Expédition de Formose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'expédition de 1874 voir Expédition de Taïwan de 1874.
Expédition de Formose
Une peinture de 1864 de l'USS Hartford.
Une peinture de 1864 de l'USS Hartford.
Informations générales
Date Juin 1867
Lieu Formose, Océan Pacifique
Issue Victoire de Formose, échec des objectifs américains.
Belligérants
US flag 34 stars.svg États-Unis Paiwan
Commandants
US flag 34 stars.svg Henry H. Bell
US flag 34 stars.svg Alexander Slidell Mackenzie
Tauketok
Forces en présence
Terrestre:
43 Marines,
138 marins
Mer:
2 sloop de guerre
inconnue
Pertes
1 tué inconnu
Batailles
Incident du Rover (1867), Expédition américaine (1867), Incident de Mudan (1871), Expédition japonaise (1874), guerre franco-chinoise (1884-85), Campagne des Pescadores (1895), Invasion japonaise (1895)

L'Expédition de Formose, ou Expédition de Taïwan de 1867 est une expédition punitive lancée par les États-Unis contre Formose. L'expédition fut provoquée par la destruction du Rover, une navire américain, et par le massacre de son équipage par les guerriers indigènes en mars 1867. Une troupe de l'United States Navy et une compagnie de Marines débarquèrent dans le sud de Formose et affrontèrent en escarmouches les aborigènes Paiwans jusqu'à ce que les Américains se retirent sans avoir accompli leur objectif de défaire les indigènes. L'événement est considéré comme un échec dans l'histoire navale des États-Unis.

Formose, ou Taïwan, vue depuis l'espace.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Incident du Rover (1867).

Le 12 mars 1867, le navire marchand américain Rover naviguait au large d'Oluanpi à Formose quand il s'éventra contre des récifs et commença à dériver. L'équipage de 24 marins se réfugia sur la rive où il fut attaqué et tué par les aborigènes Paiwans. Le HMS Cormorant de la Royal Navy a découvert le destin du Rover et a informé l'escadre des Indes orientales américaine. Le contre-amiral Henry H. Bell a ordonné au commandant John C. Febiger de la nouvelle canonnière USS Ashuelot de partir de Foochow à l'île pour enquêter sur l'incident.

À son arrivée, les autorités Qing ont informé le commandant Febiger que l'attaque avait été menée par des guerriers d'un village qui n'était pas sous leur contrôle. Ainsi, l'Ashuelot est retourné communiquer les renseignements au contre-amiral Bell. À ce moment-là, la pression diplomatique s'avérait être un échec ce qui était typique de l'époque ; une expédition punitive fut décidée. Bell, avec le sloop de guerre USS Wyoming et son navire amiral l'USS Hartford a quitté Shanghai en juin pour le sud de Formose.

Un dessin de 1874 de l'USS Wyoming.

Expédition[modifier | modifier le code]

Le voyage de Shanghai à Formose fut calme, les deux navires américains sont arrivés au large de la côte Sud-Est le 13 juin 1867. Les sloops se sont préparés pour un débarquement. Un total de 181 marins et hommes ont été débarqués, ils furent menés par le commandant George Belknap du Hartford et par le capitaine de corvette Alexander Slidell Mackenzie. À terre, la troupe s'est scindée en deux, Belknap a commandé une des forces et Mackenzie l'autre. Les Marines étaient dirigés par le capitaine James Forney, vingt d'entre eux étaient des tirailleurs à l'avant. Leur objectif était de soumettre les aborigènes et de capturer leur village. Formose est une île tropicale, il y fait très chaud et très humide en été, avec de la jungle montagneuse à l'est et des plaines à l'ouest. Ceci a rendu la marche à travers la jungle formosane difficile pour les Américains qui portaient des uniformes lourds conçus pour maintenir les hommes au chaud en pleine mer.

Le contre-amiral Henry H. Bell.

Après avoir marché pendant presque une heure, les Aborigènes ont attaqué avec des mousquets à partir de positions cachées situées sur une colline juste devant les colonnes américaines. L'expédition américaine a plus tard rapporté que les guerriers formosans avaient le visage peint et étaient armés de lances et de quelques fusils. La force du lieutenant MacKenzie s'est engagée en chargeant immédiatement l'embuscade formosane mais les indigènes se sont sauvés avant que les Américains n'aient eu le temps d'escalader la colline. L'expédition a continué et est tombée dans un guet-apens où encore une fois, les Américains ont chargé et ont capturé la position mais sans infliger de pertes à l'ennemi. Alors que l'expédition continuait vers le village, les Formosans ont organisé plusieurs embuscades mais n'ont pas touché significativement les Américains.

Il fallu attendre la dernière action pour voir un Américain tomber, les indigènes ont tiré une volée et une balle de mousquet a touché le lieutenant Mackenzie, le blessant mortellement. Après les tirs, les Formosans se sont encore repliés mais les Américains ont choisi de ne pas poursuivre. Après six heures de marche, étant donné que plusieurs hommes étaient délirants ou souffraient beaucoup de la chaleur, l'expédition retourna au bateau.

Conséquence[modifier | modifier le code]

L'expédition est rentrée en Chine sans atteindre ses objectifs. Les pertes formosanes durent être minimales car aucun corps n'a été retrouvé par les Américains. Après que la première expédition est revenue sur le continent, le diplomate américain Charles Le Gendre a persuadé le gouverneur général Liu de Foochow d'envoyer sa propre expédition à Formose. Il a également demandé que le contre-amiral Bell envoie une canonnière pour appuyer l'opération mais cela a été refusé. Le Gendre a pris le commandement des troupes chinoises et a quitté Foochow pour Formose le 25 juillet 1867. L'expédition fut paisible et après le débarquement et la marche vers la capitale tribale, Le Gendre négocia un traité avec le chef Tauketok. Le traité devait assurer la sécurité des marins naufragés dans tout le royaume Paiwan.

Les attaques sur les navires marchands par les indigènes formosans ont cependant continué. Un incident a eu comme conséquence l'expédition de Taïwan de 1874 dans laquelle les militaires japonais ont combattu les Paiwans. Ceci après que cinquante-quatre marins japonais ont été capturés et décapités au sud-est de Formose. Les Japonais ont réussi à engager les guerriers Paiwans et ont reçu une indemnité du gouvernement Qing pour le massacre. De 1867 à 1868, Bell était commandant de la nouvelle escadre asiatique et pour soutenir le processus d'ouverture du Japon, il a ancré au large d'Osaka pour augmenter la pression sur le gouvernement japonais d'ouvrir Hyogo le comme précédemment prévu. Dix jours plus tard, le 11 janvier 1868, le bateau de Bell a chaviré et trois des membres d'équipage sont morts, dont le contre-amiral.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]