Manus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manus (homonymie).
Manus
Carte topographique de Manus et des autres îles de l'Amirauté.
Carte topographique de Manus et des autres îles de l'Amirauté.
Géographie
Pays Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée
Archipel Îles de l'Amirauté
Localisation Mer de Bismarck et océan Pacifique
Coordonnées 2° 05′ 00″ S 147° 00′ 00″ E / -2.083333, 1472° 05′ 00″ S 147° 00′ 00″ E / -2.083333, 147  
Superficie 2 100 km2
Point culminant Mont Dremsel (718 m)
Administration
Région Îles
Province Manus
Démographie
Population 33 000 hab.
Densité 15,71 hab./km2
Plus grande ville Lorengau
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+10

Géolocalisation sur la carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée (relief)

(Voir situation sur carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée (relief))
Manus
Manus
Îles de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Manus est une île des îles de l'Amirauté, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée faisant partie de la province de Manus.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est la cinquième plus grande île de Papouasie-Nouvelle-Guinée avec une superficie de 2 100 km ², mesurant environ 100 km de long et 30 km de large. Selon le recensement de 2000, l'île de Manus avait une population d'environ 43 000. Lorengau, la capitale de la Province de Manus, est situé sur l'île. L'aéroport de Momote, le terminal de la Province de Manus, est situé sur l'île voisine de Los Negros. Un pont relie Los Negros à l'île de Manus et la capitale de la province de Lorengau.

L'île de Manus est couvert de jungles robustes, qui est une forêt tropicale humide de plaine. Le point culminant de l'île de Manus est le mont Dremsel 718 mètres (2356 pieds) d'altitude au centre de la côte sud. Manus est d'origine volcanique et probablement cassé à travers la surface de l'océan à la fin du Miocène, 8-10 millions d'années. Le substrat de l'île est volcanique, soit directement ou à partir de calcaire corallien surélevé.

Manus Island est le foyer de l'escargot vert émeraude, dont les coquilles sont récoltés pour être vendus comme des bijoux.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île a été habitée il y a environ 40 000 ans. Cette première vague de migration hors de l'Asie du Sud, cette société primitive semble avoir cultivé le taro et a introduit des animaux sauvages de Nouvelle-Guinée comme le bandicoots et les rats de grande taille.

Il y a 3 500 ans, la société a élaboré des poteries, des maisons sur pilotis, l'introduction d'animaux domestiques tels que les porcs, les chiens et les poulets, et le développement substantiels de l'agriculture et la technologie du bateau, ce qui a permet des échanges à longue distance pour se développer.

Un réseau commercial élargi, est fondé il y a 2 000 ans.

Le premier Européen à visiter les îles était le navigateur hollandais Willem Schouten en 1616. Les îles de l'Amirauté ont été colonisé par le capitaine Philip Carteret de la Marine royale britannique en 1767.

Entre 1884 et 1914, la région a été administré comme une colonie allemande. En novembre 1914, les îles ont été occupées par les troupes de la Force expéditionnaire australiènne. Quelques coups de feu tirés depuis une mitrailleuse par une garnison allemande à Lorengau sont les derniers coups de feu tirés dans la bataille. Après la guerre, les îles ont été reliées dans le Commonwealth d'Australien en vertu d'un mandat.

Durant la Seconde Guerre mondiale est le site d'un poste d'observation tenus par la section n° 4, du peloton «B», de la 1re compagnie de l'Armée australienne. Manus a été bombardé par les Japonais le 25 janvier 1942, l'antenne radio était la cible principale. Le 8 avril 1942, l'armée impériale japonaise composée du croiseur léger Tatsuta, d'un destroyer Mutsuki et d'un groupe de navires de transport, entrent à dans le port de Lorengau et plusieurs centaines de soldats japonais débarque sur terre, qui était sous mandat australien. Les Australiens étaient beaucoup plus nombreux mais se retirèrent dans la jungle.

Plus tard, en 1942, le Japon a établi une base militaire sur Manus. Elle a été attaqué par les forces des États-Unis durant la campagne des îles de l'Amirauté entre février et mars 1944. Une base navale alliée a été établi sur l'île et plus tard elle a soutenu la flotte britannique du Pacifique[1].

L'anthropologue américaine Margaret Mead a vécu sur Manus avant et après la guerre, et a donné des comptes rendus détaillés de l'île[2].

Dans le cadre d'un accord entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Australie (baptisée « Solution du Pacifique »), un centre de détention est construit sur l'île de Manus en 2001, où sont envoyés les demandeurs d'asile arrivés clandestinement en Australie par bateau[3]. L'Australie cesse en 2007 d'utiliser le centre, puis y envoie à nouveau des clandestins à partir de 2012, l'objectif étant toujours de dissuader leur venue. Le 19 juillet 2013, les premiers ministres australien et papou-néo-guinéen, Kevin Rudd et Peter O'Neill, annoncent que désormais tout demandeur d'asile arrivant en Australie par bateau clandestin serait expédié dans ce camp de l'île Manus, où sa demande serait examinée par les autorités papou-néo-guinéennes. Les clandestins étant de « vrais réfugiés » obtiendraient l'autorisation de rester en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais non pas en Australie. Pour la première fois (et en amont d'élections législatives), les autorités australiennes annoncent ainsi qu'aucun clandestin, quelle que soit sa situation, ne pourra s'installer en Australie. Kevin Rudd précise que cet interdit a une visée humanitaire, afin d'éviter les noyades en haute mer des clandestins. En contrepartie, l'Australie accroît l'aide au développement qu'elle fournit à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, notamment dans les secteurs de la santé et de l'éducation[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Klemen, L (1999-2000). "Manus Island, experience of No. 4 Section, 'B' Platoon, First Independent Company, Australian Imperial Force". Forgotten Campaign: The Dutch East Indies Campaign 1941-1942. http://www.dutcheastindies.webs.com/manus.html.
  2. Piccigallo, Philip; The Japanese on Trial; Austin 1979; ISBN 0-292-78033-8, ch.: "Australia".
  3. (en) "United Nations rejects Australia's off-shore processing plans", Radio Australia, 24 août 2012
  4. (en) "Australia announces Papua New Guinea asylum deal",BBC News, 19 juillet 2013

Article connexe[modifier | modifier le code]