Jón Sigurðsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sigurðsson.
Sigurðsson by Þorláksson.jpg

Jón Sigurðsson ou Jón Sigurdsson (né le 17 juin 1811 à Hrafnseyri, près d'Arnarfjörður dans la région des fjords de l'Ouest de l'Islande et décédé le 7 décembre 1879) était un historien et homme politique islandais du XIXe siècle, qui fut le leader du mouvement pacifiste pour l'indépendance de l'Islande, alors rattachée au Royaume du Danemark.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jón Sigurðsson était le fils d'un pasteur, Sigurður Jónsson. Il se rendit à Copenhague en 1833 pour y étudier la grammaire et l'histoire à l'université.

Après ses études, Jón commença à travailler à la Arnamagnæan Collection, où se trouvaient les manuscrits des sagas islandaises. Il devint rapidement un expert de ces sagas et de l'histoire islandaise. Mais, il n'obtint jamais un diplôme de l'université, car la politique islandaise occupait tout son temps.

Avant de partir pour le Danemark, Jón se fiança avec sa cousine Ingibjörg Einarsdóttir, et elle, ainsi que son père, l'oncle de Jón, acceptèrent la proposition. Mais Jón et Ingibjörg ne purent se marier avant 1845, lorsque Jón revint en Islande pour la première fois depuis 1833 pour siéger à l'Althing (parlement unicaméral de l'Islande), qui venait d'être restaurée.

Jón avait été élu à l'Althing en 1844 comme député pour le comté d'Ísafjörður. Il est parvenu à conserver ce siège durant toute sa vie bien qu'il ne soit pas venu à toutes les sessions de l'Althing. À vrai dire, il vint à treize des dix-sept sessions qui se tinrent durant sa vie. Il se rendit également au Þjóðfundur (Grand rassemblement national) en 1851. Là il a guidé les Islandais dans leur résistance à l'adoption de la Constitution danoise de 1849 (en danois : Danmarks Riges Grundlov). La Constitution ne fut jamais formellement adoptée en Islande, et après des années de lutte, le gouvernement danois octroya à l'Islande, en 1874, une constitution limitée, lui garantissant une large autonomie dans les affaires intérieures.

Le moyen de communication avec la nation islandaise choisi par Jón Sigurðsson fut la publication d'un magazine annuel appelé Ný félagsrit (Écritures de la Nouvelle association). Ce magazine a été édité presque chaque année de 1841 à 1873 et Jón en fut toujours le principal contributeur et soutien financier.

Le domicile de Jón et Ingibjörg à Copenhague devint un point de ralliement pour tous les Islandais de la ville. Ils n'ont eu aucun enfant excepté un fils adoptif, qui était le neveu de Jón. C'est pourquoi un contemporain a fait remarquer que « tous les Islandais étaient leurs enfants ».

Hommages[modifier | modifier le code]

Le 17 juin, date de son anniversaire, a été choisi par les Islandais pour la proclamation de l'indépendance de la République d'Islande. Cela se passa à Þingvellir le 17 juin 1944, le jour de son 133e anniversaire. Et depuis, cette date est celle de la fête nationale islandaise.

Il est souvent considéré comme « le Président » (Jón forseti) par les Islandais. La principale raison à cela est qu'il fut, à partir de 1851 président du département de la Hið íslenska bókmenntafélag (Société de littérature islandaise) de Copenhague. Il fut également président de l'Althing à plusieurs reprises, la première fois en 1849.