Mohammad Omar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Omar.
Mohammad Omar
محمد عمر
Fonctions
Commandeur des croyants de l'Émirat islamique d'Afghanistan
(dirigeant suprême, de facto)

(5 ans 1 mois et 17 jours)
Prédécesseur Statut créé
Successeur Statut disparu
Chef des talibans
Prédécesseur Création du groupe
Successeur Akhtar Mohammad Mansour
Biographie
Nom de naissance Mohammad Omar
Date de naissance Entre 1950 et 1962
Lieu de naissance Now Deh (Afghanistan)
Date de décès (à 50-63 ans)
Lieu de décès Karachi (Pakistan) ou au sud de l'Afghanistan
Nature du décès « circonstances mystérieuses » (selon les services de renseignement afghans)
maladie (selon les talibans)
Nationalité afghane
Religion Islam sunnite deobandi

Mohammad Omar
Dirigeants de l'Émirat islamique d'Afghanistan
Mohammad Omar
Mollah Omar
Origine Afghan, Pachtoune
Allégeance Logo of Hezb-e Islami Khalis.svg Hezb-é Islâmî Khalid
(1979-1989)
Flag of Taliban.svg Talibans
(1994-2013)
Conflits Guerre d'Afghanistan

Mohammad Omar (pachto : محمد عمر), plus connu sous le nom de mollah Omar (pachto : ملا عمر), né entre 1950 et 1962[1],[2] et mort le [3],[4], est un seigneur de guerre et homme politique afghan.

Il est le chef des talibans de 1994 jusqu'à sa mort ; il dirige l'Émirat islamique d'Afghanistan, qui contrôle de facto l'Afghanistan de 1996 à 2001. Le , il est proclamé « Commandeur des croyants » par ses partisans. Après la défaite des talibans lors du début de l'opération Enduring Freedom, le mollah Omar, qui vit dans la clandestinité, est activement recherché par les Américains. De nombreuses rumeurs indiquent qu'il se cache au Pakistan ou font état de sa mort jusqu'en juillet 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine géographique, ethnique et sociale[modifier | modifier le code]

Né près de Kandahar, dans le village de Now Deh, et appartenant à l'ethnie pachtoune de la tribu Hotak, la branche Gilzaï des Pachtounes[5], Omar est issu d'un milieu paysan, ce qui influencera beaucoup ses idées. Selon le documentaire Le dernier calife d'Afghanistan, Omar aurait été orphelin de père dès l'âge de trois ans[6]. C'est ainsi que sa mère se marie avec l'un de ses oncles[6].

La guerre de 1979[modifier | modifier le code]

Durant la guerre soviétique d'Afghanistan, Omar se serait rallié à la résistance et aurait perdu un œil pendant un combat[7], après avoir été blessé par un éclat d'obus[8]. Puis, il rejoint les rangs pachtounes du Parti islamique (Hezb-e Islami) de Mohammad Younes Khalis contre le régime de Najibullah en 1989-1992[9].

De l'école coranique au djihad taliban[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des cours de théologie dans un séminaire deobandi pakistanais à la frontière, il se rend dans un village de la région de Kandahar, Sangesar, pour y fonder une école coranique. Il prend alors le titre de mollah. Au printemps 1994, des villageois se plaignent auprès de lui de l'enlèvement de deux jeunes filles par un chef local. Le mollah Omar réunit alors trente étudiants, talibans, armés. Il capture le chef local à l'aide de ses étudiants et le pend au canon d'un char. Il se sent alors investi d'une mission divine[10]. Le mouvement taliban fait alors son apparition en Afghanistan en 1994 et gagne rapidement du terrain, notamment parmi les populations pachtounes, apparaissant comme une alternative à la guerre civile.

Le à Kandahar, le mollah Omar est élu « Commandeur des croyants » par une assemblée de 1 527 ouléma venus d'Afghanistan, du Pakistan et d'Iran. Devant l'assemblée, à Kharqa Sharif, il se drape d'une cape conservée dans une mosquée locale qui aurait été portée jadis par le prophète Mahomet. L'élection est cependant contestée par les ouléma liés aux grandes familles Gaylâni et Mojaddidi qui y voient une « contestation de l'ancienne hiérarchie religieuse »[11],[12],[13].

En 1996, Kaboul est prise par les talibans et, en 2000, ces derniers contrôlent 90 % du territoire afghan et 95 % des zones de production de l'opium[14]. Éprouvée par la guerre civile, la population se rallie à eux[6].

Commandeur des croyants de l'Émirat islamique d'Afghanistan[modifier | modifier le code]

Bouddhas de Bâmiyân (ici photographiés en 1976). Le mollah Omar est le principal commanditaire de leur destruction, survenue en mars 2001.

Bien que dirigeant de fait l'Afghanistan, le mollah Omar se fait remarquer par sa discrétion, quittant peu sa maison de Kandahar. Il ne se rendit que deux fois à Kaboul, qu'il considérait comme une ville pervertie et occidentalisée. Il ne donne que très peu d'entrevues, et on ne possède que très peu de photos de lui. Une des photos censées le représenter, et qui fut un temps utilisée par la presse, puis par la Central Intelligence Agency (CIA) sur des affiches de recherche, a été revendiquée comme étant celle d'un villageois contraint de se cacher après sa diffusion massive et la promesse de récompense de 10 millions de dollars qui l'accompagnait[15].

S'il exerce une haute influence, le mollah Omar ne dirige pas le gouvernement de Kaboul. Sa conduite est déléguée à une choura, qui s'élargit au fil des années, et qui devient de fait le gouvernement du pays. À sa tête se trouve le mollah Rabbani, nommé chef du « Conseil de surveillance ». Un autre choura se maintient à Kandahar, auprès du mollah Omar[11].

Il promulgue également plusieurs décrets. En 1999, il interdit le lévirat[11]. En , il décrète une interdiction de cultiver le pavot[16], car anti-islamique, alors que le pays était considéré comme premier producteur mondial de pavot à cette date.

En 1999, le mollah Omar ordonne la protection du patrimoine historique et demande même l'inscription des Bouddhas de Bâmiyân au patrimoine mondial de l'Unesco[17]. Mais deux ans plus tard, il fait volte-face en décrétant les statues idolâtres et en ordonnant leur destruction dans tout le pays[17],[18]. Les œuvres des musées de Kaboul, Ghazni et Hérat sont saccagées[17]. Le , les Talibans commencent la destruction des Bouddhas de Bâmiyân au moyen d'explosifs et de tirs d'artillerie. Les deux statues disparaissent après onze jours de bombardement intensif, causant une vive émotion dans le monde[18],[17].

Dans sa volonté d'instaurer un état islamique strict, il fait fermer les écoles de filles, interdit aux femmes de se déplacer seules dans les rues sans être accompagnées par un homme, déclare illégales la musique, les cassettes vidéos, les photographies d'êtres vivant et la pratique du cerf-volant. Il fait régner la peur en répondant par des punitions brutales — allant jusqu'à des exécutions en public — à ceux qui ne partagent pas sa vision d'un islam strict[19].

La guerre contre les États-Unis et la fuite[modifier | modifier le code]

Ayant accueilli les combattants d'Oussama ben Laden qui lui prête allégeance en 1997 et qui épousera une de ses filles[20], Omar subit la guerre américaine contre l'Afghanistan en 2001, et perd le contrôle du pays. D'autres sources annoncent que le mollah Omar aurait épousé à son tour et en troisième noce l'une des filles de ben Laden[6]. En , il fait sa dernière apparition publique[21]. En , alors qu'il vit désormais dans la clandestinité et que le commandant pro-taliban Abdul Ahad, qui lui avait pourtant accordé l'asile venait d'annoncer sa reddition et celle de ses hommes, il fuit au moyen d'une moto de marque Honda[6] alors qu'il venait d'être repéré par des poursuivants afghans et américains à Baghran, village montagneux de la province du Helmand, située au sud du pays[22]. En 2004, sa présence au Pakistan est relatée pour la première fois par la presse en 2004[23].

