Régions tribales (Pakistan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Régions tribales administrées provincialement.

Régions tribales administrées fédéralement
ourdou (ur) : وفاقی قبائلی علاقہ جا
Blason de Régions tribales administrées fédéralement Drapeau de Régions tribales administrées fédéralement
Régions tribales (Pakistan)
Localisation des régions tribales (en rouge) au sein du Pakistan
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Type Régions tribales
Capitale administrative Peshawar
Démographie
Population 5 001 676 hab. (rec. 2017)
Densité 184 hab./km2
Langue(s) Pachto (non officiel)
Géographie
Superficie 27 220 km2

Les régions tribales ou zones tribales (de leur nom officiel en anglais Federally Administered Tribal Areas (FATA) : régions tribales administrées fédéralement, ou en ourdou : وفاقی قبائلی علاقہ جا) sont une région de 27 220 km2 située au nord-ouest du Pakistan et ancienne subdivision administrative. Les zones tribales font actuellement partie du Khyber Pakhtunkhwa.

La région est principalement peuplée de tribus pachtounes, parfois hostiles au pouvoir pakistanais, et elle est une source de tensions entre le Pakistan et l'Afghanistan. Longtemps délaissée par les pouvoirs publics, la région est considérée comme une zone de non-droit et est exorbitante du droit commun pakistanais. Elle est peu développée, pratiquement pas du tout urbanisée et ne bénéficie pas de sa libre administration, étant comme son nom l'indique directement administrée par le pouvoir fédéral. Ce régime prend fin en 2018 quand les régions tribales disparaissent et fusionnent avec la province de Khyber Pakhtunkhwa.

Depuis 2004, elle est l'épicentre du conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan qui oppose l'armée pakistanaise à divers groupes islamistes insurgés et la violence est depuis très forte dans la région. La zone est à la fois un lieu de passage et d'occupation de nombreux groupes armés se battant dans le cadre de la Guerre d'Afghanistan. Depuis 2007, elle a fait l'objet de cinq offensives majeures de la part de l'armée pakistanaise et elle est aussi visée par des bombardements de drones américains, notamment dans le Waziristan. Elle constitue donc un enjeu géopolitique et stratégique très important.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les régions tribales sont bordées par l'Afghanistan, la frontière étant délimitée par la ligne Durand, et trois provinces pakistanaises : la province de Khyber Pakhtunkhwa, le Pendjab et le Baloutchistan.

La population des régions tribales s'établit à 5 001 676 personnes selon le recensement de 2017, soit approximativement 2,4 % de la population du pays. Seulement 2,8 % des habitants de la zone sont urbanisés, ce qui en fait l'unité territoriale la plus rurale du Pakistan[1].

Les régions tribales sont divisées en sept agences : Khyber, Kurram, Bajaur, Mohmand, Orakzai, Waziristan du Nord et Waziristan du Sud ; et cinq régions frontalières (en anglais, frontier regions ou FR) : FR Peshawar, FR Kohat, FR Tank, FR Bannu et FR Dera Ismail Khan.

Les principales villes sont Miranshah, Razmak, Bajaur, Landi Kotal et Wana. Le chef-lieu des régions tribales est Peshawar.

Ces régions sont régulièrement en conflit avec le gouvernent central.

Insurrection islamiste[modifier | modifier le code]

Des avions de l'armée de l'air pakistanaise, similaire à ceux impliqués dans le conflit du Nord-Ouest.

Depuis 2004, avec le début des combats dans la ville de Wana, la région est l'épicentre du conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan. Il oppose l'armée pakistanaise à divers groupes insurgés islamistes opposés au gouvernement. Leurs principaux fiefs dans le Waziristan, l'agence de Bajaur, l'agence d'Orakzai, l'agence de Kurram et l'agence de Mohmand ont été visés par des opérations militaires depuis 2008.

La région accueille aussi des groupes insurgés afghans menant des actions en Afghanistan contre les forces afghanes et les forces de l'OTAN. Ils sont notamment présents au Waziristan du Nord, zone visée régulièrement par des bombardements américains.

Administration[modifier | modifier le code]

Agences[modifier | modifier le code]

Carte des régions tribales (en bleu) et de la province de Khyber Pakhtunkhwa (en vert), présentant leur découpages en subdivisions.

Les régions tribales sont subdivisées en sept agences (à la différence des provinces du Pakistan, qui sont subdivisées en districts). Ces agences ne bénéficient pas de leur libre administration et sont gérées directement par les autorités fédérales ainsi que par les districts voisins dans la province de Khyber Pakhtunkhwa pour les régions frontalières. Avant 2018, les candidats aux élections législatives se présentant dans les circonscriptions des régions tribales étaient interdits de se réunir en partis politiques et devaient se présenter à titre indépendant[2].

