AGM-114 Hellfire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

AGM-114 Hellfire
AGM-114 Hellfire
Coupe de la version Longbow lors d'une exposition en 2006.
Présentation
Type de missile Missile antichar
Constructeur Drapeau des États-Unis Lockheed Martin
Coût à l'unité US$117,000 en 2017
Déploiement 1985
Caractéristiques
Moteurs fusée M120E3
Masse au lancement 45 kg
Longueur 1,63 m
Diamètre 0,178 m
Envergure 0,33 m
Vitesse 1 530 km/h/ Mach 1,3
Portée de 500 m à 8 km
Charge utile kg de charge creuse
Guidage Laser semi-actif, radar.
Détonation Impact

L'AGM-114 Hellfire (hellfire signifie en français « feu de l'enfer ») est un missile antichar à guidage laser semi-actif, ou à guidage radar (de type tire et oublie) en fonction des versions. Il est fabriqué par l'entreprise de défense américaine Lockheed Martin. Il est principalement utilisé sur les hélicoptères, notamment sur l'AH-64 Apache, mais également sur des drones tels que les MQ-1 Predator et MQ-9 Reaper et, depuis 2017, à bord de navires de guerre. Très polyvalent, il peut être employé contre tout type de véhicule, mais aussi contre des bâtiments. Sa portée relativement longue permet au lanceur de rester à l'abri, voire invisible.

Développement[modifier | modifier le code]

Les premières versions (A, B et C) ont été construites à partir de 1982 et jusqu'en 1989. Une version intérimaire (la F) fut produite ensuite jusqu'à l'arrivée des versions Hellfire II depuis 1993.

Dans les années 2000, plus de 20 000 exemplaires ont été livrées à 17 États, la France en recevant dans les années 2010 pour ses hélicoptères de combat Tigre.

Un programme est en cours pour le remplacer ainsi que d'autres missiles air-sol, il s'agit du AGM-179 JAGM (en) dont une partie est basé sur le AGM-114R qui a atteint sa capacité opérationnelle initial en 2022[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Vidéo prise d'un hélicoptère Apache montrant l'Hellfire qui abat deux cibles humaines sur une route en Afghanistan.

Le Hellfire II a une portée de 8 km et une précision d'environ 1 m, sa vitesse est de Mach 1,3, en 12 secondes il parcourt 3,75 km et en 37 secondes les 8 km. Il peut adopter plusieurs configurations de vol, volant à une altitude de 183 m pour une cible à 6 km ou 274 ou 488 m pour une cible à 8 km. Il peut emporter trois types de charge militaire, une High Explosive Anti-Tank anti-blindé, à fragmentation ou thermobarique (dénommée Metal Augmented Charge)[2].

Version AGM-114A Hellfire de base[modifier | modifier le code]

  • cibles : chars, véhicules blindés.
  • portée : 8 000 m
  • Guidage : laser semi-actif.
  • charge : 8 kg charge HEAT.
  • longueur : 163 cm
  • poids : 45 kg

Autres versions militaires[modifier | modifier le code]

AGM-114B/C Hellfire de base
  • M120E1 propulseur réduisant les gaz d’échappements visible.
  • AGM-114B a une électronique de type SAD (Safe/Arming Device) pour une utilisation sécurisée depuis un navire.
  • Coût unitaire: 25 000 dollars
AGM-114F Hellfire intérimaire
  • Cibles : chars, véhicules blindés.
  • Portée : 7 000 m
  • Guidage : laser semi-actif.
  • Charge : 9 kg charge en tandem HEAT.
  • Longueur : 180 cm
  • Poids : 48,5 kg
AGM-114K Hellfire II
  • Cibles : tous types de blindés.
  • portée : 8 000 m
  • Guidage : laser semi-actif avec insensibilisation électro-optique face aux contre-mesures. Amélioration de l’auto-pilote numérique permettant la ré-acquisition de cible après une perte du signal laser. Nouvelle électronique SAD
  • Charge : 9 kg charge en tandem HEAT
  • Longueur : 163 cm
  • Poids : 45,4 kg
  • Coût unitaire : 65 000 $
  • Essentiellement la version AGM-114J avec électronique SAD.
AGM-114L Longbow Hellfire
  • Cibles : tous types de blindés
  • Portée : 8 000 m
  • Guidage : de type « tir et oubli », guidage radar à onde courte, couplée à un guidage inertiel. Capacité de guidage même par temps difficile et malgré la présence d’éléments obstruant sur le champ de bataille.
  • Charge : 9 kg, charge creuse en tandem HEAT.
  • Longueur : 176 cm
  • Poids : 49 kg
AGM-114M Hellfire II
Vue en coupe d'une version Hellfire II.
  • Cibles : bunkers, véhicules légers, cibles non blindées, souterrains peu profond.
  • Portée : 8 000 m
  • Guidage : laser semi-actif.
  • Charge : à fragmentation et incendiaire.
  • Longueur : 163 cm
  • Poids : 48,2 kg
AGM-114N Hellfire II
  • Cibles : baraquements, navires, cibles urbaines, DCA.
  • Portée : 8 000 m
  • Guidage : laser semi-actif.
  • Charge : Thermobarique.
  • Longueur : 163 cm
  • Poids : 48 kg
AGM-114P/P+ Hellfire II
  • Variante du AGM-114K optimisée pour l'utilisation depuis les drones volant à haute altitude.
AGM-114R Hellfire II
  • Cibles : bunkers, véhicules légers, cibles urbaines non blindées et caves.
  • Portée : 8 000 m
  • Guidage : laser semi-actif.
  • Charge : à fragmentation améliorée, optimisation de la dispersion des fragments (Integrated Blast Frag Sleeve — IBFS)
  • Poids : 50 kg
  • Vitesse : Mach 1,3

Version R9X pour cibles humaines[modifier | modifier le code]

Le R9X est une version du missile destinée à atteindre une cible humaine en réduisant les dommages collatéraux. Le missile n'a pas de charge explosive et ne produit donc pas d'effet de souffle. La létalité de l'arme est assurée par l'énergie cinétique et par six grandes lames qui se déploient en étoile[3]. Des photos de la voiture supposément frappée par un R9X en Syrie en 2017 montrent un énorme trou dans le toit du véhicule, un intérieur déchiqueté mais l'avant, les portières et l'arrière de la voiture sont intacts[3], le parebrise et la lunette arrière sont abimés mais encore en place.

