Tchernivtsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tchernivtsi
Чернівці
Blason de Tchernivtsi
Héraldique
Tchernivtsi : le centre-ville
Tchernivtsi : le centre-ville
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Chernivtsi Oblast.png Oblast de Tchernivtsi
Maire Mykola Fedorouk
Code postal 58000 — 58499
Indicatif tél. +380 372
Démographie
Population 259 419 hab. (01.01.2013)
Densité 1 696 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ N 25° 56′ E / 48.3, 25.933 ()48° 18′ Nord 25° 56′ Est / 48.3, 25.933 ()  
Altitude 248 m
Superficie 15 300 ha = 153 km2
Divers
Fondation XIIIe siècle
Première mention 1408
Statut Ville
Ancien(s) nom(s) Cernăuţi
Czernowitz
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Tchernivtsi

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Tchernivtsi
City locator 14.svg
Tchernivtsi

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Tchernivtsi

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Tchernivtsi
Liens
Site web www.city.cv.ua/
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Tchernivtsi (en ukrainien : Чернівці) ou Tchernovtsy ou encore Tchernowitz (en russe : Черновцы ; en roumain : Cernăuți ; en allemand : Czernowitz ; en polonais : Czerniowce) est une ville d'Ukraine et la capitale administrative de l'oblast de Tchernivtsi. Sa population s'élevait à 259 419 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tchernivtsi est arrosée par la rivière Prut et se trouve à 408 km au sud-ouest de Kiev.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Czernowitz jusqu'en 1918

Un document atteste d'un privilège accordé par Alexandre Ier le Bon (Alexandru cel Bun), prince de Moldavie en (1400-1432), aux commerçants de Lviv (8 octobre 1408).

À la suite du conflit russo-turc, à partir de 1775, la ville de Cernăuți, alors moldave, est annexée comme toute la Bucovine par les Habsbourg d'Autriche, et prend le nom de Czernowitz. Elle reçoit alors de nombreux colons Autrichiens, Juifs, Polonais et Ukrainiens de Galicie, et devient en 1849 la capitale du duché de Bucovine, mis en place par la constitution de l'Autriche du 4 mars 1849. Cette ville, à la frontière de l'Europe occidentale et orientale, reste le symbole de multilinguisme et des mélanges culturels qui existaient aux confins de l'Empire Austro-Hongrois au début du XXe siècle. En 1908, est organisée dans la petite Vienne de Galicie, la conférence de Czernowitz qui doit décider quelle sera la langue nationale du peuple juif. S'y opposent d'une part les Bundistes, qui luttent pour la reconnaissance des Juifs en tant que minorité , le droit des Juifs de vivre où ils sont (c'est-à-dire en Europe centrale et orientale) et qui défendent le yiddish, la langue du peuple; et d'autre part les sionistes qui défendent l'idée de la création d'un Etat juif en Palestine et l'adoption de l'hébreu moderne comme langue nationale des Juifs. Dans la déclaration finale, il est affirmé que le yiddish est une des langues nationales du peuple juif mais pas la seule. Lors du recensement de 1910, Czernowitz compte 85 458 habitants. La langue d'usage sert alors à définir la nationalité de ce vaste empire multinational. 48% des habitants de la capitale de la Bucovine déclarent parler l'allemand, 18% l'ukrainien, 17% le polonais, 16% le roumain. Sur le plan religieux, 32% se déclarent juifs, 27% catholiques romains, 24% grecs orthodoxes, 11% gréco-catholiques et 5% protestants. La ville possède une tolérance et une ouverture d'esprit qui étonnent les voyageurs de l'époque. Les Juifs cultivés ont comme langue d'usage l'allemand, ce qui fait de la cité le symbole de la symbiose judéo-allemande. Seule une minorité parle le yiddish. Lors de la dissolution de l'Empire d'Autriche-Hongrie en 1918, Czernowitz revient à la Roumanie et reprend le nom de Cernăuți. En 1930, elle compte 200 000 habitants dont la moitié est juive. Mais l'antisémitisme du gouvernement roumain et l'usage de la langue roumaine comme seule langue officielle après 1924, mettent peu à peu fin à son cosmopolitisme. Elle devient soviétique le 28 juin 1940 à la suite du pacte Hitler-Staline : selon les dispositions de ce pacte, les Autrichiens sont tous transportés vers l'Allemagne ; par ailleurs, environ 25 000 Roumains sont déportés vers le Kazakhstan[1]. Reprise par les Roumains sous le régime Antonescu allié de l'Allemagne nazie en 1941, elle voit cette fois l'armée roumaine déporter en Transnistrie les Juifs de la ville, à l'exception des 16 000 sauvés par le juste Traian Popovici, maire de la ville. Après que la Roumanie a rejoint les Alliés le 23 août 1944 Tchernivtsi est occupée par les troupes de l'Armée rouge et prend le nom russe de Tchernovtsy (Черновцы). Beaucoup de Juifs choisissent de quitter la ville. Elle fait partie de la République socialiste soviétique d'Ukraine (RSS d'Ukraine) à partir de 1947, sous son nom ukrainien de Tchernivtsi (Чернівці), jusqu'à la dislocation de l'Union soviétique en 1991. Depuis, elle est une ville d'Ukraine. À l'exception d'une petite minorité roumaine, sa population est aujourd'hui presque entièrement ukrainienne, mais il n'est pas rare que des touristes descendant des Autrichiens ou des Juifs de la ville viennent la visiter.

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population [2] :

Évolution démographique
1775 1794 1832 1851 1869 1890 1900
2 300 5 000 11 000 20 400 34 000 54 200 65 800
1910 1919 1930 1941 1959* 1970* 1979*
87 100 91 900 112 427 78 800 141 940 186 812 218 561
1989* 2001* 2009 2010 2011 2012 2013
256 644 240 621 249 537 251 776 253 843 255 929 259 419


Nationalités[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 1930, la ville comptait 112 427 habitants, répartis ainsi :

Selon le recensement de 2001, les 236 691 habitants se répartissaient ainsi :

  • 189 021 Ukrainiens
  • 26 733 Russes
  • 10 553 Roumains
  • 3 829 Moldaves, regroupés sous ce nom en raison du fait que, selon le droit international, ils auraient été une nation compacte et à ce titre, on aurait dû leur attribuer beaucoup plus de droits. Néanmoins, les derniers entretiens entre la Roumanie et l'Ukraine ont conduit aux chiffres suivants :

En mai 1999, la Roumanie y a ouvert un consulat général.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Tchernivtsi est jumelée avec[3] :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nikolaï Feodorovitch Bugaï, Депортация народов из Украины, Белоруссии и Молдавии [La Déportation des peuples d'Ukraine, de Biélorussie et Moldavie], Hg. v. Dittmar Dahlmann et Gerhard Hirschfeld, Essen, 1999, p. 567-581.
  2. (ru) Recensements de 1959, 1970 et 1979 sur www.webgeo.ru(ru) Recensement de 1989 sur demoscope.ru(en) Population Statistics [1](uk) Office des statistiques d'Ukraine : Статистичний збірник «Чисельність наявного населення України на 1 січня 2010 року» [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2010 »]. [2] ; Статистичний збірник «Чисельність наявного населення України на 1 січня 2011 року» [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2011 »]. [3] ; Статистичний збірник «Чисельність наявного населення України на 1 січня 2012 року» [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2012 »] [4]
  3. Sister Cities

Liens externes[modifier | modifier le code]