires,‎ (consulté le 14 novembre 2015)
  11. Antony Angrand, « A-10, une mise à la retraite pas avant 2022 », Air et cosmos,‎ (consulté le 3 février 2016)
  12. (en) Colonel Robert D. Rasmussen, « The A-10 in Central Europe: a concept of deployment-employment », Air University Review,‎ novembre/décembre 1978 (consulté le 29 décembre 2014)
  13. (en) « An A-10 Pilot Could Hope to Last Two Weeks Against the Soviets », War Is Boring,‎ (consulté le 29 décembre 2014)
  14. (en) David Malakoff, « NSF to Turn Tank Killer Into Storm Chaser », Science Mag,‎ (consulté le 19 novembre 2011)
  15. (en) Silas Allen, « Oklahoma aeronautics firm works with Navy researchers to modify combat jet for storm research », The Oklahoman,‎ (consulté le 11 mars 2015)
  16. (en) Jenkins 1998, p. 47-49,
  17. (en) « A-10 FAQ », document qui donne beaucoup de détails, mais qu'il est difficile de recouper avec d'autres sources (consulté le 15 février 2016)
  18. « Fairchild Republic A-10 Thunderbolt II », ), sur Gear Patrol (consulté le 16 février 2016)
  19. Les forces aériennes française, Éditions Atlas, , 127 p. (ISBN 2-7312-1187-3), p. 126.
  20. (en) « GAU-8/A 30mm Gatling Gun System », General Dynamics
  21. (en) « TF34 Engine », GlobalSecurity.org (consulté le 14 septembre 2009)
  22. (en) Dennis R. Jenkins, Warbird Tech series, vol. 20 : Fairchild-Republic A/OA-10 Warthog, North Branch (Minnesota), Specialty Press, , 1e éd., 102 p. (ISBN 1-58007-013-2, 1580070132 et 978-1580070133)
  23. (en) « LAU 5003 D/A (C15) », Solie Partners (consulté le 12 mars 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dana Bell, A-10 Warthog in Detail & Scale, Blue Ridge Summit (Pennsylvania), TAB Books, (ISBN 0-8168-5030-5)
  • (en) Douglas N. Campbell, The Warthog and the Close Air Support Debate, Annapolis (Maryland, USA), Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-232-3)
  • (en) Robert Coram, Boyd: The Fighter Pilot Who Changed the Art of War, Back Bay Books, , 504 p. (ISBN 0316796883 et 978-0316796880)
  • (en) David Donald et Daniel J. March, A-10 Fighting Warthog, Norwalk (Connecticut), AIRtime, coll. « Modern Battlefield Warplanes », (ISBN 1-880588-76-5)
  • (en) Lou Drendel, A-10 Warthog in action, Carrollton (Texas), Squadron/Signal Publications, (ISBN 0-89747-122-9)
  • (en) « The Fairchild A-10A: More Thunder for the USAF », Air International, Bromley (UK), Pilot Press, vol. 6, no 5,‎ , p. 219 à 225 et 263 (ISSN 0306-5634)
  • (en) « The Fairchild Can-Opener: Shturmovik of the Eighties? », Air International, Bromley (UK), Pilot Press, vol. 16, no 6,‎ , p. 267 à 272 et 287 (ISSN 0306-5634)
  • (en) Bernard Fitzsimmons, A-10 Thunderbolt II, New York (USA), Arco Publishing, Inc., coll. « Modern Fighting Aircraft Series », (ISBN 0-668-06070-0)
  • (en) Dennis R. Jenkins, Warbird Tech series, vol. 20 : Fairchild-Republic A/OA-10 Warthog, North Branch (Minnesota), Specialty Press, , 1e éd., 102 p. (ISBN 1-58007-013-2, 1580070132 et 978-1580070133)
  • (en) Jake Melampy, Modern Hog Guide: The A-10 Exposed, Trenton (Ohio, USA), Reid Air Publications, (ISBN 0-9795064-2-5)
  • (en) Ken Neubeck, A-10 Warthog, Mini in-action, Carrollton (Texas, USA), Squadron/Signal Publications, (ISBN 0-89747-335-3)
  • (en) Ken Neubeck, A-10 Warthog Walk Around, Carrollton (Texas, USA), Squadron/Signal Publications, (ISBN 0-89747-400-7)
  • (en) Robert Shaw, Fighter Combat: Tactics and Maneuvering, Annapolis (Maryland, USA), Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-059-9)
  • (en) Mike Spick, The Great Book of Modern Warplanes, London (UK), Salamander Books, (ISBN 1-84065-156-3)
  • (en) Rick Stephens, A-10 Thunderbolt II, coll. « World Air Power Journal », (ISBN 1-874023-54-9)
  • (en) Rick Stephens, « Fairchild A-10: Fighting Warthog », World Air Power Journal, London (UK), Aerospace Publishing, vol. 16,‎ , p. 32–83 (ISBN 1-874023-36-0, ISSN 0959-7050)
  • (en) Bill Sweetman, The Great Book of Modern Warplanes, New York, Portland House, (ISBN 0-517-63367-1)
  • (en) John W. R. Taylor, Jane's All The World's Aircraft 1982–83, London (UK), Jane's Yearbooks, (ISBN 0-7106-0748-2)
  • (en) Michael Wilson, « Fairchild A-10 », Flight International,‎ , p. 707 à 717 (lire en ligne)
  • (en) Jim Winchester, Fairchild A-10 Thunderbolt II, Rochester (Kent, UK), The Grange plc., coll. « Military Aircraft of the Cold War (The Aviation Factfile) », (ISBN 1-84013-929-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aéronefs comparables