Émirat islamique d'Afghanistan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émirat islamique d'Afghanistan
(ps) د افغانستان اسلامي امارت
Da Afghanistan Islami Amarat

(prs) امارت اسلامی افغانستان
Imarat-i Islami-yi Afganistan

19962001
(5 ans, 2 mois et 20 jours)
2001 – 2021 (en exil)
(19 ans, 7 mois et 29 jours)
Depuis 2021
(9 mois et 3 jours)

Drapeau
Drapeau de l'Émirat islamique d'Afghanistan.
Blason
Emblème de l'Émirat islamique d'Afghanistan.
Devise en arabe : لا إله إلا الله، محمد رسول الله (lā ʾilāha ʾillà l-Lāh, Muḥammadun rasūlu l-Lāh'', « Il n'est point de divinité si ce n'est Allah, Muhammad est le messager d'Allah »), qui constitue la chahada
Hymne en pachto : دا د باتورانو کور (Dā də bātorāno kor, « C'est la maison des braves (en) »)
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de localisation de l'Afghanistan.
Informations générales
Statut Théocratie islamique unitaire
Revendiqué par Flag of Afghanistan (1992-1996; 2001).svg État islamique d'Afghanistan (1996-2001)
Reconnu par Drapeau du Pakistan Pakistan (1997-2001)
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite (1997-2001)
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis (1997-2001)
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Itchkérie (2000-2001)
Texte fondamental Constitution de 1964 (en)
Capitale Kaboul
Kandahar (de facto, 1996 – 2001)
Langue(s) Pachto (officielle)
Dari (officielle)
Arabe (reconnue)
Religion Islam sunnite
Monnaie Afghani
Fuseau horaire UTC+04:30
Domaine internet .af
Indicatif téléphonique +93
Démographie
Population (2021[1]) 37 466 414 hab.
Densité (2021[1]) 57 hab./km2
Gentilé Afghan
Superficie
Superficie (2021) 652 230 km2
Histoire et événements
3 avril 1996 Proclamation du mollah Omar comme commandeur des croyants.
27 septembre 1996[2] Instauration du régime.
26 octobre 1997 Proclamation de l'émirat.
17 décembre 2001 Chute de Tora Bora.
15 août 2021 Rétablissement.
Commandeur des croyants
19962001 Mohammad Omar
depuis 2021 Haibatullah Akhundzada
Chef du gouvernement
19962001 Mohammad Rabbani
2001 Abdul Kabir (en)
depuis 2021 Mohammad Hassan Akhund

Rahbari Shura

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'émirat islamique d'Afghanistan (en pachto : د افغانستان اسلامي امارات, Da Afghanistan Islami Amarat) est le nom d’un régime politique en Afghanistan. Il est fondé en 1996-1997 par les talibans, et prend fin avec leur chute en 2001. Il est rétabli en , à l’issue d’une offensive des talibans commencée après l’annonce du retrait des troupes américaines de la guerre d'Afghanistan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Instauration du régime[modifier | modifier le code]

Les talibans initient leur règne en Afghanistan après le retrait soviétique en 1989. Ils démarrèrent en tant que mouvement politico-religieux fondamentaliste islamique composé d'étudiants dans le Helmand et la région de Kandahar en Afghanistan. Issus principalement de l'ethnie Pachtounes, les talibans mélangent le code tribal du Pachtounwali avec l'enseignement de l'islam Deobandi afin de former une idéologie fondamentaliste islamique hautement restrictive, anti-occidentale et anti-moderne avec laquelle ils dirigèrent le pays[3],[4].

Partant de Kandahar, les talibans finirent par prendre Kaboul en 1996. À la fin de l'année 2000, les talibans étaient capables de contrôler 90 % du territoire afghan, le reste étant contrôlé par l'opposition (Alliance du Nord) dont le bastion se situait dans la province de Badakhchan. Les talibans imposent la législation islamique (charia) dans les territoires sous leur contrôle et soutiennent divers groupes de Moudjahid, notamment Al-Qaïda et Oussama ben Laden.

Les talibans se rendirent par ailleurs coupables de violations des droits de l'homme, particulièrement en ce qui concerne le traitement des femmes, lesquelles étaient interdites de travailler, de fréquenter l'enseignement public et universitaire. Les communistes afghans étaient systématiquement exécutés et les voleurs punis par l'amputation d'une de leurs mains ou de leurs pieds. Toutefois, les talibans parvinrent à éradiquer presque totalement la production d'opium du pays, bien que celle-ci eût repris après l'invasion américaine du pays en 2001[5].