Cette arme, dont l'existence n'a jamais été officiellement confirmée ni par le Pentagone, ni par la CIA[4], est surnommée « Ninja Bomb », pour la précision avec laquelle elle tue sa cible à l'aide de lames, sans faire de dégâts collatéraux, à la manière des Ninjas[3], ou « Flying Ginsu » (en français le « Ginsu volant ») en référence à une publicité télévisée célèbre aux États-Unis dans les années 1980 pour les couteaux de cuisine de la marque Ginsu, capables de couper proprement même à travers des canettes en aluminium[4]. Développé sous la présidence Obama[4], le R9X est déployé en secret depuis 2017, son existence n'a été révélée qu'en 2019. Le Wall Street Journal qui a publié une enquête en 2019 sur l'emploi de ce missile, rapporte qu'il a été utilisé à plusieurs reprises en Libye, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Somalie[3]. Le Hellfire R9X aurait notamment été utilisé pour tuer Jamal Ahmad Mohammad Al Badawi (en), agent d'al Qaïda au Yémen, accusé d'avoir commandité l'attentat contre l'USS Cole, Qassam al-Urduni et de Bilal al-Sanaani, deux commandants de l'organisation djihadiste active en Syrie Tanzim Hurras ad-Din[3], tués dans leur voiture le à Idleb en Syrie, Abu Khayr al-Masri (en), un autre membre dirigeant d'al Qaïda[5],[6] ou encore le no 1 d'al Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, successeur d'Oussama ben Laden et tué le sur le balcon de sa maison à Sherpur, un quartier aisé de Kaboul[7],[8],[9]. Dans tous ces cas, le ou les missiles auraient été tirés depuis un drone.

Opérateurs militaires[modifier | modifier le code]

Vecteurs[modifier | modifier le code]

Hellfire sous un AH-1W Super Cobra des Marines en Irak en 2005.

Armes du même type[modifier | modifier le code]

Au combat[modifier | modifier le code]

Sa première utilisation au combat a lieu lors de l'invasion du Panama par les États-Unis, lors de laquelle 7 missiles sont tirés par des AH-64 Apache le . Durant l'Opération Tempête du désert, ce missile est la première et la dernière munition utilisée[15]. Entre 2 900 à 4 000 Hellfire sont tirés, dont on estime que 80 à 90 % ont atteint leur cible[16].

Il est utilisé ensuite, entre autres, lors de la guerre d'Afghanistan de 2001 a 2021. Lors des attaques aériennes américaines au Pakistan par la CIA (sur drone) ayant pour cible les Talibans, il fut reconnu comme une arme redoutable. Son impact est tel qu'en visant un bâtiment, il peut décimer les personnes y demeurant. En utilisation groupée de la même arme, une maison peut être démolie[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stefano D'Urso, « AGM-179 Joint Air-To-Ground Missile Cleared For Full-Rate Production », sur theaviationist.com, (consulté le ).
  2. (en) « Hellfire, the Teeth of the Tiger »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], Lockheed Martin, (consulté le )
  3. a b c d et e "Hellfire R9X « flying ginsu », le missile qui a tué Ayman al-Zawahiri" par Le HuffPost avec AFP, 2 août 2022
  4. a b et c "Mort d’Ayman Al-Zawahiri : qu’est-ce que le missile Hellfire R9X que les Américains sont susceptibles d’avoir utilisé ?" par Sandra Favier (avec AFP), Le Monde, 2 août 2022.
  5. (en-US) Gordon Lubold et Warren P. Strobel, « Secret U.S. Missile Aims to Kill Only Terrorists, Not Nearby Civilians », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) Sean Gallagher, « Drones used missiles with knife warhead to take out single terrorist targets », sur Ars Technica, (consulté le )
  7. Sandra Favier, « Mort d’Ayman Al-Zawahiri : qu’est-ce que le missile Hellfire R9X que les Américains sont susceptibles d’avoir utilisé ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Rédaction Ouest France avec AFP, « Mort du chef d’Al-Qaida. L’incroyable scénario de l’opération américaine menée par la CIA », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Pierre Alonso, « Qu’est-ce que le missile R9X, utilisé par l’armée américaine contre les chefs d’Al-Qaeda? », sur Libération (consulté le )
  10. "AGM-114 Hellfire and Longbow Hellfire," Jane's Weapon Systems, Vol. 1: Air-Launched, March 19, 2013.
  11. « Heavy U.S. Military Aid to Lebanon Arrives ahead of Elections », Naharnet Newsdesk,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en) « F100 Alvaro de Bazan Class Frigate - Naval Technology », sur Naval Technology (consulté le ).
  13. https://www.taiwannews.com.tw/en/news/4333940
  14. « Navy conducts successful missile test firing », sur Naval Sea Systems Command (consulté le ).
  15. « HELLFIRE », sur Redstone Arsenal, (consulté le ).
  16. (en) « Chapter III Missile & Rocket Systems Deployed To Southwest Asia », sur Redstone Arsenal (consulté le ).
  17. Frappe meurtrière de drone au Pakistan

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :