Abbaye territoriale du Mont-Cassin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cassin.
Abbaye territoriale du Mont-Cassin
(la) Abbatia territorialis Montis Cassini
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Église Catholique
Rite liturgique Romain
Type de juridiction Abbaye territoriale
Création VIe siècle
Siège Piazza Corte
03043 Cassino
Conférence des évêques Conférence épiscopale italienne
Titulaire actuel Donato Ogliari
Langue(s) liturgique(s) italien
Calendrier grégorien
Site web www.diocesimontecassino.it/
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
Abbaye du Mont-Cassin
Image illustrative de l'article Abbaye territoriale du Mont-Cassin

Ordre Ordre de Saint-Benoît
Fondation 529
Fondateur Benoît de Nursie
Personnes liées Saint Adalbert de Prague
Site web Site officiel en français
Localisation
Emplacement province de Frosinone
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Coordonnées 41° 29′ 24″ N 13° 48′ 50″ E / 41.49, 13.81388941° 29′ 24″ Nord 13° 48′ 50″ Est / 41.49, 13.813889  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Abbaye du Mont-Cassin

L'abbaye territoriale du Mont-Cassin (en latin : abbatia territorialis Montis Cassini ; en italien : abbazia territoriale di Montecassino) est une église particulière (ecclesia particularis) de l'Église catholique située comme son l'indique, sur le mont Cassin dans la commune de Cassino en Italie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée par Benoît de Nursie en 529, elle est le berceau de l’ordre des Bénédictins. Elle sert de retraite à des souverains et à des pontifes tels que le prince franc Carloman, frère de Pépin le Bref, le roi lombard Ratchis (avec sa famille), et saint Grégoire. Renfermant d’immenses richesses, dont une précieuse bibliothèque (Didier du Mont-Cassin, abbé de 1058 à 1087, fait venir de Byzance des livres enluminés byzantins), cette dernière est en partie placée sous la protection de Rome, avec une galerie de précieux tableaux.

L'abbaye, plusieurs fois menacée lors des invasions et des guerres, est pillée, saccagée et brûlée en 589 par les Lombards du duc païen Zotton de Bénévent. La plupart des moines qui peuvent échapper au massacre se réfugient à Rome où le pape Pélage II leur permet de bâtir un monastère près de Saint-Jean de Latran. Quelques moines restent sans doute près des ruines de l'abbaye, mais l'administration de l'ordre demeure à Rome pendant 130 ans. Le martyrologe romain, à la date du 2 mars, mentionne 80 martyrs mis à mort par les Lombards pour avoir refusé d'adorer une tête de chèvre et manger des chairs consacrées aux dieux germaniques[1],[2].

Après une période de troubles en Italie (liés surtout à l'hégémonie lombarde sur la péninsule), le pape Grégoire II envoie en 717 le moine Petronax afin qu'il organise la reconstruction de l'abbaye (le nouvel abbé sera alors considéré comme étant le « second fondateur du Mont-Cassin »)[3], qui est de nouveau en partie détruite et incendiée par des pirates sarrasins en 844, puis en 1030 par des Normands[réf. nécessaire] qui commencent à envahir l'Italie méridionale.

En 1349, elle subit le violent séisme qui secoue toute l'Italie et détruit ou endommage gravement tant de monuments antiques ou médiévaux. Le monastère est pratiquement détruit.

Plus récemment, le 15 février 1944, la position stratégique de l'abbaye sur une colline dominant la route allant de Rome à Naples, lui vaut d'être le théâtre d'une bataille meurtrière, durant laquelle elle est une dernière fois détruite par les bombardements alliés.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle est reconstruite à l'identique de 1948 à 1956, sous la direction de l'ingénieur et architecte Giuseppe Breccia Fratadocchi (1898-1955), suivant le programme de l'abbé reconstructeur Ildefonso Rea : Dove era, come era de (« là, où il était et tel qu'il était »).
Le 24 octobre 1964, l'église abbatiale reconstruite est consacrée par le pape Paul VI[4].
Dans les années 1980, la basilique est décorée de fresques de Pietro Annigoni (le maître et ses élèves).

Le 23 octobre 2014 le pape François change la structure de l'abbaye territoriale en application du motu proprio Catholica Ecclesia du pape Paul VI. Il transfère ainsi les 53 paroisses relevant jusque là du territoire de l'abbaye ainsi que le clergé et les séminaristes en relevant, vers le diocèse de Sora-Aquino-Pontecorvo, renommé pour l'occasion en diocèse de Sora-Cassino-Aquino-Pontecorvo (it). L'abbaye est donc actuellement constituée de l'Église Abbatiale et de son monastère[5].

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mariano Dell'Omo, Montecassino. Un'abbazia nella storia, Montecassino, 1999.
  • Mariano Dell'Omo, Didier et le Mont-Cassin: Benoît et son héritage artistique, sous la direction de Roberto Cassanelli et de Eduardo López-Tello García, Cerf, Paris, 2009, 111-120; Le Mont-Cassin au Moyen Âge dans le miroir de l’art. Les livres et les monuments (VIIIe et XIIe siècle), ibid., 121-138.
  • Abbaye de Montecassino, Genova (Italy), Pubblicazioni Cassinesi,‎ 1998, 71 p.
  • Victor Dammertz, Saint Benoît père de l'Occident : Benoît-Patron de toute l'Europe, t. Titres de Benoît, Anvers, Fonds Mercator,‎ 1980, 477 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]