Hezb-e-Islami Gulbuddin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Hezb-e-Islami Gulbuddin (HIG) est la plus grande des factions du parti Hezb-e-Islami d'Afghanistan. L'organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada[1], des États-Unis d'Amérique[2] et du Royaume-Uni[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

1977-2001[modifier | modifier le code]

Le Hezb-e-Islami a été fondé en 1977 par Gulbuddin Hekmatyar comme scission fondamentaliste du Jamiat-i Islami[4]. En 1979, Younès Khalid scissonne de l'organisation pour former le Hezb-e-Islami (Khales), actif autour de Nangarhar, qui rejoignit peu à peu les Talibans[4].

Lors de la première guerre d'Afghanistan contre le gouvernement communiste soutenu par les soviétiques, le HIG opérait depuis ses bastions de Kounar, Laghman, Jalalabad, et Paktia. Le parti est très centralisé et jusqu'en 1994 a des relations officielles avec le Pakistan. Il reçoit jusqu'à 600 millions de dollars d'aide américaine et saoudienne pour combattre les soviétiques[5].

Frustré par les incessants combats des seigneurs de guerre et le bombardement de Kaboul par le HIG en avril 1992, le Pakistan abandonne le HIG pour les talibans en 1994. Un nouveau bombardement de la capitale par le HIG en 1994, pourrait avoir fait plus de 25 000 victimes civiles [6].

Le HIG est repoussé hors de Kaboul par les talibans en septembre 1996 et plusieurs de ses commandants locaux rejoignent les talibans «à la fois par sympathie idéologique et en raison de solidarité tribale»[7]. Au Pakistan, les camps d'entrainement du HIG sont repris par les talibans[8].

Depuis 2001[modifier | modifier le code]

Hekmatyar s'oppose à l'intervention américaine de 2001 contre les talibans et combat le gouvernement du président Hamid Karzai. Avant les élections législatives de 2004, 150 membres du HIG se sont cependant ralliés au gouvernement[9]. D'après le porte parole du parlement afghan, les membres du HIG possèdent alors de 30 à 40 % des postes du gouvernement[6].

Le HIG s'est rallié avec le mollah Mohammad Omar, al-Qaida et le reste des combattants talibans[7] En 2006, Hekmatyar apparaît sur un reportage de Al Jazeera dans lequel il déclare qu'il veut que ses forces combattent avec Al-Qaeda[10].

Le HIG est actif en 2007 à Mazari Sharif et à Jalalabad[11].

En 2008 le HIG déclare être l'auteur de l'embuscade de Surobi qui fait 10 morts parmi les troupes françaises.

En mars 2010, 15 talibans et 35 membre des HIG sont tués suite à des affrontements entre les deux parties nord-est de l'Afghanistan[12].

Prisonniers de Guantanamo[modifier | modifier le code]

Des douzaines de prisonniers détenus au camp américain de Guantanamo ont été accusés de faire partie du HIG.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.publicsafety.gc.ca/prg/ns/le/cle-fr.asp#AIAI
  2. http://www.america.gov/st/washfile-english/2007/April/20070425112939idybeekcm0.9128382.html
  3. « http://security.homeoffice.gov.uk/legislation/current-legislation/terrorism-act-2000/proscribed-groups » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-04-09
  4. a et b Les Nouveaux Mondes rebelles, sous la direction de J.-M. Balencie et A. de La Grange, présenté par J-C Ruffin, Ed Michalons, 2005, ISBN 2-84186-248-8
  5. Bergen, Peter L., Holy war, Inc. : inside the secret world of Osama bin Laden, New York : Free Press, c2001., p. 69
  6. a et b (en) Muhammad Tahir, « Gulbuddin Hekmatyar’s Return to the Afghan Insurgency », Jamestown Foundation,‎ 29 juin 2008 (consulté le 2 juil. 2008)
  7. a et b The Columbia World Dictionary of Islamism, Olivier Roy, Antoine Sfeir, editors, (2007), p. 133
  8. Rashid, Taliban, (2000), p. 92
  9. Commanders Line Up Behind Karzai, 14 septembre 2004, Institute for War & Peace Reporting
  10. Afghanistan: Skeptics Urge Caution Over Purported Hekmatyar Cease-Fire July 19, 2007
  11. Le Monde.fr : Les zones d'influence talibanes en Afghanistan
  12. (fr) « Afghanistan: combats sanglants entre talibans et membres du Hezb-e-Islami (médias) », sur http://fr.rian.ru/, RIA Novosti,‎ 7 mars 2010 (consulté le 20 avril 2010)