Natation sportive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Natation sportive

alt=Description de l'image Swimming pictogram.svg.
Fédération internationale Fédération internationale de natation (FINA, fondée en 1908)
Sport olympique depuis 1896
Autres appellations Natation
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Épreuve de nage libre sur 100 mètres messieurs.

La natation sportive consiste à parcourir dans une piscine, le plus rapidement possible et dans un style codifié par la Fédération internationale de natation, une distance donnée, sans l'aide d'aucun accessoire....

La natation sportive peut être pratiquée à tout âge, mais au-delà de l'âge de 25 ans les compétiteurs ont la possibilité de participer à des compétitions dites de « maîtres », indépendantes de celles de la natation sportive.

Cette activité classe ses pratiquants selon des catégories de deux années d'âge permettant ainsi à tous les compétiteurs de se confronter à des adversaires d'un âge quasi identique tout au long de leur vie.

La natation pratiquée en lac, rivière ou mer, généralement sur des distances plus grandes (quelques kilomètres) s'appelle « nage en eau libre » ; une épreuve de 10 km d'eau libre a figuré au programme des Jeux olympiques de Pékin en 2008.

La natation synchronisée (anciennement ballets nautiques), le plongeon, et le water-polo sont les autres disciplines regroupées avec la natation sportive et les maîtres par la Fédération française de natation (FFN), la Ligue européenne de natation (LEN) et la Fédération internationale de natation (FINA).

Les bassins[modifier | modifier le code]

Les épreuves de natation sportive se déroulent dans des bassins de 50 mètres (dits « grands bassins ») à partir des compétitions régionales, et dans des bassins de 25 mètres (dits « petits bassins ») en dessous. Pour une même distance, les temps sont plus rapides en petit bassin qu'en grand bassin, car la poussée sur le mur lors du virage permet d'augmenter la vitesse de propulsion et offre un petit temps de repos.
Aux États-Unis, il existe aussi des compétitions dans des bassins de 25 yards, soit environ 22,86 mètres (notamment les compétitions universitaires NCAA).

Les styles[modifier | modifier le code]

Les styles réglementés par la Fédération internationale de natation dans les compétitions sont les suivants[1]

  • La nage libre : le nageur nage comme il le veut. En pratique, les épreuves de nage libre sont toujours nagées en crawl ;
  • Le dos : la seule contrainte imposée au nageur est d'être sur le dos en permanence (sauf lors des virages), sinon son style est libre. En pratique, les épreuves de dos sont toujours nagées en dos crawlé, le virage s'effectue le plus souvent en se retournant sur le ventre avant le mur, en se repérant avec les drapeaux situés aux 5 mètres (il est interdit de faire des battements de jambes seuls pour atteindre le mur s'il est trop loin ; une seule traction continue du bras ou une traction simultanée des deux bras), puis en réalisant une culbute identique à celle du crawl[2];
  • La brasse : cette nage est la plus réglementée. Elle se caractérise notamment par une action symétrique des bras et des jambes et par le fait que les bras doivent rester en permanence dans l'eau. Toucher le mur avec les deux mains est une obligation au virage comme à l'arrivée ;
  • Le papillon : c'est une nage symétrique comme la brasse, mais les bras reviennent vers l'avant au-dessus de la surface de l'eau, ce qui rend ce style plus rapide que la brasse et également plus difficile à maîtriser ; il faut aussi toucher le mur avec les deux mains.

La nage la plus rapide est le crawl, viennent ensuite le papillon, le dos crawlé et enfin la brasse.

Les épreuves[modifier | modifier le code]

Les épreuves consistent en une distance à parcourir soit toujours dans le même style, soit en utilisant les quatre styles de nage (épreuves dites « de quatre nages »). Les Canadiens utilisent le terme « QNI » (« quatre nages individuel ») pour distinguer ces épreuves du relais quatre nages.

Les distances utilisées sont le 50 m, le 100 m et le 200 m pour le dos, le papillon et la brasse, et de 50 m, 100 m, 200 m, 400 m, 800 m et 1 500 m pour la nage libre. Les distances de 50 m en dos, papillon et brasse n'existent pas au Jeux olympiques, et le 800 m nage libre est une épreuve féminine alors que le 1 500 m est une distance masculine, toujours au JO (aux championnats du monde, toutes les distances sont nagées par les deux sexes).

Pour les épreuves de quatre nages, le nageur doit nager d'abord le papillon, puis le dos, puis la brasse, puis la nage libre (avec la contrainte supplémentaire dans ces épreuves que la partie de nage libre doit être nagée dans un style différent des trois premières parties), sur des distances égales. Ces épreuves se pratiquent sur 100 m (en petit bassin), 200 m ou 400 m.

Il y a aussi des épreuves de relais, par équipe de quatre (ou dix pour le 10 x 100 m crawl), qui se pratiquent soit en nage libre, soit en quatre nages. Dans les épreuves de quatre nages en relais, l'ordre des styles change par rapport aux épreuves individuelles, en effet le nageur de dos doit partir dans l'eau, et il nage donc le premier relais. L'ordre devient : dos, brasse, papillon, nage libre.

Les records[modifier | modifier le code]

Histoire des records et de leur officialisation par la FINA[3] :

La Fédération Internationale de Natation Amateur est fondée en 1908 à Londres et c'est à cette date que prennent effet les premiers records du monde.

À cette époque, les records du monde peuvent être établis dans n'importe quelle piscine, pourvu que cette dernière soit d'une longueur supérieure à 25 yards. De plus, toutes les distances inférieures à la distance totale nagée pouvaient faire l'objet d'un record du monde. Ainsi, la nageuse danoise Ranghild Hveger a établi pas moins de quarante-deux records du monde entre 1936 et 1942 grâce à cette règle (elle s'élançait pour nager un 1 000 mètres nage libre et battait au passage le 100 yards, le 100 mètres, le 220 yards, etc.).

En 1948, une première suppression de records élimine bon nombre de courses (les 300 yards, 300 m, 1 000 yards, 1 000 m nage libre, le 400 m dos et les 400 m et 500 m brasse).

En 1952, ce sont les 500 yards et 500 m nage libre, ainsi que les 150 yards dos et le 3 x 100 m trois nages qui disparaissent, cette dernière distance laissant place au 4x100 m quatre nages grâce à la séparation de la brasse et du papillon en 1953.

C'est aussi en 1952 que les États-Unis et le Japon proposent au congrès de la FINA que soient séparés les records nagés en bassin de 50 mètres de ceux nagés en bassin de 25 mètres. Mais le congrès s'y oppose et il faut attendre quatre nouvelles années pour que les choses se clarifient, le congrès décidant de ne retenir comme records du monde que les courses nagées en bassin de 50 mètres.

En 1969, la FINA reconnaît officiellement comme record du monde 31 courses nagées en bassin de 50 mètres (seize courses messieurs et quinze courses dames).

Le 21 août 1972, les centièmes de seconde sont ajoutés aux temps des records.

Il faut ensuite attendre le 3 mars 1991 pour que les records en bassin de 25 mètres soient officiellement homologués (auparavant, ils étaient considérés comme des meilleures performances mondiales), et le 31 octobre 1994 pour qu'apparaissent les 50 mètres dos, brasse et papillon en bassin de 50 mètres.

Entre 1996 et 2010, l'apparition de combinaisons de différentes matières entraîna une pluie spectaculaire de records sur tous les continents.

La réglementation, après avoir été dans un premier en faveur de cette avancée technologique, fit marche arrière et imposa un retour à des combinaisons limitées dans leur surface et en tissu à partir du 1er janvier 2010[4].

Grandes compétitions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Natation sportive. Technique Entraînement, Marc Menaud et Lucien Zins, éditions Amphora, Paris, 1973, 273p.
  • 100 ans de natation française, Gille Navarro et Sophie Kamoun, édition atlantica, Anglet, 2003, 139p.
  • Natation, de l'apprentissage aux Jeux olympiques, Technique, Entraînement, Mental Michel Pedroletti, éditions Amphora Paris, 2009, 405p.
  • Les fondamentaux de la natation, Michel Pedroletti, éditions Amphora Paris, 2000, 253p.
  • "LA NATATION DE DEMAIN une pédagogie de l'action", Raymond Catteau, édition atlantica, Anglet, 2008, 158p et Dvd. Outil multimédia à l'intention des éducateurs, entraîneurs, animateurs...

Articles connexes[modifier | modifier le code]