Combat de Ghaziabad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Combat de Ghaziabad
Informations générales
Date
Lieu Ghaziabad, Province de Kounar
Issue Victoire des Taliban
Belligérants
Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan Flag of Taliban.svg Taliban
Forces en présence
inconnues 100 hommes[1]
Pertes
21 morts
3 blessés
6 à 7 prisonniers[1]
inconnues

Guerre d'Afghanistan

Coordonnées 34° 42′ 00″ nord, 70° 45′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Combat de Ghaziabad

Géolocalisation sur la carte : Afghanistan

(Voir situation sur carte : Afghanistan)
Combat de Ghaziabad

Le combat de Ghaziabad a lieu pendant la guerre d'Afghanistan.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Une base de l'armée nationale afghane, située dans le district de Ghaziabad, dans la province de Kounar, est attaquée le par les Taliban[1],[2].

Le district de Ghaziaba est situé près de la frontière pakistanaise, le centre de ce district est contrôlé par les troupes gouvernementales, mais les forces talibanes sont présentes partout ailleurs[3].

Forts de plus de 100 hommes selon le chef de la police locale, les assaillants détruisent le poste avancé. Plusieurs soldats sont tués et quelques-uns sont faits prisonniers[1],[3]. Lors du combat, les insurgés envoient un kamikaze se faire exploser près des soldats, cependant et malgré une longue fusillade, les renforts militaires ne subissent ni tués ni blessés[2].

Les forces gouvernementales afghanes envoient alors de renforts qui parviennent à accrocher les Taliban en replis, ils seraient parvenus à délivrer quatre captifs[1],[3].

L'attaque est revendiquée le jour même par les Taliban dans un communiqué adressés aux médias[1].

Bilan et pertes[modifier | modifier le code]

Les forces militaires afghanes subissent lors de ce combat leurs plus lourdes pertes depuis des mois. Selon le bilan définitif donné par Zahi Azimi, porte-parole du ministère de la Défense, 21 soldats ont été tués, 3 sont blessés et 6 portés disparus[1].

Pour Shujah-Ul Mulk Jalala, gouverneur de la province, sept soldats ont été faits prisonniers lors du combat. Ce dernier estime également que les insurgés ont bénéficié de la complicité de certains soldats[2],[1].

Des pourparlers sont un temps engagé afin d'effectuer un échange de prisonniers, mais les négociations sont suspendues par les Taliban[1].

À l'annonce de l'attaque, le président afghan Hamid Karzai annule un déplacement au Sri Lanka, présente ses condoléances aux familles, condamne l'attaque, mais il accuse aussi une nouvelle fois le Pakistan de passivité[3].

Références[modifier | modifier le code]