État islamique au Yémen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
État islamique au Yémen
Provinces/Wilayats Shabwah, Lahj, al-Bayda, Hadramaout et Aden-Abyan, Ataq et de la Brigade verte
Image illustrative de l'article État islamique au Yémen

Idéologie Salafisme djihadiste, panislamisme
Objectifs Expansion au Yémen du « califat » proclamé par l'État islamique
Instauration de la charia
Statut Actif
Fondation
Date de formation [1],[2]
Actions
Mode opératoire Terrorisme dont attentats-suicides
Zone d'opération Drapeau du Yémen Yémen
Organisation
Chefs principaux Abou Bilal al-Harbi[3]
Allégeance Drapeau de l'État islamique État islamique
Répression
Considéré comme terroriste par Yémen[réf. nécessaire], États-Unis[4]
Insurrection djihadiste au Yémen
Guerre civile yéménite (depuis 2014)
Carte de la guerre civile du Yémen, situation en décembre 2017.
  •      Territoire contrôlé par les loyalistes.
  •      Territoire contrôlé par les Houthis.
  •      Territoire contrôlé par les djihadistes d'AQPA.
  •      Territoire contrôlé par les djihadistes de l'État islamique au Yémen.

L’État islamique au Yémen constitue l'une des branches de cette organisation armée terroriste islamiste, d'idéologie salafiste djihadiste et originellement formée en Irak et en Syrie.

Au Yémen, le groupe revendique huit « provinces », branches locales, en activité dans dix provinces du Yémen[5] :

  • Province de Sanaa (Wilayat Sana'a)
  • Province de Shabwah (Wilayat Shabwah) ;
  • Province de Lahj (Wilayat Lahij) ;
  • Province d'al-Bayda (Wilayat al Bayda) ;
  • Province du Hadramaout (Wilayat Hadramawt) ;
  • Province d'Aden-Abyan (Wilayat Aden).
  • Province de la Brigade verte (gouvernorats d'Ibb et de Ta'izz)
  • Province d'Ataq (Wilayat Ataq)

Actions[modifier | modifier le code]

Actes terroristes[modifier | modifier le code]

Le , le groupe terroriste revendique des attentats suicides contre des mosquées chiites à Sanaa, lors de la guerre civile yéménite et faisant 142 morts[6]. Ceux-ci seront suivis par plusieurs attentats de ce genre[7], notamment en septembre 2015, lors de l'Aïd al-Adha, fête musulmane, qui a eu lieu le 24 de ce même mois, qui font 25 morts[8].

Le , le groupe attaque le siège du gouvernement à Aden, ainsi que des centres de commandement de la coalition saoudienne, à l'aide de kamikazes[9]. Le bilan est de 15 morts dont 4 soldats[9].

Le , le groupe perpètre un attentat contre l'armée yéménite au Hadramaout, faisant 50 morts[10]. Les terroristes perdent de leur côté 19 hommes après la riposte des loyalistes[11].

Le , le groupe terroriste revendique l'assassinat du gouverneur d'Aden, le général Jaafar Mohammed Saad, et de six de ses gardes, lors d'un attentat à la voiture piégée[12]. La veille, les terroristes avaient assassiné un juge antiterroriste[13].

Courant décembre 2015, le groupe terroriste a aussi fermé une université à Aden car mixte[13].

Les 28[14] et [15], le groupe revendique une série d'attentats suicide et à la voiture piégée près du palais présidentiel al-Maachiq, à Aden.

Le 29 août 2016, le groupe revendique un attentat à Aden[16].

Contrôle territorial[modifier | modifier le code]

Début janvier 2016, le groupe prend le contrôle de la ville de Lawdar, près d'Aden[17].

Communication[modifier | modifier le code]

Accusations de trucage[modifier | modifier le code]

En février 2016, AQPA accuse le groupe de truquer ses vidéos de propagande, en utilisant du soda rouge à la place du sang de ses prétendues victimes, qui sont en réalité des membres de l'organisation jouant le rôle de combattants houthis[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Islamic State’s model », sur Washington Post (consulté le 5 décembre 2015)
  2. « Islamic State moves in on al-Qaeda turf - BBC News », sur BBC News (consulté le 5 décembre 2015)
  3. Gregory D. Johnsen, « This Man Is The Leader In ISIS's Recruiting War Against Al-Qaeda In Yemen », sur BuzzFeed (consulté le 20 mars 2016)
  4. Lefigaro.fr avec AFP, « Riyad, le Yémen et l'EI en Libye sur la liste noire «terroriste» américaine », sur Le Figaro (consulté le 19 mai 2016)
  5. « Desknote: The Growing Threat of ISIS in Yemen » (consulté le 5 décembre 2015)
  6. « VIDEO. Yémen: Au moins 142 morts dans les attentats contre des mosquées » (consulté le 5 décembre 2015)
  7. « Yémen : un double attentat contre une mosquée chiite à Sanaa fait au moins vingt-huit morts », sur Le Monde.fr (consulté le 5 décembre 2015)
  8. « Yémen : l’EI a revendiqué l’attentat dans une mosquée chiite », sur Le Monde.fr (consulté le 5 décembre 2015)
  9. a et b « Moyen-orient - Yémen : l'organisation État islamique revendique des attentats-suicides à Aden », sur France 24 (consulté le 5 décembre 2015)
  10. Le Parisien, « 50 soldats tués au Yémen : Daech revendique un attentat attribué à Al-Qaïda » (consulté le 5 décembre 2015)
  11. « Yémen: 15 soldats et 19 jihadistes tués dans des attaques d'Al-Qaïda et des combats », sur leparisien.fr (consulté le 5 décembre 2015)
  12. « Yémen : le gouverneur d’Aden tué dans un attentat à la voiture piégée », sur Le Monde, (consulté le 6 décembre 2015)
  13. a et b Le Parisien, « Aden vit dans la crainte des jihadistes » (consulté le 22 décembre 2015)
  14. « Yémen: l’EI revendique un attentat meurtrier près du palais présidentiel à Aden », sur Libération.fr (consulté le 30 janvier 2016)
  15. « Yémen: sept morts dans un nouvel attentat suicide à Aden » (consulté le 30 janvier 2016)
  16. « Yémen: l'Etat islamique revendique l'attentat », sur Le Figaro, (consulté le 30 août 2016).
  17. http://www.almasdarnews.com/article/isis-emerges-in-yemen-city-captured-and-camps-established/
  18. « Daesh utilise du faux sang, selon un groupe rival », sur 20minutes.fr (consulté le 25 février 2016)