Le mollah Omar continue alors à se considérer comme le commandeur des croyants, son autorité sur « les groupes d'insurgés est incertaine »[24]. Pour les rassembler, il crée le « Conseil des combattants unis » en février 2009. Il recrute des troupes dans les camps de réfugiés afghans au Pakistan et reçoit des renforts de plusieurs centaines de djihadistes venus du monde entier[24].

En 2011, il est toujours recherché par les services secrets américains, qui offrent une récompense de plus de 10 millions USD pour sa capture[25]. Les autorités afghanes tiennent alors pour certain qu'il réside à Quetta capitale de la province frontalière méridionale du Baloutchistan[26],[27]. En , le journal américain The Washington Post révèle un rapport de l'Eclipse Group (en), un organisme privé de renseignement, affirmant que le mollah Omar aurait été victime d'un accident cardio-vasculaire et hospitalisé quelques jours dans une clinique de Karachi, la plus grande ville du Pakistan, sous la protection et la bénédiction de l'Inter-Services Intelligence (ISI, les services pakistanais de contre-espionnage)[28],[27]. L'information a été infirmée aussi bien par les talibans que par l'armée pakistanaise[29]. Le , Lutfullah Mashal, porte-parole de la Direction nationale de la sécurité afghane (les services secrets afghans), affirme, information relayée par une chaîne afghane de télévision et une agence chinoise de presse, que le mollah Omar aurait pu être tué au cours d'une opération des services pakistanais alors qu'il aurait exceptionnellement quitté son refuge de Quetta pour se rendre au Nord-Waziristan. L'information n'est pas confirmée et a été immédiatement démentie par les talibans[28],[30].

Le , dix-neuf ans après sa proclamation comme commandeur des croyants, les talibans publient une biographie du mollah Omar dans laquelle ils affirment qu'il serait toujours en vie[31]. L'objectif de cette publication est probablement de contrer l'influence de l'État islamique[32]. Le texte, publié sur le site officiel des talibans, et édité en pachtoune et en anglais, décrit ses activités religieuses au cours desquelles « il commencerait sa journée de travail par les prières à Allah tout-puissant et la récitation du saint Coran »[33], mais aussi djihadistes et privées, et prétendument « dans les conditions actuelles »[33].

Mort[modifier | modifier le code]

Le , les services de renseignement afghans annoncent sa mort « dans un hôpital de Karachi (sud du Pakistan) en avril 2013 (...) dans des circonstances mystérieuses »[34]. Des rumeurs annonçant sa mort circulaient quelque jours plus tôt, puisque aucun enregistrement audio ou vidéo du mollah n'avait été publié par les talibans[35]. Selon le journaliste pakistanais Rahimullah Yousoufzai, Omar serait mort dans un village de la province de Helmand, située au sud de l'Afghanistan[6]. La Maison-Blanche juge l'information « crédible »[36]. Finalement, les talibans confirment sa mort le lendemain. Elle aurait eu lieu selon eux à la suite d'une « maladie »[37], le au sud de l'Afghanistan[38],[4]. C'est là-bas qu'il aurait été inhumé[39]. Selon The News, quotidien pakistanais, Omar aurait même été enterré dès janvier 2013[6]. Des sources prétendaient précédemment qu'il était atteint de diverses maladies[6]. Le communiqué précise également que la famille du mollah s'excusait pour « toutes les erreurs faites quand il dirigeait l'Afghanistan »[4]. Les talibans avaient précédemment annoncé que sa mort serait récente et après que son état de santé se soit « détérioré » lors des « deux dernières semaines »[33]. L'information avait été précédemment annoncée par des sources anonymes gouvernementales et talibanes[40].

Le , le Renseignement américain et la Maison-Blanche qui qualifie la nouvelle de « chance pour davantage de progrès sur la voie d'un Afghanistan stable et sûr », confirment à leur tour l'information[41], mais sans toutefois donner les raisons de sa mort[42].

Durant cette période de deux ans, le groupe a continué à faire croire qu'Omar était encore en vie, notamment en lui attribuant divers communiqués dont le dernier date du , le jour de la fête musulmane de l'Aïd el-Fitr, qui est parsemé de versets du Coran et appelle à négocier avec le gouvernement afghan[33]. Selon le journaliste Wassim Nasr, c'est la première fois qu'un groupe djihadiste cache la mort d'un de ses chefs pendant plus de deux ans[43]. Selon lui, ce retard pourrait être expliqué par des « raisons locales et tribales »[33].

Selon deux commandants afghans anonymes présents, le mollah Akhtar Mohammad Mansour a été élu nouveau chef des talibans lors d'une choura (assemblée) qui s'est tenue dans les environs de Quetta, au Pakistan[37]. Mansour était jusqu'alors chef de facto des talibans depuis que le mollah Omar avait disparu du paysage politique. Le numéro deux du mouvement serait Sirajuddin Haqqani[37]. Quelques jours plus tard, la famille d'Omar refusa la nomination de Mansour et demanda un arbitrage des théologiens du groupe[44].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Depuis 2002, le mollah Omar possède sa propre marionnette dans l'émission satirique française Les Guignols de l'info où il est représenté à bord d'une mobylette, accompagné d'Oussama ben Laden et en train de défier les pays Occidentaux[45].

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Le dernier calife d'Afghanistan, par Claire Billet, Leslie Knott et Bette Dam, 2014. (Présentation sur Arte).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.nytimes.com/2009/10/11/world/asia/11mullah.html?pagewanted=all&_r=0
  2. http://www.nytimes.com/2014/12/29/world/around-an-invisible-leader-taliban-power-shifts.html
  3. Les talibans confirment la mort du mollah Omar et nomment un nouveau chef. lemonde.fr, récupéré le 30 juillet 2015
  4. a, b et c La mort du mollah Omar confirmée, les talibans auraient élu un nouveau chef, Le Parisien avec AFP, 30 juillet 2015.
  5. Ahmed Rashid, L'ombre des taliban, Éditions Autrement Frontières, 2001, p. 44
  6. a, b, c, d, e, f, g et h http://www.liberation.fr/monde/2015/07/30/le-mollah-omar-depart-d-ombre_1356468
  7. http://www.liberation.fr/monde/2009/10/29/mollah-omar-le-mystique-mystere_590688
  8. http://www.leparisien.fr/une/omar-guide-mysterieux-des-taliban-19-09-2001-2002449130.php
  9. http://www.thenation.com/article/cost-afghan-victory/
  10. Michael Barry, Le royaume de l'insolence. L'Afghanistan (1504-2001), Flammarion, 2002, p. 401-402
  11. a, b et c Gilles Dorronsoro, La révolution afghane: des communistes aux tâlebân, éditions Karthala, 2000, p.303-308.
  12. Les talibans confirment la mort du mollah Omar et nomment un nouveau chef, Le Monde avec AFP, AP et Reuters, 30 juillet 2015.
  13. Les talibans afghans publient la biographie du mollah Omar pour contrer l'EI, Francetv info avec AFP, 6 avril 2015.
  14. Pierre-Arnaud Chouvy, Les territoires de l'opium: conflits et trafics du Triangle d'Or et du Croissant d'Or (Birmanie, Laos, Thaïlande et Afghanistan, Iran, Pakistan), Olizane,‎ , 539 p. (ISBN 2880862833, lire en ligne), p. 142
  15. 'I'm not Mullah Omar' says the man on CIA wanted poster - Telegraph
  16. Olivier Guéniat, Pierre Esseiva, Le profilage de l'héroïne et de la cocaïne: une méthodologie moderne de lutte contre le trafic illicite, PPUR presses polytechniques,‎ , 394 p. (ISBN 2880745322, lire en ligne), p. 17
  17. a, b, c et d Olivier Puech, La destruction des bouddhas de Bamiyan aurait-elle pu être évitée ?, Le Monde, 5 octobre 2004.
  18. a et b Philippe Quillerier-Lesieur, Les talibans dynamitent les statues, RFI, 2 mars 2001.
  19. (en) Ludwig W. Adamec, The A to Z of Afghan Wars, Revolutions and Insurgencies, Scarecrow Press,‎ , 63–64 p. (ISBN 978-0-8108-7624-8, lire en ligne)
  20. Georges Malbrunot, « La 5ème épouse de Ben Laden était la fille du mollah Omar », Le Figaro,‎ (consulté le 8 juillet 2011).
  21. http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/les-talibans-attribuent-a-un-piratage-leur-annonce-de-la-mort-du-mollah-omar_1013440.html
  22. http://www.liberation.fr/monde/2002/01/07/le-mollah-omar-s-enfuit-en-moto-craignant-d-etre-trahi_389494
  23. y Mullah Omar is no more a wanted terrorist?, thenews.com.pk, 12 janvier 2014
  24. a et b Olivier Hubac, L’Enjeu afghan, André Versaille,‎ (ISBN 9782874950704), p. 63
  25. Recherché Mullah Omar. Jusqu'à 10 millions de dollars de récompense, Rewards for Justice
  26. Le Figaro du 22 février 2008
  27. a et b « Le mollah Omar prochaine cible de la CIA, par le Gal Abel Pertinax », par le général français Abel Pertinax, sur le blog de Georges Malbrunot, LeFigaro.fr, mis en ligne le 26 mai 2011.
  28. a et b « Incertitudes sur la mort du mollah Omar », ParisMatch.com, mis en ligne le 23 mai 2011.
  29. « L'armée pakistanaise dément que le mollah Omar ait été soigné à Karachi », LeMonde.fr, mis en ligne le 20 janvier 2011.
  30. « Le mollah Omar aurait été tué au Pakistan », LeFigaro.fr, mis en ligne le 23 mai 2011.
  31. « Les talibans publient une biographie élogieuse de leur leader le mollah Omar », sur Le Figaro (consulté le 6 avril 2015)
  32. OLJ et AFP : Pour contrer l'EI, les talibans publient la biographie du mollah Omar
  33. a, b, c, d et e http://www.france24.com/fr/20150731-afghanistan-consequences-mort-mollah-omar-taliban-mensonges-pakistan-al-qaida-ei
  34. http://www.francetvinfo.fr/monde/afghanistan/la-bbc-annonce-la-mort-du-mollah-omar-chef-des-talibans-en-afghanistan_1019919.html
  35. http://www.liberation.fr/monde/2015/07/17/le-vrai-faux-retour-du-mollah-omar_1349056
  36. washingtonpost.com
  37. a, b et c Le Monde
  38. 1 2
  39. http://www.20minutes.fr/monde/1659279-20150729-chef-supreme-talibans-mollah-omar-mort
  40. http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201507/29/01-4888858-le-chef-des-talibans-le-mollah-omar-est-mort.php
  41. http://www.europe1.fr/international/la-maison-blanche-confirme-la-mort-du-mollah-omar-1372374
  42. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/08/01/97001-20150801FILWWW00007-la-mort-du-mollah-omar-confirmee-par-les-us.php
  43. Jane Hitchcock, Afghanistan: Qui est le mollah Mansour, le nouveau chef des talibans?, 20 Minutes, 31 juillet 2015.
  44. http://www.lepoint.fr/monde/les-proches-du-mollah-omar-contestent-le-nouveau-chef-des-talibans-03-08-2015-1954516_24.php
  45. http://www.bfmtv.com/culture/les-guignols-de-l-info-en-10-personnages-cultes-898934.html

Lien externe[modifier | modifier le code]