Harakat Hezbollah al-Nujaba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Harakat Hezbollah al-Nujaba
Image illustrative de l’article Harakat Hezbollah al-Nujaba

Idéologie Islamisme chiite
Objectifs Instauration en Irak d'un gouvernement islamique chiite fondé sur le Velayat-e faqih
Statut Actif
Site web alnujaba.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation 2013
Pays d'origine Irak
Actions
Zone d'opération Syrie, Irak
Organisation
Chefs principaux Akram al-Kaabi
Membres 4 000 à 7 000[1]
Fait partie de Hachd al-Chaabi (depuis 2014)
Groupe relié Kataeb Hezbollah
Asaïb Ahl al-Haq
Soutenu par Drapeau de l'Iran Iran
Guerre civile syrienne
Seconde guerre civile irakienne

Le Harakat Hezbollah al-Nujaba (arabe : حركة حزب الله النجباء, Le mouvement des nobles du parti de Dieu), est une milice islamiste chiite née en 2013.

Organisation et effectifs[modifier | modifier le code]

Le mouvement naît en 2013, ses forces sont formées par le Hezbollah irakien et Asaïb Ahl al-Haq pour être engagée en Syrie[2]. Mais il finit par s'émanciper[3]. Il est proche idéologiquement du Hezbollah libanais et est soutenu militairement par la Force Al-Qods, les forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique[4]. Il compte initialement 1 500 hommes divisés en trois régiments[4]. Par la suite ses effectifs semblent augmenter, en août 2016 le Harakat Hezbollah al-Nujaba annonce le déploiement de 2 000 de ses hommes rien qu'à Alep[5]. Puis , le porte-parole du mouvement, Hachim al-Moussaoui, déclare que 1 000 de plus ont été envoyés à Alep les deux jours précédents[6].

Zones d'opérations[modifier | modifier le code]

Le groupe est déployé en juin 2013 en Syrie, à Alep et Damas. Il est rappelé en Irak en juin 2014 après la chute de Mossoul, il est déployé à Samarra et prend part à la bataille de Baïji, à la bataille de Tikrit et à la bataille d'al-Anbar. Il est redéployé en Syrie vers le début de 2015 et participe aux offensives loyalistes dans les gouvernorats d'Alep, Idleb et Lattaquié et notamment celle qui brise le siège de Nobl et Zahraa en février 2016[7]. En 2016, il prend une part active à la bataille d'Alep[5],[6] et participe également à la bataille de Mossoul[8].

Exactions[modifier | modifier le code]

Selon l'ONU, les miliciens du Harakat Hezbollah al-Nujaba sont impliqués dans le massacre d'au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, dans la nuit du 12 au 13 décembre 2016, lors de la bataille d'Alep[9],[10].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Le , après l'annonce faite par le président des États-Unis Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, Akram al-Kaabi, le chef du Harakat Hezbollah al-Nujaba, menace d'attaquer les troupes américaines présentes en Irak[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]