Véhicule de l'avant blindé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

VAB (Véhicule de l'avant blindé)
Image illustrative de l’article Véhicule de l'avant blindé
Un VAB, lors du défilé du 14 juillet 2013, à Paris.
Caractéristiques générales
Équipage 2 + 10 passagers[1]
Longueur 6,05 m[1]
Largeur 2,49 m[1]
Hauteur 2,06 m[1]
Masse au combat 13 tonnes[1]
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage Protection contre le calibre 7,62 mm, les mines et les éclats
Armement
Armement principal Mitrailleuse de 12,7 mm ou mitrailleuse de 7,62 mm[1]
Armement secondaire -
Mobilité
Moteur Diesel 6 cylindres en ligne (mids)
Puissance 220 ch (161,8 kW)
Suspension • 4 roues motrices en version française
• 6 roues motrices en version export
Vitesse sur route 92 km/h - 110 km/h sur route et 2,2 m/s sur l'eau[2]
Puissance massique 16,92 ch/t
Réservoir 280  [2] - 310 [1]
Autonomie 1 200 km[1]

Le véhicule de l'avant blindé (VAB) entré en service en 1976 est actuellement le véhicule de transport de troupes le plus répandu dans l'armée de Terre française avec, en 2011, 3 585 véhicules en ligne[3] sur la commande initiale de 4 000 exemplaires pour l'armée française. Il est le plus couramment armé d'une mitrailleuse de calibre 12,7 mm OTAN pour les véhicules d'infanterie, ou alors d'un calibre 7,62 mm OTAN en circulaire sur le toit pour les autres modèles, mais il peut aussi être équipé d'un tourelleau avec canon-mitrailleur de 20 mm ou 25 × 137 mm ou système lance-missile (VAB HOT).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'intérieur d'un VAB.

Le programme est lancé en 1970 par le ministère français de la défense et confié à SAVIEM, qui deviendra plus tard Renault Trucks Defense (RTD). En mai 1975, après la décision de retenir la version 4×4 du VAB (aux dépens d’une version 6×6 proposée par Panhard), le ministère de la Défense en commanda 4 000 exemplaires, SAVIEM étant maître d’œuvre, concepteur, architecte, fournisseur du moteur et de la chaine cinématique et Creusot-Loire à Saint-Chamond, sous-traitant, pour l’étude et la fabrication de la caisse, le montage des prototypes[4].

Créé pour transporter les combattants sur le champ de bataille en les protégeant de la mitraille, des éclats et des risques NBC, il a été décliné en de nombreuses versions au fil du temps. Il est facilement aérotransportable.

Depuis 1998, les versions françaises connaissent des revalorisations : boite automatique (tranche1), système de freinage et gonflage des pneus automatique (T2), surblindage (T3). Cette dernière amélioration lui fait perdre sa capacité de flottaison (environ 2 tonnes de plus).

Le , la Direction générale de l'Armement (DGA) a notifié à Renault Trucks Defense (RTD) une lettre de commande de 20 M€, pour le développement et l'intégration de 60 tourelleaux téléopérés sur des véhicules de l’avant blindés (VAB) de l’armée de terre. Ces tourelleaux téléopérés permettront au tireur de mettre en œuvre une mitrailleuse de 12,7 mm tout en restant protégé à l’intérieur du véhicule, notamment vis-à-vis de la menace des engins explosifs improvisés, des tireurs embusqués, et en cas de tonneaux. Le parc de l'armée de terre française est passé de 3 603 VAB fin 2011 à 2 476 fin 2016[5].

Dans le cadre du programme Scorpion (prévoyant une modernité accrue du matériel dans l'armée de terre d'ici 2015), le Véhicule blindé multi-rôles (VBMR) succédera au VAB[6]. Le projet de loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit à cette dernière date 2 190 VAB en ligne[7]. En 2016, on estime qu'il en restera un millier en 2030[8].

En 2017, suite aux multiples mises à jour, les versions utilisés par l'armée française sont passés d'un poids de 12 tonnes à 15 puis 17 tonnes. La consommation de carburant est passé à 110 litres pour 100 km réduisant l'autonomie à 230 km, la capacité initiale de transport de dix militaires est passé est passé à 6 avec l’accroissement de l'équipement des fantassins[9].

