Véhicule de l'avant blindé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
VAB (Véhicule de l'avant blindé)
Image illustrative de l'article Véhicule de l'avant blindé
Un VAB, lors du défilé du 14 juillet 2013, à Paris.
Caractéristiques générales
Équipage 2 + 10 passagers (Version P).
Longueur 6,05 m
Largeur 2,49 m
Hauteur 2,06 m
Masse au combat 13 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage Protection contre le calibre 7,62 mm, les Mines et les éclats
Armement
Armement principal Mitrailleuse de 12,7 mm ou mitrailleuse de 7,62 mm
Armement secondaire -
Mobilité
Moteur Diesel 6 cylindres en ligne (mids)
Puissance 220 ch (161,8 kW)
Suspension • 4 roues motrices en version française
• 6 roues motrices en version export
Vitesse sur route 90 km/h sur route et 2,2 m/s sur l'eau
Puissance massique 16,92 ch/t
Réservoir 236
Autonomie 900 km

Le véhicule de l'avant blindé (VAB) entré en service en 1976 est actuellement le véhicule de transport de troupes le plus répandu dans l'armée de Terre française avec, en 2011, 3 585 véhicules en ligne[1] sur la commande initiale de 4 000 exemplaires pour l'armée française. Il est le plus couramment armé d'une mitrailleuse de calibre 12,7 mm OTAN pour les véhicules d'infanterie, ou alors d'un calibre 7,62 mm OTAN en circulaire sur le toit pour les autres modèles, mais il peut aussi être équipé d'un tourelleau avec canon-mitrailleur de 20 mm ou 25 × 137 mm ou système lance-missile (VAB HOT).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'intérieur d'un VAB.

Le programme est lancé en 1970 par le ministère français de la défense et confié à SAVIEM, qui deviendra plus tard Renault Trucks Defense (RTD). En mai 1975, après la décision de retenir la version 4×4 du VAB (aux dépens d’une version 6×6 proposée par Panhard), le ministère de la Défense en commanda 4 000 exemplaires, SAVIEM étant maître d’œuvre, concepteur, architecte, fournisseur du moteur et de la chaine cinématique et Creusot-Loire à Saint-Chamond, sous-traitant, pour l’étude et la fabrication de la caisse, le montage des prototypes[2].

Créé pour transporter les combattants sur le champ de bataille en les protégeant de la mitraille, des éclats et des risques NBC, il a été décliné en de nombreuses versions au fil du temps. Il est facilement aérotransportable.

Depuis 1998, les versions françaises connaissent des revalorisations : boite automatique (tranche1), système de freinage et gonflage des pneus automatique (T2), surblindage (T3). Cette dernière amélioration lui fait perdre sa capacité de flottaison (environ 2 tonnes de plus). Le VAB devrait être remplacé à l'horizon 2020 par un engin dérivé du programme EBM10-EBM20 (Engin blindé médian), sans doute à propulsion mixte diesel/électrique, pour lequel le Armoured Multirol Carrier de Renault Trucks Défense fait figure de favori.

Le , la délégation générale pour l'Armement (DGA) a notifié à Renault Trucks Defense (RTD) une lettre de commande de 20 M€, pour le développement et l'intégration de 60 tourelleaux téléopérés sur des véhicules de l’avant blindés (VAB) de l’armée de terre. Ces tourelleaux téléopérés permettront au tireur de mettre en œuvre une mitrailleuse de 12,7 mm tout en restant protégé à l’intérieur du véhicule, notamment vis-à-vis de la menace des engins explosifs improvisés, des tireurs embusqués, et en cas de tonneaux. Le parc de l'armée de terre française est passé de 3 603 VAB fin 2011 à 2 476 fin 2016[3].

Dans le cadre du programme Scorpion (prévoyant une modernité accrue du matériel dans l'armée de terre d'ici 2015), le Véhicule blindé multi-rôles (VBMR) succédera au VAB[4]. Le projet de loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit à cette dernière date 2 190 VAB en ligne[5]. En 2016, on estime qu'il en restera un millier en 2030[6].

En 2017, suite aux multiples mises à jour, les versions utilisés par l'armée française sont passés d'un poids de 12 tonnes a 15 a 17 tonnes. La consommation de carburant est passé à 110 litres pour 100 km réduisant l'autonomie a 230 km, la capacité initiale de transport de dix militaires est passé est passé à 6 avec l’accroissement de l'équipement des fantassins[7].

La Gendarmerie nationale française l'a utilisé durant la guerre civile libanaise et en dispose de 20 depuis son intervention en Afghanistan en 2009 sous la responsabilité du Groupement blindé de gendarmerie mobile.

Versions[modifier | modifier le code]

VAB VOA

En 2013, il existe un total de 34 versions en service. La version française est une version 4x4 mais la version export est 6x6.

  • VAB P (transport de troupes pouvant emporter 12 hommes équipés)
  • VAB T-20/13 (VAB équipé du canon de 20 mm récupéré sur les AMX-13 VCI réformés et destiné à l'appui-feu et au contre-sniping). Appelé VIB (Véhicule d'Intervention Blindé) dans l'Armée de l'Air , utilisé par les Fusiliers Commandos de l'air et par les unités de combat des régiments blindés.
  • VAB-OBS (Véhicule d'observation d'artillerie)
  • VAB-RATAC (Radar d'acquisition des tirs de l'Artillerie)
  • VAB RASIT (Transporte le radar de surveillance terrestre RASIT)
  • VAB-PC (poste de commandement)
  • VAB VENUS (véhicule de commandement nomade communiquant par satellite), similaire au véhicule de l’avant blindé (VAB) de poste de commandement. Il est le premier véhicule capable de transmettre par satellite tout en roulant[8]. Livré en 2010 à 10 unités, commandes en 2015 de 20 autres[9].
  • VAB-SIR (Système d'information régimentaire utilisé dans le cadre de la numérisation de l'espace de bataille)
  • VAB HOT (Lance-missile antichar HOT, portée 4 000 m)
Un VAB médical
  • VAB mortier. VPM 81, avec un mortier de 81 mm embarqué ou VTM 120 tractant un mortier de 120 mm, il emporte 70 coups de 120 mm.
  • VAB SAN (ambulance de transport sanitaire)
  • VAB Génie
  • VAB NBC (reconnaissance NBC) qui permet de faire des reconnaissances chimique ou nucléaire à une vitesse maximum de 50 km/h.
  • VAB ATLAS (Automatisation des Tirs et Liaisons Sol-sol pour l'artillerie)
  • VAB AZUR (Action en zone urbaine) équipé notamment d'une rampe "pousse-foule" à l'avant ainsi que d'un périscope d'observation panoramique avec moniteur interne[10]
Véhicule de l'avant blindé ML (Moyen Léger/Satellite), station de télécommunications par satellite issue du 8e régiment de transmissions en septembre 2011.
  • VAB ML (Mobile Légère) station de télécommunications par satellite issue du programme Syracuse III
  • VAB TOP, VAB destiné au théâtre afghan et équipé d'un tourelleau téléopéré Kongsberg Protector M151 à l'avant droit, d'une mitrailleuse 12,7 mm et d'un blindage additionnel céramique.
  • VBC 90, muni d'un canon de 90 mm monté sur une tourelle Giat TS 90, il équipait le Groupement blindé de gendarmerie mobile[11].

Versions guerre électronique :

  • VAB Bromure (brouillage)
  • VAB Vobule (VAB brouillage large bande)
  • VAB Linx (localisation et interception des émissions exotiques). Permet l'écoute et la localisation des transmissions numériques discrètes.
  • VAB SAEC (Système d'appui électronique de contact). Système de renseignement électromagnétique rassemblant les capacités d'écoute, de localisation, de cartographie et d'aide à la communication au profit des troupes de contact.

Versions réservées à l'export :

  • VAB dépannage (avec grue)
  • VAB atelier
  • VAB VCS TA 20 (6x6) équipé de deux canons antiaériens de 20 mm assistés par radar

Versions modernisées :

  • VAB Mark 2 (4x4 ou 6x6, moteur de 320 CV, protection améliorée STANAG niveau 4, volume 11 m3)[12]
  • VAB Mark 3 (20 tonnes, 6x6 ; moteur de 320 à 400 CV, protection améliorée STANAG niveau 4, 7 fantassins embarqués)[13].
  • VAB Ultima « Génie » équipé d’une mitrailleuse 12,7 mm téléopérée, du système de localisation acoustique des tireurs embusqués (SLATE) et de kits de protection contre les EEI[14].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Un VAB Mk III équipé d'un tourelle armé d'un canon M811 de 25 × 137 mm et d'une mitrailleuse coaxiale de 7,62 mm en exposition en 2012. Réservé à l’exportation. Cent sont commandés par l’Arabie Saoudite en 2016
Un VAB français en entraînement en Écosse
Un VAB français durant l’opération Daguet en 1990-1991.
Un VAB en Afghanistan dans les années 2000. Notons l’antenne multibranches du brouilleur devant bloquer les signaux destinés aux engins explosifs improvisés.

Près de 5 000 VAB ont été construits pour de nombreux pays :

Engagements[modifier | modifier le code]

Ce véhicule a souvent connu l'épreuve du feu au cours des opérations extérieures de l'armée française et des interventions des autres armées équipées de celui-ci. En juillet 2011, 56 VAB français ont été touchés en opérations extérieures et 22 détruits mais, grâce à leur conception, les pertes humaines ont été réduites. À cette date, 600 VAB français sont en Opex dont 400 sont utilisés par les forces françaises en Afghanistan[16].

Utilisé par les troupes françaises de la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan, un VAB est touché par un RPG-7 lors de l'embuscade de Surobi en août 2008. L'équipage à bord du blindé est sauf. Le tireur d’un autre VAB trouve la mort lors de la même opération, lorsque son véhicule se retourne emporté par un éboulement et l’écrase sous le toit. Une partie des VAB engagés par les forces françaises en Afghanistan a subi une remise à niveau du blindage, avec ajout de plaques en composite céramique, parfois maintenu par un liner synthétique, ainsi que le renforcement du pare-brise blindé. Cette mise à niveau doit lui offrir une protection suffisante contre les tirs de mitrailleuses et, dans certains cas, de RPG. Pour réduire l'exposition des tireurs, assurer un tir plus précis et plus confortable, ainsi que des capacités d'observation tout temps, une partie des VAB déployés en Afghanistan reçoit un tourelleau téléopéré Kongsberg Protector. Équipé d'une mitrailleuse 12,7 mm, de lance-pot, d'un télémètre laser et d'une optique jour/nuit, le tourelleau est fixé sur une poutre additionnelle au niveau de l'emplacement passager avant, comme l'ancien système. Il est utilisable manuellement par le passager en cas de besoin. Le VAB ainsi équipé prend le nom de VAB TOP.

Remplacement[modifier | modifier le code]

L'armée française prépare le remplacement du VAB. Son successeur sera le Véhicule blindé multi-rôles (VBMR) mais son fabricant n'est pas encore connu[17]. Conçu sur une architecture 6x6, il permettra de transporter jusqu'à 9 fantassins. Le prix ne devait pas dépasser le million d'euros par unité à l'origine mais il est en 2017 annoncé à 1,5 million, et il est prévu d'en commander plus de 2 300 exemplaires[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les chiffres-clés de la Défense – édition 2011 », sur Ministère français de la Défense, (consulté le 3 octobre 2011)
  2. Laurent Lagneau, « Le VAB affiche 40 ans de service », sur www.opex360.com, (consulté le 29 septembre 2017).
  3. Francois Cornut-Gentille, « Disponibilité des VAB de l’armée de terre : 42 % fin 2016. », sur www.francois.cornut-gentille.fr, (consulté le 29 septembre 2017).
  4. http://www.defense.gouv.fr/dga/equipement/terrestre/le-programme-scorpion
  5. Ministère de la Défense, « projet de loi de programmation militaire 2014-2019 - Dossier Thématique », (consulté le 11 aout 2013)
  6. « n° 4130 tome VII - Avis de [[Jean-Jacques Bridey]] sur le projet de loi de finances 2017 », sur Assemblée nationale (consulté le 18 novembre 2016).
  7. Phillipe Chapleau, « Cher VAB régénéré qui va devoir serrer les dents en attendant le Griffon », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 7 novembre 2017)
  8. Afghanistan : arrivée du VAB VENUS, 30 décembre 2010
  9. « Thales fournit 20 nouvelles stations sol de communications par satellite pour le programme Syracuse III », sur Thales, (consulté le 26 février 2015).
  10. Raids no 252 de mai 2007 p. 38
  11. Le VBC 90 sur chars-français.net
  12. http://www.renault-trucks-defense.com/fr/range-fr/vab-mark-ii-4x46x6-fr.html
  13. « Point de situation sur les nouveaux matériels de l’armée française à l’occasion d’Eurosatory 2012 », sur Question Défense, (consulté le 30 juin 2012)
  14. Zone militaire, « Le VAB ultima génie bientôt livré à l'armée de terre », sur opex360.com,
  15. http://www.armyrecognition.com/almex_2011_daily_news_albania_defence_exhibition/almex_2011_the_balkans_defence_exhibition_a_strategic_landmark_in_this_part_of_europe_news.html
  16. Philippe Chapleau, « Le CEMAT parle au "Parisien": des chiffres à retenir mais rien sur les mesures afghanes », Ouest-France, (consulté le 31 juillet 2011)
  17. a et b « Une offre commune de Nexter et Renault Trucks Defense pour le Véhicule Blindé Multi-Rôles », sur www.opex360.com,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]