Andy Roddick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andy Roddick
Andy Roddick
Andy Roddick à l'US Open en 2010.
Carrière professionnelle
2000 – 2012
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 30 août 1982 (31 ans)
Drapeau : États-Unis Omaha
Surnom A-Rod
Raw Dick
"Angry Roddick"
"L'homme qui sert plus fort que son ombre" .
Taille / poids 1,88 m (6 2) / 88 kg (194 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Larry Stefanki
Gains en tournois 20 637 390 $
Site Internet andyroddick.com
Palmarès
En simple
Titres 32
Finales perdues 20
Meilleur classement 1er (03/11/2003)
En double
Titres 4
Finales perdues 4
Meilleur classement 50e (11/01/2010)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/2 1/8 F (3) V (1)
Double - 1/32 1/32 1/16
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 1 (2007)

Andrew Stephen Roddick, dit Andy Roddick, né le 30 août 1982 à Omaha dans le Nebraska, est un ancien joueur de tennis américain, professionnel de 2000 à 2012.

Il a terminé la saison 2003 en tant que no 1 mondial, l'année de sa victoire à l'US Open. Il a participé à quatre autres finales de Grand Chelem, perdant à chaque fois contre le Suisse Roger Federer (Wimbledon 2004, 2005, 2009, US Open 2006).

Andy Roddick est connu pour son service atypique mais efficace. Il a détenu pendant sept ans le service le plus rapide du tennis professionnel, avec une mise en jeu à 249 km/h (155 mph). Il a battu son propre record trois fois et détient beaucoup d'autres records de services[1]. Il possède en outre un coup droit très puissant. Son entraîneur actuel est Larry Stefanki. Il est l'un des rares joueurs à avoir un bilan positif contre Pete Sampras (2-1). Roddick est le dernier joueur américain à avoir remporté l'US Open de tennis en simple.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'un des meilleurs serveurs de l'histoire du tennis[modifier | modifier le code]

Andy Roddick

Andy Roddick fait partie des six joueurs ayant dépassé les 1000 aces en une saison avec : Pete Sampras, Ivo Karlović, John Isner, Milos Raonic et Goran Ivanišević. Roddick met peu de temps pour servir, en totale opposition à Karlović par exemple. Il sert de façon peu académique, mais la force qu'il parvient à mettre dans la balle fait toute la différence et rend les retours des adversaires extrêmement difficiles. De plus, les services de Roddick ne sont pas seulement puissants, ils apparaissent aussi être précis et variés.
Il est le joueur ayant inscrit le plus grand nombre d'aces en 2003, 2004, 2005, 2006 et 2008, et a été deuxième de cette catégorie en 2007 et 2009 derrière Karlovic et 2010 derrière Isner. Voici ses principaux records au service :

  • Seul joueur de l'histoire du tennis à avoir détenu le service le plus rapide des 4 grands chelems, du tennis en général et le record de vitesse moyenne en première balle, il a par ailleurs détenu tous ces records en même temps en 2006.
  • Plus de services au-dessus de 240 km/h que tous les autres joueurs réunis.
  • Joueur ayant le plus de fois servi à plus de 230 et 240 km/h.
  • Service le plus rapide de l'histoire de l'US Open : 244 km/h.
  • Service le plus rapide de l'histoire de l'open d'Australie : 239 km/h.
  • Record de vitesse moyenne en première balle lors d'un match : 215 km/h.
  • Service le plus rapide de l'histoire du tennis, troisième actuellement : 249,4 km/h (de 2004 à 2011).( Après Ivo Karlovic : 251 km/h en 2011)
  • Service le plus rapide de l'histoire de Wimbledon : 235 km/h (de 2004 à 2010).
  • Service le plus rapide de l'histoire de Roland Garros : 232 km/h (de 2006 à 2010, détenu conjointement avec Fernando Verdasco de 2009 à 2010).
  • Service le plus rapide de l'histoire d'un grand chelem : 244 km/h.
  • Record d'aces servi dans un match de Roland Garros : 37 (en 2001, pour sa première participation).
  • Service le plus rapide de l'histoire du GPTL : 229 km/h .
  • Service le plus rapide de l'histoire du Queen's : 246,2 km/h.
  • Service le plus rapide de l'histoire de Dubaï : 241 km/h.
  • Service le plus rapide de l'histoire de Madrid : 243 km/h en 2009.
  • Service le plus rapide de l'histoire de Washington : 243 km/h en 2007.
  • Service le plus rapide de l'histoire de San Jose: 241 km/h en 2009.
  • Service le plus rapide de l'histoire de Pékin : 238 km/h en 2008.
  • Wimbledon 2004 : service le plus rapide (235 km/h) et plus grand nombre d'aces (101).
  • Wimbledon 2005 : plus grand nombre d'aces (105) et service le plus rapide (233 km/h).
  • Wimbledon 2007 : service le plus rapide (235 km/h).
  • Wimbledon 2008 : service le plus rapide (235 km/h).
  • Wimbledon 2009 : service le plus rapide (230 km/h) et joueur ayant servi le plus grand nombre d'aces (187).
  • Wimbledon 2011 : service le plus rapide (230 km/h).
  • Open d'Australie 2003 : plus grand nombre d'aces (101).
  • Open d'Australie 2005 : service le plus rapide (239 km/h) et plus grand nombre d'aces (97).
  • Open d'Australie 2007 : service le plus rapide (231 km/h).
  • Open d'Australie 2008 : service le plus rapide (238 km/h).
  • Open d'Australie 2009 : joueur ayant servi le plus grand nombre d'aces (99).
  • Roland Garros 2006 : service le plus rapide (232 km/h).
  • US Open 2003 : joueur ayant servi le plus grand nombre d'aces (123) et service le plus rapide (235 km/h).
  • US Open 2004 : service le plus rapide (244 km/h).
  • US Open 2006 : service le plus rapide (238 km/h) et joueur ayant servi le plus d'aces (102).
  • US Open 2007 : service le plus rapide (232 km/h).
  • US Open 2008 : service le plus rapide (237 km/h).
  • Record d'aces inscrit au tournoi de Dubaï : 840.

Il détient encore beaucoup de records de service, notamment en termes de puissance.

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Andy Roddick est né à Omaha (Nebraska), le 30 août 1982. Son père, Jerry, était homme d'affaires et sa mère, Blanche, institutrice. C'est elle qui dirige sa fondation. Andy a deux frères ainés, Lawrence et John, qui étaient promis à un bel avenir dans le tennis. À l'âge de quatre ans, Andy déménage avec sa famille à Austin (Texas) jusqu'à ses dix ans puis ils partent à Boca Raton (Floride) pour suivre la carrière de son frère John qui fut un champion de tennis juniors. Son frère John est son entraîneur et, depuis 2006, la Team Roddick a été complétée par Jimmy Connors, qui voyage souvent avec Andy lors des tournois majeurs. En 2004, après une relation de deux ans, il quitte l'actrice Mandy Moore puis en 2009, il se marie avec Brooklyn Decker, un mannequin de Sports Illustrated. Depuis ses 21 ans (2003), il est retourné vivre à Austin.

Parcours[modifier | modifier le code]

2000-2002 : Belles promesses chez les juniors et premier pas chez les professionnels[modifier | modifier le code]

L'Américain se fait connaitre en 2000 sur le circuit junior puisqu'il termine la saison en tant que no 1 mondial avec pas moins de six titres en simple, dont l'Open d'Australie et l'US Open et sept titres en doubles. En outre il remporte quelques challengers tels que Burbank ou Austin et réalise de bons débuts sur le circuit pro avec des victoires sur des membres du top50 comme Fabrice Santoro à Washington ou Fernando Vicente à Miami.

En 2001, il commence à se faire un nom sur le circuit principal en réalisant de bonnes performances. Pour sa première participation à Roland-Garros il atteint le troisième tour avec notamment une victoire sensationnelle contre l'une des légendes du tennis américain, Michael Chang qu'il bat en 5 sets en battant le record d'aces servi par un joueur dans un match de Roland Garros: 37. Il montre son potentiel sur surface rapide à Wimbledon ou il prend un set à Goran Ivanisevic, le futur vainqueur, dans un match de grand serveur. En outre il remporte trois tournois : Atlanta, Houston et Washington. À la suite de cette bonne saison, il termine l'année à la 14e place ce qui fait de lui le plus jeune joueur à figurer dans le top20 en fin d'année et la presse américaine commence à s'intéresser à lui.

En 2002, il confirme les espoir placés en lui en remportant en février le tournoi de Memphis en battant en finale son ami James Blake, autre espoir du tennis américain. Il obtient ensuite de bons résultats en atteignant la demi-finale de San Jose et la finale de Delray Beach, avant de réaliser un véritable tour de force en avril en remportant le tournoi de Houston sur terre battue en éliminant successivement James Blake en quart: 6-2 6-4, Guillermo Coria en demi: 6-3 2-6 6-2 et Pete Sampras en finale : 7-6 6-3. Lors de la tournée américaine préparant l'US Open il atteint la finale du masters de Toronto et les quarts de finale de Cincinnati avant de s'incliner à l'US Open en quart de finale contre le futur vainqueur, Pete Sampras en 3 sets. Il termine l'année à la 10e place mondiale.

2003 : Numéro 1 mondial[modifier | modifier le code]

Andy Roddick débute sa saison au tournoi de Sydney où il bat l'Espagnol Tommy Robredo 6-2, 6-2 avant de s'incliner à la surprise générale au deuxième tour face au Coréen Lee Hyung-taik 65-7, 5-7. Mais l'Américain réalise ensuite sa meilleure performance à l'Open d'Australie puisqu'il atteint les demi-finales du tournoi en battant Zeljko Krajan 69-7, 6-2, 7-60, 6-3, Adrian Voinea 6-2, 6-2, 6-2, Fernando Vicente 6-2, 6-3, 6-2, et le Russe Youzhny en remontant d'un handicap de deux sets à zéro en huitième de finale, mais surtout en battant le Marocain Younès El Aynaoui en quart de finale. Ils se battent durant cinq heures, et le résultat était d'ailleurs un record à l'époque. Le 21-19 en faveur de Roddick est le set le plus long en Grand Chelem durant l'ère Open. Il dura en effet h 23. Le record a été battu en 2007, à Wimbledon, lors d'un match de double du deuxième tour au cours duquel les Brésiliens Marcelo Melo et André Sá ont battu Paul Hanley (Australie) et Kevin Ullyett (Zimbabwe) 28-26 dans le cinquième set, qui dura h 5, h 58 pour le match entier. Ce record a été amélioré le 24 juin 2010, encore à Wimbledon, par John Isner et Nicolas Mahut (11 h 5 minutes de jeu, 70-68 dans le cinquième set).

