Éditions Grasset & Fasquelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Éditions Grasset)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard Grasset et Grasset.
Logo grasset.gif
Logo de Éditions Grasset & Fasquelle
Repères historiques
Création 1907
Fiche d’identité
Statut Groupe d'édition
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Spécialité(s) Littératures
Langue(s) de
publication
Français
Société mère groupe Lagardère
Site officiel www.grasset.fr
Données financières
Chiffre d’affaires en augmentation 17,5 millions (2007)

Les éditions Grasset & Fasquelle sont une maison d'édition française, fondée en 1907.

Description[modifier | modifier le code]

Grasset publie de la littérature française et étrangère, des essais, des romans et des ouvrages de sciences humaines, entre autres.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bernard Grasset (éditeur).

Les éditions Grasset ont été successivement présidées par le fondateur Bernard Grasset, et depuis 1955 par son neveu Bernard Privat. Parmi les premiers administrateurs figure Jean Vigneau. Bernard Grasset cède son capital à Hachette en 1954[1].

En 1959, Grasset fusionne avec les éditions Fasquelle, que dirigeait Jean-Claude Fasquelle depuis 1954. Il devient directeur général des éditions Grasset & Fasquelle en 1959, puis président-directeur général en 1981. En 2000, il devient président du conseil de surveillance et Olivier Nora lui succède en tant que président du directoire. Les éditions ont réalisé 17,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2007[2].

Grasset, filiale d'Hachette Livre, fait partie du groupe Lagardère depuis 1981.

Les Cahiers Rouges[modifier | modifier le code]

Créés en 1983 par Jean-Claude Fasquelle, alors président de Grasset, les Cahiers Rouges, dirigés par Charles Dantzig depuis 2002, comprennent aujourd'hui plus de 370 titres. Cette collection de « semi poche » à la couverture rouge fait vivre les fonds de la maison en puisant parmi ses auteurs prestigieux, notamment les « classiques modernes », selon l'expression américaine : Jean de la Ville de Mirmont, Paul Morand, Jean Cocteau, Thomas et Klaus Mann, Jean Giono, Vladimir Nabokov, François Augiéras, Joseph Delteil ... Avec une douzaine de titres par an, le catalogue des Cahiers Rouges s'enrichit sans cesse en invitant aussi des classiques, tels que Sainte-Beuve avec Mes chers amis ou Giorgio Vasari et ses Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, ainsi que de grands auteurs étrangers : Francis Scott Fitzgerald, Truman Capote, Gabriel García Márquez, Paul Theroux ... L'art et la poésie y ont également leur place avec les correspondances de Cézanne, Degas, Van Gogh, le Journal de Paul Klee, Les Cocus du vieil art moderne de Salvador Dalí, les poèmes de Paul Verlaine ou ceux de Walt Whitman. Riches et éclectiques, les Cahiers Rouges font (re)découvrir des chefs-d'œuvre oubliés - comme les livres d' Irène Némirovsky, longtemps restés dans l'ombre avant de faire partie des best-sellers de la collection aux côtés de Stefan Zweig et du Journal de Kafka - et réactualise les textes « cultes » : L'Horizon chimérique de Jean de la Ville de Mirmont, J'adore de Jean Desbordes, La Femme changée en renard de David Garnett, Au temps du bœuf sur le toit de Maurice Sachs ...

Auteurs publiés[modifier | modifier le code]

Parmi les auteurs importants que Grasset a contribué à faire connaître peuvent être cités Jean Giraudoux, ou plus récemment Pascal Quignard et Sorj Chalandon (Grand prix du roman de l'Académie française 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]