Hérat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hérât (province).

Hérat
هرات‎ (Pachtou)
Hérat
Vue générale d'Hérat en 2009
Administration
Pays Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Province Hérât
District Hérat
Démographie
Population 463 300 hab. (est 2015[1])
Densité 2 546 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 34′ 01″ nord, 62° 19′ 59″ est
Superficie 18 200 ha = 182 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afghanistan

Voir la carte administrative d'Afghanistan
City locator 14.svg
Hérat

Géolocalisation sur la carte : Afghanistan

Voir la carte topographique d'Afghanistan
City locator 14.svg
Hérat

Hérat, Herat ou Hérât (persan : هرات, pachto : هرات‎) est une ville de l'Ouest de l'Afghanistan proche des frontières de l'Iran et du Turkménistan. Elle est le chef-lieu de la province d'Hérat et du district d'Hérat. La ville compte 436 300 habitants [2] et est la troisième ville d'Afghanistan derrière Kaboul et Kandahar.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est l'antique Alexandrie d'Arie fondée par Alexandre le Grand[3], une des villes-étapes de la Route de la soie et l'une des grandes cités du Khorassan historique, qui s'étendait sur les trois pays mentionnés ci-dessus.

Hérat, prise en 1383 par le Turco-mongol Tamerlan, est, avec Samarcande, l'un des phares de la Renaissance timouride, période artistique et culturelle brillante qui couvre tout le XVe siècle sous le gouvernement des Timourides, descendants de Tamerlan.

Elle est en particulier la capitale des princes Shah Rukh, père du prince-astronome Oulough Beg, de 1409 à 1447, et Husayn Bayqara, grand mécène, de 1469 à 1506. Celui-ci fit travailler le poète et mystique persan Djami, le poète et ministre turc Mir Alisher Navoï et le peintre Behzad, père de la miniature indo-persane.

Encore prospère au début du XIXe siècle, avec les vergers renommés du Bagh-i-Chah (jardin du roi), la ville et ses environs sont dévastés par les guerres qui opposent la Perse des Kadjars à l'Afghanistan. Sa population, évaluée à 80 000 habitants avant 1838, descend à 5 000 ou 6 000 après 1857[4]. Hérat est assiégée sans succès par les Perses en 1838[5]. Une nouvelle attaque perse est repoussée en 1857, lors de la guerre anglo-perse. La ville, cédée par la Perse au traité de Paris, passe sous le contrôle effectif de l'Afghanistan en 1863.

La ville change plusieurs fois de mains pendant la guerre d'Afghanistan (1989-1992). Elle est prise par les talibans en 1995 et reprise par l'Alliance du Nord en 2001.

Le 23 février 2018, les représentants des gouvernements de l'Afghanistan, du Turkménistan, du Pakistan et de l'Inde inaugurent à Hérat le chantier du gazoduc TAPI reliant les gisements turkmènes aux marchés pakistanais et indien[6].

La Bibliothèque nationale de France abrite quelques beaux manuscrits illustrés réalisés à Hérat.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à l'ouest du pays, proche de l'Iran, Hérat est la troisième plus grande ville d'Afghanistan avec 436 300 habitants selon une estimation de 2012[2]. Les principales langues parlées dans la ville sont le persan et, dans une moindre mesure, le pashto.

Hérat est située dans une zone fertile et produit du vin[réf. nécessaire].


Monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Hérat[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. State of Afghan Cities 2015 : CSO et hypothèse haute selon recensement des habitations
  2. a et b (en) [1], "Afghanistan Statistical Yearbook 2012/13", Central Statistics Office.
  3. « L'empire et les expéditions d'Alexandre le Grand », sur World Digital Library, (consulté le 26 juillet 2013)
  4. Victor Langlois, Hérat, Dost-Mohammed et les influences politiques de la Russie et de l'Angleterre dans l'Asie centrale, Paris, 1864, p.5-7.
  5. Peter Hopkirk (trad. de l'anglais par Gerald de Hemptinne, préf. Olivier Weber), Le Grand Jeu : Officiers et espions en Asie Centrale [« The great game: On secret service in high Asia »], Bruxelles, Nevicata, (réimpr. 2013), 3e éd. (1re éd. 2011), 569 p. (ISBN 978-2-87523-096-6), chap. 14, p. 201.
  6. Romandie, "Le TAPI, grand projet de gazoduc régional enfin lancé en Afghanistan", 23 février 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Hérat ou l'art meurtri, Les Nouvelles d'Afghanistan no 41-42, Afrane, 1989

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]