Andre Agassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agassi.
Andre Agassi
Andre Agassi
Carrière professionnelle
1986 – 2006
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 29 avril 1970 (44 ans)
Drapeau : États-Unis Las Vegas (Nevada)
Surnom Le Kid de Las Vegas
Taille / poids 1,8 m (5 11) / 83 kg (183 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Darren Cahill (jusque fin 2006)
Gains en tournois 31 152 975 $
Hall of Fame Membre depuis 2011
Palmarès
En simple
Titres 60
Finales perdues 30
Meilleur classement 1er (10/04/1995)
En double
Titres 1
Finales perdues 3
Meilleur classement 123e (17/08/1992)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V(4) V(1) V(1) V(2)
Double - 1/4 - 1/32
Médailles olympiques
Simple 1 - -
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 2 (1990, 1992)

Andre Kirk Agassi, né le 29 avril 1970 à Las Vegas, est un joueur américain de tennis d'origine iranienne, professionnel de 1986 à 2006.

Surnommé le « Kid de Las Vegas », Andre Agassi a notamment été le premier joueur à s'être imposé durant l'ère Open dans les quatre tournois du Grand Chelem sur quatre surfaces différentes (gazon, terre battue et 2 sortes de dur), ce que seuls Roger Federer et Rafael Nadal ont réussi depuis[1]. À Wimbledon, il s'impose bien avant les années 2000 où le gazon a été ralenti.

Il est le seul joueur de l'histoire à avoir remporté les sept titres les plus prestigieux du tennis : les quatre tournois du Grand Chelem, la médaille d'or olympique (en simple) et la Masters Cup, auxquels on peut ajouter la compétition par équipe de la Coupe Davis. Il est ainsi le premier joueur à avoir réussi le Grand Chelem doré en carrière.

Agassi a remporté au total dix tournois majeurs : huit tournois du Grand Chelem, dont quatre fois celui de l'Open d'Australie, une Masters Cup et un titre olympique. Il détient également dix-sept titres en Masters Series, dont six au Masters 1000 de Miami (record).

Il fut N°1 mondial durant 101 semaines cumulées, et possède la particularité d'avoir été le N°1 mondial le plus âgé de l'histoire, à l'âge de 33 ans.

Andre Agassi a fait son entrée au International Tennis Hall of Fame en 2011.

Depuis 2001, il est marié à l'ancienne championne de tennis Steffi Graf.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Le père d'Andre, Emmanuel B. Aghassian ou Emanoul B. Aghasi (anglicisé en Mike Agassi) est né le 25 décembre 1931 à Salmas en Iran de parents arméniens (père d'Ukraine et mère de Turquie). Il découvre le tennis dans sa jeunesse à Téhéran grâce aux soldats américains. Il ramasse les balles et entretient les courts. Après sa deuxième participation aux Jeux olympiques en tant que boxeur (1948 à Londres et 1952 à Helsinski), il quitte l'Iran en 1952 et rejoint un de ses frères parti aux États-Unis, avec un faux nom sur son passeport. Il atterrit à New York et, après 16 jours à Ellis Island, il prend un bus pour Chicago[2]. Entraîné par Tony Zale, il y échoue à faire carrière comme champion de boxe malgré sa victoire au Golden Glove de Chicago qui lui donne le droit de jouer un match d'ouverture au Madison Square Garden de New York. Il n'honore pas ce combat car, au dernier moment, son adversaire qui est malade est remplacé par un bien meilleur boxeur et, surtout, poids welter. Il se sauve par une fenêtre des toilettes et saute dans un train pour Chicago. Il décide de se reconvertir en constructeur de courts de tennis. Par ailleurs, il officie comme juge de ligne. En 1956, il a notamment une altercation avec Pancho Gonzales sur une balle litigieuse. Il rencontre la future mère d'Andre, Elizabeth Dudley dit Betty, jumelle et fille d'un professeur d'anglais, et, huit mois après en 1959, ils se marient malgré l'opposition de la famille de Betty. En 1960, après la naissance de leur premier enfant, Rita, ils partent pour Los Angeles puis par manque de travail, ils s'installent dans la ville en pleine expansion de Las Vegas. Le nombre de jours d'ensoleillement de la région est propice au projet d'entrainement des enfants Agassi. Au début, Mike donne des cours de tennis au Tropicana Hotel et fait le maître d'hôtel au Landmark, avant de décrocher un emploi de préposé à l'accueil au Grand Casino MGM où il comblera son faible salaire avec de nombreux pourboires, tandis qu'Elizabeth est embauchée par le gouvernement de l'État du Nevada. Les prénoms Andre et Kirk proviennent des noms des patrons de Mike Agassi au casino. Les initiales d'Andre Kirk Agassi sont A.K.A (alias). Passionné par le tennis, il entraîne tous ses enfants dans l'espoir qu'ils deviennent des champions. Pour arriver à ses fins, il installe toute la famille ainsi que sa mère en banlieue dans le but de trouver une maison où il peut construire un court de tennis ; c'est là, avec une machine à balles trafiquée qu'il forme Andre, le petit dernier. Lors du tournoi de Las Vegas, il corde les raquettes des grand champions, notamment Jimmy Connors, ce qui permet à Andre d'échanger des balles avec Ilie Năstase et de rencontrer Björn Borg, son idole d'alors. Andre Agassi qualifie son père de tyrannique et avoue ne jamais avoir aimé le tennis et avoir été dans l'incapacité de le lui faire entendre.

À l'âge de huit ans, Andre dispute ses premiers tournois contre des jeunes du même âge. Il enchaîne les victoires, ce qui lui vaut rapidement une solide réputation dans le Nevada et les États alentour. C'est à cet âge qu'il subit sa première défaite contre Jeff Tarango : lors d'une finale, sur l'ultime tie break, à 5 partout, il y a mort subite pour le perdant du point. Après un revers croisé gagnant d'Agassi, Tarango baisse la tête et se met à pleurer, puis se dirige vers le filet et annonce que la balle est faute, ce qui lui donne la victoire. En effet, chez les Juniors, ce sont les joueurs eux-mêmes qui jugent les lignes de leur côté. Ce match est évidemment un tournant dans sa jeune carrière.

À l'âge de neuf ans, il joue un match contre le joueur de football américain Jim Brown (43 ans alors) qui parie 500 dollars. Agassi remporte le match 6-3, 6-3, 6-2. Peu de temps après, il joue un match contre son père. À 5-2, il est sur le point de le battre pour la première fois. C'est alors que celui-ci stoppe le match.

À l'âge de onze ans, dans un tournoi au Texas, il perd le match pour la troisième place contre David Kass, son pire ennemi à l'époque, mais il est décidé que, cette année là, il y aurait un prix de l'esprit sportif. Agassi le remporte mais son père, en partant, le brise sur le ciment et le jette à la poubelle. C'est cette année qu'il rencontre un de ses meilleurs ami, Perry Rodgers jeune joueur aux parents extrêmement riches. Il fera plus tard partie de son équipe sur le circuit.

À l'âge de douze ans, il part un mois en tournée en Australie avec McDonald's, qui a réuni les meilleurs junior américains pour affronter leurs homologues australiens. Agassi gagne 4 des cinq tournois. À chaque fois, l'entraineur lui offre une bière.
Suite à un portrait -pourtant à charge- de Nick Bollettieri -un ancien militaire- et de son académie, dans un reportage télé, son père l'envoie poursuivre son apprentissage en Floride, conscient d'avoir raté la formation de ses trois premiers enfants : Rita, l'ainée s'est révoltée et vient de quitter le foyer pour rejoindre Pancho Gonzales, beaucoup plus âgé qu'elle, et détesté par son père ; elle joue toutefois une poignée de tournois en simple sur le circuit professionnel entre 1978 et 1980 ; elle joue en double avec Dana Gilbert, la sœur ainée de Brad Gilbert, le futur entraîneur de son frère, lors des US Open 1978 et 1979[3]. Philly, quant à lui, n'a pas, aux dires de son père, l'instinct du tueur. Et Tamis ne progresse plus. Ne pouvant payer pour toute l'année, son père l'inscrit au départ pour 3 mois à 3 000 dollars, puis Bollettieri décide de le garder gratuitement. Dans son autobiographie, Agassi raconte avoir été mal à l'aise là-bas et y avoir multiplié les écarts de conduite (tenues vestimentaires excentriques, bagarres, beuveries, etc.) dans le but de se faire renvoyer. C'est ce qui se passe après avoir joué et gagné une finale importante en jeans. Conscient de tenir un joueur prometteur, Nick Bollettieri décide cependant de le conserver. Pour cela, il appelle son père qui lui ordonne de rester.

À l'âge de quatorze ans, il dispute ses premiers tournois satellites (semi-professionnels) aux États-Unis. Il voyage alors accompagné de son grand frère, Philly. C'est à l'occasion de ces tournois qu'il marque ses premiers points au classement ATP en entrant à la 610e place.

À sa demande, Andre Agassi est dispensé d'aller à l'école par Nick Bollettieri ; c'est sa mère qui s'occupe de ses cours par correspondances.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

1986[modifier | modifier le code]

Nick Bollettieri lui donne sa première chance en l'inscrivant pour le tournoi de La Quinta, l'actuel Masters d'Indian Wells. Il passe les qualifications et sort au deuxième tour face à Mats Wilander. Agassi ne peut encaisser la somme de 2 600 dollars car il n'est pas encore professionnel. Il produit alors une fausse note de frais du même montant à Charlie Pasarell, directeur du tournoi, qui lui donne 2 000 dollars. Il fait ensuite une tournée de cinq tournois Satellites en Floride et gagne un chèque s'il parvient au moins en finale du dernier tournoi qui réunit les meilleurs joueurs de la série. Il décide d'encaisser le chèque et devient alors professionnel quelques semaines avant ses 16 ans. Il signe également son premier contrat de sponsoring, avec Nike, pour la somme de 20 000 dollars pour la première année. À Stratton Mountain, en août, il bat son premier joueur du top 100, Tim Mayotte no 12 mondial puis tombe contre John McEnroe en quart. Celui-ci déclare à propos d'un retour fulgurant d'Agassi pendant le match : « j'ai joué contre Becker, Connors et Ivan Lendl, et personne ne m'a jamais renvoyé un retour aussi puissant. Je n'ai même pas eu le temps de voir la balle ». Cette déclaration venant de Big Mac lui donne une notoriété nationale. Il participe à son premier US Open, mais est battu au premier tour par Jeremy Bates qui envoie un bras d'honneur à Bollettieri. Les résultats suivants sont décevants malgré son entrée dans le top 100 en octobre.

1987[modifier | modifier le code]

Après un début d'année sans gros résultats, il part pour Séoul et Tokyo avec son frère Philly et le reste de ses économies. Il atteint la finale à Tokyo, sa première sur le circuit principal mais a ensuite du mal à s'adapter à la terre battue ocre européenne (de couleur verte aux États-Unis, la surface est aussi plus rapide), perdant au deuxième tour de sa première participation à Roland Garros. Il participe ensuite à son premier Wimbledon, mais est battu assez sèchement par Henri Leconte dès le premier tour ; il gardera de ce premier séjour sur le gazon londonien un souvenir assez douloureux, à tel point qu'il refusera pendant les trois années suivantes de participer à Wimbledon. Après plusieurs défaites précoces, il donne ses raquettes à des clochards à Washington, et décide d'arrêter le tennis. Mais, de retour à l'hôtel, il accepte finalement de participer à une exhibition bien rémunérée. Arrive ensuite le tournoi de Stratton Moutain où Agassi a bien joué l'an passé. Il pense y arrêter sa carrière. Il bat son premier joueur du top 10 Pat Cash (no 7 et récent vainqueur à Wimbledon) par 7-6, 7-6, puis sous les yeux de son père en demi-finale, arrache le premier set contre Ivan Lendl, le no 1 mondial. Il finit l'année sur une note positive, puisqu'il remporte son premier tournoi professionnel, à Itaparica au Brésil.

1988[modifier | modifier le code]

Andre Agassi débute l'année en remportant le tournoi de Memphis. À Indian Wells, il s'incline en demi-finale contre Boris Becker. À Key Biscayne, il cède en cinq sets contre Aaron Krickstein, après avoir mené deux sets à zéro (Il se retire au cinquième set à 0-1). Il débute en Coupe Davis par une victoire à Lima au Pérou contre Jaime Yzaga, puis remporte ensuite son troisième tournoi -le premier sur terre battue « verte »- à Charleston. En milieu de semaine, le directeur du tournoi lui offre un gâteau d'anniversaire pour ses 18 ans, provoquant la surprise d'Agassi qui ne fêtait jamais cet événement. À Forest Hill, toujours sur terre battue, il remporte une deuxième victoire de suite en tournoi.

