Attentat de Maidan Shar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attentat de Maidan Shar

Localisation Maidan Shar, province de Wardak (Afghanistan)
Cible Drapeau de l'Afghanistan Armée nationale afghane
Coordonnées 34° 27′ nord, 68° 47′ est
Date
Type Attentat-suicide au véhicule piégé
Morts 65 à 126[1],[2]
Auteurs 3 kamikazes
Organisations Flag of Taliban.svg Taliban

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Attentat de Maidan Shar

Géolocalisation sur la carte : Afghanistan

(Voir situation sur carte : Afghanistan)
Attentat de Maidan Shar

L'attentat de Maidan Shar a lieu le pendant la guerre d'Afghanistan.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , un Humvee chargé d'explosifs détonne à l'entrée du centre de formation des services de renseignement à Maidan Shar, le chef-lieu de la province de Wardak[3]. Deux ou trois hommes entrent ensuite dans le camp[3],[2],[4]. Des tirs sont alors échangés entre les soldats afghans et les assaillants, qui sont rapidement abattus[3]. Mais la majorité des décès survient lorsqu'un bâtiment s'effondre en partie à cause de l'explosion[3].

Revendication[modifier | modifier le code]

L'attentat est rapidement revendiqué par les Taliban[3],[5].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Le bilan n'est pas connu avec exactitude, les autorités afghanes étant réticentes à communiquer sur leurs pertes[3]. Le premier bilan donné par le gouvernement est de 12 morts et 28 blessés[2]. Le soir du 22 janvier, les services de renseignement afghans annoncent un bilan officiel de 36 morts et 58 blessés[1].

Cependant plusieurs autres sources donnent des bilans bien plus élevés[2]. Certains médias afghans font état de plus de 100 morts[3]. Le 21 janvier, l'agence Reuters indique que d'après un haut responsable du ministère de l'Intérieur, l'attaque a fait 126 morts, dont huit membres des forces spéciales, et que selon un représentant des autorités provinciales le bilan dépasse les 100 morts[2],[4].

Le 22 janvier, Mohammad Sardar Bakhyari, adjoint du chef du conseil provincial de Wardak, déclare à l'AFP que 65 corps ont été sortis des décombres[1]. Une source sécuritaire de haut rang déclare également à l'AFP que l'attaque avait fait au moins 70 morts[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]