La Gendarmerie nationale française l'a utilisé durant la guerre civile libanaise. Elle en a également acquis une vingtaine (avec surblindage) pour son intervention en Afghanistan en 2009 sous la responsabilité du Groupement blindé de gendarmerie mobile. Ces unités ont ensuite été rapatriées à Satory et une partie a été redéployée en Nouvelle-Calédonie en 2017[10].

Versions[modifier | modifier le code]

VAB VOA.

Le VAB existe en plusieurs versions[11] :

  • VAB-VTT (véhicule de transport de troupes), pouvant emporter 12 hommes équipés[12] :
    • VAB AZUR (Action en Zone URbaine) équipé notamment d'une rampe « pousse-foule » à l'avant ainsi que d'un périscope d'observation panoramique avec moniteur interne[13],
    • VAB SHARK (Système HARd Kill), démonstrateur équipé d'un système de protection active (en)[12],
    • VAB TOP, VAB destiné au théâtre afghan et équipé d'un tourelleau téléopéré Kongsberg Protector M151 à l'avant droit, d'une mitrailleuse 12,7 mm et d'un blindage additionnel céramique,
    • VAB Ultima, version modernisée, intégrée au programme Félin[12]. Transporte 8 fantassins et un équipage de 2 hommes. Existe aussi en version « Génie » équipé d’une mitrailleuse 12,7 mm téléopérée, du système de localisation acoustique des tireurs embusqués (SLATE) et de kits de protection contre les EEI[14],
    • VAB Mark 2 (4x4 ou 6x6, moteur de 320 CV, protection améliorée STANAG niveau 4, volume 11 m3)[15],
Un VAB Mk III en exposition en 2012.
    • VAB Mark 3 : d'une masse de 20 tonnes, en configuration 6x6 avec moteur de 320 à 400 CV et avec une protection améliorée STANAG niveau 4, il embarque 7 fantassins. Équipé d'une tourelle armée d'un canon M811 de 25 × 137 mm et d'une mitrailleuse coaxiale de 7,62 mm, il destiné à l’exportation[16] ;
  • les versions de commandement[17] :
    • VAB-PC (poste de commandement),
    • VAB ATLAS (Automatisation des Tirs et Liaisons Sol-sol pour l'artillerie),
    • VAB-SIR (Système d'information régimentaire utilisé dans le cadre de la numérisation de l'espace de bataille),
    • VAB VENUS (véhicule de commandement nomade communiquant par satellite). Il est le premier véhicule capable de transmettre par satellite tout en roulant[18]. Livré en 2010 à 10 unités, plus 20 autres en 2015[19] ;
  • les versions mortier[20] :
    • VPM 81, avec un mortier de 81 mm embarqué,
    • VAB TM 120 (Tracteur de mortier) tractant un mortier de 120 mm, il emporte 70 coups de 120 mm ;
Un VAB médical.
Un VAB T-20/13.
    • VAB T-20/13 ou VAB TL20 (VAB équipé du canon de 20 mm récupéré sur les AMX-13 VCI réformés et destiné à l'appui-feu et au contre-sniping)[réf. nécessaire]. Appelé VIB (Véhicule d'Intervention Blindé) dans l'Armée de l'Air, utilisé par les Fusiliers Commandos de l'air et par les unités de combat des régiments blindés[25],
    • VAB VBR (Véhicule Blindé de Reconnaissance), dérivé du VIB également en service dans l'Armée de l'Air, destiné à nettoyer les pistes d'aviations des débris dangereux[25],
    • VAB T-25[22] ;
  • VAB NRBC[1] ou RECO NBC (Véhicule de RECOnnaissance en zone contaminée NBC) qui permet de faire des reconnaissances en zone contaminée chimique ou nucléaire à une vitesse maximum de 50 km/h[26] ;
  • VAB VCAC (Véhicule de Combat Anti-Char)[27] :
    • VAB Mephisto ou VAB HOT (4 lances-missiles antichars HOT, rétractables),
    • VAB UTM 800, version 6x6 avec 4 lances-missiles antichars HOT[22],[28],
    • VAB MILAN : quasiment indentique à la version VTT, mais avec deux postes de tirs du missile MILAN[27],
