Saut à ski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saut à ski

Description de l'image  Ski jumping pictogram.svg.
Fédération internationale Fédération internationale de ski
Sport olympique depuis 1924
Description de cette image, également commentée ci-après

Sauteur à ski lors d'une compétition à Vikersund

Tremplin de saut d'Holmenkollen (Oslo, Norvège)

Le saut à ski (ou saut à skis) est un sport d’hiver dans lequel les skieurs descendent une pente sur une rampe pour décoller (le tremplin), essayant d’aller aussi loin que possible. En addition à la longueur les juges donnent des points pour le style en vol et l'atterrissage du sauteur. Les skis utilisés sont longs et larges.

Le saut à ski est l'une des deux épreuves du combiné nordique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saut à ski en 1905

Les origines de ce sport se trouvent en Norvège où la première compétition se tint en 1862. La première grande compétition eut lieu sur le mont Husebybakken à Oslo en 1879. Holmenkollen est aujourd'hui considéré comme le foyer du ski nordique. Le saut à ski a fait son apparition aux Jeux olympiques, dès la première édition de 1924. Le saut à ski a été pratiqué couramment dès l'apparition du ski dit « nordique » en Europe continentale à la fin du XIXe siècle et n'est aucunement une discipline récente ou artificielle.

Principes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le skieur s'élance du haut d'un tremplin enneigé ou revêtu de matière synthétique, et atteint une grande vitesse dépassant les 100 km/h pour les tremplins de vol à ski[1]. À cet instant, il doit donner une impulsion afin d'aller le plus loin possible dans les airs. Cette impulsion est d'une importance capitale, car contrairement aux croyances, le nez du tremplin ne remonte pas. Une fois en l'air, le sauteur, qui a le talon libre, se penche de façon à placer son corps entre ses skis et cherche à obtenir une portance optimale sur l'air. Il se redresse au moment de l'atterrissage, et pour que ses notes de style restent optimales, il doit alors effectuer une « fente » avec les pieds en position dite « télémark ».

Les trois phases du saut à ski[modifier | modifier le code]

Un saut a ski décomposé

On peut distinguer trois phases essentielles qui permettent d'effectuer un saut de qualité :

  • La phase d'élan, sanctionnée par la vitesse obtenue par le sauteur au bout du tremplin. Une bonne vitesse est essentielle pour réaliser un bon saut. Cette vitesse dépend de la position d'élan du sauteur, de son relâchement dans la trace et de son poids, et de la capacité des skis à glisser sur la piste.
  • L'impulsion au bout du tremplin. Celle-ci doit être puissante et réalisée exactement au bon moment.
  • La phase de vol. Elle est déterminée principalement par le poids du sauteur, sa position en vol et la qualité de la transition entre l'impulsion et la position de vol.

On distinguait généralement deux catégories de sauteurs il y a encore 25 ans :

  • Les sauteurs athlétiques ou sauteurs, qui arrivaient vite au bout du tremplin, produisaient une impulsion forte mais obtenaient relativement peu de portance sur l'air de par leur poids de corps important et la trajectoire en cloche de leur vol consécutive à leur forte impulsion.
  • Les sauteurs légers ou voleurs, qui arrivaient moins vite au bout du tremplin, produisaient une impulsion moins forte mais obtenaient beaucoup de portance sur l'air de par leur poids de corps faible et la trajectoire rasante de leur vol, rapide, consécutif à leur impulsion plus mesurée.

À l'heure actuelle, tous les sauteurs sont très légers et ont un indice de masse corporelle faible (le contrôle de l'IMC a été installé sur le circuit international pour lutter contre l'anorexie).

En 2008, tous les sauteurs d'un niveau international ont une détente sèche d'environ 60 à 70 cm pour un IMC égal à 18,5 (P/2T) soit environ 1,84 m pour 63 kg.

Techniques de vol[modifier | modifier le code]

La technique « en V » est devenue la technique standard à partir des années 1990 de tous les sauteurs.