En raison du traitement réservé à la minorité chiite, les relations entre l'émirat et l'Iran se détériorèrent, les Iraniens préférant soutenir l'Alliance du Nord. En 1998, les talibans s'emparent du consulat iranien de Mazari Sharif et exécutent son personnel diplomatique. À la suite de cet incident, l'Iran prévoyait d'envahir le pays, mais le Conseil de sécurité de l'ONU et les États-Unis s'y opposèrent.

Intervention américaine et disparition[modifier | modifier le code]

État clandestin[modifier | modifier le code]

Rétablissement[modifier | modifier le code]

Les talibans annoncent le la reformation de l'Émirat islamique, après avoir repris le contrôle du pays au cours d'une offensive armée. Ils indiquent que les structures de gouvernance restent à déterminer, mais que toute idée démocratique est exclue, l'unique base du régime étant censée être la loi islamique (charia)[6],[7].

Le , le ministre de la Justice Abdul Hakim Ishaqzai (en) annonce, au cours d'une réunion avec l'ambassadeur chinois Wang Yu (zh), que le régime adopte à titre provisoire la Constitution de 1964 (en) (en partie inspirée du modèle constitutionnel français[8]), tout en excluant d'en appliquer « les contenus qui pourraient être en contradiction avec la loi islamique et les principes de l'Émirat islamique »[9],[10].

Politique[modifier | modifier le code]

1996-2001[modifier | modifier le code]

L'objectif de l'Émirat islamique d'Afghanistan au cours de la période 1996 à 2001 était de rendre l'ordre d'Abdur Rahman Khan (l'« émir de fer ») par le rétablissement d'un État à dominance pachtoune dans les régions du nord[11]. Les talibans ont cherché à établir un gouvernement islamique par la loi et l'ordre parallèlement à une interprétation stricte de la loi islamique, conformément à l'école Hanafi de jurisprudence islamique et aux conseils religieux du mollah Omar, sur l'ensemble du territoire afghan[12]. En 1998, les talibans contrôlaient 90 % de l'Afghanistan selon leur interprétation de la charia[13].

Depuis 2021[modifier | modifier le code]

Nature du régime et répartition des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

1996-2001[modifier | modifier le code]

Seuls le Pakistan, l'Arabie saoudite du roi Fahd et les Émirats arabes unis du cheikh Zayed reconnurent le gouvernement taliban[14]. L'Émirat ne fut pas reconnu à l'ONU. Le Turkménistan, cependant, entreprit quelques rencontres et signa des accords officiels avec des ministres du gouvernement taliban.

La principale raison du manque de reconnaissance diplomatique de l'Émirat est due à son irrespect du droit international. Le premier acte commis par les talibans au pouvoir fut en effet d'arrêter, de torturer et d'assassiner l'ancien président afghan, Mohammad Najibullah, agissant clairement en violation du droit international, Nadjibullah s'étant réfugié dans un bâtiment de l'ONU lors de la chute de Kaboul en 1992. Sa dépouille sera laissée gisante près d'un lampadaire à l'extérieur du palais présidentiel de Kaboul pendant environ deux jours.

Les talibans offrirent également un soutien aux islamistes de Tchétchénie (reconnaissant l'autorité de la république tchétchène d'Itchkérie, elle aussi non reconnue internationalement[15]), du Jammu-et-Cachemire et du Xinjiang, conduisant la Russie, l'Inde et la république populaire de Chine à se montrer hostiles à leur égard.

Depuis 2021[modifier | modifier le code]

La Chine ne reconnaît pas officiellement le régime mais se déclare prête à des relations amicales[16]. Le Royaume-Uni appelle les autres États à ne pas reconnaître le régime[17]. Le Canada dit qu'il est « trop tôt » pour statuer sur une éventuelle reconnaissance[18]. La Russie déclare qu'elle décidera sur une reconnaissance diplomatique du régime après une rencontre entre l'ambassadeur russe à Kaboul et les autorités afghanes le [19].

Sanctions de l'ONU[modifier | modifier le code]

En 1999, le Conseil de sécurité des Nations unies établit un régime de sanctions concernant Al-Qaïda, Oussama ben Laden et les talibans. Depuis l'invasion américaine de l'Afghanistan en 2001, les sanctions furent appliquées à des individus et des organisations partout dans le monde, ciblant aussi d'anciens membres du gouvernement taliban.

Le , un comité de sanctions des Nations unies retire cinq anciens officiels talibans de cette liste, dans un geste favorisé par le président afghan Hamid Karzai. La décision signifie que ces cinq personnes ne seront plus sujets à un embargo sur les armes et à un gel des avoirs. Les cinq hommes, tous des membres haut placés du gouvernement taliban, sont :

Ils avaient tous été ajoutés à la liste en janvier ou [20].

Financement[modifier | modifier le code]

Les talibans mettent en place un système de barrages routiers et d'imposition dans les territoires conquis[21]. Ces taxes sur les produits représentent plus de trois milliards de dollars par an. Avec l'impôt islamique, ils prélèvent 2,5 % des revenus de chaque foyer et 10% des récoltes[22]. Ils contrôlent aussi les grandes routes commerciales au cœur de l'Asie centrale, vers le Pakistan, l'Iran[23].

Ils bénéficient également de financements étrangers. Selon l'Otan, les dons en liquide provenant de partis politiques pakistanais et de riches donateurs privés de pays du Golfe représenteraient environ un milliard et demi de dollars par an[24],[21].

À partir du mois d'août 2021 et la reprise du contrôle du pays, les flux financiers internationaux s'assèchent. Le Fonds monétaire international (FMI) suspend ses versements. Les autorités américaines, qui contrôlent les réserves de la banque centrale afghane (DAB) évaluées à 9 milliards d'euros bloquent les transferts de dollars hebdomadaires[25]. L’aide internationale, qui représente 42 % du produit intérieur brut, est pour l’essentiel suspendue[21].

Les talibans peuvent tout de même compter sur les droits de douanes, les trois plus importants postes frontières du pays pouvant rapporter jusqu'à 215 millions d'euros chacun par mois[22].

En , l'administration talibane en Afghanistan a annoncé avoir collecté plus de 270 millions de dollars de revenus depuis son arrivée au pouvoir en août[26].

Le , le porte-parole du ministère des Finances de l'émirat islamique, Ahmed Wali Haqmal, a déclaré que le régime taliban travaillait sur un projet de budget annuel financé sans aide internationale, une première en 20 ans. L'aide internationale représentait plus de 40 % du PIB de l'ancien gouvernement soutenu par les États-Unis[27].

Argent de la drogue[modifier | modifier le code]

L'Émirat islamique d'Afghanistan peut compter sur la production de pavot pour se financer. Plus de 80 a 90 % de la production mondiale d'opium provient d'Afghanistan, plus particulièrement de la province de Kandahar, Helmand et Khost. Les talibans peuvent taxer la production et le commerce d'opium et de cannabis. Cela leurs offre une source de revenu stable et lucratif. L'émirat islamique gagnerait entre 100 et 400 millions de dollars annuellement grâce à l'argent de la drogue [28],[29].

La culture de l'opium est une source majeure d'emplois en Afghanistan. En 2019, plus de 120 000 personnes y ont bénéficier. Les talibans prennent plus de 10 % de taxe auprès des cultivateurs et selon une étude, plus de 60% du budget annuel des talibans proviendrait de la drogue[30].

Malgré cela, l'un des portes paroles de l'Émirat islamique d'Afghanistan, Abd Al-Qahar Balkhi a déclaré : Nous avons éradiqué la culture du pavot sous notre précédent régime et nous déclarons que nous n'autoriserons pas la culture, la production ou le commerce de drogues illicites [31].

Lien avec Al-Qaïda[modifier | modifier le code]

Le 30 août 2021, Amin-ul-Haqq, un haut cadre d'Al-Qaïda, retourne dans la province de Nangarhar. Plusieurs talibans et de nombreux civils viennent à sa rencontre[32].

Selon un rapport de l'ONU publié en , la prise du pouvoir par les talibans a renforcé Al-Qaïda, qui depuis jouit d'une plus grande liberté de mouvement et de recrutement. Les forces d'Al-Qaïda sont estimées entre 200 et 400 militants. La direction d'Al-Qaida a choisi de rester discrète en Afghanistan pour ne pas entraver les efforts de l'Émirat islamique d'Afghanistan pour être reconnu internationalement [33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Islamic Emirate of Afghanistan » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « The World Factbook — Central Intelligence Agency » (consulté le ).
  2. (en) Gary Marcin, « The Taliban », King's College, (consulté le )
  3. (en) Rashid, Taliban, 2000.
  4. Dorothée Vandamme, « Les Taliban afghans : carte d’identité », The Conversation, (consulté le ).
  5. (en) Afghanistan, l'opium et les talibans.
  6. Sinéad Baker, « The Taliban have declared the 'Islamic Emirate of Afghanistan,' the same name it used when it brutally ruled the country in the 1990s », sur Business Insider France, Business Insider France, (consulté le ).
  7. (en) Siladitya Ray, « Taliban Declares Formation Of ‘Islamic Emirate’, Group’s Fighters Open Fire At Protest Rally », sur Forbes, forbes, (consulté le ).
  8. (en) Peter Tomsen (en), The Wars of Afghanistan : Messianic Terrorism, Tribal Conflicts, and the Failures of Great Powers, New York, PublicAffairs (en), , 849 p. (ISBN 978-1-58648-763-8, 1-58648-763-9 et 978-1-58648-781-2, OCLC 663445525), chap. 5 (« Red Sunrise »), p. 144
  9. « Afghanistan. Les talibans réinstaurent une Constitution datant de 1964 », Ouest-France, (consulté le )
  10. S. K. Khan, « Afghanistan : les Taliban entendent appliquer la Constitution de l'ère monarchique », Agence Anadolu, (consulté le )
  11. B.G. Williams 12 May 2013, work, published by RoutledgeTaylor & Francis group (lire en ligne)
  12. Kamal Matinuddin, The Taliban Phenomenon: Afghanistan 1994–1997, Karachi, Oxford University Press, , 37, 42–43 p. (ISBN 0-19-579274-2), « The Taliban's Religious Attitude »
  13. 'The Taliban'. Mapping Militant Organizations. Stanford University. Updated 15 July 2016. Retrieved 24 September 2017.
  14. (en) Terrorism and Global Disorder: Political Violence in the Contemporary World, Adrian Guelke, consulté le 5 mai 2012.
  15. (en) Roy Gutman (en), How We Missed the Story : Osama Bin Laden, the Taliban, and the Hijacking of Afghanistan, Washington, D.C., Institut des États-Unis pour la paix, , 321 p. (ISBN 978-1-60127-024-5 et 1-60127-024-0, OCLC 165478205, lire en ligne), chap. 7 (« Hijacking a Regime (1999) »), p. 193
  16. (en-US) AFP-Agence France Presse, « China Says Ready For 'Friendly Relations' With Taliban After Rout », sur www.barrons.com (consulté le ).
  17. « Afghanistan : Londres appelle à ne pas reconnaître les talibans comme gouvernement », sur radio-canada.ca (consulté le ).
  18. (en-US) « ‘Too early’ to say whether Canada will recognize Taliban government, says Garneau - The Global Herald » (consulté le ).
  19. (en-US) French Press Agency- AFP, « Russia to decide on Taliban's recognition after meeting in Kabul », sur Daily Sabah, (consulté le ).
  20. (en) "U.N. Reconciles itself to Five Members of Mulla Omar’s Cabinet", consulté le 5 mai 2012.
  21. a b et c « Afghanistan : d'où provient l'argent des talibans ? », sur Franceinfo, (consulté le ).
  22. a et b « Afghanistan : les sources de financement des talibans », sur Franceinfo, (consulté le ).
  23. « Quel avenir pour l'économie afghane avec les Talibans au pouvoir ? », sur www.franceinter.fr (consulté le ).
  24. Dimitri PAVLENKO, « Afghanistan : comment les talibans se financent-ils ? », sur Europe 1 (consulté le )
  25. « Les talibans font face à l’assèchement des flux financiers internationaux », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. https://www.aa.com.tr/en/asia-pacific/taliban-claim-collecting-270m-revenue-in-afghanistan/2426193
  27. https://static.latribune.fr/assets/bundles/latribunecms/img/favicon.png?version=20220216111153
  28. https://www.lemonde.fr/international/video/2021/10/24/afghanistan-de-l-opium-a-l-heroine-comment-la-drogue-a-profite-aux-talibans_6099691_3210.html
  29. https://www.bbc.com/news/world-46554097
  30. https://www.bbc.com/news/world-asia-58308494
  31. https://asia.nikkei.com/Politics/International-relations/Afghanistan-turmoil/Afghanistan-s-vast-narcotics-trade-likely-to-continue-under-Taliban
  32. https://www.indiatoday.in/world/story/amin-ul-haq-al-qaeda-osama-bin-laden-returns-afghanistan-1847073-2021-08-30
  33. https://undocs.org/Home/Mobile?FinalSymbol=S%2F2022%2F83&Language=E&DeviceType=Mobile

Articles connexes[modifier | modifier le code]