Indo-Scythes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde indien image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant le monde indien et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Carte du royaume Indo-Scythe en Inde à son apogée au Ier siècle av. J.-C.

Les Indo-Scythes sont une branche des Saces (Scythes) indo-européens des steppes eurasiennes qui ont migré de la Sibérie du sud en Bactriane, en Sogdiane, au Cachemire et finalement jusqu’en Arachosie puis en Inde du milieu du IIe siècle av. J.-C. au Ier siècle av. J.-C.. Leur royaume s'étendit progressivement et temporairement sur l'Afghanistan, le Pakistan et une partie de l'Inde du Nord-ouest du IIe siècle avant notre ère jusqu'à la fin du Ier siècle avant notre ère, époque où ils furent remplacés par les indo-parthes lesquels fondèrent leur propre royaume, indo-parthe. .

Histoire[modifier | modifier le code]

Au IIe siècle av. J.-C., des Yuezhi, un peuple indo-européen d'Asie centrale, apparenté aux Tokhariens, originaire de la province actuellement chinoise du Gansu, sont contraints d'émigrer vers l'ouest. Ils poussent devant eux des tribus Scythes, qui arrivent en Bactriane, au nord de l'Afghanistan. Les Yuezhi les y ayant rejoints, ils doivent se déplacer plus au sud, au Cachemire puis au sud de l'Afghanistan, où ils donneront leur nom à la province du Séistan ou Sistan : ce nom était autrefois prononcé *Sakastan « Pays des Sakas ». Ils fondent un royaume en Arachosie au IIe siècle av. J.-C.. Puis au Ier siècle av. J.-C. le roi scythe Mauès, agrandit leur royaume dans une grande partie du Nord de l'Inde: sur la totalité du bassin de l'Indus et l'Ouest de la plaine du Gange, en remplaçant une grande partie du royaume Indo-Grec qui avait été précédemment établi suite aux conquêtes d'Alexandre le Grand. Les rois indo-scythes conservent en grande partie leur culture scythe avec quelques apports helléniques. Le royaume Indo-Scythe durera le temps d'une dynastie, sera ensuite supplanté par des Parthes qui fondent alors le Royaume indo-parthe. Lequel sera défait par les Kouchans, une tribu des Yuezhi qui a fondé l'empire Kouchan au début de notre ère.

Les scythes émigrèrent alors vers le Gujarât et le Mâlwâ. Ces Scythes d'Inde, indianisés et hellénisés, subsistèrent en principautés jusqu'au IVe siècle: principalement les Satrapes occidentaux. Une dynastie installée à Ujjain régna sur une partie du Râjasthân jusque dans les années 380. On doit à l'un de ses plus célèbres rois, Rudradâman, mort en 150, la plus ancienne inscription en sanskrit classique, trouvée à Gimar. Les dernières principautés scythes d'Inde furent détruites par la dynastie Gupta sous Chandragupta II (376-415).

De nos jours les Jats, une ethnie du Penjab d'Inde et du Pakistan, se réclament encore d'une ascendance Scythe.

Principaux rois indo-scythes[modifier | modifier le code]

Nord-ouest de l’Inde[modifier | modifier le code]

  • Mauès, v. -90 à -60
  • Vononès, v. -75 à -65
  • Spalahorès, v. -75 à -65
  • Spalarisès, v. -60 à -57
  • Azès Ier, v. -57[1] à -35
  • Azilisès, v. -57 à -35
  • Azès II, v. -35 à -12
  • Zéionisès, v. -10 à 10
  • Kharahostès,v. -10 à 10
  • Hajatria
  • Liaka Kusuluka, satrape de Chuksa (ou Chukhsa, ancienne région à l'Ouest de Taxila ?, actuellement Chachh )
  • Kusulaka Patika, satrape de Chuksa et fils de Liaka Kusulaka

Région de Bajaur (princes Apracharaja)[modifier | modifier le code]

Région de Mathura[modifier | modifier le code]

Dirigeants locaux mineurs[modifier | modifier le code]

Les arts[modifier | modifier le code]

Des palettes similaires à celle présentée ci-dessus ont été trouvées sur le site de Sirkap (Taxila) au Gandhara dans des contextes qui suggèrent qu'ils étaient utilisés dans le cadre des rituels domestiques , peut-être afin d'de s'assurer une vie heureuse dans l'au-delà.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Fussman confirme cette date (colloque de Termez 1997, p. 278) sur laquelle les autres sont calées. Pierre Leriche, Chakir Pidaev, Mathilde Gelin et Kazim Abdoulaev, La Bactriane au carrefour des routes et des civilisations de l'Asie centrale : Termez et les villes de Bactriane-Tokharestan, Paris, Maisonneuve et Larose - IFÉAC, (ISBN 2-7068-1568-X) . Avec la collaboration de Vincent Fourniau. Actes du colloque de Termez 1997. (Nombreux auteurs, dont Gérard Fussman « L'inscription de Rabatak. La Bactriane et les Kouchans » ).
  2. Pakistan: Terre de rencontre : Ier ‑ VIe siècle : Les arts du Gandhara, Exposition Musée Guimet 2010, Catalogue n° 25, p. 95

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :