Dassault Mirage 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dassault Mirage 2000
{{#if:
Un Mirage 2000B de l'escadron de chasse 2/5 Île-de-France de l'Armée de l'air en 2010, équipé de missiles air-air Super 530[Note 1].
Un Mirage 2000B de l'escadron de chasse 2/5 Île-de-France de l'Armée de l'air en 2010, équipé de missiles air-air Super 530[Note 1].

Constructeur Drapeau : France Dassault aviation
Rôle Avion de chasse
Statut En service
Premier vol (2000 C)
Mise en service 1984 (2000 C), 1997 (2000-5)
Nombre construits 601
Équipage
1 pilote (+ 1 navigateur officier système d'armes sur biplace)
Motorisation
Moteur Snecma M53-P2
Nombre 1
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 65 kN (98 kN avec postcombustion)
Dimensions
Mirage 2000C 3-view.gif
Envergure 9,13 m
Longueur 14,60 m
Hauteur 5,20 m
Surface alaire 41 m2
Masses
À vide 7 800 kg
Carburant interne : 3 200 kg
externe : 6 200 kg
Avec armement 13 800 kg
Maximale 16 500 kg
Mirage 2 000-5 : 17 500 kg
Performances
Vitesse maximale 2 340 km/h (Mach 2,2 à 50 000 pieds
Mach 1,2 à basse altitude
)
Plafond 18 000 m
Vitesse ascensionnelle 18 000 m/min
Rayon d'action (avec réservoirs externes) 1 600 km
Charge alaire 337 kg/m2
Rapport poussée/poids (à vide) 1.288
Facteur de charge +9 G / -3,2 G
Armement
Interne 2 canons GIAT DEFA de 30 mm (sauf versions N, D et B)
Externe 6 300 kg de charges (7 000 kg pour le 2000-9), incluant des missiles air-air R550 Magic II (toutes versions), Super 530D (2000 C), MICA (IR ou EM) (2000-5F) ; des bombes freinées ou guidées par laser et des missiles air-sol Apache ou de croisière SCALP EG (2000 D) et le missile nucléaire ASMP-A (2000 N)
Avionique
Commandes de vol électriques, centrale de navigation à inertie, radar RDY avec capacité « Look Down/Shoot Down », pilote automatique et contre-mesures électroniques intégrées

Le Mirage 2000 est un avion de chasse conçu par la société française Dassault Aviation à la fin des années 1970. Bien que la formule à aile delta fasse penser au Mirage III des années 1960 et que le Mirage 2000 soit de taille comparable, il s'agit en fait d'un avion entièrement nouveau, avec une surface alaire plus importante, naturellement instable pour améliorer sa manœuvrabilité et équipé de commandes de vol électriques. Mis en service en 1984, le Mirage 2000 est principalement utilisé par l'Armée de l'air française qui en a reçu 315 exemplaires, tandis que 286 autres ont été exportés vers 8 pays différents.

Conception[modifier | modifier le code]

En 1972, l'Armée de l'air française lance le programme ACF (Avion de Combat Futur) pour lequel elle demande un avion bi-réacteur doté de Snecma M53 et avec une aile fixe, destiné à des missions de supériorité aérienne. Tout en préparant une réponse à cet appel d'offres, le constructeur Dassault Aviation lance dès l'année suivante, sur fonds privés, l'étude d'un avion monoréacteur à aile delta baptisé « Delta 2000 ». Le , le programme ACF est arrêté, pour des questions de coûts, et le gouvernement décide d'adopter à la place le projet du Delta 2000.

Cockpit du Mirage 2000.

Quatre prototypes d'un avion de chasse monoplace (Mirage 2000C) sont commandés officiellement en 1976. Ils doivent être propulsés par un réacteur M53-2 de 7 500 kgp, en attendant le M53-5 plus puissant (9 000 kgp) destiné aux avions de série. Le premier prototype fait son vol inaugural le . Le premier avion de série s'envole à son tour le , équipé du réacteur M53-5, et les livraisons à l'Armée de l'air française commencent l'année suivante. Les 37 premiers avions de série sont livrés avec un radar RDM (Radar Doppler Multifonction), car la mise au point du radar RDI (Radar Doppler à Impulsions) s'avère difficile. Il faudra finalement attendre 1987 pour que soient livrés les premiers exemplaires enfin équipés du radar RDI, et qui reçoivent également un réacteur M53-P2 encore plus puissant (9 700 kgp).

Le prototype de la version biplace d'entraînement (Mirage 2000B), entièrement financé par des fonds propres de Dassault Aviation, fait son premier vol le . Dès 1979, l'Armée de l'air française avait commandé une version biplace destinée à l'assaut nucléaire, et capable pour cela d'emporter le missile ASMP-A alors en développement. Désignée Mirage 2000N, elle dispose d'une structure renforcée pour voler à basse altitude et grande vitesse, ainsi que d'un système de navigation et d'attaque basé sur le radar Antilope V, doté d'un mode suivi de terrain qui permet la détection du terrain dans le plan vertical à 12 km et le vol en mode automatique ou manuel à 200 pieds (60 m) d'altitude et 600 nœuds (1 110 km/h). Les canons ont été supprimés et les cônes d'entrée d'air sont désormais fixes, limitant la vitesse à Mach 1,5. Le siège arrière est occupé par un Navigateur Officier Systèmes d'Armes (NOSA, équivalent du Warfare Systems Officer des pays anglophones). Le premier prototype du 2000N fait son vol inaugural le et la version est mise en service en 1988. Les 31 premiers exemplaires ne peuvent emporter que le missile ASMP, mais les avions suivants (standard 2000N-K2) sont capables de missions conventionnelles, avec un large éventail de bombes classiques, guidées par laser, anti-pistes, ou bien de missiles anti-radars, anti-navires, etc.

L'expérience opérationnelle fait apparaître le besoin d'une plus grande capacité en carburant et d'une plus grande capacité en mode air-air. À la suite d'un nouvel appel d'offres de la DGA, 37 Mirage 2000 C sont transformés en Mirage 2000-5 Mk.2. Cette ultime version intègre de nouvelles technologies et des fonctionnalités souvent dérivées de celles du Rafale, principalement le radar RDY multifonction capable de détecter 24 cibles simultanément et de suivre 8 cibles dont 4 en mode prioritaire, avec une capacité de détection en mode air-air portée à 130 km contre 120 km pour le RDI (110 km pour le RDM), l'ajout de quatre points d'emport MICA qui permettent de tirer jusqu'à six missiles en mode « tire et oublie », sans avoir recours à la liaison de données, et la possibilité de configuration mixte air-air/air-surface. Le Mirage 2000-5 Mk.2 est optimisé pour les opérations d'interception à haute altitude et à des vitesses supersoniques (Mach 2,2 à 15 000 mètres), avec son moteur SNECMA M53-P2, sa masse maximum au décollage est portée de 16,5 t à 17,5 t. Le Mirage 2000-5 Mk.2 possède un système interne et intégré de contre-mesures électroniques, comprenant un détecteur de menaces avec des lance-leurres électromagnétiques ou infrarouges.

Ce rétrofit a aussi permis de récupérer les 37 radars RDI remplacés par le RDY et de remettre à niveau les 37 Mirage 2000C qui avaient été livrés avec le radar RDM.

Une version légèrement différente, dite Mirage 2000-9 (absence de perche de ravitaillement, etc.), a été dérivée du Mirage 2000-5 Mk.2 et commandée par la Grèce et les Émirats arabes unis.

Engagements[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Les engagements des Mirage 2000 pour la France sont les suivants :

Drapeau de la Grèce Grèce[modifier | modifier le code]

  • Le , un Mirage 2000 grec abat un F-16 turc au-dessus de la mer Égée[4]. Suite à une violation de l'espace aérien grec, les Mirage 2000 envoyés pour intercepter les intrus sont engagés en combat tournoyant par des F-16 turcs. L'un des Mirages tire alors un missile Magic II, atteignant un F-16D (biplace) qui s'écrase en mer. Un des pilotes du F-16 est mort, l'autre a pu s'éjecter et a été secouru par un hélicoptère grec.

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

  • Conflit de Kargil (1999) : D'abord utilisés pour des missions de supériorité aérienne, les Mirage 2000 indiens sont ensuite modifiés localement afin de pouvoir effectuer des missions d'attaque au sol (qu'ils sont les seuls à pouvoir mener à ces altitudes)[5]. Au total, ces avions effectuent plus de 500 missions et larguent plus de 55 tonnes de bombes pendant ce conflit.

Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

Drapeau du Qatar Qatar[modifier | modifier le code]

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

La production de Mirage 2000 a été arrêtée en 2007 : 7 prototypes, 4 appareils de présérie et 601 de série — soit 612 machines au total — sont sortis des usines Dassault Aviation. Les derniers ont été livrés à la Grèce le .

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Un KC-135 Stratotanker de l'US Air Force ravitaille en vol un Mirage 2000 de l'Armée de l'air française au-dessus de l'Afghanistan, le 21 juillet 2007.
Un Mirage 2000 monoplace de l'Armée de l'air française.

314 exemplaires :

  • 124 Mirage 2000 C (nos 1 à 124) perçus entre décembre 1982 et juillet 1995[7], parmi lesquels 37 portés au standard 2000-5F (nos 38 à 49, 51 à 59, 61 à 63, 65 à 74 et 76 à 78) entre et  ;
  • 30 Mirage 2000 B (nos 501 à 530) entre novembre 1983 et décembre 1994 ;
  • 75 Mirage 2000 N (nos 301 à 375) entre mars 1986 et mai 1993 ;
  • 86 Mirage 2000 D (nos 601 à 686) entre mars 1993 et février 2002 (73 en ligne le 31 décembre 2013[8]).

Drapeau du Brésil Brésil[modifier | modifier le code]

12 exemplaires :

  • 10 Mirage 2000 C (nos 13, 15, 21, 22, 25, 29, 32, 34, 35 et 36) et 2 Mirage 2000 B (nos 502 et 513) achetés d'occasion à la France, qui ont été livrés en 3 lots de 4 exemplaires en 2006, 2007 et 2008. Désignés localement F-2000, ces avions sont au standard RDI-S4 et motorisés en M53-5. Ils ont été retirés du service fin 2013[9].

Drapeau de l'Égypte Égypte[modifier | modifier le code]

20 exemplaires :

  • 16 Mirage 2000 EM (nos 101 à 116) ;
  • 4 Mirage 2000 BM (nos 201 à 204).

Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

68 exemplaires :

  • 22 Mirage 2000 EAD (nos 731 à 752) ;
  • 8 Mirage 2000 RAD (nos 711 à 718) ;
  • 6 Mirage 2000 DAD (nos 701 à 706) ;
  • 30 Mirage 2000 EAD/RAD/DAD sur les 36 précédents ont été portés au standard « -9 », tous les monoplaces devenant RAD ;
  • 20 Mirage 2000-9 RAD monoplaces (nos 719 à 730 et 753 à 760) ;
  • 12 Mirage 2000-9 DAD biplaces (nos 707 à 710 et 761 à 768) ;

En 2009, 62 Mirage 2000-9 ont été livrés. Il avait été envisagé qu'ils puissent être repris par la France et revendus sur le marché international de l'occasion, en échange de l'achat de 60 Rafale sur la période 2012-2014[10].

Drapeau de la Grèce Grèce[modifier | modifier le code]

Un Mirage 2000 EG grec au décollage.

55 exemplaires :

  • 36 Mirage 2000 EG (nos 210 à 245) : 10 d'entre eux ont été portés au standard « -5 Mk.2 » ;
  • 4 Mirage 2000 BG (nos 201 à 204) ;
  • 10 Mirage 2000-5 EG monoplaces (nos 546 à 555) ;
  • 5 Mirage 2000-5 BG biplaces (nos 505 à 509).

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

Un Mirage 2000 indien et un F-15 de l'US Air Force sur la base aérienne de Gwalior, durant l'exercice Cope India 04, en 2004.
Mirage 2000-5 taïwanais.

59 exemplaires :

  • 46 Mirage 2000 H (nos KF101 à KF146) ;
  • 13 Mirage 2000 TH (nos KT201 à KT213).

Un contrat de modernisation des 49 Mirage 2000 H/TH indiens restants a été signé en juillet 2011 pour les porter au standard I/TI. Il consiste en une mise à jour complète de l'électronique embarquée (intégration de cinq systèmes de visualisation, nouvelle liaison de données, radar RDY-3, système de navigation TOTEM, suite de guerre électronique ICMS Mk4, nouveau système IFF) et des systèmes d'armes (capacité de tir MICA notamment), destinée à prolonger la vie opérationnelle des appareils d'une vingtaine d'années. Deux appreils sont modifiés en France, au Centre d’Essais en Vol de Dassault Aviation, à Istres. Le premier appareil modernisé en France a effectué son premier vol le 5 octobre 2013 et a été receptionné par les forces aériennes indiennes le 25 mars 2015[11],[12]. Les autres appareils sont pris en charge localement par Hindustan Aeronautics Ltd (HAL). Ce contrat est divisé en plusieurs lots, dont environ 1,4 milliard d'euros pour rénover les cellules (1 milliard d'euros pour Thales et 400 millions pour Dassault Aviation), 900 millions d'euros pour 500 missiles MICA (MBDA) et des kits de lancement (Thales et l'Indien HAL)[13].

Drapeau du Pérou Pérou[modifier | modifier le code]

12 exemplaires :

  • 10 Mirage 2000 P (nos 050 à 054 et 060 à 064) ;
  • 2 Mirage 2000 DP (nos 193 et 195).

Drapeau du Qatar Qatar[modifier | modifier le code]

12 exemplaires :

  • 9 Mirage 2000-5 EDA (nos QA90 à QA98) ;
  • 3 Mirage 2000-5 DDA (nos QA86 à QA88).

Le Qatar est actuellement[Quand ?] en pourparlers avec l'Inde pour lui revendre ses appareils[réf. nécessaire].

Drapeau de la République de Chine Taïwan[modifier | modifier le code]

60 exemplaires :

  • 48 Mirage 2000-5 EI (nos 2001 à 2048) ;
  • 12 Mirage 2000-5 DI (nos 2051 à 2062).

Versions[modifier | modifier le code]

Mirage 2000 B/C/D/N/5 Armée de l'air.

À l'origine développé pour être un avion d'interception et de supériorité aérienne, le Mirage 2000 a été ensuite commercialisé en différentes versions :

Mirage 2000B[modifier | modifier le code]

Version biplace d'entraînement. Appareils stationnés sur la base aérienne d'Orange-Caritat :

  • Mirage 2000B S3, nos 501 à 514 : 14 biplaces équipés de radars RDM, de moteurs M53-5 et armés de missiles air-air R550 Magic II, de missiles air-air Super 530F ;
  • Mirage 2000B S4, nos 515 à 520 : 6 biplaces équipés de radars RDI J1-1 et de moteurs M53-5 ;
  • Mirage 2000B S4-2, nos 521 à 522 : 2 biplaces équipés de radars RDI J2-4 et de moteurs M53-5 (no 521) et M53-P2 (no 522) ;
  • Mirage 2000B S5, nos 523 à 530 : 8 biplaces équipés de radars RDI J3-13 et de moteurs M53-P2.

Mirage 2000C[modifier | modifier le code]

Version utilisée pour la défense aérienne. Appareils stationnés sur la base aérienne d'Orange-Caritat :

  • Mirage 2000C (RDM) : version intérimaire équipée du radar RDM (le radar RDI prévu n'était pas encore disponible) et du moteur M53-5 ;
    • Mirage 2000C S1, nos 1 à 15 : équipés de radar RDM et armés de missiles air-air R550 Magic II et de 2 canons DEFA de 30 mm ;
    • Mirage 2000C S2, nos 16 à 19 : équipés de radars RDM à capacité « look down » (détection vers le bas) améliorée ;
    • Mirage 2000C S3, nos 20 à 37 : capables de tirer également des missiles air-air Super 530F ;
  • Mirage 2000C (RDI) : version « définitive » équipée du radar RDI et du moteur M53-P2 ;
    • Mirage 2000C S4 : nos 38 à 48, équipés de radars RDI J1-1 et capables de tirer des missiles air-air Super 530D ;
    • Mirage 2000C S4-1 : nos 49 à 63, radars RDI J1-2 ;
    • Mirage 2000C S4-2 : nos 64 à 74, radars RDI J2-4 ;
    • Mirage 2000C S4-2A : passage au standard des Mirage 2000C S4, S4-1 et S4-2 avec un radar RDI J2-5 ;
    • Mirage 2000C S5 : nos 75 à 124, radars RDI J3-13 ;
    • Mirage 2000C S5-2C : Mirage 2000C S-5 mis à jour avec de nouveaux équipements ECCM (en) (contre contre-mesures électroniques).

Mirage 2000-5[modifier | modifier le code]

Version d'abord uniquement destinée à l'exportation, l'Armée de l'air prend ensuite la décision de porter un certain nombre de ses Mirage 2000C à la norme 2000-5, et rentre ainsi dans le « club des Fox 3 » (Voir article sur Missile air-air : Fonctionnement du mode « Fox 3 » : exemple avec le Mirage 2000-5 équipé du radar RDY). Il dispose d'une avionique profondément rénovée, avec notamment un radar RDY (Radar Doppler Y), d'un viseur tête haute Thomson-CFS VEH-320, de commandes Hotas (en anglais : hands on throttle and stick : « mains sur manette et manche ») et de contre-mesures intégrées ICMS Mk.II. Les Super 530D sont remplacés par 4 MICA EM (missile d'interception et de combat aérien), plus petits et plus modernes, adaptés à l'utilisation en défense aérienne (actuellement la version la plus moderne du Mirage 2000).

  • Mirage 2000-5F : version du Mirage 2000-5 destinée à la France ; ces appareils sont stationnés sur la base aérienne de Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur :
    • Mirage 2000-5F SF1 : 37 Mirage 2000C S4-2A et S-5 mis au standard « -5 » (Les RDI J2-5 ainsi libérés remplacent les RDM) ;
    • Mirage 2000-5F SF1-C : Mirage 2000-5F SF1 équipés de nouvelles fonctionnalités RDY ;
    • Mirage 2000-5F SF1-IR : Mirage 2000-5F SF1C avec la double capacité MICA-EM et MICA-IR ;
    • Mirage 2000-5F Vi : en cours de développement chez Dassault Aviation pour l'intégration de la Liaison 16, permettant la transmission de données sécurisées sur le théâtre de guerre entre appareils de l'OTAN ;
  • Mirage 2000-5 Mk2 : version polyvalente, dont le RDY dispose de deux nouveaux modes anti-navires permettant le tir de missiles AM39 Exocet, et d'un nouveau système de contre-mesures ICMS Mk.III. Cette version est basée sur un nouveau cœur système : l'EMTI développé par Thales et de nouvelles visualisations.

Mirage 2000-9[modifier | modifier le code]

Version totalement polyvalente avec radar RDY-2 (15 % de portée supplémentaire comparé au RDY), EMTI (Ensemble Modulaire de Traitement de l'Information), pod de désignation laser, vendue aux Émirats arabes unis. Cette version est capable de missions air-air avec des capacités proches des 2000-5, air-sol avec des missiles Black Shaheen (version export du SCALP) et air-surface avec missiles Exocet, le tout avec ravitaillement en vol.

Mirage 2000N[modifier | modifier le code]

Mirage 2000D
{{#if:
Mirage 2000D de l'escadron de chasse 2/3 Champagne de Nancy-Ochey emportant 2 bombes guidées laser GBU-12 au-dessus de l'Afrique, le 29 janvier 2013, durant l'opération Serval.
Mirage 2000D de l'escadron de chasse 2/3 Champagne de Nancy-Ochey emportant 2 bombes guidées laser GBU-12 au-dessus de l'Afrique, le 29 janvier 2013, durant l'opération Serval.

Rôle Chasseur-bombardier
Premier vol
Mise en service 1993
Équipage
1 pilote + 1 navigateur officier système d'armes
Dimensions
Envergure 9,13 m
Longueur 14,36 m
Hauteur 5,30 m
Masses
Maximale 16 500 kg
Performances
Vitesse maximale 1 836 km/h (Mach 1,5)
Plafond 15 000 m

Version spécialisée dans la frappe nucléaire en service depuis 1988, emportant le missile ASMP-A. La défense primordiale de l'appareil est assurée par le brouilleur électronique Caméléon, des leurres électromagnétiques et infrarouges Spirale, ainsi que d'un détecteur d'alerte radar Serval. Appareils stationnés à l'origine sur la base aérienne Luxeuil-Saint-Saveur, jusqu'en 2010, et sur la base aérienne d'Istres-Le Tubé :

  • Mirage 2000N K1 : version initiale, armée uniquement du missile ASMP (31 avions, par la suite portés au standard K2) ;
  • Mirage 2000N K2 : version capable également d'assaut conventionnel tout temps (44 avions) ;
  • Mirage 2000N K2+ : version intermédiaire modifiée en vue de l'utilisation du missile ASMP retiré du service en 2011 ;
  • Mirage 2000N K3 : version armée du missile ASMP-A; la seule en service à ce jour (30 avions ont été portés à ce standard dont 23 restent encore en service en 2015).

Mirage 2000D[modifier | modifier le code]

Version biplace air-sol d'assaut conventionnel tout temps spécifique à la France. Cette version est dérivée du Mirage 2000N et destinée à l'assaut conventionnel. Elle est demandée à la fin des années 1980, suite aux retards du programme du Dassault Rafale, et initialement désignée Mirage 2000N' (à lire : Mirage 2000N prime). Appareils stationnés sur la base aérienne de Nancy-Ochey (escadrons EC 01.003 « Navarre », EC 02.003 « Champagne » et EC 03.003 « Ardennes », ETD 02.007 « Argonne »). 78 exemplaires en service au , 73 au  :

  • Mirage 2000D VI : dernière version du Mirage 2000D en cours de développement (2009) chez Dassault Aviation pour intégrer la liaison 16, comme pour le M2000-5F.

