Tirpitz (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

69° 38′ 50″ N 18° 48′ 30″ E / 69.6472, 18.8083 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tirpitz .
Tirpitz
Image illustrative de l'article Tirpitz (cuirassé)
Le Tirpitz en Norvège

Histoire
A servi dans Pavillon de la Kriegsmarine Kriegsmarine
Commandé 1935
Quille posée
Lancement
Armé
Statut coulé par une action ennemie le
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 251 m
Maître-bau 36 m
Tirant d'eau 8,7 m
Déplacement 42 900 tonnes standard
52 600 tonnes à pleine charge
Puissance 163 026 ch
Vitesse 30,8 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 320 mm
pont = 100-120 mm
tourelle =360 mm
kiosque = 145 mm
Armement 4 × 2 canons de 380 mm
6 × 2 canons de 150 mm
8 × 2 canons de 105 mm
8 × 2 canons de 37 mm
20 canons de 20 mm
8 tubes lance-torpilles de 533 mm
Aéronefs 4 Arado Ar 196 avec 2 catapultes
Rayon d'action 8 870 miles à 19 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 2 608 hommes
Chantier naval Kriegsmarinewerft
Coordonnées 69° 38′ 50″ N 18° 48′ 30″ E / 69.647222, 18.808333 ()69° 38′ 50″ Nord 18° 48′ 30″ Est / 69.647222, 18.808333 ()  

Le Tirpitz, ou Alfred von Tirpitz, fut le plus grand cuirassé à flot d'Europe et le plus grand navire de guerre de la Kriegsmarine construit au chantier naval Kriegsmarinewerft. Il fut lancé par Adolf Hitler le à Wilhelmshaven.

Histoire du nom[modifier | modifier le code]

Son nom est un hommage au créateur de la flotte impériale allemande combattante de la Première Guerre mondiale. La marraine du bâtiment était Mme Ulrich von Hassell, fille du grand-amiral Alfred von Tirpitz et femme de l'ambassadeur allemand à Rome.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le tonnage, de 43 000 tonnes à vide de combustible et de munitions, atteignait 56 000 tonnes. De l'avant à l'arrière, le Tirpitz mesurait 251 mètres, pour une largeur de 36 mètres et un tirant d'eau de 11 mètres.

L'armement du bâtiment était composé de huit canons de 380 mm, d'une artillerie secondaire et d'une défense antiaérienne. Les canons de 380 mm étaient appairés en quatre tourelles prénommées Anton et Bruno à l'avant, César et Dora à l'arrière[1]. L'artillerie secondaire comportait douze canons de 150 mm sur six tourelles et seize pièces de 105 mm sur affuts doubles auxquelles s'ajoutaient seize canons antiaériens de 37 mm et 80 pièces de 20 mm à tir rapide. Il était doté de deux hydravions de type Arado Ar 196.

Son blindage était également réputé résistant à tous les calibres d'obus existants lors de son lancement : une carapace de 120 à 200 millimètres d'épaisseur protégeait toutes les œuvres vives du bâtiment. Le pont lui-même était blindé afin de se prémunir des attaques aériennes. Le blindage atteignait son maximum (380 mm) au niveau d'une ceinture bardant le navire sur 2 m de hauteur de part et d'autre de la ligne de flottaison, et courant de l'avant de la première tourelle à l'arrière de la quatrième. Derrière la carapace, un compartimentage très serré était réalisé afin de minimiser l'importance d'éventuelles voies d'eau. Ce compartimentage était hérité de l'expérience de la Première Guerre mondiale au cours de laquelle les bâtiments de la Kriegsmarine, pourtant moins nombreux, purent tenir tête aux Britanniques grâce à leur robustesse.

Histoire du navire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment fut livré à la Kriegsmarine le 25 février 1941 malgré une finition encore imparfaite. De nombreux éléments furent achevés au premier mouillage au Fættenfjord (en Norvège, à proximité de la ville de Trondheim et à seulement 50 km de la frontière suédoise). À sa livraison, il était commandé par le capitaine de vaisseau Karl Topp.

Sister-ship du Bismarck (vainqueur, en une seule salve de canon, du croiseur de bataille britannique HMS Hood), le Tirpitz menaçait clairement la puissance navale britannique et le danger qu'il représentait immobilisa durant de long mois à Scapa Flow les plus grands navires de la Home Fleet. Le bâtiment effectua quelques raids sur la Baltique dans le but de couler les convois d'armement à destination de l'URSS, mais ces raids ne furent jamais très fructueux.

Le Tirpitz ne se risqua jamais sur l'Atlantique Nord qui fut fatal au Bismarck : la puissance qu'il représentait était telle que la perte du bâtiment aurait été calamiteuse pour Hitler, pourtant peu convaincu de l'utilité des navires de surface traditionnels. Ni Raeder, ni Hitler, ni Dönitz ne voulaient prendre le risque de perdre le bâtiment qui bloquait à Scapa Flow une bonne partie de la Home Fleet. De plus, la quantité de mazout nécessaire au fonctionnement du Tirpitz n'était pas vraiment compatible avec la pénurie régnant en Allemagne.

Aussi les U-Boote lui furent préférés pour les raids dans l'Atlantique, le Tirpitz se contentant du rôle d'épouvantail dressé face aux convois de l'Arctique. Il resta donc majoritairement au Fættenfjord, à l'abri de filets anti sous-marins et d'écrans de fumée contre la RAF. Plusieurs tentatives infructueuses eurent lieu pour le détruire, en commençant par un bombardement (27 avril 1942).

Opération Sportpalast[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Sportpalast.

L'opération Sportpalast (Palais des sports) fut la première action de combat du Tirpitz et de ses destroyers d'escorte contre les convois alliés de l'arctique PQ-12 et QP-8. Elle a eu lieu du 5 au et elle a été la première tentative de perturber un convoi de l'Arctique.

Opération Title[modifier | modifier le code]

L'opération Title, un commando d'hommes-grenouilles armés de mines fut également lancée sans succès du 26 au  : l'armement, dissimulé sous la coque d'un navire de pêche devant approcher le Tirpitz, fut perdu contre un haut-fond avant même d'arriver à proximité du cuirassé de la Kriegsmarine.

Opération Source[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Source.

Après quoi, une attaque à l'aide de mini sous-marins fut tentée. C'était l'opération Source, menée le .
Tractés par des sous-marins conventionnels jusqu'à proximité du Tirpitz ancré dans l'Altafjord, six sous-marins X les X5, X6, X7, X8, X9 et X10 participaient initialement au raid.
Le Scharnhorst mouillant à proximité était aussi cible de l'opération. Victimes d'une fiabilité médiocre et de ruptures incessantes des câbles de remorquage (deux d'entre eux furent perdus en route, les X8 et X9), seuls trois sous-marins (les X5, X6 et X7) parvinrent à leur cible, et seuls deux (les X6 et X7) à poser leurs charges.
X10 endommagé juste avant l'attaque dut renoncer, il fut sabordé alors qu'il tentait de regagner l'Écosse à la remorque d'un sous-marin.
Les dégâts infligés au Tirpitz furent cependant importants, au point de nécessiter plusieurs mois de réparations. Une barge spéciale fut amenée au Fættenfjord pour effectuer les réparations, une traversée vers les ports allemands étant beaucoup trop dangereuse : le bâtiment, pris en remorque, aurait fait une cible facile pour les sous-marins britanniques.

Bien qu'à nouveau opérationnel, le Tirpitz n'aurait pu retrouver ses performances qu'avec une mise en cale sèche : les déformations de la coque affectaient ses qualités hydrodynamiques, réduisant la vitesse maximale, initialement supérieure à 30 nœuds, à seulement 27.

Coque retournée du Tirpitz dans l'Altafjord

Face à ces difficultés, et au vu de l'évolution du conflit, le Tirpitz fut finalement transformé en forteresse flottante.
En effet, le carburant nécessaire à son fonctionnement venait à manquer, la bataille de l'Atlantique était de toute façon perdue et, enfin, les marins autres que les artilleurs étaient plus utiles ailleurs que sur un navire de guerre condamné à l'immobilité.

Le Tirpitz fut finalement positionné au-dessus d'un haut-fond aplani pour la circonstance : ainsi, si le bâtiment était gravement touché, il irait simplement se poser sur le fond sans chavirer et demeurerait la forteresse qu'il était devenu.

Le Royal Air Force Bomber Command, après les bombardements de l'opération Tungsten du , eut raison du Tirpitz le par une attaque avec des bombes Tallboy perforantes de six tonnes. Contrairement aux espoirs de l'amiral Dönitz, le navire, touché dans une réserve de munitions, chavira. L'absence d'équipage autre que les artilleurs et les techniciens indispensables à l'alimentation du navire réduisit les pertes humaines. Bon nombre de marins, coincés sous la coque retournée, furent sauvés grâce à la découpe de celle-ci, restée émergée du fait de la faible profondeur. On dénombra néanmoins 971 morts.

Abandonnée, l'épave fut désossée après guerre par des Norvégiens qui en obtinrent un revenu non négligeable par la revente des câbles et de l'acier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Pierre mémoriale en l'honneur des victimes du naufrage du Tirpitz, à l'Ehrenfriedhof de Wilhelmshaven
  1. Sur les navires de guerre allemands, les tourelles étaient désignées par les noms suivants : Anton, Bruno, Caesar, Dora (cf. : Le Drame du Scharnhorst, par Fritz Otto Busch).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léonce Peillard, Coulez le Tirpitz, Robert Laffont, 2002 (ISBN 978-2-221-03438-5) et J'ai lu Leur aventure no A130/131.
  • « Coulez le Tirpitz ! », revue Avions, no 129.
  • Philippe Caresse, « Le cuirassé Tirpitz : vie et mort d'un roi solitaire », revue Navires & Histoire, hors-série no 08, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :