Opération Force alliée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pont autoroutier détruit lors de l'opération.

L'opération Force alliée[1],[2] (en anglais: pour l'OTAN Operation Allied Force, pour les États-Unis : Operation Noble Anvil) est l'opération militaire de bombardement par l'OTAN de cibles serbes durant la guerre du Kosovo, du au , à la suite du massacre de Račak.

Participants :

  • France
  • Belgique
  • États-Unis
  • OTAN

La campagne aérienne dure 78 jours, du au , alors que le plan américain avait prévu de bombarder la Serbie de nuit avec des pauses en journée[3]. Le nombre de sorties aériennes nécessaires pour faire plier la République fédérale de Yougoslavie est de 37 465, soit 480 par jour en moyenne[4].

Les bombardements font entre 2 000 et 3 000 morts[5].

Échec des négociations[modifier | modifier le code]

L'opération de frappes aériennes est décidée le , après l'échec de la conférence de Rambouillet (-)[6]. Pour Noam Chomsky, cet échec découle notamment de l'exigence occidentale d'un droit de passage absolu pour les personnels et matériels de l'OTAN à travers la République fédérale de Yougoslavie, formulée dans l'Annexe B des accords de Rambouillet[7].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Quartiers-généraux de l'Armée yougoslave endommagés durant les bombardements de l'OTAN.

La cible déclarée de ces raids est le complexe militaro-industriel serbe et les centres du pouvoir de Slobodan Milošević. Cependant, de nombreux bâtiments non militaires (notamment des usines chimiques, ce qui provoque de graves problèmes écologiques et sanitaires) ainsi que des civils sont bombardés[réf. nécessaire].

Le , en début de matinée, les avions de l’OTAN bombardent les quartiers généraux et les studios de la Radio-Télévision d’État serbe (Radio Televizija Srbije, RTS), au centre de Belgrade, tuant au moins seize civils et en blessant grièvement seize autres[8].

Dans la nuit du 7 au , des bombardiers furtifs B-2, arrivés tout droit des États-Unis, larguent trois bombes auto-guidées sur le bâtiment neuf abritant la mission diplomatique chinoise[9].

Bilan militaire[modifier | modifier le code]

Les pertes humaines non civiles du côté yougoslave seraient, selon les déclarations du gouvernement Miloševic en , de 462 soldats tués et 199 blessés, ainsi que de 114 policiers tués[10],[11].

L'OTAN annonce un bilan matériel de 20 chars, 220 transports et 450 pièces d’artillerie de l'Armée de Yougoslavie détruits. Cependant, une enquête du magazine Newsweek publiée le , s’appuyant sur un rapport de l’Armée de l’air américaine, révèle que seuls 14 chars, sur les 600 que comptait l'armée yougoslave[12], 18 transports de troupes et 20 pièces d’artillerie yougoslaves ont été détruits et que le reste du bilan est constitué par les leurres utilisé par les forces yougoslaves. Cinq avions de combat MiG-29 et un J-22 Orao sont détruits en vol, plusieurs autres au sol. Les casernes, bases aériennes, et dépôts logistiques sont sérieusement endommagés ainsi que l'industrie pétrochimique et les réseaux de transport.

Le , un F-117A fut abattu par un missile anti-aérien S-125 au-dessus de la Serbie. Le pilote s'éjecta et fut récupéré sain et sauf[13]. L'opérateur de la batterie de missiles serbe a déclaré avoir modifié et amélioré les caractéristiques de celle-ci (sans jamais en avoir apporté la moindre preuve) et disposait d'un radar plus puissant que celui d'origine qui aurait réussi à détecter l'avion furtif — qui volait dans de mauvaises conditions météorologiques augmentant sa signature — à 25 km[14]. L'OTAN a soupçonné les Forces armées serbes d'utiliser un radar passif, appareil peu coûteux qui utilise la réflexion des ondes radio et télé ambiantes, pour guider leurs missiles[15]. Les Serbes ont donné une aile à la Russie, tandis que la campagne serbe était parcourue par des agents chinois qui rachetaient aux paysans des débris de l'appareil, ce qui aurait aidé à la conception du Chengdu J-20, une allégation démentie par les autorités chinoises[16].

Victimes des bombardements[modifier | modifier le code]

Une enquête de l'organisation non gouvernementale Human Rights Watch recense 90 incidents lors des bombardements, entraînant la mort de 489 à 528 civils. Environ deux tiers d'entre eux (303 à 352) étaient des réfugiés albanais du Kosovo et conclut à une violation du droit international humanitaire[17],[18]. L'OTAN se défend en invoquant le concept de dommage collatéral, elle n'en est pas moins vivement critiquée.

Les bombardements de l'OTAN tuent notamment 17 personnes à Aleksinac le 5 avril 1999, entre 14 et 60 passagers d'un train qui passait sur le pont de Grdelica le 12 avril, plus de 70 réfugiés kosovars le 14 avril près de Djakovica, 20 civils à Surdulica le 28 avril, 55 personnes à Lužane le 1er mai, au moins 15 civils à Niš le 7 mai (bombe à fragmentation), 87 civils albanais à Korisa en mai, 11 morts au moins sur le pont de Varvarin le 30 mai, 20 morts dans le bombardement du sanatorium de Surdulica le 31 mai, et 23 morts à Novi Pazar le même jour[19].

Le 23 avril 1999, le bombardement de l'immeuble de la RTS (Radio-télévision de Serbie) à Belgrade tue seize membres du personnel[20].

Le mai, le bombardement de l'ambassade de Chine à Belgrade par les États-Unis tuent trois journalistes chinois.

Détails techniques de l'opération[modifier | modifier le code]

  • Les forces aériennes françaises ont effectué environ 2 000 sorties durant ce conflit ; 420 missions ont permis le tir effectif de 988 bombes et missiles dont 49 furent largués au-dessus de la mer Adriatique par des Super-Étendard[22]. Les stocks de munitions air-sol de l'armée de l'air et de l'aéronautique navale françaises ont rapidement été insuffisants, notamment les bombes guidées par laser (BGL), ce qui a conduit à utiliser des bombes Paveway américaines en complément. Lorsque la configuration des cibles s'y prêtait (large surface à traiter, pas de risques collatéraux…), des bombes « lisses » non guidées de fabrication française ont été utilisées, l'insuffisance des stocks ayant, ici également, rendu nécessaire, en cours de campagne, l'acquisition de bombes américaines Mk82 de 250 kg. Au total 398 bombes lisses furent utilisées sur un total de 988 bombes et missiles largués[23].
  • En outre, après enquête, les Américains admettent avoir utilisé plus de 30 000 projectiles à l’uranium appauvri radioactif au cours de l’opération. Les secteurs concernés par les frappes risquent d'être contaminés pour des milliers d'années, et il n’est pas exclu qu’il y ait des problèmes d'infiltration dans les nappes phréatiques[24].

Légalité de l'intervention[modifier | modifier le code]

D'après Jean-Christophe Buisson, rédacteur en chef au Figaro Magazine et essayiste, cette opération humanitaro-militaire violait plusieurs lois et conventions internationales — par exemple, l'article 2, alinéa 4 de la Charte des Nations unies qui prévoit que les membres doivent s'abstenir « dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, soit contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies[25] »[26].

Selon la Radio-télévision de Serbie, le , une équipe « spéciale » composée de médecins et d'avocats (serbes et étrangers) annonce son intention de porter plainte devant les tribunaux de chacun des 19 pays membres de l'OTAN qu'elle accuse d'avoir bombardé, en 1999, « principalement au Kosovo, mais aussi quatre endroits dans le Sud de la Serbie » sans autorisation légale et en violation des articles 5 et 6 des statuts de l'OTAN qui stipulent que l'OTAN n'est pas une structure offensive, mais défensive. L'équipe compte réunir les preuves démontrant que l'utilisation de bombes à sous-munitions et le bombardement des usines chimiques ou pétrochimiques a eu — sur le long terme — des conséquences sanitaires[27],[28],[29].

Excuses[modifier | modifier le code]

Le 18 mai 2021, le président de la Tchéquie, Miloš Zeman, sans pour autant révoquer la reconnaissance du Kosovo par la Tchéquie, est le premier dirigeant à présenter des excuses au peuple serbe pour les bombardements de 1999 : « La Serbie nous a exprimé son soutien et nous l'avons bombardée. Permettez-moi de dire immédiatement que je m'excuse pour le bombardement de la RFY. C'était une erreur. En tant qu'homme, je demande au peuple serbe de nous pardonner. Cela m'a tourmenté tout le temps », a-t-il dit en recevant le président serbe Aleksandar Vučić[30],[31],[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les premiers enseignements de l'opération « force alliée » en Yougoslavie : quels enjeux diplomatiques et militaires ? », « Rapport d'information no 464 (1998-1999) de M. Xavier de Villepin, fait au nom de la commission des affaires étrangères du Sénat français, déposé le 30 juin 1999 ».
  2. « Human Rights Watch Publie le Bilan des Victimes Civiles Dans la Guerre du Kosovo », sur hrw.org via Wikiwix (consulté le ).
  3. « SERBIE. Le bombardement de l'ambassade de Chine était-il délibéré ? », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « 4 scénarios pour l'avenir de la Libye : « Kadhafi ne quittera la Libye que les pieds devant » », Le Post (consulté le ).
  5. « En Serbie, «le problème n’est pas tant dans la quantité d’armes en circulation, mais une "société malade"» », RFI,‎ (lire en ligne)
  6. Site de l'OTAN
  7. Noam Chomsky, Le nouvel humanisme militaire. Leçons du Kosovo, Cahiers libres - Éditions Page deux, (ISBN 2-940189-17-X), p. 160-161.
  8. Le Monde diplomatique, L’attaque contre les studios de la télévision serbe
  9. Les Echos, Le bombardement de l'ambassade de Chine à Belgrade complique le jeu diplomatique
  10. (en) « Milosevic proclaims victory with end to Kosovo conflict », CNN, 10 juin 1999.
  11. Heike Krieger, The Kosovo conflict and international law, Cambridge University Press, 2001 (ISBN 0521800714).
  12. « Editions du Cygne - L’ingérence de l'OTAN en Serbie », sur www.editionsducygne.com (consulté le )
  13. (en) Vega 31: The loss of F-117A #82-806.
  14. (ro) « Doborarea invizibilului F117 : strategie stralucita,un P18 inovator sau pur noroc ? », sur Suntem Romania, (consulté le ).
  15. Serge Courrier, « Radars invisibles contre objets furtifs », 01.net, (consulté le ).
  16. Arnaud de La Grange, « L'avion furtif chinois serait inspiré du F-117 américain », sur Le Figaro, (consulté le ).
  17. (en) Rapport de HRW sur les bombardements de 1999.
  18. « Human Rights Watch Publie le Bilan des Victimes Civiles Dans la Guerre du Kosovo », Human Rights Watch (consulté le ).
  19. « Les "erreurs" de l'OTAN lors des bombardements », sur L'Obs, (consulté le )
  20. « Pas de justice pour les victimes des bombardements de l'OTAN », sur Amnesty International, (consulté le )
  21. « Les F-16 belges au Kosovo : une facture de 474 millions », Le Soir, (consulté le ).
  22. Jean-Michel Boucheron, « Rapport d’information n° 1775 déposé par la commission des finances, de l’économie générale et du plan sur le coût de la participation de la France aux opérations menées en vue du règlement de la crise au Kosovo », Assemblée nationale (consulté le ).
  23. RAIDS (hors-série no 33), les ailes françaises au combat, 1994-2009.
  24. « L'uranium appauvri est un danger, selon les chercheurs yougoslaves », sur L'Obs, (consulté le )
  25. « Charte des Nations unies : Chapitre I : buts et principes », sur un.org (consulté le ).
  26. Jean-Christophe Buisson, « Belgrade : 15 ans après le bombardement, les Serbes n'oublient pas », Le Figaro (consulté le ).
  27. (sr) « Tužba protiv NATO za bombardovanje », sur danas.rs, .
  28. « BOMBARDOVANJE SRBIJE Nakon 18 godina priprema se tužba protiv 19 članica NATO-a », sur blic.rs, (consulté le ).
  29. (sr) « RTS: Lekari i advokati spremaju tužbu za NATO bombardovanje », sur n1info.com (consulté le ).
  30. RTS, Radio televizija Srbije, Radio Television of Serbia, « Земан: Извињавам се за бомбардовање СРЈ и молим српски народ да нам опрости », sur www.rts.rs (consulté le )
  31. (sr) « Zeman objasnio: Zašto se izvinio srpskom narodu? », sur B92.net (consulté le )
  32. (en) « "Let me say first: I apologize for the bombing"; "Nobody said that, thank you" VIDEO », sur B92.net (consulté le )
  33. « La République-Tchèque s'excuse pour les frappes de l'Otan en 1999 contre la Yougoslavie », sur SudOuest.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :