Légion des volontaires français contre le bolchevisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Légion.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la légion française des combattants
Légion des volontaires français, (EELVF)
Infanterie Regiment 638
Avers et revers du drapeau de la LVF
Avers et revers du drapeau de la LVF

Période 19411944
Pays France
Allégeance Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Effectif 6 500 personnes
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Front de l'Est
Commandant historique Edgar Puaud

La Légion des volontaires français contre le bolchévisme (dite Légion des volontaires français ou LVF), ou dans la Heer au sein de la Wehrmacht simplement Infanterie Regiment 638[1], est créée le 8 juillet 1941, 15 jours après le déclenchement de l’opération Barbarossa (l'invasion de l'URSS par l'Allemagne). Cette naissance est portée par une galaxie de partis collaborationnistes, notamment le RNP de Marcel Déat, le PPF de Jacques Doriot, et le MSR d'Eugène Deloncle. Elle est transformée un an plus tard en Légion tricolore[2]. En 1944 elle est principalement intégrée à la Division SS Charlemagne. La LVF utilisait comme étendard le drapeau tricolore français[3].

La création[modifier | modifier le code]

Manifeste publié dans Le Matin du 10 octobre 1941. De gauche à droite : Costantini (Ligue française), Déat (RNP), Deloncle (MSR) et Doriot (PPF).

La LVF, association loi de 1901, était dirigée dans la Zone occupée par un Comité central chargé du recrutement, dont faisaient partie Eugène Deloncle, Jacques Doriot, Marcel Déat, Marcel Bucard, Pierre Costantini, Paul Chack et Pierre Clémenti, tandis que le recrutement dans la Zone libre était confié à un Comité d'actionMarseille), dirigé par Simon Sabiani, et dont faisait partie Louis Lumière.

Un Comité d'honneur donnait une sorte de caution morale par des personnalités intellectuelles, figures éminentes de la collaboration, qui seront toutes condamnées après-guerre (à l'exception du cardinal Baudrillart, décédé) telles que : Jean Luchaire, Abel Bonnard, le cardinal Baudrillart, Georges Claude, Alphonse de Châteaubriant, ainsi que des dirigeants du Parti national breton[4].

Son organe de presse était Le Combattant européen, rédigé par Marc Augier.

Le projet avait été envisagé en avril 1942 ???[réf. nécessaire] par Jacques Benoist-Méchin, sous le nom de la « Légion tricolore », qui aurait été une unité spéciale de l'armée française. La manœuvre échoue sous pression de l'ambassadeur allemand, Otto Abetz.

De son côté, Hitler accepte le concours de volontaires français avec beaucoup de réticence. Il refuse que la création de la LVF entraîne une quelconque obligation envers le gouvernement français et que son effectif dépasse les 15 000 hommes[5].

Malgré la collaboration d'État, le gouvernement de Vichy était officiellement neutre dans le conflit mondial et restait rétif à tout ce qui pouvait déboucher sur une collaboration militaire, interdisant aux officiers d'active de l'armée de s'engager dans la LVF. Pétain a cependant eu une attitude ambigüe envers la LVF : il déclara sa sympathie pour l'initiative dont les membres détiendraient « une part de notre honneur militaire[6] », mais désapprouvera le port de l'uniforme allemand et gardera une attitude distante envers cette unité[7].

Difficultés de recrutement[modifier | modifier le code]

Affiche de propagande de la LVF

Une fois la LVF créée sur le papier, les partis collaborationnistes qui la composent en organisent le recrutement. Des bureaux sont ouverts en Zone libre et en Zone occupée.

La propagande s'empare du sujet et les partis donnent des chiffres abracadabrants. Déat parle de 10 000 volontaires inscrits le 16 juillet 1941[8]. La presse et la radio ne sont pas en reste. Dans les faits le recrutement est extrêmement difficile. La population française est plus que réticente à l'idée de voir des soldats français combattre avec les Allemands.

Devant le peu de succès du recrutement auprès de l'armée d'active (l'armée d'armistice), on comprend aisément le peu d'enthousiasme des Allemands à investir dans cette opération qui nécessiterait de former des gens n'ayant aucune expérience au combat et manquant de discipline. C'est pourquoi les conditions de recrutement sont draconiennes et écartent les 2/3 des aspirants. Sur les 100 000 combattants espérés au départ, seuls 12 000 s'enrôlent.

Face à cette situation, les partis réagissent en promettant monts et merveilles aux Français, comme la libération de deux prisonniers de guerre en échange d'un soldat à la LVF. La LVF donne aussi parfois lieu à de véritables escroqueries. En effet, l'engagement donnait le droit à une prime. Certains disparaissent dans la nature une fois l'argent touché, d'autres s'inscrivent plusieurs fois, etc. Ces fraudes ne sont pas punissables comme des désertions, la LVF n'étant pas une autorité militaire mais une association.

Critères de recrutement et rémunération[modifier | modifier le code]

Sur le plan administratif, il faut :

  • être Français de « souche aryenne », ce qui n'empêchera pas quelques noirs Antillais[9] et des Maghrébins ainsi que des juifs[10] de se retrouver sur le front de l'Est[11];
  • avoir un casier judiciaire vierge ;
  • avoir entre 18 et 30 ans pour les soldats, jusqu'à 40 ans pour les officiers (ces critères ne seront pas respectés) ;
  • avoir une excellente condition physique, mesurer au moins 1 m 60, avoir une bonne vision et une excellente denture.

Les soldes sont réglées par l'Allemagne et elles sont les mêmes que dans l'armée allemande. Un soldat célibataire touche 1 200 francs (un ouvrier gagne en France environ 25 francs par jour travaillé[12]), 2 400 s'il est au front.

Un adjudant peut gagner 5 000 francs et un commandant 10 000 francs[13]. Ces soldes sont définies dans le guide Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme - Ce que tout Français doit savoir[14].

Effectifs[modifier | modifier le code]

Le 27 août 1941 sur 1.679 volontaires, 800 sont réformés dont 707 pour mauvaise denture[15].

Le 4 septembre, le 1er bataillon regroupe 25 officiers et 803 sous-officiers et troupiers[15].

Le 20 septembre, le 2° bataillon comprend 27 officiers, 150 sous-officiers et 619 troupiers[16].

Le 12 octobre, 21 officiers, 125 sous-officiers et 498 troupiers forment la compagnie d’état-major et deux compagnies d'engins et complètent le 2° bataillon[17].

Le 30 octobre, ces effectifs qui forment le 638° régiment d'infanterie [18]partent pour le front[19]. Pendant l'hiver, un 3° bataillon est recruté ; mais, au printemps, les pertes ont été telles qu'il ne demeure que 2 bataillons[19].

Sur les 13 400 hommes qui se sont présentés pour s'engager tout au long de l'existence de la légion des volontaires français, 4 600 ont été refusés à la fameuse visite médicale (une mauvaise denture était un facteur éliminatoire), 3 000 ont été exclus pour diverses raisons, au total seuls 5 800 hommes ont été recrutés[20].

Plus globalement, les faibles effectifs de la LVF traduisent une difficulté profonde des Français à l'engagement militaire aux côtés des nazis : avec jamais plus de 6 500 combattants simultanément engagés, la France eut la plus faible contribution en volontaires de toute l'Europe collaborationniste, seules la Suisse et la Suède, pays neutres, en fournissant moins. À titre de comparaison, le collaborationniste Léon Degrelle leva plus de 20 000 volontaires belges francophones, pour une population plus de dix fois inférieure. Si l'on ajoute à la LVF, les Waffen SS, les engagés dans la Kriegsmarine, dans la NSKK etc... le nombre de Français sous le casque allemand approcherait les 40 000 selon Le Marec dans son ouvrage, c'est-à-dire un chiffre équivalent à celui des engagés dans la France Libre (avant le débarquement en A.F.N.).

La LVF recruta un certain nombre de collaborationnistes convaincus (Jacques Doriot), mais également une proportion considérable d'aventuriers, de marginaux, de repris de justice, quelques russes blancs, et même (mais de façon marginale) des anciens des Brigades internationales[21] en rupture avec le communisme. De nombreux cadres et soldats furent réformés ou chassés pour ivrognerie, vols ou incompétence. La qualité combative n'y gagna rien[22].

Entraînement[modifier | modifier le code]

La caserne nationale de la LVF se trouvait à Versailles (caserne de Borgnis-Desbordes). Ce fut là que lors du premier défilé de la LVF à peine constituée, le 27 août 1941, le résistant Paul Collette tira devant les caméras sur Pierre Laval et Marcel Déat, qu'il blessa tous deux. Aussitôt arrêté, il avouera qu'il s'était engagé uniquement pour réaliser cette action. Le geste, retentissant, eut lieu en présence des plus hauts dignitaires de la collaboration et d'éminents représentants des autorités allemandes.

Fait symbolique de la collaboration, c'est dans la caserne qui accueillait le premier défilé de la LVF que le drapeau français flotta pour la première fois depuis 1940[23].

La Wehrmacht se méfiait de ces soldats français, dont l'état-major était divisé entre divers mouvements politiques rivaux, et la troupe issue de multiples mouvances et origines sociales opposées. On aurait entendu le maréchal Walther von Brauchitsch, commandant en chef de la Wehrmacht proclamer qu'il utiliserait la LVF à décharger les patates[24]… Cette rumeur rapportée par Saint-Loup ne repose sur aucun document, aucun témoignage. Et, de fait, la LVF n'a pas déchargé « les patates » mais combattu.

Seule une moitié de ces recrues est retenue pour former le 638e régiment d'infanterie de la Wehrmacht basé au camp de Deba en Pologne. Il leur faut revêtir l'uniforme allemand, seul un insigne tricolore surmonté du mot « France » les différenciant du reste des troupes. Quelques volontaires vont préférer rompre leur engagement à ce moment-là, dont Marcel Bucard, pour d'autres comme Edgar Puaud ce n'est pas un problème : « Oh ! Je le sais, on l'a traînée dans la boue. Elle porte l'uniforme "Feldgrau", cela suffit... Dites seulement aux Français que ceux qui se battent à l'Est sont de vrais Français qui se battent pour leur pays. »[25].

Sur le front[modifier | modifier le code]

Soldats de la LVF sur le front russe en novembre 1941

Fin novembre, les deux premiers bataillons arrivent en Russie. Ils montent en première ligne le 1er décembre 1941 au sud du lac de Djoukova, à une soixantaine de kilomètres de Moscou. Ils sont décimés par les combats et surtout par le froid intense. Les survivants sont relevés le 7 décembre. La LVF se disloque : seuls quelques dizaines de rescapés reviendront en France.

Au printemps 1942, la LVF est reconstituée avec les rescapés de l'hiver et plusieurs centaines de volontaires. Elle ne sera plus engagée directement sur le front, mais participe à combattre les groupes de partisans de la région de Briansk et à des opérations de représailles massives contre les civils russes, aidant la Wehrmacht et la Waffen-SS à brûler des villages entiers. Toutefois, à d'autres moments, comme au printemps 1943, les légionnaires français sont prudents et préfèrent adopter une sorte de modus vivendi tacite avec les redoutables partisans soviétiques.

Un soldat de la LVF près de Viazma en novembre 1941

Fin 1943, à un meeting qui se tient au Vel’ d’Hiv’, les membres de la LVF prêtent serment à Adolf Hitler. Jacques Doriot est quant à lui décoré de la Croix de fer allemande pour sa campagne en Russie.

Le commandant Edgar Puaud dirige la LVF de septembre 1943 jusqu'à sa dissolution en juillet 1944. Son premier porte-drapeau, grièvement blessé au combat et mort à Paris des suites de ses blessures le 4 juillet 1943, Constantin Amilakvari, ancien adjudant-chef de la Légion étrangère, est le frère du colonel Dimitri Amilakvari tué le 24 octobre 1942 sur le plateau d'El Himeimat, lors de la bataille d'El Alamein, à la tête de la 13eme DBLE. L'oncle du Président Georges Pompidou, le lieutenant Frédéric Pompidou, y sert également ; après la guerre, il s'engage dans la Légion étrangère et finit sa carrière comme capitaine à Sidi-Bel-Abbès.

Avec le succès soviétique de l'Opération Bagration en juin 1944, la LVF est entraînée dans la débâcle du front russe. Durant leur retraite, la LVF a pour ordre de stopper l'avance soviétique. Le 26 et 27 juin, au moins 600 soldats de la LVF, commandés par Jean Bridoux, se battent aux côtés de quatre chars "Tigre" près de la rivière Bobr en Russie blanche. Ce sera sans doute leur plus beau coup militaire puisque, non seulement, ils parviennent à stopper la progression soviétique pendant quelques jours, mais ils détruisent aussi un grand nombre de blindés. D'après l'auteur Saint-Loup, les journaux soviétiques auraient écrit sur cette bataille : « (...) sur la rivière Bobr, des unités blindées appartenant aux deux fronts de Russie blanche se sont heurtées à la résistance de deux divisions françaises », alors qu'en réalité les Français n'étaient qu'au nombre de 600.

Passage à la Waffen SS[modifier | modifier le code]

En juillet 1944, Heinrich Himmler donne l'ordre du démantèlement de la LVF. Son intention est d'intégrer ses membres et d'une manière générale tous les volontaires étrangers dans la Waffen-SS, qui comprend déjà un certain nombre de volontaires français depuis le 23 juillet 1943. La dissolution officielle de la LVF est prononcée le 1er septembre 1944. L'aumônier général Jean Mayol de Lupé intervient pour apaiser les inquiétudes des légionnaires liées à l'intégration dans la Waffen SS.

La plupart des 1 200 rescapés de la LVF sont regroupés avec les survivants d'autres unités auxiliaires de la Wehrmacht dans la 33e Division SS Charlemagne qui sera pratiquement anéantie au début de l'année 1945 (engagement en Poméranie).

Ironie de l'histoire, la LVF livra des combats particulièrement durs devant Dantzig, six ans après que le futur chef collaborationniste Marcel Déat eut exhorté ses compatriotes à ne pas « mourir pour Dantzig ». De même, il arriva aux Waffen-SS français de se heurter à des troupes d'antifascistes allemands constituées en URSS : c'était symboliser combien dans la Seconde Guerre mondiale, le conflit idéologique inédit l'emportait sur la dimension classique d'affrontement entre nations.

Quelques Français de l'ex-LVF figureront encore parmi les derniers défenseurs du bunker de Hitler à Berlin, fin avril - début mai 1945 face à l'Armée rouge. Ces soldats français ont été parmi les derniers défenseurs de Berlin aux côtés de Waffen SS scandinaves et de volontaires de la Hitler Jugend, au sein du Bataillon Charlemagne.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 1990, les pensions étaient versées aux anciens combattants français de la division SS Charlemagne par le gouvernement allemand[26].

L'un des derniers combattants français sous l'uniforme allemand, Henri Fenet, un chef de bataillon, est mort en septembre 2002. Il avait reçu la croix de chevalier de la Croix de fer, décoration allemande portant la croix gammée, en avril 1945[27].

Bibliographie et filmographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généralistes[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot. Du communisme au fascisme, Fayard, 1986
  • Philippe Burrin, La France à l'heure allemande, Seuil, 2000
  • Marc Ferro, Pétain, Paris, Fayard, 1987 (ISBN 2213018332)
  • Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994
  • Henry Rousso, Un château en Allemagne. La France de Pétain en exil. Sigmaringen, 1944-1945, Seuil, 1980

Ouvrages historiques sur la LVF[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (avril 2010)
  • Henri Berger, La Légion des Volontaires Français en Tunisie, in 39/45 Magazine n°310, Editions Heimdal, avril 2013
  • Philippe Carrand, Nous avons combattu pour Hitler, Armand Collin, 2011
  • Olivier Dard, Les archives Keystone sur la LVF, Éditions Jacques Grancher, 2005
  • Pierre Giolitto, Volontaires français sous l'uniforme allemand, Perrin, 1999
  • Gérard Le Marec et Pierre Philippe Lambert, Les Français sous le casque allemand, éd. Grancher, Paris, 1994 rééd. 2002.
  • Jean Mabire et Eric Lefebvre, Par -40 degrés devant Moscou, Éditions Grancher, Paris ;
  • Jean Mabire et Eric Lefebvre, La légion perdue, face aux partisans 1942, Éditions Grancher, Paris ;
  • Jean Mabire et Eric Lefebvre, Sur les pistes de la Russie Centrale 1943, Éditions Grancher, Paris.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Saint-Paulien, Les Maudits. Tome 1 : La Bataille de Berlin, Plon, Paris, 1958.

Témoignages personnels[modifier | modifier le code]

Témoignage de Christian de la Mazière dans Le Chagrin et la Pitié, film de Marcel Ophüls, 1969[28].

  • Saint-Loup, Les volontaires[29], Paris, Presses de la Cité, 1965
  • Eric Labat, Les places étaient chères, La table ronde - 1951 ; La table ronde - 1969 ; La diffusion du Lore - 2006,ISBN 2353520049, 9782353520046 ; La diffusion du Lore - 2011
  • Pierre Rostaing, Le Prix d'un serment, Ligugé (Vienne), La Table ronde, 1975, ISBN 9782710315919
  • Pierre Rusco, Stoï, 40 mois de combat sur le front russe, Artigues-près-Bordeaux, Jacques Grancher éditeur, 1988.
  • Mathieu Laurier, Il reste le drapeau noir et les copains, éd. Regain-Monte-Carlo, 1953 (rééd. L'Homme libre, 2002).

Archives vidéos[modifier | modifier le code]

Documents d'époque issus de la propagande du régime de Vichy :

  • Réunion de la LVF au Vélodrome d'hiver, discours de Deloncle, Déat, Doriot et Clementi - France Actualités - 25/07/1941 [1]
  • Fort Cambrone - La LVF sur le front de l'est - 01/01/1943 [2]
  • Départ de volontaire pour le front - France Actualités - 19/03/1943 [3]
  • Réunion de la LVF au Vélodrome d'hiver - France Actualités - 21/04/1944 [4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est le numéro du régiment dans lequel servit Adolf Hitler pendant la Première Guerre mondiale.
  2. Lambert-Le Marec p.41-42
  3. Livret de la LVF
  4. Comme Alan Heusaff, Yves Le Négaret, Taldir Jaffrennou.
  5. Marc Ferro, Pétain, Paris, Fayard, 1987, p. 330.
  6. « En participant à cette croisade dont l'Allemagne a pris la tête, acquérant ainsi de justes titres à la reconnaissance du monde, vous contribuez à écarter de nous le péril bolchevique. […] À la veille de vos prochains combats, je suis heureux de savoir que vous n'oubliez pas que vous détenez une part de notre honneur militaire » (Lettre adressée en novembre 1941 à un officier de la LVF, citée par M. Ferro, op. cit., p. 331.
  7. Pierre Giolitto, Volontaires français sous l'uniforme allemand, Tempus, 2007, p. 32-37.
  8. Pierre Giolitto, op. cit., p. 47.
  9. Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994, p.25 cite "une douzaine de noirs, antillais pour la plupart, qui avaient combattu dès le premier hiver. L'un d'entre eux fut tué (...) les autres réformés blessés et peut-être transformés en inspecteurs sociaux de l'Organisation Todt".
  10. Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994, p.25 cite le cas d'un juif voulant s'enrôler dans les SS, cela lui est refusé pour raison raciale ; c'est le seul cas de candidature SS refusée pour raison raciale avec un noir antillais du nom de Norbert Désirée.
  11. La LVF, d'Eric Lefèvre et Jean Mabire. Dans Les Français sous le casque allemand de Lambert-Le Marec p.24, on peut voir une photo d'un noir antillais en tenue de LVF arrivant à Paris en permission.
  12. Site de l'Université de Caen
  13. L'Ain dans la guerre - Yves Martin
  14. Sur histoquiz-contemporain.com
  15. a et b Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994 p.16
  16. Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994 p.18
  17. Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994 p.19
  18. Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994 p.20
  19. a et b Le Marec et Lambert, Les Français sous le casque allemand, 1994 p.21
  20. 30 000 Français sous l'uniforme allemand - Historia hors série n°32, 1973, p 106
  21. Saint-Loup, Les Volontaires, Presses de la cité, 1971 (p.15)
  22. Philippe Burrin, La France à l'heure allemande, Seuil, 2000)
  23. Archives INA : actualités collaborationnistes de 1941
  24. Saint-Loup, op.cit., p.135
  25. France Actualités - 31/03/1944 - http://www.ina.fr/
  26. « Quel prix peut avoir le sang versé ? », Le Point, 21 septembre 2006.
  27. La Chute de Berlin - Antony Beevor
  28. Extraits
  29. Il apparaît sous le nom de « Le Fauconnier »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]