    • VAB ERYX : emporte des missiles Eryx ;
  • VAB artillerie[29] :
    • VAB ATILA (Automatisation des TIrs et Liaisons de l’Artillerie), autrefois utilisé dans les régiments d'artillerie équipés de canons,
    • VAB-RATAC (Radar de Tir de l'Artillerie de Campagne), avec un radar d'acquisition des tirs,
    • VAB RASIT : transporte le radar de surveillance terrestre RASIT,
    • VAB-VOA (Véhicule d'observation d'artillerie) ou VAB-OBS (OBServateur). Il embarque un équipage de 4 hommes (1 officier et 1 sous-officier observateurs, 1 radio-navigateur et 1 pilote). Il est équipé d'une caméra CCD, d'une caméra thermique CASTOR et d'un télémètre laser. Il embarque aussi un système de localisation NSM20, des postes de communication TTO ATLAS et PR4G ainsi qu'une mitrailleuse AANF1[30],
    • VAB-VIT (Véhicule d'Implantation Topographique), destiné à recaler les données topographiques des régiments d'artillerie ;
  • versions de guerre électronique[31] :
    • VAB CATIZ (CApacité Terrestre d’Interception de Zone),
    • VAB COGE (Centre Opérationnel de Guerre Électronique),
    • VAB SAEC (Système d'Appui Électronique de Contact) : système de renseignement électromagnétique,
    • VAB Bromure (BRouillage MUlti REseaux),
    • VAB Vobule (Véhicule pour Opérations de BroUillage Large bandE),
    • VAB Linx (localisation et interception des émissions exotiques). Permet l'écoute et la localisation des transmissions numériques discrètes ;
  • versions génie[32] :
    • VAB Génie,
    • VAB LEMIR (LEurre Massique mécanique Infra-Rouge), kit installable sur les véhicules pour faire exploser les EEI ;
Véhicule de l'avant blindé ML (Moyen Léger/Satellite), station de télécommunications par satellite issue du 8e régiment de transmissions en septembre 2011.
  • VAB VDAA (Véhicule de Défense Anti-Aérienne)[33] :
    • voir plus haut pour le VAB T20-13,
    • VAB VADAR, équipé d'un canon antiaérien de 30 mm, non produit en série[33],
    • VAB TA 20 équipé de deux canons antiaériens de 20 mm assistés par radar[34],
    • VAB TA 23 équipé de deux canons antiaériens de 23 mm assistés par radar[33],
    • VAB TA 25 équipé de deux canons Oerlikon KBB de 25 mm assistés par radar[34],
    • VAB SANTAL ou SATCP, équipé de 6 missiles Mistral[33],[22],
    • VAB ALBI (Affût Léger BImunition), avec 2 missiles Mistral mais sans radar[33] ;
  • variantes de transmissions[35] :
    • VAB RITA,
    • VAB CMAI (Centre Multiservice d'Accès et d'Interface), permet de relier les militaires aux réseaux civils ou militaires,
    • VAB ML (Mobile Légère) station de télécommunications par satellite issue du programme Syracuse III ;
  • VAB-VMO (Véhicule de Mantien de l'Ordre), pour les opérations de sécurité intérieure[36] ;
  • VAB matériel[37] ;
  • VAB ELI (Élément Léger d’Intervention), véhicule atelier obtenu par modification du VAB standard ;
  • VAB-ECH (ÉCHelon), véhicule de dépannage destiné à l'export ;
  • VBC-90 (en), muni d'un canon de 90 mm monté sur une tourelle Giat TS 90, il équipait le Groupement blindé de gendarmerie mobile jusqu'à son retrait en 2004 [38].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Un VAB français débarquant d'un chaland durant un entraînement en Écosse.
Un VAB français durant l’opération Daguet en 1990-1991.
Un VAB en Afghanistan dans les années 2000. Notons l’antenne multibrins du brouilleur devant bloquer les signaux destinés aux engins explosifs improvisés.

5 082 VAB ont été construits en 2008 pour de nombreux pays[39] :

  • Drapeau de la France France : 4 151 VAB livrés[40] au sein de l'armée de terre française, l'armée de l'Air et la Gendarmerie nationale
  • Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite : 100 VAB-VCI Mark III, initialement commandés pour le Liban mais finalement redirigés vers l'armée saoudienne, au moins 6 livrés en 2016[41].
  • Drapeau du Brunei Brunei : 26 VAB-VTT en version 4 roues, dont deux de dépannage, livrés en 1990-1991, et 19 VAB-VTT NG dont 6 ambulances livrés en 2001-2002[41].
  • Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire : 2 VAB-VCI et 11 VAB-VTT, en version 6 roues, livrés en 1980[41]. On trouverait aussi 4 VAB-PC et 4 VAB-VMO[40].
  • Drapeau de Chypre Chypre : 27 VAB-VCI (tourelle T20), 98 VAB-VTT et 4 VAB-PC[40], livrés entre 1985 et 1988, tous en version 4 roues[41] , 18 VAB-VCAC UTM800 livrés en 1988[28].
  • Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis : 5 VAB-VTT, 5 VAB-ECH, 7 VAB-VMO et 3 VAB-PC[40] en version 6 roues, livrés en 1980 à la police d'Abou Dabi[41].
  • Drapeau de l'Indonésie Indonésie : 18 VAB-VTT 4 roues livrés en 1997 et 32 autres en 2007, dont 2 VAB-PC et 6 ambulances[41].
  • Drapeau de l'Italie Italie : 14 VAB-VTT livrés entre 2000 et 2002[41].
  • Drapeau du Liban Liban :
    • 5 VAB-VTT 4 roues livrés en 1981[41],
    • 90 VAB 4 roues , dont 2 VAB-PC, 2 VAB-ECH [40] et des VAB-VTT, livrés en 1984[41],
    • 8 VAB-VTT livrés en 2011, 4 autres en 2012[41],
    • 15 VAB HOT à partir du 30 mai 2017[42].
  • Drapeau du Maroc Maroc : 200 VAB-VTT, 12 VAB-VTM, 68 VAB-PC, 20 VAB-ECH, 54 VAB-VMO, 32 VAB Mephisto, 42 VAB VDAA et 49 VAB-VCI (avec tourelle Toucan I)[40], dont 394 en version 6 roues livrés entre 1979 et 1984[41].
  • Drapeau de Maurice Maurice : 9 ou 11[40] VAB-VTT et 2 VAB-VCH en version 6x6, livrés en 1979[41].
  • Drapeau de la Mauritanie Mauritanie : 70 VAB-VTT livrés en 2010[41].
  • Drapeau du Niger Niger: 4 VAB cédés en 2016[43].
  • Drapeau d'Oman Oman : 2 VAB-VCAC Milan, 9 VDAA, 7 VAB-VTT, 2 VAB-ECH, 2 VAB-PC et VAB-VMO[40], dont au moins 14 en version 6 roues livrés en 1982-1983[41].
  • Drapeau du Qatar Qatar : 24 VAB-VCAC UTM800[28], 70 VAB-VCI, 6 VAB-PC, 10 VAB-ECH, 35 VAB-VMO, 5 VAB Sanitaire et 5 VAB-VPM-81[40], en version 6 roues, livrés entre 1980 et 1982[41].
  • Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine : 5 VAB-VTT, dont 1 VAB-ECH, livrés en 1983 et 5 autres, dont 1 VAB-ECH, en 1988, tous en version 4 roues[41]. Peut-être 6 VAB-ECH de plus[40].
  • Drapeau du Tchad Tchad : environ 40 VAB donnés par l'armée française en 2008[44]

Engagements[modifier | modifier le code]

Armée française[modifier | modifier le code]

Ce véhicule a notamment connu l'épreuve du feu au cours des opérations extérieures de l'armée française. En juillet 2011, 56 VAB français ont été touchés en opérations extérieures et 22 détruits mais, grâce à leur conception, les pertes humaines ont été réduites. À cette date, 600 VAB français sont en Opex dont 400 sont utilisés par les forces françaises en Afghanistan[45].

Utilisé par les troupes françaises de la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan, un VAB est touché par un RPG-7 lors de l'embuscade de Surobi en août 2008. L'équipage à bord du blindé est sauf. Le tireur d’un autre VAB trouve la mort lors de la même opération, lorsque son véhicule se retourne emporté par un éboulement et l’écrase sous le toit[46]. Une partie des VAB engagés par les forces françaises en Afghanistan a subi une remise à niveau du blindage, avec ajout de plaques en composite céramique, parfois maintenu par un liner synthétique, ainsi que le renforcement du pare-brise blindé. Cette mise à niveau doit lui offrir une protection suffisante contre les tirs de mitrailleuses et, dans certains cas, de RPG. Pour réduire l'exposition des tireurs, assurer un tir plus précis et plus confortable, ainsi que des capacités d'observation tout temps, une partie des VAB déployés en Afghanistan reçoit un tourelleau téléopéré Kongsberg Protector. Équipé d'une mitrailleuse 12,7 mm, de lance-pot, d'un télémètre laser et d'une optique jour/nuit, le tourelleau est fixé sur une poutre additionnelle au niveau de l'emplacement passager avant, comme l'ancien système. Il est utilisable manuellement par le passager en cas de besoin. Le VAB ainsi équipé prend le nom de VAB TOP.

De par leur conception, les VAB résistent plutôt bien aux IED : le profil amphibie de la coque du blindé lui permet de décoller de la route et de dévier le souffle de l'explosion[47]. L'explosion d'un IED provoque toutefois souvent de graves blessures voire la mort des passagers, ce qui amène à l'ajout de protections supplémentaires lors de l'opération en Afghanistan[48]. Le VAB est considéré lors de l'opération Barkhane comme insuffisamment protégé face aux explosifs[49].

Maroc[modifier | modifier le code]

Les forces armées royales ont utilisé leurs VAB pendant la guerre du Sahara occidental[50].

Liban[modifier | modifier le code]

Les forces armées libanaises ont utilisé des VAB pendant la guerre civile libanaise[51]. L'Indonésie a déployé des VAB au Liban dans le cadre de la FINUL en 2006-2007[41].

Remplacement[modifier | modifier le code]

L'armée française prépare le remplacement du VAB. Son successeur sera le Véhicule blindé multi-rôles (VBMR) mais son fabricant n'est pas encore connu[52]. Conçu sur une architecture 6x6, il permettra de transporter jusqu'à 9 fantassins. Le prix ne devait pas dépasser le million d'euros par unité à l'origine mais il est en 2017 annoncé à 1,5 million, et il est prévu d'en commander plus de 2 300 exemplaires[52].

La société NEXTER s'est vu attribuer le 12 février 2018[53] un marché pour le développement d'un VBMR léger 4x4. Ce véhicule destiné aux unités de contact devrait à terme être produit à 978 exemplaires (489 à livrer d'ici 2025) dans divers versions :transport de troupe, poste de commandement, observation d’artillerie, génie, sanitaire, SA2R (Surveillance, Acquisition, Renseignement et Reconnaissance), nœud de communication tactique, etc. D'une masse d'environ 15 tonnes, il devrait coûter entre 500 000 et 700 000  pièce selon les conditions de l'appel d'offres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « VAB - véhicule de l’avant blindé », sur defense.gouv.fr,
  2. a et b Forecast 2009, p. 3.
  3. « Les chiffres-clés de la Défense – édition 2011 », sur Ministère français de la Défense, (consulté le 3 octobre 2011)
  4. Laurent Lagneau, « Le VAB affiche 40 ans de service », sur www.opex360.com, (consulté le 29 septembre 2017).
  5. Francois Cornut-Gentille, « Disponibilité des VAB de l’armée de terre : 42 % fin 2016. », sur www.francois.cornut-gentille.fr, (consulté le 29 septembre 2017).
  6. https://www.defense.gouv.fr/dga/equipement/terrestre/le-programme-scorpion
  7. Ministère de la Défense, « projet de loi de programmation militaire 2014-2019 - Dossier Thématique », (consulté le 11 aout 2013)
  8. « n° 4130 tome VII - Avis de [[Jean-Jacques Bridey]] sur le projet de loi de finances 2017 », sur Assemblée nationale (consulté le 18 novembre 2016).
  9. Phillipe Chapleau, « Cher VAB régénéré qui va devoir serrer les dents en attendant le Griffon », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 7 novembre 2017)
  10. Audition du général Lizurey, Directeur général de la Gendarmerie nationale, devant la commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale 10 octobre 2017- http://www.assemblee-nationale.fr/15/cr-cdef/17-18/c1718007.asp
  11. « Véhicule de l'Avant Blindé », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  12. a b et c « VAB VTT », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  13. Raids no 252 de mai 2007 p. 38.
  14. Laurent Lagneau, « Le VAB ultima génie bientôt livré à l'armée de terre », sur opex360.com, .
  15. « VAB Mark II 4x4/6x6 », sur Renault Trucks Defense (consulté le 5 octobre 2011).
  16. « Point de situation sur les nouveaux matériels de l’armée française à l’occasion d’Eurosatory 2012 », sur Question Défense, (consulté le 30 juin 2012).
  17. « VAB COMMANDEMENT », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  18. « Afghanistan : arrivée du VAB VENUS », .
  19. « Thales fournit 20 nouvelles stations sol de communications par satellite pour le programme Syracuse III », sur Thales, (consulté le 26 février 2015).
  20. « VAB MORTIER », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  21. « VAB SANITAIRE », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  22. a b c et d Chant 2013, p. 36.
  23. « VAB VCI », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  24. (en) « Dragar », sur Army Guide (consulté le 7 mai 2018).
  25. a et b « VIB VBR », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  26. « VAB NBC », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  27. a et b « VAB VCAC », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  28. a b et c (en) « VAB/VCAC UTM-800 », sur Army Guide (consulté le 7 mai 2018)
  29. « VAB ARTILLERIE », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  30. « VAB OBS », ARTI « Équipements d’aujourd’hui et de demain dans l'artillerie »,‎ , p. 9 (ISSN 1639-9870).
  31. « VAB guerre électronique », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  32. « VAB génie », sur chars-francais.net (consulté le 7 mai 2018).
  33. a b c d et e « VAB VDAA » (consulté le 7 mai 2018).
  34. a et b Chant 2013, p. 37.
  35. « VAB transmissions » (consulté le 7 mai 2018).
  36. « VAB VMO », sur chars-français.net (consulté le 7 mai 2018).
  37. « VAB matériel » (consulté le 7 mai 2018).
  38. « VBC 90 », sur chars-français.net (consulté le 7 mai 2018).
  39. Forecast 2009, p. 1.
  40. a b c d e f g h i et j Forecast 2009, p. 8.
  41. a b c d e f g h i j k l m n o p et q (en) « Trade Registers », sur armstrade.sipri.org (consulté le 8 avril 2018)
  42. Nathan Gain, « Une seconde vie pour les VAB HOT », sur http://forcesoperations.com, (consulté le 13 juin 2017)
  43. République Française, « Rapport annuel soumis au titre de l'article 13 (3) du Traité sur le commerce des armes: Exportation et importations d'armes classiques de la France au cours de l'année civile 2015 », sur thearmstradetreaty.org, p. 2
  44. « Quelques détails sur l’armée tchadienne… », sur forcesoperations.com,
  45. Philippe Chapleau, « Le CEMAT parle au "Parisien": des chiffres à retenir mais rien sur les mesures afghanes », Ouest-France, (consulté le 31 juillet 2011)
  46. Jean-Dominique Merchet, « Afghanistan: le récit de l'embuscade », Libération,‎ (lire en ligne)
  47. Jean-Dominique Merchet, « La bonne surprise du VAB face aux IED : avoir été amphibie... », sur secretdefense.blogs.liberation.fr,
  48. Laurent Lagneau, « La protection des VAB contre les IED va être améliorée », sur Zone militaire,
  49. François d’Alançon, « L’armée française durement frappée au Mali », La Croix,‎ (lire en ligne)
  50. (es) M'Beirik Ahmed Abdalahe, El Nacionalismo Saharaui, de Zemla a la Organización de la Unidad Africana (thèse encadrée par Juan Manuel Santana Pérez), Université de Las Palmas de Gran Canaria (es), , 451 p. (lire en ligne), p. 329
  51. (en) Steven J. Zaloga, Tank battles of the Mid-East Wars, vol. 2 : The wars of 1973 to the present, Hong Kong, Concord Publications, (ISBN 962-361-613-9)
  52. a et b « Une offre commune de Nexter et Renault Trucks Defense pour le Véhicule Blindé Multi-Rôles », sur www.opex360.com,
  53. Laurent Lagneau, « Le contrat du Véhicule blindé multi-rôles léger a officiellement été attribué à Nexter », Zone Militaire,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Christopher Chant, « Renault VAB VTT », dans Compendium of Armaments and Military Hardware, Routledge, coll. « Routledge Revivals », , 578 p. (lire en ligne), p. 35-37
  • (en) Forecast International, Véhicule de l'Avant Blindé, coll. « Military Vehicles Forecast », , 8 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]