Opération U-Go

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération U-Go
Offensive japonaise sur Imphla et Kohima
Offensive japonaise sur Imphla et Kohima
Informations générales
Date 6 mars3 juillet 1944
Lieu Manipur, Inde
Issue victoire britannique
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Empire britanniques des Indes Inde britannique
Drapeau : Japon Empire du Japon

Flag of Azad Hind.svg Armée nationale indienne

Commandants
Drapeau du Royaume-Uni William Slim
Drapeau du Royaume-Uni Geoffrey Scoones
Drapeau du Royaume-Uni Montagu Stopford
Drapeau du Royaume-Uni Jack Baldwin
Drapeau : Japon Masakazu Kawabe
Drapeau : Japon Kotoku Sato
Drapeau : Japon Renya Mutaguchi
Drapeau : Japon Tohutaro Sakurai
Flag of Azad Hind.svg Shah Nawaz Khan
Forces en présence
Sept divisions d'infanterie, une brigade de chars, deux brigades d'infanterie Cinq divisions d'infanterie, un régiment de chars, deux régiments d'infanterie indiens
Pertes
environ 17 500 environ 55 000
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements de Hiroshima et Nagasaki · Reddition du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

L'Opération U-Go, ou opération C (ウ号作戦), est une offensive réalisée en 1944 par l'Armée impériale japonaise contre les possessions de l'Empire britannique en Inde, dans la région de Manipur. Visant la vallée du Brahmapoutre et passant par les localités d'Imphal et de Kohima, cette offensive se termina par un désastre pour les Japonais.

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la campagne de Birmanie, les Japonais avaient repoussé les forces Alliées, qui s'étaient repliées en Inde, dans la région de Manipur, laquelle comptait l'une des rares routes praticables reliant l'Inde à la Birmanie. La difficulté du terrain avait ensuite dissuadé les Japonais de tenter une offensive sur le sol indien.

Dans les mois qui suivirent, les Alliés rebâtirent leurs voies de communication, construisant notamment des bases aériennes qui servaient à ravitailler la République de Chine via le pont aérien au-dessus des montagnes de l'Himalaya (connu sous le nom de « The Hump », soit « la bosse »).

À la mi 1943, le lieutenant-général Masakazu Kawabe prit la tête des forces japonaises en Birmanie. Renya Mutaguchi, commandant de la 15e armée, fit pression en faveur d'une offensive sur le sol indien, visant à couper les voies de communication alliées et à prévenir de nouvelles offensives des Chindits via la frontière indo-birmane. Subash Chandra Bose, chef du Gouvernement provisoire de l'Inde libre, allié au Japon, incita également les Japonais à réaliser une offensive en Inde, dans le but de renverser l'administration coloniale britannique avec le concours de ses troupes, qui combattaient sous la bannière de l'Armée nationale indienne. En décembre 1943, le maréchal Hisaichi Terauchi approuva le plan, et obtint ensuite le feu vert du chef du gouvernement Hideki Tojo.

L'offensive se déroula en parallèle de l'Opération Ha Go, visant les troupes britanniques de l'Indian Army en Birmanie.

Offensive[modifier | modifier le code]

Imphal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille d'Imphal.

L'offensive débuta le 6 mars 1944. Le 8 mars, les combats commencèrent dans la plaine d'Imphal. La 17e division de l'armée indienne britannique, qui avait reçu trop tard l'ordre de se replier, fut coupée du reste des troupes et dut engager le combat avec les Japonais. Deux régiments de l'Armée nationale indienne, initialement dirigés vers Kohima, rejoignirent Imphal pour seconder les Japonais. Les Alliés parvinrent à envoyer une division à temps pour empêcher les Japonais de prendre le terrain. Les troupes japonaises, épuisées et à court de ravitaillement, abandonnèrent le terrain en juin : le 22, les Alliés purent rouvrir la route reliant Kohima à Imphal.

Kohima[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Kohima.

Du 3 au 16 avril 1944, les Japonais combattirent pour prendre le contrôle de la route reliant Kohima à Imphal, qui permettait aux Alliés de ravitailler leurs troupes. Le 18 avril, les troupes de l'Indian Army menèrent une contre-attaque. Le 22 juin, les défenseurs japonais battirent en retraite pour rejoindre les troupes à Imphal.

Retraite japonaise[modifier | modifier le code]

À la fin juin, Mutaguchi continuait d'ordonner de nouvelles attaques, mais les troupes japonaises n'étaient plus en état de combattre. Épuisés, affamés et souvent malades, les effectifs japonais firent retraite sur la Birmanie le 3 juillet, abandonnant souvent leur matériel et leur artillerie sur place.

Après-coup[modifier | modifier le code]

La défaite japonaise eut un impact notable, en affaiblissant leurs forces dans la région indo-birmane. Mutaguchi renvoya un certain nombre de ses subordonnés, avant d'être renvoyé lui-même le 30 août, et le commandement de l'armée japonaise en Birmanie fut réorganisé.

Les Alliés purent profiter de cet affaiblissement de l'armée japonaise dans la région pour réaliser une nouvelle offensive en Birmanie et y enfoncer la défense japonaise.