Les régions tribales sont soumises à un régime juridique exorbitant du droit commun, hérité de l'époque britannique et conservé après l'indépendance du Pakistan. Ce régime reconnait le pouvoir des jirgas, assemblées tribales, mais ne reconnait pas de nombreux droits aux administrés de la région, comme celui de saisir des tribunaux. Le pouvoir central nomme des administrateurs au pouvoir exorbitant, qui pratiquent notamment la punition collective. En 2013, une grande assemblée de représentants de la région réclame la fin de ce régime dérogatoire et la libre administration de la région, soit en devenant une province soit par inclusion au sein de la province voisine de Khyber Pakhtunkhwa, qui bénéficient comme toutes les provinces du pays du forts pouvoirs décentralisés[2].

En 2018, l'Assemblée nationale vote un amendement visant à normaliser le régime juridique des régions tribales et à les intégrer à la province voisine de Khyber Pakhtunkhwa, ce qui entre en vigueur le 31 mai 2018 avec la signature du président Mamnoon Hussain. La mesure reçoit un large soutien de la classe politique et soulage la population locale qui espère avoir accès à des services publics[3],[4]. Certains partis politiques et dirigeants tribaux s'y opposent toutefois, préférant que les régions tribales soient élevées au rang de province[5].

La liste suivante recense les sept agences des régions tribales :

Agence Ville(s) d'administration District d'administration Superficie
(km²)
Population
(2017)
Densité de population
(hab./km²)
Bajaur Khar +1 290, +1 093 684, +848,
Khyber Landi Kotal (en) Peshawar +2 576, +986 973, +383,
Kurram Parachinar +3 380, +619 553, +183,
Mohmand Ghalanai +2 296, +466 984, +203,
Orakzai Kalaya et Ghiljo Hangu +1 538, +254 356, +165,
Waziristan du Nord Miranshah +4 707, +543 254, +115,
Waziristan du Sud Wana Tank +6 620, +679 185, +103,
Total Miranshah Peshawar +27 220, +5 001 676, +184,

Les agences sont elles-mêmes subdivisées en agences politiques assistantes, subdivisions et tehsils[6].

Régions frontalières[modifier | modifier le code]

Vue des régions frontalières.

Les régions tribales comprennent également six petites subdivisions nommées « régions frontalières », qui portent le nom des districts adjacents. Elles sont administrées par l'officier de coordination de ces districts. Leur administration générale est menée par le secrétariat des régions tribales, à Peshawar.

Les six régions frontalières sont :

Politique[modifier | modifier le code]

Les régions tribales sont représentées par douze circonscriptions de l'Assemblée nationale, numérotée de 40 à 51. Les élections législatives de 2018 sont les premières pour lesquelles les candidats sont autorisés à se présenter sous l'étiquette d'un parti politique, alors qu'ils étaient auparavant obligés de se présenter à titre indépendant. Lors des élections de 2018, le Mouvement du Pakistan pour la justice remporte la moitié des sièges alors que les candidats indépendants sont encore très nombreux.

Élections législatives de 2018 dans les régions tribales[7]
Parti Voix % Élu fédéral
Mouvement du Pakistan pour la justice 203 148 25,2 % 6
Muttahida Majlis-e-Amal 109 379 13,6 % 3
Parti du peuple pakistanais 54 835 6,8 % 1
Parti national Awami 44 069 5,5 % 0
Autres partis 22 117 2,7 % 0
Indépendants 372 859 46,2 % 2
Total 806 407 100 % 12

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Provisional province wise population by sex and rural/urban, pbscensus.gov.pk. Consulté le 11 décembre 2017
  2. a et b (en) Umair Jamal, « Why Political Reforms in Pakistan’s Tribal Areas Are Essential », sur The Diplomat, (consulté le 14 mars 2017)
  3. Le Pakistan normalise le statut de ses zones tribales sur L'Orient-Le Jour, le 24 mai 2018
  4. (en) Tribal belt celebrates FATA, K-P merger sur The Express Tribune, le 27 mai 2018
  5. (en) Fata merger bill sails through Senate amidst opposition by PkMAP, JUI-F sur Dawn.com, le 26 mai 2018
  6. (en) [PDF] « Federally Administered Tribal Areas », Election Commission of Pakistan
  7. (en) Election 2018 Constituencies sur geo.tv

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]