Glenn Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miller.

Glenn Miller

Description de l'image  Glen miller.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Alton Glenn Miller
Naissance 1er mars 1904
Clarinda, Iowa
Décès 15 décembre 1944 (à 40 ans)
Genre musical Jazz
Années actives 1923–1944
Site officiel glennmiller.org

Glenn Miller (Alton Glenn Miller) est un tromboniste et chef d'orchestre de jazz américain, né le 1er mars 1904 à Clarinda (Iowa) et disparu, probablement au-dessus de la Manche, le 15 décembre 1944.

Biographie[modifier | modifier le code]

Glenn Miller découvre le trombone à l’âge de 11 ans. Vers 1921, encore au High School (école secondaire ou lycée), il a ses premiers contrats professionnels dans un orchestre de dixieland, les « Senter’s Sentapeeds ». Il se produit dans plusieurs orchestres locaux. Il abandonne ses études en 1924, pour rejoindre la formation de Ben Pollack. À l’époque, on trouve aussi dans cet orchestre un certain Benny Goodman. En 1928, Glenn Miller s’installe à New York où il joue pour Pollack, mais aussi pour Loring « Red » Nichols et Paul Ash (en). Il commence aussi à écrire des arrangements pour ces différents orchestres. De 1932 à 1933, il dirige le « Smith Ballew Band ». En 1934, il aide Tommy et Jimmy Dorsey à monter leur premier big band, et compose pour eux Annie's Cousin Fanny et Dese Dem Dose en 1935. La même année, il participe au « Ray Noble's American Band (en) », et il monte deux ans plus tard son propre big band. Malheureusement, le succès n’est pas au rendez-vous et il doit dissoudre l'orchestre. En 1938, il fait une seconde tentative. Cette fois, c’est une réussite. À partir de mars 1939, l’orchestre anime des établissements de la région de New York et du New Jersey. Il participe à de nombreuses émissions radiophoniques. L'orchestre enregistre des disques et enchaîne les tubes. L'orchestre apparaît même dans des films comme « Sun Valley Serenade » (1941) et « Orchestra Wives » (1942). Le « son Glenn Miller » est immédiatement reconnaissable : la ligne mélodique principale est, la plupart du temps, jouée par la section de saxophones, avec un vibrato prononcé, dans laquelle la clarinette joue la première voix ; cette configuration aurait été utilisée accidentellement à la suite d'une blessure à la lèvre du trompettiste qui devait jouer la première voix de Moonlight Serenade, cette partition de trompette fut jouée à la clarinette par le saxophoniste baryton. Promu au grade de capitaine, il dirige alors le « Glenn Miller Army Air Force Band », un orchestre militaire de jazz et de danse qui donne des concerts (plus de 800) « pour le moral des troupes », participe à des centaines d'émissions radiophoniques et enregistre de nombreux disques. En 1944, l'orchestre est basé à Londres. Le 15 décembre de cette année-là, Glenn Miller embarque dans un petit avion pour la France pour y préparer l'arrivée de son orchestre. Il y a ce jour-là un épais brouillard et l'avion n’arrivera jamais à destination. Selon certains historiens, l'appareil aurait traversé au-dessus de la Manche, par mégarde, une zone réservée au délestage des bombardiers alliés qui, de retour d'Allemagne, se débarrassaient, avant l'atterrissage, des bombes qu'ils n'avaient pu larguer sur l'ennemi. Le petit avion qui transportait le musicien aurait été touché par un des projectiles, ou déséquilibré par le souffle des explosions.

La postérité de l'orchestre et du musicien[modifier | modifier le code]

La musique de l'orchestre de Glenn Miller, à la frontière entre le jazz et la musique de danse, appartient à la mémoire collective en évoquant immédiatement la Seconde Guerre mondiale, la libération, et plus largement les années 1940. Les titres les plus connus de ce big band : In the Mood, Moonlight Serenade, Tuxedo Junction, Pennsylvania 6-5000, Anvil Chorus , Chattanooga Choo Choo, American Patrol (1942), Is You or Is You Ain't My Baby ? (1944) … Ils ont souvent été repris au cinéma, notamment par Woody Allen.

La vie de Glenn Miller a été portée à l'écran en 1953 par Anthony Mann sous le titre français Romance inachevée (The Glenn Miller Story). Le rôle du chef d'orchestre était interprété par l'acteur James Stewart.

L'orchestre de Glenn Miller a continué d’exister après la disparition de son leader. Il a successivement été dirigé par Ray McKinley, Buddy DeFranco, Peanuts Hucko, Buddy Morrow, Jimmy Henderson, Al Porcino et Dick Gerhart. Aujourd'hui, au moins trois formations se produisent en portant ce nom (une américaine, l'orchestre « officiel », une anglaise et une allemande).

Le personnage de Jack Glenn dans le film Les Uns et les Autres de Claude Lelouch s'inspire en partie de la vie de Glenn Miller.

Discographie[modifier | modifier le code]

Titres n°1[modifier | modifier le code]

Titres n°1 aux États-Unis à partir de 1940 :

  • The Song of the Volga Boatmen - n°1 US le 15 mars 1941
  • Elmer's Tune - n°1 US le 21 décembre 1941
  • Chattanooga Choo Choo - n°1 US décembre 1941-janvier 1942
  • A String of Pearls - n°1 US le 21 février 1942
  • Moonlight Cocktail - n°1 US mars-avril 1942
  • (I've Got a Gal in) Kalamazoo - n°1 US septembre-octobre 1942
  • That Old Black Magic - n°1 US le 29 mai 1943

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Étrangement, il ne semble pas exister d'ouvrage en français sur Glenn Miller, on pourra se reporter à l'un des nombreux ouvrages en anglais :

  • Bedwell, Stephen F. A Glenn Miller discography and biography. Glenn Miller Appreciation Society, 1956
  • Butcher, Geoffrey. Next to a letter from home : Major Glenn Miller’s wartime band. Mainstream Pub., 1986
  • Flower, John. Moonlight serenade : a bio-discography of the Glenn Miller civilian band. Arlington House, 1972
  • Garrod, Charles. Glenn Miller and his orchestra. Joyce Record Club, 1995.
  • Polic, Edward F.. The Glenn Miller Army Air Force Band : I sustain the wings. Scarecrow Press / Institute of Jazz Studies /Rutgers University, 1989.
  • Simon, George Thomas. Glenn Miller and his orchestra. Da Capo Press, 1980
  • Snow, George. Glenn Miller & the age of swing. Dempsey and Squires, 1976.
  • Tanner, Paul. Every night was New Year’s eve  : on the road with Glenn Miller. Cosmo Space, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]