Gouvernement grec en exil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος
Vasíleion tīs Elládos (el)

1941 – 1944

Drapeau Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte montrant l'occupation tripartite de la Grèce entre 1941 et 1944. On voit ici en rouge les régions dominées par les Allemands, en bleu celles occupées par les Italiens jusqu'en 1943 puis par les Allemands après cette date, et enfin en vert les territoires sous juridiction bulgare.

Informations générales
Statut Monarchie en exil
Capitale De jure Athènes
De facto Crète (1941), Le Caire (1941), Londres (1941-43), Le Caire (1943-44)
Monnaie Drachme
Histoire et événements
23 avril 1941 Capitulation de la Grèce
Septembre 1943 Capitulation de l'Italie, occupation de l'ex-zone italienne par les Allemands
Octobre-novembre 1944 Retrait des troupes allemandes, libération du pays

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le gouvernement grec en exil, parfois surnommé gouvernement du Caire (en grec moderne : Κυβέρνηση του Καΐρου), est le gouvernement grec mis en place par le roi Georges II après l'invasion et l'occupation du pays par les forces de l'Axe. Bien que non représenté en Grèce, où Allemands, Italiens et Bulgares mettent en place un gouvernement fantoche après avril 1941, ce gouvernement en exil, représentant la monarchie grecque, est le seul à être reconnu par la communauté internationale durant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale.

Avec la défaite de l'armée grecque face aux troupes nazies, le roi Georges II et son cabinet quittent Athènes pour la Crète et Le Caire, en Égypte. Cependant, l'hostilité du gouvernement de Farouk Ier oblige rapidement le pouvoir hellène à s'installer à Londres jusqu'en 1943. Après cette date, le gouvernement grec revient en Égypte, où sont restées stationnées une bonne partie des forces grecques libres.

Le gouvernement grec en exil retrouve la mère patrie le 17 octobre 1944, date à laquelle les Allemands et leurs alliés évacuent le territoire national. Cependant, dès avant la Libération du pays, la légitimité du gouvernement en exil est contestée par la résistance grecque de l'intérieur, dont les forces établissent même un gouvernement parallèle à tendance républicaine (le Comité politique de libération nationale (en) ou PEEA) le 10 mars 1944. Pour beaucoup de Grecs, le gouvernement en exil apparaît en effet comme le successeur de la dictature mise en place par Metaxas en 1936 tandis que ses liens très étroits avec le pouvoir britannique lui donnent l'image d'un nouveau pouvoir fantoche dominé par l'étranger.