Ce chasseur-bombardier est doté de capacités de pénétration tout temps et d'une grande précision de navigation, qui en font le fer de lance des avions d'attaque au sol. Il est capable de mettre en œuvre toute la panoplie des armements air-sol en service dans l'Armée de l'air, de la bombe classique au missile de croisière en passant par tout l'éventail des armements à guidage laser, grâce à sa nacelle de désignation (PDLCTS). Depuis 1999, il participe à la plupart des engagements français sur les théâtres d'opérations, dont les opérations de sécurisation de l'Afghanistan au profit des forces déployées sur le terrain. Il est capable d'emporter et d'utiliser par tous les temps tous les types d'armements conventionnels en service dans l'Armée de l'air française : Mk 82, GBU-12, GBU-16, GBU-22, GBU-49 et GBU-24A/B, ainsi que les nouveaux missiles SCALP-EG et Apache. L'armée de l'air a récemment demandé à ce que l'on conçoive des roquettes à guidage laser pour ce chasseur. La nouvelle configuration de l'armement de ce chasseur pourrait être deux missiles Mica, 6 GBU-12 ou AASM, ainsi qu'une vingtaine de roquettes.

Depuis , il est équipé de la Liaison 16. Tout comme le Mirage 2000N, il est équipé d'un radar Antilope V auquel s'ajoute un système d'autoprotection perfectionné. Le prototype du 2000D fait son premier vol le et la version est mise en service en 1993. Suite au retrait des Mirage F1 de l'Armée de l'air, le Mirage 2000D a été choisi pour embarquer la nacelle de reconnaissance tactique ASTAC (Analyseur de Signaux TACtiques) développée par Thalès[14]. Le Mirage 2000D no 646, immatriculé 118-MQ et appartenant à l'Escadron de chasse et d'expérimentation 5/330 Côte d'Argent, est utilisé pour des essais en vol sur la base aérienne 120 de Cazaux.

Mirage 2000E[modifier | modifier le code]

Appareils réservés à l'exportation, avec possibilités de modifications de l'avionique suivant les clients, mais toujours autour du radar RDM.

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les autres caractéristiques sont les suivantes :

  • capacité en carburant de la version monoplace : 3 160 kg en interne, 4 150 kg avec le réservoir ventral de 1 300 L, 6 320 kg avec les réservoirs sous voilure de 2 000 L et 7 310 kg avec les trois réservoirs. Soustraire 60 kg à chacune des configurations pour la version biplace ;
  • temps sur zone à 150 NM de la base à 25 000 ft : h 40 min ;
  • rayon d'action à Mach 0,8 et à une altitude de 15 000 ft avec trois réservoirs supplémentaires largués avant le combat : 830 nautiques avec 6 missiles air-air MICA ;
  • possibilité de ravitaillement en vol à l'aide d'une perche démontable ;
  • depuis fin 1999, plusieurs Mirage 2000 français ont vu leur radar équipé du mode Non-Cooperative Target Recognition[15] ;
  • disponibilité démontrée au combat pendant la guerre du Kosovo : 100 %[réf. nécessaire].

Conception et positionnement par rapport à d'autres appareils[modifier | modifier le code]

Les concurrents principaux du Mirage 2000 sur les marchés export ont été, entre autres, les F16C et F-18C américains et les MiG-29 et Su-27 russes.

Comparatif technique avec les autres avions de chasse[modifier | modifier le code]

Accidents[modifier | modifier le code]

Armée de l'air française[modifier | modifier le code]

Les accidents suivants ont été enregistrés dans l’Armée de l'air française :

Mirage 2000D no 612 accidenté le 24 mai 2011 en Afghanistan, récupéré par un M88 de l'USMC lors d'une opération franco-américano-italienne.

Autres pays[modifier | modifier le code]

Un Mirage 2000 biplace de l'Armée de l'air indienne.

Les accidents suivants ont été enregistrés dans d’autres armées de l'air :

  • en , Taïwan a temporairement interdit de vol ses Mirage 2000, suite à un troisième accident sur ce type d'appareil ; en l'occurrence, il s'agissait d'un biplace qui s'est abîmé en mer, tuant ses deux membres d'équipage ; les deux accidents précédents avaient eu lieu en octobre et novembre 1999, causant la mort d'au moins un autre pilote[46] ;
  • de 1990 à 2007, la Grèce a perdu une quinzaine de ses Mirage 2000 lors de différents accidents ; on signalera en particulier la collision de deux avions lors d'un combat simulé le 1er septembre 2004 (un Mirage perdu, l'autre endommagé mais ayant pu se poser)[47] ;
  • le , un Mirage 2000 indien s'écrase lors d'une démonstration de voltige, pendant le défilé annuel de l'Armée de l'air indienne ; le pilote est mort[48] ;
  • le , un Mirage 2000 indien s' écrase lors d'un vol d'entraînement de nuit ; le pilote meurt dans l'accident, qui est alors le quatrième impliquant un Mirage 2000 à survenir dans ce pays[49] ;
  • le , un Mirage 2000 biplace indien s'écrase peu après le décollage, suite à un problème moteur ; les deux pilotes s'éjectent et sont sains et saufs[50] ;
  • le , 11 jours après le précédent, nouveau crash d'un Mirage 2000 biplace indien ; les deux pilotes s'éjectent[51] ; suite à ce nouvel accident, les Mirage 2000 indiens sont temporairement interdits de vol pour vérifications, et ne reprennent leurs vols qu'à la fin du mois d'avril 2012[52].

Marquages et unités françaises[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Mirage 2000 est mis en scène dans les jeux vidéo et autres simulateurs suivants :

Il est aussi l'un des éléments principaux du film français « Les chevaliers du ciel », réalisé par Gérard Pirès et sorti en 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Retiré du service fin septembre 2010, il s'agit du dernier des Mirage 2000 produits de 1980 à 1985 à avoir été dotés du turboréacteur M53-5 de 9 000 kgp de poussée avec postcombustion. Il ne reste plus, à cette date, que des Mirage 2000 équipés avec le M53-P de 9 700 kgp.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Armée de l'air fait la police en mer Baltique », Avions légendaires,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  2. « Libye : point de situation opération Harmattan n°1 », Ministère de la Défense,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  3. Helen Chachaty, « Jean-Yves Le Drian confirme l'envoi de Mirage 2000 en Jordanie », sur journal-aviation.com, Le journal de l'Aviation,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  4. (en) « F-16 Aircraft Database - Airframe Details for F-16 #91-0023 », F-16.net (consulté le 25 janvier 2015).
  5. (en) Philip Camp, « The Mirage-2000 at Kargil », Bharatiya Vayu Sena (consulté le 25 janvier 2015).
  6. « Libye : les Rafale tirent des missiles de croisière Scalp », sur meretmarine.com, Mer et Marine,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  7. Serge Grouard, Tome VI : Défense Préparation et emploi des forces : Air,‎ , 73 p. (lire en ligne [PDF]), p. 29.
  8. François Cornut-Gentille, « Question N°47342 », Assemblée nationale française,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  9. « Le Brésil va retirer ses Mirage 2000 ! », sur Avia News,‎ (consulté le 13 août 2013).
  10. Jean-Dominique Merchet, « 2009 devrait être l'année du Rafale », Secret Défense,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  11. Emmanuel Huberdeau, « Livraison des deux premiers Mirage 2000 indiens modernisés », sur Air & Cosmos,‎
  12. « Livraison des deux premiers Mirage 2000 I/TI à l’Inde », sur Aerobuzz,‎
  13. (en) Rajat Pandit, « India, France to finalise upgrade of Mirage jets in Rs 10,000 cr project », Times of India,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  14. « L'intégration de la nacelle ASTAC sur les Mirage 2000D passe aux mains des experts du CEAM », sur Defens'Aero,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  15. « Projet de loi de finances pour 2000, Tome VII, Défense-Air », Commission des affaires étrangères du Sénat français,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  16. « Hélicoptère contre Mirage dans le Puy de Dôme : Dix morts », L'humanité,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  17. « Crash d'un avion de la base aérienne 115 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  18. « Crash d'un Mirage, le pilote et le navigateur tués », Le Nouvel Obs',‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  19. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-A-2003-018-I (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  20. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-A-2004-001-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  21. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-A-2004-014-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  22. « Un Mirage 2000 percute un ULM : Un cas inédit », Le Nouvel Obs',‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  23. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-A-2004-020-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  24. « Un Mirage 2000 s'écrase près de Colmar », Le Nouvel Obs',‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  25. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-air-A-2006-004-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  26. « Crash d'un Mirage 2000 dans la Meuse 27/02/2006 », sur union-riverains-ba115.org (consulté le 25 janvier 2015).
  27. « Un mirage 2000D de l'Armée de l'air s'abîme en mer », Préfecture maritime de la Méditerranée,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  28. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-air-A-2006-012-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  29. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-air-A-2007-007-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  30. « Accident d'un Mirage 2000 en Corse », Préfecture maritime de la Méditerranée,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  31. Rapport d'enquête du BEA : Accident survenu le 23 août 2004 à Aubusson-d'Auvergne (63), Bureau d'Enquêtes et d'Analyses,‎ , 81 p. (lire en ligne [PDF]).
  32. « Rapport public d'enquête technique : BEAD-air-A-2008-001-A (lien de téléchargement) » [PDF], sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  33. « Crash d'un Mirage 2000 près de Cordouan, l'impensable s'est produit », Une pointe pour tous,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  34. « Accident d'un Mirage 2000 N », Ministère de la Défense,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  35. « Un Mirage s'écrase près de Mont-de-Marsan », Le Parisien,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  36. « Disparition d'un Mirage 2000N en mission d'entraînement », sur defense.gouv.fr, Ministère français de la Défense,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  37. « Un Mirage français s'écrase en Afghanistan », sur lci.tf1.fr, LCI,‎ (consulté le 24 mai 2011).
  38. Laurent Lagneau, « Collision en vol entre un Mirage 2 000 français et un avion militaire lituanien », Zone Militaire (Opex360),‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  39. Nicolas Gros-Verheyde, « Mirage 2 000 français contre Albatros L-39 lituanien : gagnant le Mirage », Bruxelles2,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  40. Jean-Marc Tanguy, « Un Mirage 2000D perdu à Tabouk », sur Le Mamouth,‎ (consulté le 15 janvier 2012).
  41. Jean-François Parietti, « Un avion de chasse s'écrase en Haute-Saône », Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  42. « Un Mirage 2000-5 s'écrase en Haute-Saône », Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  43. « Meurthe-et-Moselle : Un Mirage 2000 s'écrase, le pilote indemne », 20 minutes,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  44. « Mali : un avion Mirage 2000D s'abîme en vol », Ministère de la Défense,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  45. « Crash d'un Mirage dans le Vaucluse, pas de mort », Le Figaro,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  46. (en) « Taiwan Province Grounds Mirage Jets for Inspection after Third Crash », People's Daily Online,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  47. (en) « Chronological listing of Hellenic Air Force losses & ejections », sur ejection-history.org.uk,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  48. (en) « ASN Wikibase Occurrence # 54535 », Aviation Safety Network,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  49. (en) John Pike, « Another Indian Army Mirage 2000 crashes in Gwalior, pilot killed », Global Security (consulté le 25 janvier 2015).
  50. (en) « Mirage 2000 fighter plane crashes in MP, pilots safe », Indian Express,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  51. (en) « Mirage 2000 crashes, aircraft fleet to fly again after checks », DNA,‎ (consulté le 25 janvier 2015).
  52. (en) « IAF's Mirage-2000 fighter aircraft restarts operational sorties », Economic Times,‎ (consulté le 25 janvier 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Scheffler et Frédéric Lert, La guerre vue du ciel, Paris, Nimrod,‎ , 463 p. (ISBN 978-2-9152-4356-7)
  • Hervé Beaumont, Les Mirage IV, Mirage F1 et Mirage 2000 en France et dans le Monde, Clichy, Larivière,‎ (ISBN 978-2-8489-0080-3)
  • Jean-Paul Philippe, Les Mirage 2000, Jean-Pierre Taillandier,‎ (ISBN 978-2-8763-6085-3)
  • Alain Crosnier et Jean-Michel Guhl, Armée de l'air : La chasse à réaction de 1948 à nos jours : du « Vampire » au « Mirage 2000 », Paris, Lavauzelle,‎ (ISBN 978-2-7025-0165-8)
  • Olivier Klene, SIRPA Air et Dassault Aviation, Mirage 2000, Panazol, Lavauzelle,‎ (ISBN 978-2-7025-0338-6)
  • Pierre Argouse et Dassault Aviation, Mirage 2000, Paris, Jean-Pierre Taillandier,‎ (ISBN 978-2-8656-2092-0)
  • Charles Christienne et Service historique de l'Armée de l'air, Du ballon de Fleurus au Mirage 2000 : Les responsables de l'arme aérienne, SIRPA,‎ (ISBN 978-2-9045-2102-7)
  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, Londres, Amber Books Ltd.,‎ , 512 p. (ISBN 978-1-904-68784-9)
  • (en) Bill Gunston et Mike Spick, Modern Combat Aircraft, Italie, Salamander books, coll. « The Great Weapons Encyclopedia »,‎ , p. 44, 45
  • Roberto Iermanno, « Mirage 2000 Pilot report », Aerei Magazine, Parma, Delta Éditions, no 2,‎
  • (en) Mike Spick, The great book of modern warplanes : featuring full technical descriptions and battle action from Baghdad to Belgrade, Osceola, Wis, MBI Pub. Co,‎ (ISBN 0-760-30893-4)
  • (en) « Hellenic Defence Report 2009-2010 », édition annuelle du magazine « Hellenic Defence & Security »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :