Ordre du jour Grandi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L' ordre du jour Grandi (en italien : ordine del giorno Grandi), parfois indiqué comme en italien 'mozione Grandi', est un des trois « ordres du jour  » (O.d.G.) présentés[1] à la réunion secrète du Grand conseil fasciste convoquée pour le samedi et qui s’avéra être la dernière.

Une semaine avant la réunion du Grand conseil fasciste, et deux jours avant la rencontre de Feltre entre Mussolini et Hitler, Heinrich Himmler recevait une note informative qui anticipait les manœuvres en cours afin de destituer le Duce et de le remplacer par Pietro Badoglio.
Résultat du vote nominatif

L'O.d.G. fut approuvé et provoqua le jour suivant la chute du Régime fasciste de Benito Mussolini, avec comme conséquence son arrestation par ordre du roi Victor Emmanuel III.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Les dernières troupes de l'Axe, défaites, abandonnent l’Afrique le 7 mai 1942, laissant le champ libre aux forces alliées.

En novembre et décembre 1942, Mussolini, abattu et dépressif, se laisse remplacer par Ciano à deux réunions avec Hitler. Le 2 décembre, après 18 mois de silence, il revient parler au peuple italien depuis le Palais de Venise.

Le , il rencontre Hitler à Salzbourg et propose sans succès de négocier un armistice avec les Soviétiques afin de concentrer les forces armées sur les autres fronts de la guerre[2].

Le 9 juillet, les Américano-Britanniques débarquent en Sicile, conquérant l’île entière le 17 août.

Sentant la fin proche, les gerarques fascistes, dans un pays exsangue et sous le feu allié, cherchent une porte de sortie et chargent Dino Grandi de trouver une solution avec le roi Victor Emmanuel III.

L’opération[modifier | modifier le code]

L’opération prend forme le lors d'une audience donnée par le roi Victor Emmanuel III à Dino Grandi [3]. lors de cette rencontre, le roi suggère à Grandi que seulement un vote au parlement ou au Grand Conseil lui aurait donné les bases constitutionnelles (Statut albertin) pour déposer Mussolini[3].

Le , le Duce tient sa dernière réunion avec Hitler à Feltre comme chef du gouvernement italien, il s'efforce d'empêcher l'Italie de signer une paix séparée[4].

Déjà à cette date, les allemands sont informés des manœuvres en cours ayant pour finalité de destituer le Duce.

Le 24 juillet une session du Grand Conseil du fascisme se tient en présence du Duce. Elle se conclut, aux premières heures du jour suivant (25 juillet), par l’approbation de l'ordre du jour présenté par Dino Grandi[5] : l'abandon des charges du gouvernement par Mussolini est demandé au profit du roi. Mussolini reste apathique, sans réaction. Il avouera par la suite qu'il regrette de ne pas avoir fait arrêter les dix-neuf membres rebelles[6]. Ce vote est réalisé par les hauts représentants du fascisme, dont le gendre de Mussolini, Galeazzo Ciano. Toutefois, le Grand Conseil n'a aucun moyen de faire exécuter sa décision, qui n'a qu'une portée symbolique, mais elle servira de prétexte constitutionnel à l'action du roi conformément au statut Albertin.

Mussolini, après s'être rendu comme d'habitude à son bureau du palais Venezia, demande au souverain de pouvoir anticiper l'habituelle réunion hebdomadaire prévue le jour suivant et arrive à 17 heures à la Villa Savoia. Victor-Emmanuel III informe Mussolini de son remplacement par le général (puis Maréchal) Pietro Badoglio[7], lui garantissant l'immunité. Mussolini, abandonné de tous, n'est cependant pas au courant des réelles intentions du monarque, qui place sous escorte le chef du gouvernement et fait encercler le bâtiment par deux cents carabiniers car en réalité, Victor-Emmanuel III a ordonné l'arrestation de Mussolini afin de sauver sa dynastie, qui risque d'être considérée comme trop compromise avec le fascisme.

Mussolini est d'abord enfermé dans une caserne de carabiniers à Rome, à partir du 27 juillet à Ponza, puis sur l'île de La Maddalena (7 août - [27 août 1943)[8]. Badoglio fait enfin conduire Mussolini dans une ambulance de la Croix rouge à Campo Imperatore sur le Gran Sasso.

Les votes nominatifs[modifier | modifier le code]

Nombre de votants : 28 En faveur de la motion : 19

Contre : 8

Abstention : 1 Giacomo Suardo.

Les principaux membres furent jugés lors du procès de Vérone par la République sociale italienne du 8 au 10 janvier 1944.

Chronologie[modifier | modifier le code]

4 juin 1943 

Lors d'une audience donnée par le roi Victor Emmanuel III à Dino Grandi, la question du remplacement de Mussolini est évoquée.

9 juillet 1943 

Les Américano-Britanniques débarquent en Sicile, conquérant l’île entière le 17 août. La fin est proche et les gerarques fascistes cherchent une porte de sortie.

24 juillet 1943 

Sur proposition de Grandi Mussolini accepte de convoquer le Grand Conseil.

Nuit du 24 au 25 juillet 

Le Grand Conseil du fascisme[9],approuve l' « ordre du jour Grandi » qui rend au roi le pouvoir de diriger le forces armées italiennes , mettant en minorité Mussolini.

25 juillet 
  • Le matin du dimanche 25 juillet, après s'être rendu comme d'habitude à son bureau de Palazzo Venezia afin d'expédier les affaires courantes Mussolini demande au souverain d'avancer l'habituel entretien du lundi et obtient un entretien à 17 heures à Villa Savoia (actuelle Villa Ada). Victor Emmanuel III communique à Mussolini son remplacement par Pietro Badoglio, lui garantissant néanmoins sa sécurité.

À la sortie de Villa Savoia, Mussolini est arrêté par les carabiniers sur ordre du roi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Mack Smith, Mussolini, Flammarion,‎ 1981, 495 p. (ISBN 2-08-064655-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Marc Ferro, Ils étaient sept hommes en guerre, éd. Robert Lafont,‎ 2007 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (it) Gianfranco Bianchi, 25 Luglio: crollo di un regime, Milan, Mursia,‎ 1963
  • Giovanni Di Capua, Il biennio cruciale (luglio 1943-giugno 1945): l'Italia di Charles Poletti, Rubbettino Editore srl, 2005 ISBN 88-498-1202-7.
  • Arrigo Petacco, La seconda guerra mondiale, 6 voll. Armando Curcio Editore, Rome, 1979
  • De Simone, Cesare. Venti angeli sopra Roma. I bombardamenti aerei sulla Città Eterna (19 luglio 1943 e 13 agosto 1943). Milan, Mursia Editore, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les ordres du jour étaient signés par (1) Grandi; (2) Farinacci; (3) Scorza. Après que le premier fut enteriné, Mussolini refusa de mettre au vote les deux suivants.
  2. Ferro, 2007, p. 209
  3. a et b (it) Renzo De Felice, Mussolini l'alleato, vol. I, thome II, Einaudi,‎ 1990, p. 1236.
  4. Smith, 1981, p. 363
  5. Smith, 1981, p. 3-368
  6. Smith, 1981, p. 368
  7. Smith, 1981, p. 369
  8. Smith, 1981, p. 370
  9. La réunion a débuté le 24 juillet à 17h15, le vote a eu lieu à 2h30, le matin du 25 juillet. Il n'existe aucun compte rendu de la séance.