Plusieurs techniques se sont succédé à travers l'histoire du saut à ski. En sortie de la Première Guerre mondiale, les scientifiques, tels que Reinhard Straumann, se sont intéressés à cette discipline pour déterminer la position du corps la plus aérodynamique en phase de vol. Tout d'abord, les Norvégiens ont mis au point la technique dite de Kongsberger (en référence à la ville de Kongsberg) et popularisée par Jacob Tullin Thams et Sigmund Ruud (tous deux champions du monde dans les années 1920). La partie supérieure aux hanches était courbée vers l'avant avec la position des bras mobiles tendues vers l'avant tandis que les skis étaient parallèles. Cette technique a permis de passer de sauts de 45 mètres à plus de 100 mètres jusqu'aux années 1950. Viennent ensuite en même temps la technique de Däscher du nom du sauteur suisse Andreas Däscher où les bras sont alors placés en arrière[2], tout comme la technique du nom du sauteur allemand Erich Windisch.

La véritable révolution intervient avec l'adoption de la technique « en V ». Bien que créée dans les années 1960 par un sauteur polonais Mirosław Graf[3], cette technique a longtemps été décriée. Elle est popularisée par le Suédois Jan Boklöv et le Tchécoslovaque Jiří Malec à la fin des années 1980 où malgré des notes sévères du jury, ces derniers parvenaient à réaliser des performances. En phase de vol, le sauteur place désormais ses skis en V et non plus parallèlement, ce qui augmente la portance de l'air de 28 % et permet d'allonger la distance du saut de 10 %[4].

Dans le cas où les sauteurs exagèrent l'écart leurs skis au point que les talons se croisent, la technique dite « en X » est employée, toutefois celle-ci présente une diminution de portance qu'avec la technique « en V ».

Facteurs externes influençant le vol[modifier | modifier le code]

  • Un vent de face rallonge la distance de saut en ajoutant de la portance sous les skis du sauteur. Au contraire, un vent arrière ou de dos rabat le sauteur contre la piste de réception.
  • La hauteur de la barre d'élan. Pour s'adapter au niveau des compétiteurs et aux conditions météo, il est possible de modifier la hauteur de la barre depuis laquelle le sauteur s'élance. Plus la barre est haute, plus la vitesse du sauteur en sortie de tremplin est élevée.

Le décompte des points[modifier | modifier le code]

Le vainqueur d'un concours est le sauteur qui réalise le plus grand nombre de points sur un total de deux sauts (1re et 2e manche). Le total point est composé :

  • des points attribués pour la longueur,
  • et des points attribués pour le style.

Décompte des points pour la longueur[modifier | modifier le code]

Chaque tremplin possède une zone cible d'atterrissage appelé le point K (K-point), c'est une distance de référence comparable au « par » d'un parcours de golf. Pour les compétitions K-90 et K-120, les points K sont respectivement de 90 et de 120 mètres. Le skieur marque 60 points lorsqu'il retombe à la hauteur du point K, chaque mètre au-delà ou en deçà du point K est compensé par l'ajout ou le retrait d'un certain nombre de point, variable selon les tremplins, par exemple 3,6 points pour un K-35, 2 points pour un K-90, et 1,8 pour un K-120[5].

Décompte des points pour le style (ou « notes de style »)[modifier | modifier le code]

Cinq juges placés au bord de la piste donnent une note comprise entre 0 et 20. La meilleure et la moins bonne sont ôtées du total, qui est ajouté aux points attribués pour la distance de saut du sauteur.

La note attribuée par défaut est le 20. Des déductions sur ce total idéal sont effectuées, déductions qui peuvent survenir dans trois catégories :

  • Le vol (position en vol, mouvements parasites, et indirectement longueur du saut).
  • La réception (douceur de l'atterrissage, qualité du « télémark »).
  • La fin de saut (fautes de carre, chutes).

Les cas les plus fréquents de déductions sont les mouvements en vol (-1 point), l'absence de télémark (-3 points) et la chute (-7 points au maximum).

Les plus longues distances[modifier | modifier le code]

Lors de la première compétition en 1879, le record était de 23 mètres. Il faudra attendre 1936 pour voir un saut à plus de 100 mètres et 1957 pour les 150 mètres. En 1994, Toni Nieminen devint le premier sauteur à sauter au-delà des mythiques 200 mètres. Le 20 mars 2005, Bjørn Einar Romøren sauta à 239 mètres sur le tremplin de Planica en Slovénie. Ce record a tenu six ans, et a été battu le 11 février 2011 par Johan Remen Evensen, qui sauta à 246,5 mètres sur le nouveau tremplin Vikersundbakken en Norvège.

Pour être validé en tant que record, un saut doit :

  • Être effectué dans une manche de Coupe du monde, un championnat du monde ou des Jeux olympiques, ainsi qu'aux entraînements officiels (c'est-à-dire avec un jury de compétition) de ces dernières compétitions, cela afin d'éviter que la hauteur d'élan pris par le sauteur ne soit trop importante comparée aux précédentes tentatives.
  • Être tenu, c'est-à-dire que le sauteur ne doit toucher la neige avec aucune partie du corps lors de la réception.

Meilleures performances par sauteur (saut validé) :

Distance Athlète Pays Lieu Date Circonstance
246,5 m Johan Remen Evensen Drapeau de la Norvège Norvège Vikersund 11 février 2011 Qualification pour la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[6]
244,5 m Anders Fannemel Drapeau de la Norvège Norvège Vikersund 25 février 2012 1er saut de la 1re manche du championnat du Monde de Vol à Ski 2012
244 m Robert Kranjec Drapeau de la Slovénie Slovénie Vikersund 25 février 2012 2e saut de la 1re manche du championnat du Monde de Vol à Ski 2012
243,5 m Gregor Schlierenzauer Drapeau de l'Autriche Autriche Vikersund 12 février 2011 1er saut de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[7]
243 m Johan Remen Evensen Drapeau de la Norvège Norvège Vikersund 11 février 2011 Saut d'entrainement pour la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[8]
241,5 m Martin Koch Drapeau de l'Autriche Autriche Vikersund 11 février 2011 Saut d'entrainement pour la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[8]
240 m Johan Remen Evensen
Janne Happonen
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Finlande Finlande
Vikersund
Vikersund
12 février 2011
13 février 2011
1e saut de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[9]
1er saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[10]
239 m Bjoern Einar Romoeren Drapeau de la Norvège Norvège Planica 20 mars 2005 2e saut de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005[11]
238,5 m Simon Ammann Drapeau de la Suisse Suisse Vikersund 13 février 2011 2e saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[12]
237 m Gregor Schlierenzauer
Gregor Schlierenzauer
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de l'Autriche Autriche
Vikersund
Vikersund
12 février 2011
13 février 2011
Saut d'essai de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[13]
2e saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[12]
236,5 m Simon Ammann Drapeau de la Suisse Suisse Planica 20 mars 2010 4e manche du Championnat du monde de vol à ski 2010[14]
236 m Antonin Hajek Drapeau de la République tchèque République tchèque Planica 20 mars 2010 4e manche du Championnat du monde de vol à ski 2010[14]
235,5 m Matti Hautamaeki Drapeau de la Finlande Finlande Planica 20 mars 2005 2e saut de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005[11]
234,5 m Johan Remen Evensen Drapeau de la Norvège Norvège Vikersund 12 février 2011 2e saut de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[15]
233,5 Janne Ahonen Drapeau de la Finlande Finlande Planica 20 mars 2005 1er saut de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005[11]
232 m Robert Kranjec
Robert Kranjec
Drapeau de la Slovénie Slovénie
Drapeau de la Slovénie Slovénie
Vikersund
Vikersund
11 février 2011
12 février 2011
Qualification pour la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[16]
Saut d'essai de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[13]
231 m Andreas Widhoelzl
Tommy Ingebrigtsen
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la Norvège Norvège
Planica
Planica
20 mars 2005
20 mars 2005
1er saut de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005[11]
1er saut de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005[11]
230,5 m Roar Ljoekelsoey
Anders Jacobsen
Gregor Schlierenzauer
Johan Remen Evensen
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la Norvège Norvège
Planica
Planica
Planica
Vikersund
20 mars 2005
20 mars 2010
20 mars 2010
13 février 2011
1er saut de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005[11]
4e saut du Championnat du monde de vol à ski 2010[14]
4e saut du Championnat du monde de vol à ski 2010[14]
1e saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[10]
230 m Adam Malysz Drapeau de la Pologne Pologne Vikersund 13 février 2011 2e saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[12]
229,5 m Martin Koch Drapeau de l'Autriche Autriche Planica mars 2008
229 m Robert Kranjec Drapeau de la Slovénie Slovénie Planica mars 2007
228 m Dmitri Vassiliev
Sigurd Pettersen
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Norvège Norvège
Planica
Planica
mars 2005
mars 2005
227,5 m Michael Neumayer
Janne Happonen
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Finlande Finlande
Planica
Planica
mars 2005
mars 2008
227 m Gregor Schlierenzauer
Gregor Schlierenzauer
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de l'Autriche Autriche
Vikersund
Vikersund
11 février 2011
13 février 2011
Qualification pour la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[16]
1e saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[10]
226,5 m Henning Stensrud
Michael Uhrmann
Simon Ammann
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Suisse Suisse
Planica
Planica
Vikersund
mars 2005
mars 2005
12 février 2011


2e saut de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[15]
226 m Rok Benkovic
Olli Muotka
Johan Remen Evensen
Drapeau de la Slovénie Slovénie
Drapeau de la Finlande Finlande
Drapeau de la Norvège Norvège
Planica
Vikersund
Vikersund
mars 2005
12 février 2011
13 février 2011

Saut d'essai de la 22e épreuve de la Coupe du monde 2011[13]
2e saut de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[12]
225,5 m Thomas Morgenstern
Veli-Matti Lindstroem
Harri Olli
Simon Ammann
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la Finlande Finlande
Drapeau de la Finlande Finlande
Drapeau de la Suisse Suisse
Planica
Planica
Oberstdorf
Vikersund
mars 2005
mars 2003
14 février 2009
13 février 2011



Saut d'essai de la 23e épreuve de la Coupe du monde 2011[17]

Performances non validées (tombées) :

Distance Athlète Pays Lieu Date Circonstance
243 m Martin Koch Drapeau de l'Autriche Autriche Vikersund 25 février 2012 2e saut de la 1re manche du championnat du Monde de Vol à Ski 2012
240 m Janne Ahonen Drapeau de la Finlande Finlande Planica 20 mars 2005 2e saut de la 28e manche de la Coupe du monde 2005[18]
236 m Tommy Ingebrigtsen Drapeau de la Norvège Norvège Planica 20 mars 2005 2e saut de la 28e manche de la Coupe du monde 2005[19]
234,5 m Andreas Widhoelzl Drapeau de l'Autriche Autriche Planica 17 mars 2005
233 m Simon Ammann Drapeau de la Suisse Suisse Planica 22 mars 2009
232,5 m Veli-Matti Lindstroem Drapeau de la Finlande Finlande Planica 21 mars 2003

Principales compétitions[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

L'Holmenkollbakken à Oslo a accueilli l'évènement en 1952.
Article détaillé : Saut à ski aux Jeux olympiques.

Présent entre 1901 et 1926 aux Jeux nordiques entre Stockholm et Oslo, le saut à ski est intégré au programme olympique dès la première édition des Jeux olympiques d'hiver en 1924 à Chamonix où un tremplin est construit pour l'occasion. À sa première édition, seule l'épreuve individuelle masculine est disputée comme les éditions suivantes, le piste d'élan était alors de soixante-dix mètres jusqu'en 1956 avant d'être prolongé à quatre-vingts mètres en 1960. Lors de l'édition 1964 à Innsbruck, un deuxième concours individuel a lieu. Désormais, deux épreuves prennent place avec le grand tremplin (K 120 : piste d'élan de quatre-vingt mètres) et le petit tremplin (K 90 :piste d'élan de soixante-dix mètres). En 1980, la piste d'élan du grand tremplin atteint quatre-vingt-dix mètres. À Calgary en 1988, une troisième épreuve voit le jour avec l'instauration de l'épreuve par équipe sur grand tremplin. Enfin, à partir de 2014 à Sotchi, le saut à ski intègre une quatrième épreuve avec l'épreuve individuelle féminine. La discipline constitue l'un des moments privilégiés de cette compétition.

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Deux types de Championnats du monde sont à dissocier avec d'une part les Championnats du monde de saut à ski intégrés aux Championnats du monde de ski nordique aux côtés du combiné nordique et du ski de fond, et d'autre part les Championnats du monde de vol à ski

Championnats du monde de saut à ski[modifier | modifier le code]

Les Championnats du monde de saut à ski sont intégrés aux Championnats du monde de ski nordique depuis sa création. Par ailleurs, de 1924 à 1984, les éditions des Jeux olympiques ont également valeur de Championnats du monde, par conséquent les Championnats du monde de saut à ski se déroulent depuis 1924 (l'appellation Championnats du monde de ski nordique fait son apparition à partir de 1937, auparavant prenaient place annuellement les « Rendez-vous Races » puis les « FIS Races »). Depuis 1985, ils se déroulent tous les deux ans hors années olympiques. Pour l'édition 2013, cinq épreuves sont inscrits au programme - deux épreuves masculines individuelles sur petit et grand tremplin, une épreuve masculine par équipes sur grand tremplin, une épreuve individuelle féminine et enfin une épreuve mixte par équipes.

Championnats du monde de vol à ski[modifier | modifier le code]

Le tremplin de Letalnica est l'un des cinq tremplins à pouvoir accueillir le vol à ski.

Les sauteurs ont la possibilité également de s'aligner à l'autre Championnat du monde dit de vol à ski depuis 1972. Il se dispute également tous les deux ans les années paires. La particularité de cet évènement tient à la longueur du tremplin dépassant 200 mètres contre environ 120 mètres pour le saut à ski. De nos jours, seuls cinq tremplins ont la capacité d'accueillir cet évènement : Tremplin Heini Klopfer, Letalnica, Vikersundbakken, Kulm et Čerťák.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Contrairement aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde qui couronnent leurs vainqueurs sur une seule épreuve, depuis 1979 la Coupe du monde de saut à ski consiste à additionner des points tout au long d'une saison hivernale pour déterminer les meilleurs sauteurs à ski, ceci sur la même idée que la Coupe du monde de ski alpin. Régie par la Fédération internationale de ski, elle se dispute annuellement en Europe, Asie et Amérique du Nord, entre vingt-cinq et trente épreuves.

Les sauteurs doivent obligatoirement y avoir marqué au moins un point en Coupe continentale pour défendre leur chance en Coupe du monde (hors « groupe national », sauteurs d'une nationalité admis ponctuellement dans leur pays).

La tournée des quatre tremplins[modifier | modifier le code]

Trophée remis au vainqueur de la Tournée.
Article détaillé : Tournée des quatre tremplins.

Cette compétition existe depuis 1954 et a lieu annuellement. Elle se dispute sur deux tremplins en Allemagne (Oberstdorf et Garmisch-Partenkirchen) et deux en Autriche (Innsbruck et Bischofshofen). Les scores réalisés lors de ces quatre concours sont additionnés pour déterminer le vainqueur. Elle constitue l'un des plus prestigieuses compétitions de ce sport, bien qu'il n'y ait pas de médailles comme lors d'un championnat du monde. Elle fait partie intégrante de la Coupe du monde.

Coupe du monde féminine de saut à ski[modifier | modifier le code]

À partir de l'hiver 2011, les femmes disposent désormais du pendant féminin de la Coupe du monde sur le même modèle que masculin.

Grand Prix d'été[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Prix d'été de saut à ski.

Depuis 1994 pour les hommes et 2012 pour les femmes, il existe également une Grand Prix d'été, qui se déroule généralement sur des tremplins de même type que les tremplins hivernaux, sur lesquels un revêtement synthétique remplace la neige présente sur la piste d'élan et la piste de réception. Il sert d'entraînement pour les compétitions hivernales.

Coupe continentale[modifier | modifier le code]

Coupe continentale de saut à ski[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe continentale de saut à ski.

La Coupe continentale est une compétition de niveau inférieur à la Coupe du monde de saut à ski, dont elle est l'antichambre : les sauteurs doivent obligatoirement y avoir marqué au moins un point pour défendre leur chance en Coupe du monde (hors « groupe national », sauteurs d'une nationalité admis ponctuellement dans leur pays).

Coupe continentale féminine de saut à ski[modifier | modifier le code]

Jusqu'à l'hiver 2011-2012, en l'absence de Coupe du monde de saut à ski féminin, la Coupe continentale féminine de saut à ski, représente l'élite de ce sport. De nos jours, elle constitue l'antichambre de la Coupe du monde.

Vol à ski[modifier | modifier le code]

Vue du sommet du tremplin de Planica, Slovénie, le second plus grand tremplin au monde après le Vikersundbakken.

Le vol à ski a le même règlement que le saut à ski. Cependant, il se dispute sur des tremplins de vol ou tremplins géants, sur lesquels les sauteurs dépassent les 200 mètres contre 100 mètres sur les tremplins traditionnels. Il n'y a que peu de concours de vol à ski durant la saison. Il existe seulement cinq tremplins de vol à ski homologués (contre près de 120 pour le saut à ski) :

Réglementation[modifier | modifier le code]

Skis[modifier | modifier le code]

Constatant de nombreux problèmes de poids allant jusqu'à l'anorexie chez certains sauteurs[20], la Fédération internationale de ski a introduit en septembre 2004 un nouveau règlement : la longueur des skis, capitale pour obtenir de la portance, est désormais déterminée en fonction de la taille des sauteurs, corrigée en fonction de l'indice de masse corporelle, afin d'éviter que des sauteurs trop maigres puissent profiter de cet avantage. En 2011, la FIS relève le minimum de l'IMC à 121 et réduit la longueur maximale des skis à 145 % de la taille du sauteur[21]. La FIS mesure et enregistre la taille des sauteurs, qui sont également soumis régulièrement à des mesures de poids assurées par des officiels de la FIS, mesures prises en sous-vêtements et enregistrées, puis comparées lors des compétitions à celles prises sur le sauteur en combinaison.

Combinaison[modifier | modifier le code]

Les combinaisons sont aussi contrôlées lors des compétitions, afin d'assurer l'équité entre tous. La tolérance initiale de taille de six centimètres en plus du corps a été diminuée à zéro en été 2012, puis à 1,5 centimètre. En cas de combinaison ne répondant pas a cette réglementation, le sauteur se voit disqualifié.

Les concurrents doit faire mesurer la porosité à l'air de leur combinaison, qui doit être supérieure à 40 l/cm² pour être homologuée. Une combinaison est munie d'un sceau, signifiant qu'elle peut être utilisée dans les compétitions régies par la FIS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Janlou Chaput, Le 16 h : les secrets pour aller loin au saut à ski avant Sotchi, sur futura-sciences.com, le 8 janvier 2014
  2. Ski saut - Règlement et historique, sur jobavie.info
  3. (pl)Mirosław Graf - polski prekursor stylu V, sur skijumping.pl
  4. (en) Dina Spector, « Why Ski Jumpers Hold Their Skis In A V Shape », sur Business Insider,‎ 7 février 2014
  5. Les règlements des concours internationaux du ski - Livre III - Saut à ski, paragraphe 433.2
  6. Record du monde à 246,5m !
  7. Schlierenzauer of Austria celebrates a new personal best of 243.5 m during the WC skiflying event at the new Vikersund Ski jump arena
  8. a et b Résultat Entrainement Vikersund HS225 11-02-2011
  9. Résultat 1er} saut Vikersund HS225 12-02-2011
  10. a, b et c Résultat 1e} saut Vikersund HS225 13-02-2011
  11. a, b, c, d, e et f Résultat officiel de la 28e épreuve de la Coupe du monde 2005
  12. a, b, c et d Résultat Vikersund HS225 13-02-2011
  13. a, b et c Résultat saut d'essai Vikersund HS225 12-02-2011
  14. a, b, c et d Résultat final du Championnat du monde de vol à ski 2010.
  15. a et b Résultat Vikersund HS225 12-02-2011
  16. a et b Résultat Qualification Vikersund HS225 11-02-2011
  17. Résultat saut d'essai Vikersund HS225 13-02-2011
  18. Janne Ahonen tombe, se blesse, mais réalise malgré tout le 14e saut de la manche, pour terminer 6e de la compétition, détail sur le Résultat officiel de la 28e manche de la Coupe du monde 2005
  19. Tommy Ingebrigtsen tombe, mais réalise malgré tout le 15e saut de la manche, pour terminer 7e de la compétition, détail sur le Résultat officiel de la 28e manche de la Coupe du monde 2005
  20. Les poids plume du saut à ski, sur lemonde.fr, le 20 février 2010
  21. « Décisions prises au Congrès de la FIS à Portoroz (Slovénie) », sur dauphinordique.com,‎ 3 juin 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]