Il s'incline ensuite en finale des tournois de Memphis et de Houston contre ses compatriotes Taylor Dent et Andre Agassi avant de remporter le tournoi de St. Poelten en Autriche en battant Alberto Martín 6-1, 7-65, Philipp Kohlschreiber 6-3, 6-4, Richard Krajicek 7-5, 6-1, David Sánchez 6-2, 2-0 RET et Nikolay Davydenko en finale 6-3, 6-2. Il s'incline néanmoins dès le premier tour de Roland-Garros contre Sargis Sargsian, 67e mondial.

L'Américain se concentre ensuite sur l'une de ses surfaces favorites : le gazon. Il débute sa préparation pour Wimbledon au tournoi du Queen's au Royaume-Uni qu'il remporte avec des victoires contre Rik De Voest 6-3, 6-2, Greg Rusedski 6-3, 4-6 6-4, Taylor Dent 6-3, 7-63, Andre Agassi 6-1, 65-7, 7-66 et Sébastien Grosjean 6-3, 6-3. Il réalise un excellent parcours à Wimbledon en allant en demi-finale en ayant perdu qu'un seul set, victoires 6-2, 6-3, 6-3 contre Davide Sanguinetti, 7-64, 7-61, 7-5 contre Greg Rusedski, 7-65, 6-4, 6-4 contre Tommy Robredo, 6-4, 3-6, 6-3, 6-2 contre Paradorn Srichaphan et 6-4, 6-2, 6-4 contre Jonas Bjorkman mais s'incline contre sa future bête noire Roger Federer en 3 sets 66-7, 3-6, 3-6, futur vainqueur du tournoi et maitre des lieux.

Il démarre ensuite une formidable série de 27 victoires en 28 matchs en remportant le tournoi d'Indianapolis en battant Cyril Saulnier 65-7, 6-3, 7-64, Gregory Carraz, 6-3, 6-4, Xavier Malisse 6-4, 6-1, Sjeng Schalken 6-3, 6-2 et Paradorn Srichaphan en finale. En août il réalise un exploit en remportant consécutivement le tournoi de Montréal face à Xavier Malisse 3-6, 6-0, 6-2, Juan Ignacio Chela 7-66, 6-2, Sébastien Grosjean 6-3, 6-3, Karol Kucera 7-65, 6-3, Roger Federer 6-4, 3-6, 7-63, David Nalbandian 6-1, 6-3, le Masters de Cincinnati en battant Fernando Verdasco 6-3, 6-2, Ivan Ljubičić 6-1, 6-4, James Blake 7-62, 6-2, Mariano Zabaleta 6-1, 6-2, Max Mirnyi 7-65, 6-4 et son ami Mardy Fish en finale 4-6, 7-63, 7-64.

Puis vient l'US Open qu'il démarre dans la peau de « grandissime » favori fort de ses récents succès lors de la tournée américaine. Il se qualifie rapidement pour la deuxième semaine en battant Tim Henman 6-3, 7-62, 6-3, Ivan Ljubičić 6-3, 64-7, 6-3, 7-68, et Flavio Saretta 6-1, 6-3, 6-3. En deuxième semaine, il s'impose face au Belge Xavier Malisse 6-3, 6-4, 7-65, Sjeng Schalken 6-4, 6-2, 6-3. En demi-finale, il bat l'Argentin David Nalbandian au terme d'un match de très haute volée 64-7, 3-6, 7-67, 6-1, 6-3 en sauvant une balle de match et en servant pas moins de 38 aces. En finale, il domine le nouveau no 1 mondial du classement technique Juan Carlos Ferrero 6-3, 7-66, 6-3.

À la Masters Cup de Houston il réussit à se qualifier pour les demi-finales en dominant Carlos Moyà 6-2, 3-6, 6-3, Guillermo Coria 6-3, 64-7, 6-3, malgré une défaite contre l'allemand Rainer Schüttler 6-4, 63-7, 6-3, s'incline une nouvelle fois contre sa bête noire, le suisse Roger Federer 62-7, 2-6.

À la fin de l'année, à 21 ans, il est numéro 1 mondial, et premier Américain depuis Andre Agassi en 1999 à l'être en fin de saison. Il est aussi le plus jeune Américain à occuper cette place depuis le début des classements informatiques. Il est de plus le joueur ayant servi le plus d'aces : 989.

2004 : Dans l'ombre de Federer[modifier | modifier le code]

Andy Roddick à l'US Open en 2004.

Fort de son excellente deuxième partie de saison et de sa première place mondiale, Roddick démarre la saison 2004 avec confiance. Après avoir facilement atteint les quarts de finale de l'Open d'Australie, il est défait face au toujours dangereux Marat Safin 6-2, 3-6, 5-7, 7-60, 4-6. À la suite de cette défaite il perd sa première place mondiale qu'il détenait depuis 13 semaines au profit de Roger Federer.

Il remporte ensuite les tournois de San Jose (en battant le record d'aces servi lors du tournoi) face à Christophe Rochus 6-4, 6-2, Kristof Vliegen 6-2, 6-3, Joachim Johansson 6-3, 7-67, Robert Kendrick 7-63, 6-2, et enfin Mardy Fish (États-Unis) 7-613, 6-4, et le masters 1000 de Miami en battant Karol Beck 6-2, 6-4, Jonas Björkman 6-4, 3-6, 6-3, Guillermo Cañas 6-3, 6-3, Carlos Moyà 5-7, 6-2, 7-5, Vincent Spadea 6-1, 6-3 et Guillermo Coria 62-7, 6-3, 6-1 et atteint la finale de Houston.

Battu sans gloire au deuxième tour de Roland-Garros, il se concentre encore une fois sur le gazon en remportant le troisième tournoi de sa saison au Queen's, pour la deuxième année consécutive en s'imposant face à Karol Kučera 7-64, 6-2, Mario Ančić 7-63, 4-6, 6-4, Paradorn Srichaphan 6-3, 6-3, Lleyton Hewitt 7-67, 6-3 et Sébastien Grosjean 7-64, 6-4 en finale. Il atteint la finale de Wimbledon en battant Jimmy Wang 6-3, 7-5, 6-4, Alexander Peya 6-3, 7-62, 6-4, Taylor Dent 6-3, 7-66, 7-61, Alexander Popp 7–5, 6-4, 6-4, Sjeng Schalken 7-64, 7-69, 6-3 et Mario Ančić 6-4, 4-6, 7-5, 7-5 en demi mais s'incline en finale contre le suisse Federer 6-4, 5-7, 63-7, 4-6.

Il réussit le début de sa préparation pour l'US Open en remportent le tournoi d'Indianapolis et en atteignant la finale du masters de Montréal ou il s'incline une nouvelle fois contre Roger Federer. À l'US Open, il est éliminé à la surprise générale en quarts de finale par Joachim Johansson, autre grand serveur, qui s'impose en cinq sets.

Aux JO, il perd contre le futur médaillé de bronze Fernando González, au troisième tour. Andy Roddick faisait partie de la délégation américaine, qui comprenait également Taylor Dent, Mardy Fish, Vincent Spadea, Mike Bryan, Bob Bryan, Martina Navrátilová, Venus Williams, Chanda Rubin et Lisa Raymond. Puis, Andy fait à nouveau équipe avec Mardy Fish et les frères Bryan dans l'équipe américaine de Coupe Davis, mais il perdent en finale contre l'Espagne de Rafael Nadal à Séville. Andy perd son match contre Nadal, qui allait gagner l'année suivante les Internationaux de France.

Il participe ensuite à la demi-finale de la Coupe Davis contre la Biélorussie. Il remporte son premier simple contre Vladimir Voltchkov 6-1, 6-4, 6-4 en servant le service le plus rapide de l'histoire du tennis professionnel : 249,4 km/h. Il bat ainsi pour la troisième fois son propre record. Les commentaires à ce sujet sont unanime, la vidéo fait forte impression, certains comparant ce service, en particulier la poussée des jambes de l'américain à « un avion en décollage ». Puis il remporte son deuxième simple contre liaksandr Skrypko 6-4, 6-2. Il atteint également fin septembre la finale du tournoi de Bangkok ou il s'incline contre Federer.

À la Masters Cup l'américain se qualifie facilement pour les demi-finales en remportant ses 3 matchs de poules contre Tim Henman 7-5, 7-66, Marat Safin 7-67, 7-64 et Guillermo Coria (ARG) 7-64, 6-3. Il s'incline néanmoins contre l'australien Lleyton Hewitt 3-6, 2-6.

Il perd la finale de la Coupe Davis en perdant ses deux simples contre les Espagnols sur la terre battue de Séville.

À la fin de l'année, Andy se sépare de son entraîneur Brad Gilbert avec qui il collaborait depuis 18 mois. Andy finit l'année no 2 mondial, derrière Roger Federer. Sur cette année, il a été le joueur ayant servi le plus grand nombre d'aces (1017). Il devient ainsi le troisième joueur après Pete Sampras et Goran Ivanisevic à franchir la barre des mille aces en une saison.

Andy Roddick montre une très grande force de caractère quand il sauve le joueur hollandais Sjeng Schalken et d'autres invités d'un hôtel ayant pris feu en 2004. Il sauve également du feu Ben Campezi et Dean Monroe[2].

2005 : Concurrence avec Federer et Nadal[modifier | modifier le code]

Le premier tournoi de Roddick est l'open d'Australie où comme en 2003, il atteint la demi-finale en battant Irakli Labadze (7-5, 6-2, 6-1), Greg Rusedski (6-0, 3-6, 6-2, 6-3), Jürgen Melzer (6-2, 6-2, 7-5), Philipp Kohlschreiber (6-3, 7-66, 6-1), Nikolay Davydenko (6-3, 7-5, 4-1) avant de chuter face à Lleyton Hewitt (6-3, 63-7, 64-7, 1-6). Il remporte ensuite l'Open de San José, en Californie, où il est le premier à gagner le tournoi deux années consécutivement depuis Mark Philippoussis en 1999 et 2000. Il bat Cyril Saulnier (6-0, 6-4) en 50 minutes, la finale la plus rapide de l'histoire du tournoi depuis la victoire d'Arthur Ashe sur Guillermo Vilas en 1975. Il atteint la demi-finale du tournoi d'Indian Wells battu pour la deuxième fois de la saison par Hewitt au terme d'un match intense (62-7, 7-63, 64-7). En avril, Andy gagne les Internationaux des États-Unis sur terre battue, récupérant son titre de 2001 et 2002 (il avait perdu en 2003 contre Andre Agassi et en 2004 contre Tommy Haas).

En mai, Roddick a une balle de match contre l'Espagnol Fernando Verdasco. Verdasco sert, tentant de sauver la balle de match sur son deuxième service, quand le juge de ligne annonce faussement le service out. Si cette annonce avait été suivie, Andy aurait gagné le match. Mais Andy montre à l'arbitre la marque de la balle qui était bonne. L'annonce change et finalement Verdasco gagne le match. Beaucoup aux États-Unis dirent qu'Andy Roddick avait choisi le "fair-play plutôt que la victoire". Cependant, l'arbitre serait certainement descendu de sa chaise car Verdasco s'apprêtait à protester et l'on aurait vu que la balle était bonne. Roddick a juste dit qu'il voulait éviter un voyage à l'arbitre.

Pour la troisième fois de sa carrière il remporte le tournoi du Queen's en s'imposant contre Mark Philippoussis (6-2, 6-4), Karol Beck (6-2, 3-6, 6-4), Sébastien Grosjean (6-4, 7-65), Radek Štěpánek (6-3, 2-6, 6-2) et enfin contre le Croate Ivo Karlović (7-67, 7-64) avant d'arriver pour la deuxième année consécutive en finale de Wimbledon avec des victoires contre Jiří Vaněk (6-1, 7-64, 6-2), Daniele Bracciali (7-5, 6-3, 63-7, 4-6, 6-3), Igor Andreev (6-2, 6-2, 7-64) Guillermo Coria (6-3, 7-61, 6-4), Sébastien Grosjean (3-6, 6-2, 6-1, 3-6, 6-3), Thomas Johansson (66-7, 6-2, 7-610, 7-65), avant de perdre pour la 3e année consécutive à Wimbledon contre le Suisse Roger Federer en 3 sets (2-6, 62-7, 4-6).

Il remporte le tournoi de Washington en août, atteint la finale de Cincinnati, battu par Federer. À l'US Open, Andy est battu par le Luxembourgeois Gilles Müller (ATP 70) au premier tour. Sa dernière défaite au premier tour de l'US Open remontait à 2000. Au Grand Prix de tennis de Lyon, Andy gagne contre Gaël Monfils en finale et remporte le tournoi sans perdre un set ni concéder son service et en servant le service le plus rapide de l'histoire du tournoi: 229 km/h. Mais bien qu'il ait atteint la finale de Wimbledon et les demi-finales de l'Open d'Australie, TENNIS Magazine et d'autres le critiquent pour son jeu pauvre cette année-là.

Il finit pour la troisième année de suite en tête du classement des aces: 912. Ses statistiques au service sont d'ailleurs impressionnantes avec 68 % de premières balles, 85 % de réussite derrière cette dernière et 94 % de jeux de services gagnés.

2006 : Année diesel[modifier | modifier le code]

Andy Roddick à l'US Open en 2006.

Andy Roddick démarre sa saison à l'Open d'Australie en tant que tête de série no 2 en raison de l'absence de Rafael Nadal, où il est éliminé par Márcos Baghdatís (6-4, 1-6, 6-3, 6-4), futur finaliste, après avoir battu Michael Lammer (6-4, 6-2, 6-2), Wesley Moodie (7-5, 6-3, 6-3) et Julien Benneteau (6-1, 6-2, 6-2).

Il entame la tournée américaine de février par la défense de son titre à l'Open de San José, où il est tête de série no 1. Après avoir battu Guillermo García-López (6-3, 6-4) puis Kenneth Carlsen (6-3, 1-6, 6-3) et Björn Phau (6-3, 6-2), il s'incline en demi-finale face à la révélation du tournoi et futur vainqueur Andy Murray. Il participe ensuite au tournoi de Memphis, toujours en tant que série no 1. Après avoir battu Mardy Fish (6-3, 65-7, 7-62) et Wayne Arthurs (64-7, 7-69, 7-62), il s'incline en quarts de finale face à Julien Benneteau (3-6, 6-4, 7-64) qui prend alors sa revanche sur l'Open d'Australie. À Indian Wells, tête de série no 3, il s'incline dès les huitièmes de finale contre Igor Andreev (4-6, 7-65, 6-1) après avoir été exempté de premier tour et ayant battu José Acasuso (7-65, 6-0) et Fernando Verdasco (6-3, 6-4). Au Masters de Miami, il bat Alberto Martín (6-3, 6-1), puis Fernando Verdasco (6-3, 6-4) et Simon Greul (6-3, 3-6, 6-2) avant de s'incliner contre David Ferrer (6-3, 4-6, 6-4).

Il entame la saison sur terre battue au tournoi de Houston où il est tenant du titre et dont il a atteint la finale quatre fois consécutivement. Après avoir battu Paul Capdeville (6-3, 6-2) et Oliver Marach (6-3, 6-4) avant de s'incliner contre Tommy Haas (61-7, 6-4, 6-4). Il reprend la compétition au Masters de Rome où il bat Victor Hănescu (6-1, 6-0) puis prend sa revance sur Márcos Baghdatís (3-6, 6-1, 6-2), puis Greg Rusedski (7-64, 6-2) avant de s'incliner contre Gaël Monfils (6-2, 6-3), mais manque le Masters de Monte-Carlo et le Masters d'Hambourg. À Roland Garros, il abandonne au premier tour étant mené deux sets à zéro contre Alberto Martín (6-4, 7-5, 1-0, ab.) en raison d'une blessure au pied.

Il démarre la saison sur gazon au Tournoi du Queen's où tête de série no 3. Exempté de premier tour, il bat Frank Dancevic (2-6, 6-4, 6-3), puis Paradorn Srichaphan (7-65, 6-3) et Fernando González (6-4, 6-3) avant de s'incliner contre James Blake en demi-finale (7-5, 6-4) dans un tournoi dont il est triple tenant du titre.

Après le tournoi d'Indianapolis, il décide à la fin juillet de faire appel à la légende du tennis américain Jimmy Connors pour l'entraîner. Malheureusement, en raison d'une douleur persistante au côté gauche, il est contraint de déclarer forfait pour les tournois de Washington et de Toronto. De retour aux affaires à Cincinnati, il remporte son quatrième Masters Series aux dépens d'un revenant Juan Carlos Ferrero après une semaine très convaincante. Le 10 septembre 2006, il parvient en finale de l'US Open mais est battu par le numéro 1 mondial Roger Federer en quatre sets (6-2, 4-6, 7-5, 6-1).

Grâce à cette fin de saison plus que convenable, Roddick obtient une nouvelle fois le droit de disputer la Masters Cup, tournoi qu'il avait disputé en 2003 et 2004 et qu'il aurait pu disputer en 2005. Il remporte son premier simple contre Ivan Ljubicic 6-4, 69-7, 6-1 mais s'incline contre Roger Federer 6-4, 68-7, 4-6 malgré deux balles de matchs, dont une sur son service. Il perd ensuite contre le vainqueur de la précédente édition David Nalbandian 2-6, 64-7.

2007 : Victoire en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

En 2007, Roddick commence par une victoire au tournoi d'exhibition de Kooyong contre Roger Federer (6-2, 3-6, 6-3) en finale et parvient en demi-finale de l'Open d'Australie où il s'incline contre Federer (4-6, 0-6, 2-6), ce qui est pour lui une énorme désillusion. Dans une conférence de presse hors du commun, Roddick déclare : "Comment je me sens ? Dépressif ! C'est terrible. Je ne m'attendais pas à ça. J'ai reçu une fessée ce soir." [réf. nécessaire] Après deux semaines de pause, il enchaîne par une demi-finale à San Jose et une finale à Memphis perdue contre l'Allemand Tommy Haas.

À Indian Wells, il parvient en demi-finale en battant notamment Ivan Ljubičić en quart mais s'incline face au futur vainqueur de l'épreuve Rafael Nadal (6-4, 6-3). Il enchaîne avec un quart au masters de Miami mais doit abandonner face au jeune Britannique Andy Murray. Ce résultat l'empêche d'enchaîner une 5e demi-finale d'affilée sur 5 tournois depuis le début de l'année.

Sa saison sur terre battue, la surface où il se sent le moins à l'aise, est très moyenne avec notamment une défaite au premier tour de Roland-Garros.

En revanche, la partie sur gazon commence mieux avec une victoire (la quatrième) au tournoi du Queen's. Il élimine en finale la surprise du tournoi, le Français Nicolas Mahut (4-6, 7-67, 7-62) en sauvant une balle de match au deuxième set. À noter que cette victoire lui permet de reprendre la troisième place mondiale, qu'il avait quittée à l'issue du Grand Chelem parisien.

Andy Roddick au Classic de Washington en 2007.

Il semble donc bien préparé pour le tournoi de Wimbledon où il a été finaliste en 2004 et 2005, à chaque fois battu par le quintuple tenant du titre Roger Federer. Après un bon parcours où il élimine notamment Paul-Henri Mathieu, il est éliminé par Richard Gasquet en quart de finale au terme d'un match épique en 5 manches où il menait deux sets et un break. L'été sur dur de Roddick est assez bon, il commence par le tournoi d'Indianapolis où il perd en demi-finale face au Canadien Dancevic (4-6, 6-7), il enchaîne avec une victoire à Washington face à la révélation américaine de ce tournoi le géant John Isner, c'est le 23e tournoi gagné par Roddick depuis le début de sa carrière sur le circuit professionnel. Les deux Masters Series seront moins éclatant, tout d'abord un quart de finale perdu à Montréal face au futur vainqueur Djokovic (6-7, 4-6) puis une défaite au 3e tour à Cincinnati contre le redoutable contreur espagnol David Ferrer (6-7, 4-6). Puis arrive l'US Open, Roddick semble avoir retrouvé un bon niveau de jeu et se fraye un chemin jusqu'en quart de finale où il se mesure au numéro un mondial Federer, une fois de plus Roddick perd, après deux sets accrochés perdu au tie-break, il sombre dans la 3e manche (6-7, 6-7, 2-6). Sa fin de saison est axée sur la Coupe Davis, Roddick veut remporter ce saladier d'argent que les États-Unis attendent depuis 1995. Il gagne ses deux simples de la demi-finale remportée face aux Suédois. Les États-Unis participeront à la finale en décembre à domicile face à la Russie. Roddick joue le tournoi de Lyon où il perd dès le 1er tour contre Santoro (6-7, 6-2, 4-6), annule sa participation aux deux Masters Series de fin d'année et se prépare pour la finale de la Coupe Davis via le Masters. Cette préparation est une réussite puisqu'il gagne ses deux premiers simple face à Davydenko (6-3, 4-6, 6-2) puis Gonzalez (6-1, 6-4). Il accède au demi-finale du Masters avant même son 3e simple perdu face à Federer (4-6, 2-6). Sa demi-finale est mal négociée, il perd la rencontre face à Ferrer alors en état de grâce et qui joue son meilleur tennis (1-6, 3-6). La saison 2007 de Roddick se termine de fort belle manière puisqu'il permet aux États-Unis de gagner le saladier d'argent en gagnant son simple face à Dmitri Toursounov (6-4, 6-4, 6/2). Sa saison est plutôt bonne avec deux titres ATP, 1 finale et une 6e place mondial à la clé.

2008 : Sur courant alternatif[modifier | modifier le code]

Andy Roddick débute sa saison à l'Open d'Australie par une défaite inattendue au troisième tour contre l'Allemand Philipp Kohlschreiber, récent vainqueur de l'Open d'Auckland.

Il enchaîne par une victoire difficile contre l'Autrichien Jürgen Melzer lors du premier tour de la Coupe Davis. Il gagne ensuite deux tournois en s'imposant à San José puis à Dubaï, où il bat notamment Rafael Nadal en quart de finale puis Novak Djokovic, numéro 1 du classement ATP Race, en demi-finale. À Dubaï, il n'aura jamais concéder un service et inscrira le record d'aces du tournoi (84).

En mars, il est battu précocement au deuxième tour d'Indian Wells par l'Allemand Tommy Haas. À Miami, il bat Roger Federer pour la deuxième fois de sa carrière (7-64, 4-6, 6-3) mais il se fait éliminer par Nikolay Davydenko (7-65, 6-2) en demi-finale après un match trop passif. Il commence sa saison sur terre battue à Rome, où il atteint les demi-finales mais il abandonne face à Stanislas Wawrinka à cause de problèmes au dos et à l'épaule droite ; il doit donc renoncer à jouer à Hambourg, à la coupe du monde de tennis à Düsseldorf et à Roland-Garros.

Il reprend la compétition pour défendre son titre au Queen's. Son retour sur le gazon anglais se termine en demi-finale face à Rafael Nadal, après une défaite en 2 sets serrés 7-5, 6-4. Roddick se concentre alors sur l'un de ses tournois favoris : Wimbledon. Mais cette édition 2008 tourne court, puisqu'il est battu à la surprise générale par le Serbe Janko Tipsarević au second tour 6-7, 7-5, 6-4, 7-6. Après cette défaite dure à encaisser, Andy Roddick prépare sa saison estivale sur le dur nord-américain mais une blessure l'empêche de s'exprimer normalement. Il perd au 3e tour du Masters Series du Canada face à Marin Čilić 6-4, 4-6, 6-4, renonce à l'un de ses tournois préférés — Cincinnati — puis dispute le tournoi de Los Angeles pendant que la majorité des joueurs de renom disputent les JO de Pékin. Il parvient en finale, où il perd face à la révélation de l'été 2008 Juan Martín del Potro, 6-1, 7-6. La semaine suivante, il dispute le tournoi de Washington où il est tenant du titre, mais l'aventure tourne court, il est battu par Viktor Troicki après avoir pourtant gagné le 1er set 6-0 : il perd les deux sets suivants 2-6, 4-6. Son esprit est alors tourné vers SON tournoi, l'US Open, au cours duquel il se fraie un chemin jusqu'en quart de finale, où il perd en 4 manches face au Serbe no 3 mondial Novak Djokovic. Il remporte par la suite le tournoi de Pékin face à l'Israélien Dudi Sela, en trois sets : 6-4, 6-7, 6-3. C'est son troisième titre de cette année 2008, après San José et Dubaï. Il poursuit sa tournée asiatique à Tokyo, où il parvient jusqu'en demi-finale, perdant face à Tomáš Berdych dans un match accroché 63-7, 7-5, 7-63.

Andy Roddick à l'Open de Chine en 2008.

Andy Roddick dispute ensuite le Masters de Madrid, où il s'incline face au Français Gaël Monfils. Puis il va en France disputer le Grand Prix de tennis de Lyon ; il parvient en quart de finale, battu par Robin Söderling en deux tie-breaks. Il dispute l'Open de Paris-Bercy pour valider son accession à la Masters Cup, ce qu'il réussit puisqu'il réalise un bon tournoi, seulement battu en quart de finale par le futur vainqueur Jo-Wilfried Tsonga. Roddick tombe dans le groupe rouge avec Roger Federer, Andy Murray et Gilles Simon. Il est défait lors de son premier match par l'Écossais Andy Murray 6-4, 1-6, 6-1 et est contraint de déclarer forfait pour son second match prévu initialement contre Roger Federer en raison d'une blessure contractée à l'entraînement. Il est remplacé au pied levé par Radek Štěpánek pourtant seulement 26e à la Race.

En novembre, Andy Roddick s'attache les services de Larry Stefanki, ancien entraîneur du Chilien Fernando González.

2009 : Le renouveau et blessure en fin de saison[modifier | modifier le code]

Andy Roddick à Roland-Garros en 2009.

Andy Roddick débute sa saison au Qatar à Doha, où il est tête de série no 4. Il atteint la finale en battant Iván Navarro, Arnaud Clément, Victor Hănescu et Gaël Monfils (7-61, 3-6, 6-3) avant de s'incliner devant Andy Murray (6-4, 6-2). L'Américain participe ensuite à l'Open d'Australie. Arrivé en quarts de finale du tournoi, il croise la route de Novak Djokovic, le tenant du titre, lequel se voit forcé d'abandonner le match au quatrième set alors que l'Américain menait 63-7, 6-4, 6-2, 2-1. Son beau parcours prend une nouvelle fois fin face à Roger Federer, dans une demi-finale qu'il perd 6-2, 7-5, 7-5. C'est la septième fois consécutive que Roddick perd contre Federer dans des tournois du Grand Chelem (trois fois en finale, trois fois en demi-finale et une fois en quart).

Il oriente son prochain objectif sur l'Open de San José, où il se hisse aisément en demi-finale mais est battu par Radek Štěpánek (6-3, 6-7, 4-6). Mi-février, l'Américain décide de rester dans son pays natal pour participer au tournoi de Memphis, où il décroche son premier titre de la saison en prenant sa revanche en finale contre Radek Štěpánek, 7-5, 7-5. Après son boycott de l'Open de Dubaï, il enchaîne sur le Masters d'Indian Wells, où il se qualifie pour les demi-finales, mais perd contre Rafael Nadal 4-6, 6-7. Au Masters de Miami, il s'incline en quarts de finale face à Roger Federer, 6-3, 4-6, 6-4, soit la cinquième défaite cette saison pour 26 victoires. Sa saison sur terre battue est tronquée en raison de son mariage en avril. Il ne dispute que deux tournois : le Masters de Madrid, où il s'incline en quart de finale une nouvelle fois face à Roger Federer (7-5, 6-7(5-7), 6-1) et Roland-Garros, où il atteint les 1/8 de finale pour la première fois de sa carrière (battu par Gaël Monfils).

Andy Roddick à l'US Open en 2009.

Au Tournoi du Queen's, il se qualifie pour les demi-finales, mais abandonne finalement contre son compatriote James Blake à 4-4 dans le 1er set, pour cause de blessure à la cheville. À Wimbledon, troisième tournoi du Grand Chelem, il écarte Jérémy Chardy, Igor Kunitsyn et Jürgen Melzer lors des trois premiers tours, à chaque fois en quatre sets. En huitième de finale, il s'impose face au Tchèque Tomáš Berdych (7-64, 6-4, 6-3), puis décroche son ticket pour le dernier carré du tournoi londonien au terme d'un match accroché, disputé en cinq sets (6-3, 610-7, 7-61, 4-6, 6-4), face à l'Australien Lleyton Hewitt, vainqueur en 2002. En demi-finale, l'Américain douche les espoirs du public londonien en battant l'Écossais Andy Murray (6-4, 4-6, 7-67, 7-65) et se qualifie pour sa 3e finale dans ce tournoi. Comme lors des deux finales précédentes, il affronte Roger Federer, contre lequel il perd au terme d'un nouveau match sensationnel et très long (5-7, 7-66, 7-65, 3-6, 16-14) avec notamment le plus long set en nombre de jeux en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Dans cette finale, il tient sa mise en jeu 37 fois de suite, avant de se faire breaker et perdre le match.

Il débute la tournée américaine à Washington. Sa victoire en 1/8 de finale sur Sam Querrey lui permet d'être le 36e joueur de l'ère Open à atteindre le cap des 500 matchs gagnés sur le circuit ATP[2]. Il s'incline par la suite en finale face à l'Argentin Juan Martín del Potro sur le score de 3-6, 7-5, 7-6.

Après sa défaite prématurée face à son compatriote John Isner au troisième tour de l'US Open 2009, au terme d'un match de h 51 perdu sur le score de 6-7, 3-6, 6-3, 7-5, 6-7, Roddick fait sa rentrée à l'occasion du tournoi Open de Chine, où il s'incline au premier tour face au 143e joueur mondial Łukasz Kubot sur le score sans appel de 2-6, 4-6. À l'occasion, Roddick remettra très fortement en question le calendrier ATP. Selon lui, les joueurs ne disposeraient pas du temps nécessaire pour "se remettre d'aplomb" à l'issue d'une tournée américaine éreintante et seraient ainsi menacés de blessures en fin de saison. Ironie du sort, il se blesse au genou quelques jours plus tard aux Masters de Shanghai lors du deuxième tour face à Stanislas Wawrinka (4-3, ab) et met fin à sa saison 2009 par la même occasion.

2010 : Début en fanfare gâché par une mononucléose[modifier | modifier le code]

Andy Roddick à l'Open d'Australie en 2010.

Andy Roddick commence sa préparation pour le premier Grand Chelem de l'année avec l'Open de Brisbane, qu'il remporte en battant successivement Peter Luczak, Carsten Ball, Richard Gasquet, Tomáš Berdych et Radek Štěpánek en finale 7-62, 7-67. Au cours de ce tournoi, il n'aura perdu qu'un set (contre Berdych) et joué cinq tie-breaks (tous remportés). À l'Open d'Australie, il atteint la deuxième semaine sans grande difficulté en battant coup sur coup Thiemo de Bakker, Thomaz Bellucci et Feliciano López. En huitième de finale, il vainc Fernando González et se qualifie en cinq sets pour les quarts, où il est éliminé par Marin Čilić sur le score de 7-64, 6-3, 3-6, 2-6, 6-3.

À l'Open de San José, il bat en quarts de finale Tomáš Berdych au terme de deux tie-breaks. Après avoir battu difficilement Sam Querrey en demi-finale dans un match où il n'aura pas eu la moindre balle de break, il s'incline en finale face à Fernando Verdasco sur le score de 3-6, 6-4, 6-4.

Andy Roddick à Roland-Garros en 2010.

Il participe ensuite au tournoi de Memphis, où il se qualifie pour les quarts de finale en battant James Blake, puis Lu, avant de s'incliner contre Querrey : 7-5, 3-6, 6-1.

En mars, il atteint la finale des Masters d'Indian Wells pour la première fois de sa carrière. Il y rencontre le revenant croate Ivan Ljubičić, qui le bat sur le score de 7-63, 7-65.

Deux semaines plus tard, il récidive aux Masters de Miami, où il se qualifie également pour la finale, en éliminant notamment Rafael Nadal (4-6, 6-3, 6-3) en demi-finale. Sur le score de 7-5, 6-4 face à Tomáš Berdych, tombeur de Roger Federer en huitième de finale, il remporte le tournoi et s'adjuge son 5e titre en Masters 1000, le premier depuis Cincinnati en 2006. Avec 26 victoires pour 4 défaites il réalise le meilleur début de saison de sa carrière.

Il arrive sans préparation à Roland-Garros et s'incline dès le troisième tour face à Teimuraz Gabachvili.

Il est à nouveau stoppé assez tôt en Grand Chelem à Wimbledon, s'inclinant dès les huitièmes de finale face au Taïwanais Lu Yen-hsun, sûrement à cause de la mononucléose qu'il a contractée récemment.

Il atteint la demi-finale du Masters de Cincinnati, perdue contre Mardy Fish sur le score de 6-4, 63-7, 1-6.

À l'US Open, il est éliminé par le Serbe Janko Tipsarević dès le 2e tour. Il perd ensuite à Bâle en demi-finale contre Roger Federer pour la 20e fois en 22 confrontations sur le score de 6-2, 6-4.

Il termine l'année à la huitième place, se qualifiant une nouvelle fois, depuis 2003 compris, pour la Masters Cup de fin d'année.

2011 : Fin d'une époque[modifier | modifier le code]

Roddick débute sa saison par la défense de son titre à Brisbane, où il atteint la finale, perdue face à Robin Söderling. Il atteint les huitièmes de finale à l'Open d'Australie avant de remporter le trentième titre de sa carrière en simple à Memphis à la suite des victoires sur Ričardas Berankis (4-6, 6-2, 6-3), Janko Tipsarević (6-1, 7-68), Lleyton Hewitt (4-6, 6-3, 6-4), Juan Martín del Potro, qu'il bat pour la première fois de sa carrière 6-3, 6-4, et finalement Milos Raonic (7-67, 611-7, 7-5, avec une balle de match magnifique). Il fête ensuite son retour en Coupe Davis en remportant ses deux simples contre le Chili.

S'ensuit une série de désillusions en Masters 1000 et sur terre battue, malgré une finale en double à Rome. À la suite de ces contres-performances, il quitte le top 10. Il le réintègre néanmoins grâce à une demi-finale au Queen's, perdue face à Andy Murray.

À Wimbledon, où il nourrit de grands espoirs, il se qualifie pour le troisième tour en disposant d'Andreas Beck 6-4, 7-66, 6-3 et Victor Hănescu 6-4, 6-3, 6-4 mais s'incline alors contre Feliciano López 6-7, 6-7, 4-6, malgré un service à 230 km/h, nouveau record de cette édition.

Il perd son simple de Coupe Davis contre David Ferrer en gâchant plusieurs occasions, confirmant sa baisse de niveau.

Blessé, il déclare forfait pour les tournois d'Atlanta, Washington et Montréal. Il effectue son retour au Masters de Cincinnati mais ce n'est pas un succès : d'entrée, il perd face à Philipp Kohlschreiber en trois sets (65-7, 7-5, 6-1).

Néanmoins il se qualifie pour les demi-finales de Winston Salem sans avoir eu à sauver la moindre balle de break avant de s'incliner contre le futur vainqueur, John Isner. À l'US Open, il se qualifie pour la deuxième semaine en éléminant Michael Russell, Jack Sock, Julien Benneteau, et le numéro 5 mondial David Ferrer et se qualifie contre Rafael Nadal mais perd malheureusement 6-2/6-1/6-3, blessé aux deux cuisses.

Roddick participe au tournoi de Tokyo où il est éliminé au premier tour par Kevin Anderson sur le score de (6-4,7-5) puis il participe au tournoi de Shanghai où il va jusqu'en quart de finale en s'imposant successivement contre Lu Yen-hsun (6-2, 3-6, 6-2), Grigor Dimitrov (7-6(3) 7-5) et l'Espagnol Nicolás Almagro (6-3 6-4) avant de finalement perdre contre David Ferrer (6-7(5) 6-2 7-6(2))

Éliminé en quart de finale du tournoi de Bale par Roger Federer (3-6, 2-6) après deux victoires sur Tommy Haas et Radek Štěpánek, il ne se qualifiera pas pour la Master Cup de fin de saison, pour la première fois depuis 2002. Il ne finira également pas la saison dans le top 10, une première depuis 2001. Sa saison se termine à Paris-Bercy ou il s'incline dès les huitième de finale contre Andy Murray.

2012 : Fin de carrière[modifier | modifier le code]

La saison de l'Américain débute par une victoire en 3 sets face au Néerlandais Robin Haase à l'Open d'Australie. Il est battu lors du second tour par le local Lleyton Hewitt sur abandon lors d'un duel d'ex numéro 1 mondial. Lors d'une interview, A-Rod déclara qu'il voulait muer son jeu en un jeu plus agressif, basé sur plus de coups droits à plat ; il reconnut d'un ton humoristique que son ancien jeu défensif avait été jugé comme celui d'une « 14 years old junior girl ». Il s'incline néanmoins dès les quarts de finale de San Jose, touché à la cheville, et au premier tour de Memphis, où il était tenant du titre.

Andy Roddick à Roland-Garros en 2012.

Au Masters 1000 d'Indian Wells, il est éliminé par le Tchèque Tomáš Berdych, continuant ainsi son début de saison plus que décevant. Cependant, la semaine suivante, au Masters 1000 de Miami, il élimine le no 3 mondial Roger Federer en trois sets, 7-6, 1-6, 6-4. Il est éliminé en huitième de finale par l'Argentin Juan Mónaco.

Plus de deux mois après sa dernière compétition officielle, l'Américain arrive à Roland-Garros sans grandes ambitions étant donné que la terre battue est une surface qui ne lui convient pas. Bien que tête de série numéro 26, il est éliminé dès le premier jour du tournoi par le Français Nicolas Mahut (6-3, 6-3, 4-6, 6-2).

Seize mois après son dernier titre ATP, l'Américain renoue avec le succès à Eastbourne où il décroche le 31e titre de sa carrière.

Quelques jours avant Wimbledon, il laisse planer le doute sur sa possible fin de carrière en parlant de cette édition 2012 qui pourrait être « mon dernier Wimbledon… peut-être ». Comme l'année précédente, il s'incline au troisième tour face à un Espagnol, cette fois-ci David Ferrer.

En juillet, il confirme sa bonne forme du moment puisqu'il remporte le tournoi d'Atlanta en battant notamment en demi-finale son compatriote John Isner, tête de série numéro 1. Il regagne ainsi la 22e place du classement ATP le 23 juillet.

Fin juillet, il participe aux Jeux Olympiques de Londres qui se déroulent à Wimbledon. Associé à John Isner ils s'inclinent (2-6, 4-6) au premier tour du tournoi de double face à la paire brésilienne (Marcelo Melo/Bruno Soares). Sa participation en simple s'achèvera dès le second tour avec une lourde défaite face à Novak Djokovic (2-6, 1-6). Les deux Masters 1000 suivants seront un échec, avec une non participation à Montréal et une élimination au premier tour de Cincinnati, ou il a confié ne pas être en forme. Il se remet néanmoins pour le tournoi de Winston Salem, mais s'incline au troisième tour.

Le 30 août 2012 le jour de ses 30 ans, il annonce mettre fin à sa carrière professionnelle dès l'US Open terminé. Il dispute le dernier match de sa carrière face à Juan Martín del Potro le 6 septembre 2012 et s'incline 61-7, 7-64, 6-2, 6-4.

Réactions[modifier | modifier le code]

Suite à l'annonce de sa retraite, de nombreux joueurs et joueuses ont réagi :

Roger Federer : « J'étais un peu choqué. Qu'il prenne sa retraite était la dernière chose à laquelle je pensais. Mais il est heureux d'arrêter et il n'y a pas de règles sur le moment où vous devez annoncer ce genre de choses. Il a eu une grande carrière et je suis certain qu'il est heureux de ce qu'il a réalisé. À part peut-être gagner Wimbledon. (Roddick y a joué et perdu trois finales, trois fois contre Federer, en 2004, 2005 et 2009). Mais oublions ça. Il le méritait aussi quand je l'ai battu en 2009. Dans mon esprit, il est un gagnant de Wimbledon et un formidable ambassadeur du jeu. »

Serena Williams : « J'ai l'impression qu'Andy a toujours été là sur le circuit avec moi. Andy a été fantastique pour le tennis américain, fantastique pour l'US Open. Il a été un très grand joueur, très drôle à regarder en plus. Je sais qu'il a inspiré beaucoup de monde. C'est terriblement triste pour moi de perdre un ami sur le circuit, quelqu'un que j'avais hâte de voir à chaque tournoi. Cela va être dur sans lui. »

Novak Djokovic : « Ça nous montre à quel point les choses vont vite… J'ai admiré sa carrière. C'était un des plus féroces compétiteurs du circuit. C'est peut-être le plus grand serveur de tous les temps. Je suis sûr que lui-même est fier de sa carrière. Il a contribué à l'histoire de son sport. Je pense qu'il a senti que c'était le moment pour lui de passer à autre chose. J'ai écouté sa conférence de presse. J'ai aimé le fait qu'il dise souhaiter transmettre son savoir et son expérience. Tout le monde a à apprendre d'un tel champion. »

James Blake : « Andy va nous manquer. Enormément. Il a toujours été super ouvert, notamment avec les jeunes joueurs. Regardez ce qu'il a fait pour Harrison ou Donald Young. J'ai vu sa conférence de presse juste avant de rentrer sur le court pour jouer mon match. Honnêtement, j'y pensais depuis le début de l'année. J'avais un pressentiment. Mais en le voyant bien jouer à Eastbourne, puis à Atlanta, je pensais que ça aurait pu changer sa décision. Je le croyais déjà lorsqu'il avait battu Federer à Miami. Ça montrait qu'il pouvait toujours battre les meilleurs. Mais je savais aussi que son corps avait du mal à suivre. Ça fait 10-12 ans qu'il sert à 210 km/h Ce n'est pas un sport facile quand vous jouez au très haut niveau aussi longtemps Andy, c'est une grande amitié en ce qui me concerne. Et elle va continuer. Son charisme va nous manquer, à nous, Américains. Andy n'était pas seulement un grand joueur, c'était aussi un grand leader. »

Maria Sharapova : « C'est fou, quel tournoi ! Après, Kim, Andy. À qui le tour maintenant? Pas moi pour l'instant ! C'était sympa de le voir jouer, de voir sa carrière. Il apportait tellement d'énergie sur le court, particulièrement ici, à New York. Je pense que tout le monde l'a apprécié, comme sportif et comme personne. C'est un très gros travailleur Andy. Le voir partir, lui comme Kim, ça met les choses en perspective. Je pense aussi que c'est difficile, quand vous avez été habitué à être systématiquement dans les derniers tours des grands tournois pendant des années, de voir que votre physique ne vous permet plus tout à fait de suivre. Mais c'est la vie. »

Brad Drewett : « Je tiens à féliciter Andy pour sa carrière exceptionnelle et le remercier pour ces treize années de souvenirs fantastiques. Ancien numéro un de l'ATP, Andy est l'un des plus grands compétiteurs jamais observé, et sa présence au sommet du tennis masculin depuis plus d'une décennie est une preuve de son talent et de sa détermination. Peut-être plus importants que ce qu'il faisait sur les terrains, Andy s'est consacré à récolter des millions de dollars pour aider les enfants dans le besoin grâce à sa fondation Andy Roddick. Andy va beaucoup manquer à ses partenaires, aux tournois et bien sûr à ses millions de fans à travers le monde. Tout le monde à l'ATP souhaite à Andy et à sa famille le meilleur pour l'avenir. »

Jérémy Chardy : « C'est étonnant. Je pense qu’à part ses proches, peu de monde s'y attendait. […] Ça fait quand même bizarre, c'est une légende dans le tennis. Après, pour les joueurs, ça laisse un peu plus de place aussi parce que c'est un joueur très fort et qu’il est toujours dur à battre (sourire). »

Sam Querrey : « Il a été mon modèle, ma source d'inspiration lors de ces dix dernières années. C'est un gars super, un vrai monsieur dans le sport. »

Angelique Kerber : « Tristes nouvelles avec les retraites de Kim Clijsters et Andy Roddick. Ils sont tous les deux de grands champions. Je leur souhaite le meilleur. Ils vont manquer !!! »

Ryan Harrison : "Andy m'a énormément appris, avec l'âge et avec le développement de mon jeu. Être dynamique, avoir de l'énergie, apprendre comment laisser les mauvais moments glisser sur vos épaules et disparaître, avancer… Il m'a appris tout ça. L'une des plus belles choses pour laquelle il n'est pas assez reconnu, c'est sa constance et la manière dont il est resté compétitif toutes ces années. C'est un gars qui a la compétition dans le sang. Il ne vous laissera jamais gagner, même à la Xbox." "Tu as fait une carrière incroyable Andy. Merci, vraiment merci, pour tout ce que tu as fait pour moi et pour tout le tennis américain. Je ne te remercierai jamais assez."

Victoria Azarenka : "Roddick aussi va donc prendre sa retraite… Ce sont de sacrés nouvelles qui tombent tous les jours en ce moment (Ndlr, allusion à la retraite de Kim Clijsters). Il a fait une carrière impressionnante. Ses conférences de presse étaient géniales. Je lui souhaite d'ailleurs un joyeux anniversaire."

Surnoms et comportement sur le court[modifier | modifier le code]

Andy Roddick est souvent appelé « l'autre A-Rod » en référence à la star du baseball Alex Rodriguez qui avait déjà ce surnom. Sur le court, il est connu pour discuter avec les arbitres de chaise et les juges de ligne, bien qu'il applaudisse souvent le coup gagnant adverse. Andy est aussi connu pour son sens de l'humour, et il a souvent surpris à la télévision par ses plaisanteries avec le public durant les matchs. Andy imite aussi occasionnellement d'autres stars du tennis pour le public lors des matchs d'exhibition, y compris John McEnroe, Rafael Nadal, Maria Sharapova et Andre Agassi.

Caractéristiques de son jeu[modifier | modifier le code]

Il était unanimement considéré comme l'un des meilleurs serveurs de l'histoire du tennis. En effet, ce service atypique qualifié de plus puissant de l'ère Open était l'arme absolu de l'américain, la caractéristique de son jeu. Outre le fait que son service est le seul à avoir détenu tous les records de puissance, ce coup ravageur apparaissait également comme étant précis et varié, conduisant de nombreux joueurs et spécialistes à le considérer comme le meilleur du tennis avec Pete Sampras ou Goran Ivanišević.

En fond de court, le texan utilisait un style de jeu surpuissant et agressif, rappelant celui de Boris Becker. Il disposait pour cela d'un des meilleurs coup droit du circuit, frappé très fort à plat tout en commettant peu de fautes, avec notamment des décalages particulièrement redouté et réputé. Son revers à deux mains tenait la route, bien que sans qualité particulière, avec des coups puissants ou très slicés. Une de ses particularités était de se déplacer très rapidement sur le court, en totale opposition avec la plupart des autres "canonniers", dont les déplacements sont souvent la principale faiblesse.

Malgré ses qualités en fond de court, il montait très souvent au filet ou il concluait régulièrement le point avec une volée puissante ou posée. Sa volée gauche était d'ailleurs considéré comme plus performante que celle de droite. Joueur très habile et passeur extraordinaire, il a souvent marqué le public par des points exceptionnels. Attendue par les américains comme le digne successeur des Agassi ou Sampras, son manque de travail sur les surfaces lentes et de variations, son mental parfois défaillant, et surtout son éclosion au même moment que Federer ont gâché sa carrière qui aurait sans doute pu être exceptionnelle.

Ses surfaces favorites sont les plus rapides, comme l'ancien gazon ou le dur. Il a néanmoins obtenu des résultats honorables sur terre battue avec un huitième de finale à Roland-Garros et quelques titres dans divers tournois tels que Houston. Il a en outre remporté des titres sur 5 surfaces différentes (dur, dur indoor, terre battue, gazon et moquette

Voici son jeu détaillé :

SERVICE : Incontestablement l'arme absolue de l'Américain. Roddick est en effet surtout connu pour ses services extrêmement puissants, vraisemblablement le plus puissant de l'histoire du tennis (voir ses records), mais également précis et régulier. Roddick utilise cette puissance phénoménale pour obtenir un nombre impressionnant d'aces et de services gagnants. La force qu'il met dans la balle rend le contrôle quasiment impossible pour l'adversaire, ce qui fait qu'il a tendance à mettre plus de services gagnants que d'aces, contrairement aux autres serveurs extraordinaires comme Pete Sampras ou Goran Ivanisevic, néanmoins il est l'un des joueurs qui passe le plus d'aces dans l'histoire du tennis. Il utilise également régulièrement le slice, qu'il maitrise très bien pour surprendre l'adversaire, notamment sur gazon. Son service kické est de plus considéré comme une référence. Ses secondes balles sont également très dangereuses, pouvant même donner un ace ou un service gagnant, tout en étant bien plus rapides que la plupart des autres secondes balles du circuit.

Un autre aspect important du service de l'Américain est sa gestuelle unique. Selon les spécialistes, sa gestuelle serait une des raisons de l'efficacité de son service. En effet, son épaule et son bras sont nettement plus incliné que la moyenne, ce qui lui donnerait plus de force. La poussée de ses jambes est elle aussi fantastique, souvent comparé à une fusée par les médias américains. Certains joueurs semblent d'ailleurs s'en inspirer comme Gaël Monfils. Tous ces éléments font qu'Andy Roddick est souvent considéré comme la référence des années 2000 au service.

COUP DROIT : Également l'un des points forts du texan. Son coup droit est une arme très efficace, où l'Américain arrive à donner toute sa puissance musculaire à la balle, tout en commettant peu de fautes. Ses décalages en coup droit sont d'ailleurs très réputés et redoutés. Ce coup droit surpuissant lui accorde souvent l'avantage décisif dans l'échange, mais lui permet également de monter facilement au filet. Sa combinaison service-coup droit est d'ailleurs jugés comme l'une des combinaisons les plus efficaces du circuit. Il arrive en outre à franchir la barre des 170 km/h en coup droit, ce que très peu de joueurs arrivent à faire. Depuis 2005, il lifte son coup droit la plupart du temps, et ne frappe à plat que très rarement (lorsqu'il estime que c'est nécessaire). Parmi les matchs post-2005 où A-Rod s'est fait remarquer par ses frappes à plat : contre Nadal, Dubai 2008 ; à la fin du tiebreak du 3e set contre Roger Federer, Wimbledon 2009 ; son 3e et 4e set contre Cilic, Open d'Australie 2010 ; contre Nadal à Miami 2010 (le jeu à 3/4 dans le 2e set où il breake est un modèle dans le genre); contre Ferrer, en Coupe Davis 2011 ; contre Ferrer, US Open 2011; contre Lleyton Hewitt, Open d'Australie 2012 ; contre Federer, Miami 2012 ; contre Ferrer, Wimbledon 2012. Il est important de noter qu'il a gagné la plupart de ses matchs, ce qui prouve que cette tactique est payante Ceci coïncide avec sa baisse de régime considérable, et maintenant plusieurs magazines spécialisés dans le tennis le critiquent pour son jeu pauvre. Tennis Magazine a notamment constaté que si Roddick voulait être un contreur, à la manière d'un Rafael Nadal, il n'a pas le jeu de jambes des grands contreurs. Dès que son service est retourné, il rencontre beaucoup de difficultés. Notamment, il fait moins de fautes directes, mais très peu de coups gagnants, ce qui lui est préjudiciable contre les top players

REVERS : Paramètre difficile à juger car très irrégulier au fil des années. En 2003-2004, son revers, sans être un point fort, était réputé pour être puissant et solide, bien que sans qualité particulière. Ce qui n'en faisait pas une faiblesse. Après, il s'est nettement dégradé, ce qui est devenu une faiblesse. Depuis 2009, il est néanmoins devenu plus varié et précis, en grande partie grâce à la tutelle de son entraineur, Larry Stefanki. Il est intéressant de constater que son revers, autrefois frappé très fort à plat, est maintenant quasiment systématiquement slicé.

RETOUR DE SERVICE : Le principal point faible de l'Américain. Son retour de service est jugé comme très faible par rapport aux autres joueurs. Il a en effet du mal à prendre l'ascendant sur les deuxièmes balles adverses, et a beaucoup de difficultés à renvoyer les premières balles des grands serveurs.

VOLÉE : Un autre point fort de Roddick. Ses volées sont une caractéristique importante de son jeu de pur attaquant. Il monte très souvent au filet et conclut le point souvent très rapidement par une volée claquée ou posée. Néanmoins, ses capacités au filet ont baissé au fil des années, malgré le fait que Larry Stefanki ait beaucoup travaillé sur cet aspect, il n'a jamais ré-atteint le niveau de ses meilleures années.

DÉPLACEMENTS : Une caractéristique essentielle de son jeu. Sa grande vitesse de déplacements alliée à son immense puissance en fond une combinaison particulièrement dévastatrice sur surface rapide. Sa couverture de terrain, sans égaler celles des meilleurs défenseurs, est jugée comme excellente, surtout sur gazon et dur. En revanche, il ne maitrise pas très bien les glissades sur terre battue.

MENTAL : L'Américain est un joueur motivé et travailleur qui prend sa carrière très au sérieux. Ainsi, il se bat souvent du début à la fin et se remet facilement de ses défaites. Néanmoins, son mental n'est pas parfait. Il semble faire un complexe contre son grand rival, le Suisse Roger Federer, malgré des matchs parfois de très haut niveau comme la finale de Wimbledon en 2009 ou en quarts de finale de Miami en 2008. Mais il rate souvent ses matchs contre Federer comme à la Masters Cup en 2006 où il perd en ratant 2 balles de matchs ou à Bâle en 2010 où il a semblé résigné. Il a également du mal à conserver ses breaks acquis en début de set. En revanche, ses statistiques au tie-break sont exceptionnelles, sauf une nouvelle fois contre Federer.

PUISSANCE : La deuxième arme majeure de Roddick. ll arrive en effet à frapper les balles avec beaucoup de forces, au service comme en coup droit, en passant par le revers. Malheureusement, son vieillissement allié à des blessures font qu'il frappe de moins en moins fort au fil des années.

PASSING : L'un des coups les plus impressionnant du texan. Il arrive régulièrement à frapper des passing-shot millimétré à pleine puissance en touchant n'importe quel angle, à n'importe quel endroit du terrain. Cette caractéristique n'est sans doute pas pour rien dans son bilan positif contre Pete Sampras.

Records divers[modifier | modifier le code]

Andy Roddick au Classic de Washington en 2007.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en simple (32)[modifier | modifier le code]

Titres en simple (32)
Grand Chelem (1)
Jeux olympiques (0)
ATP Masters 1000 (5)
ATP 500 (5)
ATP 250 (21)
Masters (0)
No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Finaliste Score
1 23/04/2001 Drapeau : États-Unis Verizon Tennis ChallengeAtlanta Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Belgique Xavier Malisse 6-2, 6-4
2 30/04/2001 Drapeau : États-Unis U.S. Men's Clay Court ChampionshipsHouston Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Corée du Sud Lee Hyung-taik 6-2, 3-1, ab. Parcours
3 13/08/2001 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Int' Series Gold Dur (ext.) Drapeau : Pays-Bas Sjeng Schalken 6-2, 6-3
4 18/02/2002 Drapeau : États-Unis Kroger St. JudeMemphis Int' Series Gold Dur (int.) Drapeau : États-Unis James Blake 6-4, 3-6, 7-5
5 22/04/2002 Drapeau : États-Unis U.S. Men's Clay Court ChampionshipsHouston Int' Series Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-69, 6-3 Parcours
6 19/05/2003 Drapeau : Autriche International Raiffeisen Grand PrixSankt Pölten Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Russie Nikolay Davydenko 6-3, 6-2
7 09/06/2003 Drapeau : Royaume-Uni The Stella Artois ChampionshipsLondres Int' Series Gazon (ext.) Drapeau : France Sébastien Grosjean 6-3, 6-3
8 21/07/2003 Drapeau : États-Unis RCA ChampionshipsIndianapolis Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Thaïlande Paradorn Srichaphan 7-62, 6-4
9 04/08/2003 Drapeau : Canada Masters de tennis du CanadaMontréal Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Argentine David Nalbandian 6-1, 6-3 Parcours
10 11/08/2003 Drapeau : États-Unis Western & Southern Financial Group MastersCincinnati Masters Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Mardy Fish 4-6, 7-63, 7-64 Parcours
11 25/08/2003 Drapeau : États-Unis US OpenFlushing Meadows G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : Espagne Juan Carlos Ferrero 6-3, 7-62, 6-3 Parcours
12 09/02/2004 Drapeau : États-Unis Siebel OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : États-Unis Mardy Fish 7-613, 6-4
13 22/03/2004 Drapeau : États-Unis NASDAQ-100 OpenMiami Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Argentine Guillermo Coria 6-7, 6-3, 6-1, ab. Parcours
14 07/06/2004 Drapeau : Royaume-Uni The Stella Artois ChampionshipsLondres Int' Series Gazon (ext.) Drapeau : France Sébastien Grosjean 7-64, 6-4 Parcours
15 19/07/2004 Drapeau : États-Unis RCA ChampionshipsIndianapolis Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Allemagne Nicolas Kiefer 6-2, 6-3
16 07/02/2005 Drapeau : États-Unis SAP OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : France Cyril Saulnier 6-0, 6-4 Parcours
17 18/04/2005 Drapeau : États-Unis U.S. Men's Clay Court ChampionshipsHouston Int' Series Terre (ext.) Drapeau : France Sébastien Grosjean 6-2, 6-2 Parcours
18 06/06/2005 Drapeau : Royaume-Uni The Stella Artois ChampionshipsLondres Int' Series Gazon (ext.) Drapeau : Croatie Ivo Karlović 7-67, 7-64 Parcours
19 01/08/2005 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis James Blake 7-5, 6-3
20 24/10/2005 Drapeau : France Grand Prix de tennis de LyonLyon Int' Series Moquette (int.) Drapeau : France Gaël Monfils 6-3, 6-2 Parcours
21 20/08/2006 Drapeau : États-Unis Western & Southern Financial Group MastersCincinnati Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Espagne Juan Carlos Ferrero 6-3, 6-4 Parcours
22 17/06/2007 Drapeau : Royaume-Uni The Artois ChampionshipsLondres Int' Series Gazon (ext.) Drapeau : France Nicolas Mahut 4-6, 7-67, 7-62 Parcours
23 05/08/2007 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis John Isner 6-4, 7-64 Parcours
24 18/02/2008 Drapeau : États-Unis SAP OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : République tchèque Radek Štěpánek 6-4, 7-5 Parcours
25 08/03/2008 Drapeau : Émirats arabes unis The Barclays Dubai Tennis ChampionshipsDubaï Int' Series Gold Dur (ext.) Drapeau : Espagne Feliciano López 68-7, 6-4, 6-2 Parcours
26 28/09/2008 Drapeau : République populaire de Chine China OpenPékin Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Israël Dudi Sela 6-4, 66-7, 6-3 Parcours
27 16/02/2009 Drapeau : États-Unis Regions Morgan Keegan ChampionshipsMemphis ATP 500 Dur (int.) Drapeau : République tchèque Radek Štěpánek 7-5, 7-5 Parcours
28 04/01/2010 Drapeau : Australie Brisbane InternationalBrisbane ATP 250 Dur (ext.) Drapeau : République tchèque Radek Štěpánek 7-62, 7-67 Parcours
29 24/03/2010 Drapeau : États-Unis Sony Ericsson OpenMiami Masters 1000 Dur (ext.) Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych 7-5, 6-4 Parcours
30 13/02/2011 Drapeau : États-Unis Regions Morgan Keegan ChampionshipsMemphis ATP 500 Dur (int.) Drapeau : Canada Milos Raonic 7-67, 611-7, 7-5 Parcours
31 17/06/2012 Drapeau : Royaume-Uni AEGON InternationalEastbourne ATP 250 Gazon (ext.) Drapeau : Italie Andreas Seppi 6-3, 6-2 Parcours
32 16/07/2012 Drapeau : États-Unis BB&T Atlanta OpenAtlanta ATP 250 Dur (ext.) Drapeau : Luxembourg Gilles Müller 1-6, 7-62, 6-2 Parcours
  1. Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Finales en simple (20)[modifier | modifier le code]

Finales en simple (20)
Grand Chelem (4)
Jeux olympiques (0)
ATP Masters 1000 (4)
ATP 500 (3)
ATP 250 (9)
Masters (0)
No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Vainqueur Score
1 04/03/2002 Drapeau : États-Unis International Tennis ChampionshipsDelray Beach Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Italie Davide Sanguinetti 6-4, 4-6, 6-4
2 29/07/2002 Drapeau : Canada Tennis Masters TorontoToronto Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Argentine Guillermo Cañas 6-4, 7-5 Parcours
3 17/02/2003 Drapeau : États-Unis Kroger St. JudeMemphis Int' Series Gold Dur (int.) Drapeau : États-Unis Taylor Dent 6-1, 6-4
4 21/04/2003 Drapeau : États-Unis U.S. Men's Clay Court ChampionshipsHouston Int' Series Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Andre Agassi 3-6, 6-3, 6-4 Parcours
5 12/04/2004 Drapeau : États-Unis U.S. Men's Clay Court ChampionshipsHouston Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Allemagne Tommy Haas 6-3, 6-4 Parcours
6 21/06/2004 Drapeau : Royaume-Uni WimbledonWimbledon G. Chelem Gazon (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 4-6, 7-5, 7-63, 6-4 Parcours
7 26/07/2004 Drapeau : Canada Tennis Masters Series - CanadaToronto Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 7-5, 6-3 Parcours
8 27/09/2004 Drapeau : Thaïlande Thailand OpenBangkok Int' Series Dur (int.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-4, 6-0
9 20/06/2005 Drapeau : Royaume-Uni WimbledonWimbledon G. Chelem Gazon (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-2, 7-62, 6-4 Parcours
10 15/08/2005 Drapeau : États-Unis Western & Southern Financial Group MastersCincinnati Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 7-5 Parcours
11 23/07/2006 Drapeau : États-Unis RCA ChampionshipsIndianapolis Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis James Blake 4-6, 6-4, 7-65 Parcours
12 29/09/2006 Drapeau : États-Unis US OpenFlushing Meadows G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-2, 4-6, 7-5, 6-1 Parcours
13 25/02/2007 Drapeau : États-Unis Regions Morgan Keegan ChampionshipsMemphis Int' Series Gold Dur (int.) Drapeau : Allemagne Tommy Haas 6-3, 6-2 Parcours
14 04/08/2008 Drapeau : États-Unis Countrywide ClassicLos Angeles Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro 6-1, 7-62 Parcours
15 10/01/2009 Drapeau : Qatar Qatar ExxonMobil OpenDoha ATP 250 Dur (ext.) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 6-4, 6-2 Parcours
16 22/06/2009 Drapeau : Royaume-Uni WimbledonWimbledon G. Chelem Gazon (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 5-7, 7-66, 7-65, 3-6, 16-14 Parcours
17 03/08/2009 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington ATP 500 Dur (ext.) Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro 3-6, 7-5, 7-66 Parcours
18 14/02/2010 Drapeau : États-Unis SAP OpenSan José ATP 250 Dur (int.) Drapeau : Espagne Fernando Verdasco 3-6, 6-4, 6-4 Parcours
19 21/03/2010 Drapeau : États-Unis BNP Paribas OpenIndian Wells Masters 1000 Dur (ext.) Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić 7-62, 7-65 Parcours
20 02/01/2011 Drapeau : Australie Brisbane InternationalBrisbane ATP 250 Dur (ext.) Drapeau : Suède Robin Söderling 6-3, 7-5 Parcours
  1. Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Titres en double (4)[modifier | modifier le code]

Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Partenaire Finalistes Score Tableau
1 05/03/2001 International Tennis Championships
Drapeau : États-Unis Delray Beach
Int' Series Dur Drapeau : États-Unis Jan-Michael Gambill Drapeau : Japon Thomas Shimada
Drapeau : Afrique du Sud Myles Wakefield
6-3, 6-4 Tableau
2 22/04/2002 U.S. Men's Clay Court Championships
Drapeau : États-Unis Houston
Int' Series Terre battue Drapeau : États-Unis Mardy Fish Drapeau : États-Unis Jan-Michael Gambill
Drapeau : États-Unis Graydon Oliver
6-4, 6-4 Tableau
3 17/07/2006 RCA Championships
Drapeau : États-Unis Indianapolis
Int' Series Dur Drapeau : États-Unis Bobby Reynolds Drapeau : États-Unis Paul Goldstein
Drapeau : États-Unis Jim Thomas
6-4, 6-4 Tableau
4 12/03/2009 BNP Paribas Open
Drapeau : États-Unis Indian Wells
Masters 1000 Dur Drapeau : États-Unis Mardy Fish Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
Drapeau : Israël Andy Ram
3-6, 6-1, [14-12] Tableau

Finales en double (4)[modifier | modifier le code]

Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Vainqueurs Partenaire Score Tableau
1 23/07/2001 Countrywide Classic
Drapeau : États-Unis Los Angeles
Int' Series Dur Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
Drapeau : États-Unis Jan-Michael Gambill 7-5, 7-66 Tableau
2 05/01/2004 Qatar ExxonMobil Open
Drapeau : Qatar Doha
Int' Series Dur Drapeau : République tchèque Martin Damm
Drapeau : République tchèque Cyril Suk
Drapeau : Autriche Stefan Koubek 7-5, 6-4 Tableau
3 03/10/2009 China Open
Drapeau : République populaire de Chine Pékin
500 Series Dur Drapeau : États-Unis Bob Bryan
Drapeau : États-Unis Mike Bryan
Drapeau : Bahamas Mark Knowles 6-4, 6-2 Tableau
4 08/05/2011 Internazionali BNL d'Italia
Drapeau : Italie Rome
Masters 1000 Terre battue Drapeau : États-Unis John Isner
Drapeau : États-Unis Sam Querrey
Drapeau : États-Unis Mardy Fish Forfait Tableau

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2000 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne A. Costa
2001 3e tour (1/16) Drapeau : Australie L. Hewitt 3e tour (1/16) Drapeau : Croatie G. Ivanišević 1/4 de finale Drapeau : Australie L. Hewitt
2002 2e tour (1/32) Drapeau : Croatie I. Ljubičić 1er tour (1/64) Drapeau : Australie W. Arthurs 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni G. Rusedski 1/4 de finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
2003 1/2 finale Drapeau : Allemagne R. Schüttler 1er tour (1/64) Drapeau : Arménie S. Sargsian 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer Victoire Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
2004 1/4 de finale Drapeau : Russie M. Safin 2e tour (1/32) Drapeau : France O. Mutis Finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/4 de finale Drapeau : Suède J. Johansson
2005 1/2 finale Drapeau : Australie L. Hewitt 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine J. Acasuso Finale Drapeau : Suisse R. Federer 1er tour (1/64) Drapeau : Luxembourg G. Müller
2006 1/8 de finale Drapeau : Chypre M. Baghdatís 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne A. Martín 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni A. Murray Finale Drapeau : Suisse R. Federer
2007 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer 1er tour (1/64) Drapeau : Russie I. Andreev 1/4 de finale Drapeau : France R. Gasquet 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer
2008 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne P. Kohlschreiber 2e tour (1/32) Drapeau : Serbie J. Tipsarević 1/4 de finale Drapeau : Serbie N. Djokovic
2009 1/2 finale Drapeau : Suisse R. Federer 1/8 de finale Drapeau : France G. Monfils Finale Drapeau : Suisse R. Federer 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis J. Isner
2010 1/4 de finale Drapeau : Croatie M. Čilić 3e tour (1/16) Drapeau : Russie T. Gabachvili 1/8 de finale Drapeau : Taipei chinois Lu Y-h. 2e tour (1/32) Drapeau : Serbie J. Tipsarević
2011 1/8 de finale Drapeau : Suisse S. Wawrinka 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne F. López 1/4 de finale Drapeau : Espagne R. Nadal
2012 2e tour (1/32) Drapeau : Australie L. Hewitt 1er tour (1/64) Drapeau : France N. Mahut 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne D. Ferrer 1/8 de finale Drapeau : Argentine J.M. del Potro
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1999 2e tour (1/16)
Drapeau : États-Unis L. Harper-Griffith
Drapeau : Allemagne M-K. Goellner
Drapeau : États-Unis F. Montana
2000 2e tour (1/16)
Drapeau : États-Unis T. Dent
Drapeau : Allemagne J. Knippschild
Drapeau : États-Unis J. Tarango
2001 1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis J-M. Gambill
Drapeau : République tchèque P. Pála
Drapeau : République tchèque P. Vízner
1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis J-M. Gambill
Drapeau : Canada D. Nestor
Drapeau : Australie S. Stolle
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Aux Masters de tennis[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Scores
2003 Houston Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
Roger Federer
Guillermo Coria
Rainer Schüttler
Carlos Moyà
62-7, 2-6
6-3, 64-7, 6-3
6-4, 64-7, 63-7
6-2, 3-6, 6-3
2004 Houston Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
Lleyton Hewitt
Guillermo Coria
Marat Safin
Tim Henman
3-6, 2-6
7-64, 6-3
7-67, 7-64
7-5,7-66
2005 Shanghai Forfait, remplacé par David Nalbandian
2006 Shanghai Round Robin RR
RR
RR
David Nalbandian
Roger Federer
Ivan Ljubičić
2-6, 64-7
6-4, 68-7, 4-6
6-4, 69-7, 6-1
2007 Shanghai Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
David Ferrer
Roger Federer
Fernando González
Nikolay Davydenko
1-6, 3-6
4-6, 2-6
6-1, 6-4
6-3, 4-6, 6-2
2008 Shanghai Round Robin RR
RR
RR
Andy Murray
Roger Federer
Gilles Simon
4-6, 6-1, 1-6
Remp. par Štěpánek
Remp. par Štěpánek
2009 Londres Forfait, remplacé par Robin Söderling
2010 Londres Round Robin RR
RR
RR
Novak Djokovic
Tomáš Berdych
Rafael Nadal
2-6, 3-6
5-7, 3-6
6-3, 65-7, 4-6

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[3] Canada Cincinnati Stuttgart puis Madrid puis Shanghai[4] Paris
2000 2e tour
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1er tour
Drapeau : Italie G. Pozzi
2001 1/4 de finale
Drapeau : Australie L. Hewitt
1/4 de finale
Drapeau : Roumanie A. Pavel
1er tour
Drapeau : Brésil G. Kuerten
1/8 de finale
Drapeau : Suède T. Enqvist
2e tour
Drapeau : Pays-Bas S. Schalken
2002 2e tour
Drapeau : Argentine J.I. Chela
1/8 de finale
Drapeau : Allemagne T. Haas
1/2 finale
Drapeau : Allemagne T. Haas
1/8 de finale
Drapeau : France J. Boutter
Finale
Drapeau : Argentine G. Cañas
1/4 de finale
Drapeau : Chili F. González
2e tour
Drapeau : Russie M. Youzhny
1/4 de finale
Drapeau : Thaïlande P. Srichaphan
2003 1/4 de finale
Drapeau : Allemagne R. Schüttler
3e tour
Drapeau : États-Unis T. Martin
1er tour
Drapeau : Espagne A. Portas
2e tour
Drapeau : Pays-Bas M. Verkerk
2e tour
Drapeau : Argentine A. Calleri
Victoire
Drapeau : Argentine D. Nalbandian
Victoire
Drapeau : États-Unis M. Fish
1/8 de finale
Drapeau : Chili N. Massú
1/2 finale
Drapeau : Royaume-Uni T. Henman
2004 1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni T. Henman
Victoire
Drapeau : Argentine G. Coria
1er tour
Drapeau : Argentine G. Cañas
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : États-Unis A. Agassi
1/8 de finale
Drapeau : Biélorussie M. Mirnyi
2005 1/2 finale
Drapeau : Australie L. Hewitt
2e tour
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1/8 de finale
Drapeau : Espagne F. Verdasco
1er tour
Drapeau : Chili N. Massú
1er tour
Drapeau : France P-H. Mathieu
Finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Croatie I. Karlović
1/2 finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
2006 1/8 de finale
Drapeau : Russie I. Andreev
1/4 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/4 de finale
Drapeau : France G. Monfils
Victoire
Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
1/8 de finale
Drapeau : République tchèque T. Berdych
2007 1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
1/8 de finale
Drapeau : Argentine J.I. Chela
1/4 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1/8 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2008 2e tour
Drapeau : Allemagne T. Haas
1/2 finale
Drapeau : Russie N. Davydenko
1/2 finale
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
1/8 de finale
Drapeau : Croatie M. Čilić
1/8 de finale
Drapeau : France G. Monfils
1/4 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
2009 1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/4 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
2e tour
Drapeau : États-Unis S. Querrey
2e tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2010 Finale
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
Victoire
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/2 finale
Drapeau : États-Unis M. Fish
2e tour
Drapeau : Espagne G. García-López
1/4 de finale
Drapeau : Suède R. Söderling
2011 1/8 de finale
Drapeau : France R. Gasquet
2e tour
Drapeau : Uruguay P. Cuevas
1er tour
Drapeau : France G. Simon
1er tour
Drapeau : Italie F. Cipolla
1er tour
Drapeau : Allemagne P. Kohlschreiber
1/4 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/8 de finale
Drapeau : Royaume-Uni A. Murray
2012 3e tour
Drapeau : République tchèque T. Berdych
1/8 de finale
Drapeau : Argentine J. Mónaco
1er tour
Drapeau : France J. Chardy
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Classement ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fastest Men's Tennis Serves, www.listafterlist.com
  2. Roddick celebrates 500th match win, www.atpworldtour.com
  3. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  4. Les Masters 1000 de Stuttgart (1996-2001), de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]