Les bons résultats s'enchaînent. Andre Agassi acquiert alors une notoriété grandissante sur le circuit professionnel. Outre ses performances sportives, il fait également parler de lui par ses tenues vestimentaires -il porte un short en jean- et par ses cheveux longs et ébouriffés. Dans son auto-biographie parue en 2009, il avouera que ces coiffures excentriques étaient destinées à cacher une calvitie naissante et qu'il dut rapidement se résigner à porter des perruques, y compris en match.

Quelques semaines plus tard, il parvient en demi-finale de Roland-Garros, où il s'incline en cinq sets (0-6 dans le dernier set) contre Mats Wilander, no 3 mondial et futur vainqueur du tournoi sur la route de son Petit Chelem. Il entre dans le top 10 à la 6e place et renonce à Wimbledon. Pendant l'été, il gagne son premier tournoi sur terre battue européenne à Stuttgart. Il inaugure son entrée dans le top 5 en Coupe Davis contre Martín Jaite. Au cours de ce match, il se fait copieusement huer par le public pendant 5 minutes quand il arrête de la main gauche le deuxième service (bon) de son adversaire à 6-2, 6-2, 5-0 0/40. Le public estime qu'il l'a fait par provocation alors qu'Agassi estime qu'il ne pouvait le retourner. Il gagne encore deux tournois à la suite, à Stratton Mountain (ce qui lui permet d'atteindre la quatrième place mondiale) puis à Livingstone où il se fait un plaisir de battre en finale un ennemi de ses jeunes années, Jeff Tarango. Plus tard, il parvient en demi-finales de l'US Open, après avoir battu Jimmy Connors no 6 mondial (son 2e top 10 et sa meilleure performance), ne s'inclinant que face à Ivan Lendl. Il intègre le Masters de fin d'année dans le top 3 mondial (3e) avec une seule victoire (contre Tim Mayotte, no 10) en trois matchs. L'ATP lui décerne le prix du Joueur s'étant le plus amélioré.

1989[modifier | modifier le code]

En 1989, les résultats sont mitigés. Agassi se cherche et a du mal à confirmer les résultats exceptionnels de l'année précédente. Grâce à son frère Philly, il fait la connaissance de John Parenti (dit JP, pasteur à l'époque, puis musicien ensuite) qui l'intègre à son équipe sur le circuit. Un autre problème perturbe son début d'année : Bollettieri lui a fait signer un contrat avec Donnay, la marque de raquettes, mais peu après, il rejoue avec une raquette Prince camouflée.

Toujours en réussite en Coupe Davis, il bat en quart Yannick Noah et Henri Leconte (12 et 13e mondial). Ensuite à Forest Hills, il échoue encore face au no 1 Ivan Lendl en demi-finale. À Rome, il perd en finale face au spécialiste de la terre battue Alberto Mancini en cinq sets, après avoir eu une balle de match au quatrième set (3-6, 6-4, 6-2, 6-7, 1-6). C'est lors de ce tournoi en Italie qu'il rencontre dans les premiers tours celui qui deviendra plus tard son plus grand rival, Pete Sampras. Il l'avait auparavant joué en juniors et estimait qu'il ne ferait pas une grande carrière. Après une défaite contre Andrés Gómez à Boston, il perd au troisième tour contre Jim Courier à Roland-Garros, son ancien collègue et concurrent dans l'équipe de Nick Bollettieri. Cette défaite, puis la victoire finale du tournoi par Michael Chang (deux ans plus jeune qu'Agassi), déprimeront le kid de Las Vegas. S'il a été le premier de cette génération à éclater au plus haut niveau, c'est bien Chang qui met fin à une disette de cinq ans sans victoire américaine en grand chelem (depuis les années fastes de Jimmy Connors et John McEnroe).

Agassi s'incline ensuite lors de ses deux matchs en demi-finale de la Coupe Davis à Munich. Face à Boris Becker, il mène deux set à 0 puis perd sa concentration. Il s'assoie, alors que ce n'est qu'un changement de côté. L'allemand et son public rient. Agassi sort complètement du match et perd 7-64, 7-65, 6-74, 3-6, 4-6. Le lendemain, il déçoit à nouveau face à Carl-Uwe Steeb. Ce dernier lui avait infligé un 6-4, 7-5, 6-0 au premier tour de Key Biscayne ; Tom Gorman l'entraîneur de l'équipe l'accuse d'avoir été saoul pendant le match.

À Montréal, puis en demi-finale de l'US Open, il est défait par le no 1 mondial Ivan Lendl. En quart de finale, il bat à nouveau Jimmy Connors (son premier match gagné en 5 sets). La presse l'accuse alors d'avoir voulu fatiguer et humilier Connors. Un mois plus tard, il remporte son seul tournoi de l'année à Orlando contre Brad Gilbert, alors no 5 mondial, en finale. Il bat à cette occasion son premier joueur du top 5 de l'année. En poules au Masters de fin d'année, Gilbert gagne cette fois la rencontre, ainsi que Becker et Edberg également.

Au cours de l'année 1989, Andre Agassi rencontre Gil Reyes, qui deviendra son préparateur physique pour le restant de sa carrière.

1990[modifier | modifier le code]

L'année débute avec une victoire à San Francisco, un abandon face à Pete Sampras à Philadelphie et une première victoire sur un top 3 (Boris Becker, no 2 mondial) à Indian Wells. Ensuite, il remporte son premier grand tournoi (Masters 1000) à Miami en finale contre Stefan Edberg.

Après une sortie prématurée lors de son unique tournoi de préparation sur terre battue à Hambourg, il se hisse néanmoins en finale Roland-Garros après avoir notamment battu Jim Courier et Michael Chang. Pour sa première finale en Grand Chelem, il est favori contre l'Équatorien Andrés Gómez, mais s'incline à la surprise générale en quatre sets. Il raconte dans son autobiographie que sa perruque était tombée en lambeau la veille de la finale et qu'il dû la rafistoler avec des épingles à cheveux. Il se fait aussi remarquer avec sa tenue rose et son short cycliste.

Il fait encore l'impasse sur le tournoi de Wimbledon et en profite pour gagner en force musculaire durant l'été grâce à son nouveau préparateur physique Gil Reyes. À l'US Open, il se qualifie pour la finale, après avoir battu le no 2 mondial Boris Becker. Malheureusement, il perd sa deuxième finale en Grand Chelem, encore doublé (après Michael Chang) par un de ses jeunes concurrents américains, Pete Sampras.

Sa première victoire dans un majeur intervient au Masters de fin d'année où il bat en finale pour la première fois un numéro 1 mondial, le suédois Stefan Edberg (qui l'avait pourtant battu en poules). Il enchaîne en remportant le saladier d'argent de la Coupe Davis aux côtés de Michael Chang.

À cette époque, Andre Agassi est assez impopulaire parmi les médias et une partie du public, qui lui reprochent notamment ses tenues provocatrices, une campagne de pub mal choisie (pour Nikon, avec le slogan « tout est dans l'image »), son incapacité à gagner les grands matchs et son refus de participer à Wimbledon. Considéré comme un « mauvais garçon », il ferait ainsi davantage parler de lui par ses provocations que par ses performances tennistiques.

1991[modifier | modifier le code]

À Roland-Garros, Andre Agassi se qualifie à nouveau pour la finale, mais s'incline en cinq sets contre Jim Courier, contre qui il était pourtant favori et qu'il avait battu l'année précédente dans ce même tournoi. C'est sa troisième défaite en trois finales de tournoi du Grand Chelem. Ses trois concurrents américains Michael Chang, Pete Sampras et Jim Courier ont tous remporté un tournoi du Grand Chelem avant lui.

Agassi choisit enfin de participer à nouveau à Wimbledon où il se hisse en quart de finale face à David Wheaton. Il mène 2 sets à 1 et 2 breaks dans le quatrième set mais se blesse à la cuisse, boitille jusqu'à la fin, et perd la rencontre. Puis il échoue au premier tour de l'US Open contre l'ancien espoir américain Aaron Krickstein (24 ans). En fin d'année, il perd son titre au Masters, battu en demi-finale par Jim Courier.

À Lyon, les États-Unis s'inclinent en finale de la Coupe Davis face à la France, Agassi battant néanmoins Guy Forget lors du premier match.

1992[modifier | modifier le code]

Il quitte le foyer familial et s'installe dans un mobil home de 3 pièces au sud-ouest de Las Vegas.

En début de saison, il renonce une nouvelle fois à l'Open d'Australie, qu'il n'a encore jamais disputé. Ses performances individuelles sur le circuit sont décevantes, si bien qu'il sort des 10 premiers du classement ATP. Il n'y a guère qu'en Coupe Davis qu'il se sent efficace : au premier tour, en Argentine, il gagne ses deux matchs et récidive au tour suivant, à domicile à Fort Meyers contre la Tchécoslovaquie.

À Roland Garros, il s'incline à nouveau face à Jim Courier, en demi-finale, cette fois-ci.

Il remporte ensuite le tournoi de Wimbledon à la surprise générale, et à la sienne en particulier, après avoir notamment battu Boris Becker en quart de finale, John McEnroe en demi-finale et, en finale, Goran Ivanišević (qu'il n'avait jamais battu jusqu'alors en deux matchs). Après trois échecs en finale, il parvient enfin à remporter son premier tournoi du Grand Chelem.

À l'US Open, il s'incline encore, en quart de finale, contre Jim Courier qui fait sa meilleure année.

Perturbé par des problèmes physiques (douleurs au poignet contractées en désensablant son Hummer), il joue peu dans les mois qui suivent.

1993[modifier | modifier le code]

Sa petite amie Wendy le quitte. Agassi se rapproche plus encore de Barbra Streisand, qu'il a rencontré l'année précédente.

Handicapé par une tendinite chronique, il ne participe ni à l'Open d'Australie, ni à Roland-Garros.

Il remet néanmoins son titre en jeu à Wimbledon. En manque de compétition, il bat difficilement l'Allemand Bernd Karbacher au premier tour. Tant bien que mal, il se hisse en quart de finale, seulement battu par le futur vainqueur Pete Sampras en cinq sets.

En fin d'année, il se fait opérer du poignet, qui le fait souffrir depuis plusieurs mois. C'est à ce moment-là qu'il rencontre l'actrice Brooke Shields, qui deviendra son épouse.

Il se sépare de son entraîneur, Nick Bollettieri, qu'il remplace par Brad Gilbert. Il termine l'année au 24e rang mondial, alors qu'il a toujours figuré parmi les dix meilleurs joueurs du monde depuis 1988.

1994[modifier | modifier le code]

Il renoue avec la compétition en début d'année 1994 par un succès dans un tournoi mineur, à Scottsdale, puis atteint la finale à Key Biscayne, perdue contre Pete Sampras. La suite de la saison est plus décevante jusqu'en juillet, où il remporte le Masters du Canada. La confiance revient et quelques semaines plus tard, il remporte son premier US Open, contre Michael Stich. C'est son deuxième succès en Grand Chelem. Le 7 novembre, 6 ans jour pour jour après avoir été pour la première fois no 3 mondial, il accroche enfin la 2e place du classement mondial qui lui permet de se qualifier à nouveau pour les Masters (où il parvient en demi-finale, battu par le futur vainqueur Pete Sampras).

Sur l'insistance de Brooke Shields, il décide d'enlever sa perruque et de se raser les cheveux.

1995[modifier | modifier le code]

Il dispute l'Open d'Australie pour la première fois de sa carrière et remporte le tournoi en battant le tenant du titre Pete Sampras en finale, puis à nouveau quelques semaines plus tard à Key Biscayne. Peu après, il devient logiquement numéro un mondial pour la première fois de sa carrière.

Il arrive à Roland Garros en pleine confiance, avec l'espoir de devenir le cinquième joueur de l'histoire à remporter les quatre tournois du Grand Chelem. Il doit cependant s'incliner en quarts de finale contre Ievgueni Kafelnikov, après s'être fait mal à la hanche en début de match.

À Wimbledon, il parvient en demi-finale mais doit s'incliner contre Boris Becker en quatre sets.

Dans les semaines qui suivent, il remporte successivement les tournois de Washington et de Montréal et Cincinnati.

Grand favori à l'US Open, il se qualifie pour la finale en prenant sa revanche de Wimbledon sur Boris Becker, mais s'incline face à son rival Pete Sampras.

La rivalité sportive entre Agassi et Sampras est un fait marquant du tennis à cette époque. Malgré sa défaite en finale de l'US Open, Andre Agassi conserve provisoirement son rang de numéro un mondial, mais finit par céder cette place à son rival en fin de saison.

1996[modifier | modifier le code]

Déjà absent des Masters de la fin d'année 1995, il se présente à l'Open d'Australie mal préparé, déprimé et diminué physiquement. Il bat néanmoins Jim Courier en quart de finale, perd contre Michael Chang au tour suivant, mais profite de l'élimination prématurée de son rival Pete Sampras pour redevenir numéro un mondial à l'issue du tournoi.

Les semaines suivantes, il enchaîne les contre-performances sportives et reperd assez logiquement sa place de numéro un. Il échoue ainsi contre des adversaires à sa portée, à Roland Garros dès le deuxième tour face à l'américain Chris Woodruff, puis à Wimbledon face à Doug Flach. Il se ressaisit brillamment pendant l'été pour devenir champion olympique à Atlanta, en dominant Sergi Bruguera en finale. Peu après, il remporte le tournoi de Cincinnati.

À Indianapolis, il se fait disqualifier lors d'un match contre Daniel Nestor pour avoir insulté l'arbitre. Une mésaventure qui lui vaut de nombreuses critiques dans les média et contribue à écorner sa popularité.

À l'US Open, Andre Agassi est au cœur d'une polémique : certains joueurs prétendent qu'il bénéficie de traitements de faveur lors des tirages au sort, pour favoriser ses chances de jouer en finale contre Pete Sampras. Sur le terrain, c'est encore Michael Chang qui lui barre la route en demi finale.

1997[modifier | modifier le code]

Fatigué mentalement, à court d'entraînement, Andre Agassi fait l'impasse sur l'Open d'Australie. Il débute sa saison à San José, où il perd en demi finale contre Greg Rusedski. Démotivé, davantage soucieux des préparatifs de son mariage avec Brooke Shields (qui sera célébré le 19 avril), il enchaîne les mauvais résultats et dégringole au classement ATP. Blessé au poignet, il renonce à Roland Garros puis à Wimbledon. Il renoue avec la compétition pendant l'été, mais enchaîne les défaites. À l'US Open, il perd en huitième de finale contre le futur vainqueur Patrick Rafter.

Dans son autobiographie Open, Andre Agassi révèle s'être mis à consommer de la drogue au cours de cette période alors que son mariage battait déjà de l'aile. Il indique aussi avoir été contrôlé positif à la méthamphétamine, mais que l'ATP a préféré passer ce contrôle sous silence et le dispenser de sanction, acceptant son explication (il aurait bu accidentellement un soda dans lequel un assistant, qu'il présente comme consommateur régulier de drogue, a mélangé cette amphétamine[4]) afin de ne pas porter atteinte à l'image du tennis[5].

En novembre, il est classé 141e à l'ATP, pour finir l'année à la 110e place mondiale. Cependant, il retrouve peu à peu la motivation et le chemin de l'entraînement.

1998[modifier | modifier le code]

À l'Open d'Australie, il gagne facilement ses trois premiers matchs, mais perd en huitième de finale contre l'ancien finaliste de Roland Garros Alberto Berasategui (en cinq sets et après avoir mené deux sets à zéro). Il se ressaisit assez vite et gagne successivement les tournois de San Jose (avec une victoire sur Pete Sampras en finale) puis de Scottsdale. À Indian Wells, il bat Patrick Rafter, mais perd ensuite contre Jan-Michael Gambill. À Key Biscayne, il parvient en finale, mais doit s'incliner contre Marcelo Ríos.

La confiance et les bons résultats reviennent progressivement, mais à Roland Garros, diminué à l'épaule, il s'incline dès le premier tour contre le jeune Marat Safin, 18 ans, futur numéro un mondial. À Wimbledon, il s'incline au second tour contre un autre joueur prometteur, Tommy Haas (futur numéro deux mondial). L'été est plus réussi avec deux victoires à Washington et à Los Angeles.

Lorsque débute l'US Open, Andre Agassi est ainsi remonté à la huitième place mondiale. Mais il subit la loi de Karol Kučera en huitième de finale, vainqueur en cinq sets.

En octobre, il remporte le tournoi d'Ostrava.

Au Masters en fin d'année, il est contraint d'abandonner lors de son premier match de poule pour des problèmes au dos.

1999[modifier | modifier le code]

À l'Open d'Australie, Andre Agassi est éliminé en huitième de finale par Vincent Spadea. Même s'il est remonté depuis quelques mois dans la hiérarchie mondiale, il ne parvient manifestement pas à retrouver la constance au haut niveau qui fut la sienne jusqu'en 1995. De nombreux média le décrivent alors comme un joueur en fin de carrière cherchant vainement à retrouver sa gloire passée.

En ce début d'année 1999, il se sépare de Brooke Shields. Cette séparation sera rendue publique quelques semaines plus tard, une fois le divorce prononcé.

Le premier tournoi consécutif à sa séparation a lieu à San Jose. Il est disqualifié pour avoir insulté un juge de ligne. Par la suite, il déclare forfait à Indian Wells, puis se fait battre au premier tour à Key Biscayne par Dominik Hrbatý. Dans la foulée, il remporte le tournoi de Hong Kong.

Diminué par des douleurs à l'épaule, il réalise des performances assez décevantes lors des tournois sur terre battue qui servent de préparation à Roland Garros. Alors qu'il n'a plus remporté de tournoi sur terre battue depuis sept ans, il songe même à déclarer forfait pour le tournoi parisien, mais son entraîneur le convainc cependant de faire le déplacement. Au premier tour, il bat en quatre sets l'Argentin Franco Squillari, un spécialiste de la terre battue, qui était considéré comme un outsider du tournoi. Au deuxième tour, il élimine Arnaud Clément en cinq sets, après avoir été mené deux sets à un et être passé à deux points de la défaite. Au troisième tour, il bat Chris Woodruff, contre qui il avait perdu dans ce même tournoi trois ans auparavant. En huitième de finale, il crée la surprise en quatre sets face à Carlos Moyà, tenant du titre, puis étrille l'Uruguayen Marcelo Filippini au tour suivant. En demi-finale, il domine Dominik Hrbatý, dans un match qui s'est déroulé en deux jours et quatre sets. En finale, il retrouve l'Ukrainien Andreï Medvedev, parvenu à ce stade de la compétition à la surprise générale, compte tenu de ses mauvaises performances les mois précédents. Visiblement stressé par l'enjeu, Andre Agassi perd nettement les deux premiers sets, mais renverse la vapeur et s'impose finalement en cinq sets, 1-6, 2-6, 6-4, 6-3, 6-4. Grâce à cette victoire, Andre Agassi compte désormais les quatre tournois du Grand Chelem à son palmarès ; il devient le cinquième joueur de l'histoire à réaliser cette performance et le premier à réaliser le Grand Chelem doré en carrière et le Masters.

Lors du gala organisé en fin de tournoi, Andre Agassi retrouve Steffi Graf, vainqueur la veille du tournoi féminin. Leur relation est officialisée quelques semaines plus tard.

Il parvient ensuite en finale de Wimbledon, où il est battu par Pete Sampras qui remporte à cette occasion son sixième tournoi londonien et son douzième tournoi du Grand Chelem, égalant par la même occasion le record de victoires en Grand Chelem détenu à l'époque par Rod Laver.

Quelques semaines plus tard, Andre Agassi remporte l'US Open en battant Todd Martin en finale. Grâce à cette victoire et au forfait de Sampras dans cette épreuve, il redevient numéro un mondial.

En fin d'année, il remporte le Tournoi de Bercy, devenant par la même occasion le premier joueur à remporter les deux grands tournois parisiens de Roland Garros et Bercy la même année (Roger Federer remportera lui aussi ces deux tournois, mais pas au cours d'une même saison). Malgré une défaite en finale du Masters contre Sampras, il termine l'année numéro un mondial, une première depuis le début de sa carrière. Il met ainsi fin à une série de six années consécutives à ce rang pour Pete Sampras.

2000[modifier | modifier le code]

En demi finale de l'Open d'Australie, il bat difficilement Pete Sampras. Grâce à cette victoire, il devient le premier joueur depuis Rod Laver à disputer quatre finales de tournois du Grand Chelem d'affilée. Il signe sa sixième victoire en Grand Chelem contre Ievgueni Kafelnikov en quatre sets.

Cependant, la belle dynamique qui portait Andre Agassi depuis près d'un an va rapidement prendre fin. Andre Agassi se met à enchaîner les mauvaises performances, perdant notamment à Roland-Garros dès le deuxième tour face à Karol Kučera. À Wimbledon, il est battu en demi finale par Patrick Rafter, puis renonce ensuite aux Jeux olympiques, préférant passer du temps avec sa mère et sa sœur toutes deux atteintes d'un cancer. À l'US Open, il se fait sortir dès le deuxième tour par Arnaud Clément. En fin d'année, il joue peu et perd logiquement sa place de no un mondial. Il réalise un beau parcours au Masters mais Gustavo Kuerten, pourtant spécialiste des surfaces lentes, est trop fort en finale.

2001[modifier | modifier le code]

Andre Agassi remporte l'Open d'Australie en battant Patrick Rafter en cinq sets en demi finale, puis en prenant sa revanche sur Arnaud Clément en finale, en trois sets. Il remporte ainsi son septième titre en Grand Chelem, son troisième titre en Australie. Peu après, il gagne à Indian Wells, en battant son éternel rival Pete Sampras en finale. À Roland Garros, il perd en quart de finale contre Sébastien Grosjean, sous les yeux du président américain Bill Clinton. À Wimbledon, comme l'année précédente, il subit la loi de Patrick Rafter en demi finale, tandis que l'US Open ne lui sourit pas plus avec une défaite en quart de finale face à Sampras.

Sur le plan personnel, l'année 2001 est riche d'événements pour Andre Agassi. Steffi Graf est enceinte de leur premier enfant et accouche en fin d'année, peu après leur mariage à Las Vegas. En outre, le projet d'école pour enfants en difficulté qu'il a initié est en train de sortir de terre.

2002[modifier | modifier le code]

En début d'année, Andre Agassi déclare forfait à l'Open d'Australie en raison de douleurs au poignet. Il s'impose ensuite à Miami, en battant en finale le jeune Roger Federer, qui se trouve à l'orée d'une grande carrière.

Il change d'entraîneur, Darren Cahill remplaçant Brad Gilbert. Cahill lui fait notamment expérimenter de nouvelles raquettes avec un cordage en polyester, et les résultats ne se font guère attendre. Il remporte le Masters de Rome, sur terre battue, une surface qui ne lui réussissait plus guère depuis son succès à Roland Garros trois ans plus tôt. Ce succès lui permet d'aborder Roland Garros en position de favori. En huitième de finale, il dispose difficilement du jeune Français Paul-Henri Mathieu mais se fait éliminer au tour suivant par Juan Carlos Ferrero (finaliste du tournoi cette année-là et vainqueur l'année suivante).

Son tournoi de Wimbledon est en revanche bien plus décevant, puisqu'il se fait éliminer dès le second tour par le 67e mondial Paradorn Srichaphan.

Il change à nouveau de cordage, et remporte dans la foulée le tournoi de Los Angeles. À l'US Open, il se hisse jusqu'en finale, battu une nouvelle fois par Pete Sampras. C'est la cinquième fois que les deux hommes se rencontrent en finale d'un tournoi du Grand Chelem, pour quatre succès de Sampras. C'est aussi le dernier match de la carrière de Pete Sampras qui annonce sa retraite quelques semaines plus tard.

Au Masters de Shanghai en fin d'année, Andre Agassi a besoin d'une seule victoire pour terminer l'année no un mondial (ce qui en ferait à ce niveau le joueur le plus âgé de l'histoire du tennis masculin). Mais il s'incline successivement contre Jiří Novák et Juan Carlos Ferrero, avant de déclarer forfait pour la suite du tournoi.

2003[modifier | modifier le code]

En début d'année, Andre Agassi survole littéralement l'Open d'Australie : il ne perd qu'un seul set pendant ce tournoi, et domine très facilement Rainer Schüttler (Vainqueur sur son parcours de Marat Safin) en finale. Il remporte ainsi son quatrième Open d'Australie, son huitième et dernier tournoi du Grand Chelem.

Dans la foulée, il remporte le tournoi de San Jose. Il remporte également le Key Biscayne pour la sixième fois de sa carrière (un record) puis le tournoi de Houston. Cette victoire en terre texane lui permet de devenir le plus vieux numéro un mondial de l'histoire du tennis. Il abandonne à nouveau cette place au bout de quinze jours, avant de la retrouver quelques semaines plus tard, après un Roland Garros au cours duquel il se fait éliminer en quart de finale par le jeune et prometteur Guillermo Coria.

À Wimbledon, il se fait éliminer en huitième de finale par le futur finaliste du tournoi Mark Philippoussis.

À l'US Open, il se fait éliminer en demi-finale par Juan Carlos Ferrero, vainqueur de Roland-Garros quelques mois plus tôt, qui lui prend à cette occasion la place de numéro un mondial.

Il réalise un beau parcours au Masters (notamment une victoire sur le numéro deux Juan Carlos Ferrero), mais perd facilement en finale face à Roger Federer qui va accéder au premier rang mondial quelques mois plus tard.

2004[modifier | modifier le code]

À l'Open d'Australie, Andre Agassi se hisse jusqu'en demi finale mais échoue face à Marat Safin.

Diminué physiquement, il espace ses participations en tournois, et dans les quelques compétitions qu'il dispute, se fait éliminer rapidement. Le tournoi de Roland Garros ne fait pas exception, puisqu'il se fait sortir dès le premier tour par le 271e joueur mondial, Jérôme Haehnel. Il renonce ensuite au tournoi de Wimbledon. Les rumeurs sur une prochaine retraite apparaissent dans les médias.

À la surprise générale, il se reprend pendant l'été avec une victoire au tournoi de Cincinnati. À l'US Open, il parvient en quart de finale, seulement battu par le futur vainqueur Roger Federer en cinq sets accrochés.

2005[modifier | modifier le code]

Andre Agassi lors du Trophée de Paris en 2005 à Rueil-Malmaison.

À l'Open d'Australie, il s'incline en quart de finale contre Roger Federer. À Roland Garros, il participe à son 58e tournoi du Grand Chelem, ce qui constitue à l'époque le record de l'ère Open. Diminué physiquement, il se fait sortir dès le premier tour par le Finlandais Jarkko Nieminen. Il renonce ensuite au tournoi de Wimbledon. Au mois de juillet, il remporte, à Los Angeles, le 60e et dernier tournoi de sa carrière en battant le Luxembourgeois Gilles Müller en finale. Peu après, il s'incline en finale du tournoi de Montréal contre le jeune Rafael Nadal.

À l'US Open, il bénéficie d'un tableau dégagé (défaite des favoris Nadal et Roddick) pour parvenir en finale. Sa présence à ce niveau est une relative surprise mais Agassi réalise une prestation honorable face à Roger Federer, vainqueur en quatre sets.

2006[modifier | modifier le code]

Andre Agassi renonce à l'Open d'Australie, puis à toute la saison sur terre battue, préférant se réserver pour Wimbledon. Redescendu au delà de la vingtième place mondiale, il échoue dès le troisième du tour du tournoi londonien face au numéro deux mondial Rafael Nadal, futur finaliste[6].

Andre Agassi prend sa retraite le 3 septembre 2006 après son élimination de l'US Open, battu par l'Allemand Benjamin Becker, issu des qualifications[7].

Bilan[modifier | modifier le code]

Andre Agassi est l'un des joueurs les plus emblématiques des années 1990. Il a tiré sa révérence avec un palmarès riche de 75 titres (60 recensés par l'ATP) en simple dont 8 en Grand Chelem : Open d'Australie (1995, 2000, 2001, 2003), Roland-Garros (1999), Wimbledon (1992) et US Open (1994, 1999).

Andre Agassi a également remporté la médaille d'or en simple lors des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta. Il est le seul joueur de l'ère Open, avec Roger Federer et Rafael Nadal, à avoir gagné tous les tournois du Grand Chelem (4 Open d'Australie, 2 US Open, 1 Roland-Garros, 1 Wimbledon) sur quatre surfaces différentes, un exploit que ni Pete Sampras, ni Björn Borg n'ont réalisé. Il a aussi laissé passer d'autres occasions d'enrichir son palmarès, échouant à 7 reprises en finale de Grand Chelem (dont 4 contre Pete Sampras, le seul à pouvoir le battre régulièrement). On peut aussi ajouter 1 Masters Cup, 2 Coupes Davis et 17 Masters Series (un record qu'il a longtemps détenu jusqu'à ce que Rafael Nadal s'en empare avec 26 titres en Masters 1000 actuellement). Surtout, il a contribué à l'évolution du tennis en étant capable de jouer en puissance du fond du court et donc de tenter des coups gagnants sans monter au filet (il n'était pas un volleyeur naturel)[8].

Avec son grand rival Pete Sampras, il a livré des matchs mémorables (34 confrontations, 20-14 en faveur de Sampras[9]). À 35 ans en 2005, il réussit l'exploit de remporter le tournoi de Los Angeles puis d'accéder à la finale de l'US Open, soit vingt ans après sa première participation. À cette occasion, il s'incline face à un joueur considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs joueur de l'histoire du tennis : Roger Federer. Agassi révélera d'ailleurs que Federer est le meilleur joueur du circuit ATP qu'il ait rencontré[10]. Blessé en fin de saison 2005, il est contraint de déclarer forfait pour le dernier tournoi de la saison se déroulant à Shanghai, la Masters Cup, suite à sa défaite face au Russe Nikolay Davydenko.

Le « Kid de Las Vegas » a été parfois préféré à Sampras (plus réservé) pour sa gentillesse et les émotions qu'il pouvait transmettre sur le court. Il était également le chouchou du public parisien après son succès incroyable face à Andreï Medvedev en 1999 où ses larmes de joie (il n'avait encore jamais gagné à Paris) avaient particulièrement ému les spectateurs. Cette épreuve, pour laquelle, après avoir concédé les deux premiers sets, il avait trouvé les ressources pour l'emporter, constitue une des plus belles finales de l'histoire de Roland-Garros.

En 2005, les journalistes américains de Tennis Magazine ont élu Andre Agassi au 12e rang des « quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années » (hommes et femmes confondus), derrière John McEnroe (11e) et devant Monica Seles (13e).

Il participe aux Masters à 13 reprises : 1988-1991, 1994, 1996, 1998-2003 et 2005. En 1995, il doit déclarer forfait avant la compétition et en 2004, il doit laisser sa place à Gastón Gaudio qui lui, a gagné un tournoi du Grand Chelem dans l'année ; en 1992, no 9, il aurait pu participer en tant que remplaçant d'Ivan Lendl mais aussi en tant que vainqueur d'un Grand Chelem.

Il est membre du International Tennis Hall of Fame depuis le 9 juillet 2011[11].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Andre Agassi était un attaquant de fond de court, doté d'un éventail technique complet. Il fut considéré comme l'un des joueurs les plus doués du circuit, que ce soit au niveau de sa vitesse de déplacement et d'exécution, son sens de l'anticipation, sa parfaite coordination, sa puissance et sa qualité de frappe de balle, mais aussi sa précision et son sens du jeu.

Agassi a fait partie, avec Pete Sampras, Jim Courier et Michael Chang, d'une nouvelle génération de joueurs qui, durant les années 1990, ont accéléré le jeu par le biais d'une prise de balle plus précoce, imposant ainsi un tennis plus agressif et une cadence plus élevée dans les échanges.

S'il était excellent en coup droit, son revers était tout aussi redoutable, notamment son revers long de ligne qui fut l'une de ses armes maîtresses. L'une des caractéristiques de son système de jeu consistait à multiplier les frappes croisées et décroisées avec une grande intensité afin de créer des décalages. Son retour de service fut considéré comme l'un des plus performants de son époque. Il possédait également la capacité à alterner sans aucune difficulté les prises de balle précoces et tardives, et maîtriser toutes les variations, telles que le lift, le slice ou les frappes à plat. Si ses zones de confort se situaient dans les filières longues, il excellait néanmoins dans les filières courtes et faisait preuve d'un certain toucher et d'une excellente couverture du filet.

Contrairement à son grand rival Pete Sampras, Andre Agassi sut imposer son système de jeu sur les surfaces intermédiaires et lentes, telles la terre battue. Sa surface de prédilection reste le dur outdoor, sur laquelle il a remporté six de ses huit tournois du Grand Chelem.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Connu pour sa relation tumultueuse avec l'ex-mannequin et actrice Brooke Shields, Andre Agassi entame une liaison amoureuse avec Steffi Graf à l'issue de leurs victoires simultanées à Roland Garros 1999. Ils se marient le 22 octobre 2001. Leur premier enfant, un fils nommé Jaden Gil, est né le 26 octobre 2001 et leur fille, Jaz Elle, est née le 3 octobre 2003.

La sœur d'Andre, Rita, a été la sixième épouse du grand champion de tennis Pancho Gonzales. Agassi a payé les funérailles de Gonzales en 1995.

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Titres en simple (60)[modifier | modifier le code]

Catégorie Dur Terre Gazon Moquette Total
Grand Chelem 6 1 1 - 8
Jeux Olympiques 1 - - - 1
Masters - - - 1 1
Masters Series 14 1 - 2 17
Gold Series 6 - - - 6
International Series 14 2 - 3 19
Grand Prix Tennis 5 3 - - 8
Total 46 7 1 6 60
No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Finaliste Score
1 23/11/1987 Drapeau : Brésil Sul America OpenItaparica Dur (ext.) Drapeau : Brésil Luiz Mattar 7-66, 6-2
2 15/02/1988 Drapeau : États-Unis Kroger St. JudeMemphis Dur (int.) Drapeau : Suède Mikael Pernfors 6-4, 6-4, 7-5
3 25/04/1988 Drapeau : États-Unis US Men's Clay Court ChampionshipsCharleston Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Jimmy Arias 6-2, 6-2
4 02/05/1988 Drapeau : États-Unis WCT Tournament of ChampionsForest Hills Terre (ext.) Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Slobodan Živojinović 7-5, 7-62, 7-5
5 11/07/1988 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Mercedes CupStuttgart Terre (ext.) Drapeau : Équateur Andrés Gómez 6-4, 6-2
6 25/07/1988 Drapeau : États-Unis Volvo InternationalStratton Mountain Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Paul Annacone 6-2, 6-4
7 15/08/1988 Drapeau : États-Unis Livingston OpenLivingston Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Jeff Tarango 6-2, 6-4
8 02/10/1989 Drapeau : États-Unis Verizon Tennis ChallengeOrlando Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Brad Gilbert 6-2, 6-1
9 05/02/1990 Drapeau : États-Unis Volvo San FranciscoSan Francisco World Series Moquette (int.) Drapeau : États-Unis Todd Witsken 6-1, 6-3
10 16/03/1990 Drapeau : États-Unis Lipton International Players ChampionshipsKey Biscayne Championship Series SW Dur (ext.) Drapeau : Suède Stefan Edberg 6-1, 6-4, 0-6, 6-2 Parcours
11 16/07/1990 Drapeau : États-Unis Sovran Bank ClassicWashington Championship Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Jim Grabb 6-1, 6-4
12 12/11/1990 Drapeau : Allemagne ATP Tour World ChampionshipsFrancfort Masters Moquette (int.) Drapeau : Suède Stefan Edberg 5-7, 7-65, 7-5, 6-2 Parcours
13 01/04/1991 Drapeau : États-Unis Verizon Tennis ChallengeOrlando World Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Derrick Rostagno 6-2, 1-6, 6-3
14 15/07/1991 Drapeau : États-Unis Sovran Bank ClassicWashington Championship Series Dur (ext.) Drapeau : Tchécoslovaquie Petr Korda 6-3, 6-4
15 27/04/1992 Drapeau : États-Unis Verizon Tennis ChallengeAtlanta World Series Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-5, 6-4
16 22/06/1992 Drapeau : Royaume-Uni The ChampionshipsWimbledon G. Chelem Gazon (ext.) Drapeau : Croatie Goran Ivanišević 68-7, 6-4, 6-4, 1-6, 6-4 Parcours
17 20/07/1992 Drapeau : Canada Canadian OpenToronto Championship Series SW Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Ivan Lendl 3-6, 6-2, 6-0
18 01/02/1993 Drapeau : États-Unis Volvo San FranciscoSan Francisco World Series Dur (int.) Drapeau : États-Unis Brad Gilbert 6-2, 64-7, 6-2
19 22/02/1993 Drapeau : États-Unis Tennis Channel OpenScottsdale World Series Dur (ext.) Drapeau : Afrique du Sud Marcos Ondruska 6-2, 3-6, 6-3
20 21/02/1994 Drapeau : États-Unis Tennis Channel OpenScottsdale World Series Dur (ext.) Drapeau : Brésil Luiz Mattar 6-4, 6-3
21 25/07/1994 Drapeau : Canada Canadian OpenToronto Super 9 Dur (ext.) Drapeau : Australie Jason Stoltenberg 6-4, 6-4
22 29/08/1994 Drapeau : États-Unis US OpenNew York G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : Allemagne Michael Stich 6-1, 7-65, 7-5 Parcours
23 17/10/1994 Drapeau : Autriche CA-TennisTrophyVienne World Series Moquette (int.) Drapeau : Allemagne Michael Stich 7-64, 4-6, 6-2, 6-3
24 31/10/1994 Drapeau : France Open de Paris-BercyParis Super 9 Moquette (int.) Drapeau : Suisse Marc Rosset 6-3, 6-3, 4-6, 7-5
25 16/01/1995 Drapeau : Australie Australian OpenMelbourne G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 4-6, 6-1, 7-66, 6-4 Parcours
26 06/02/1995 Drapeau : États-Unis Sybase OpenSan José World Series Dur (int.) Drapeau : États-Unis Michael Chang 6-2, 1-6, 6-3
27 13/03/1995 Drapeau : États-Unis Lipton ChampionshipsKey Biscayne Super 9 Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 3-6, 6-2, 7-64 Parcours
28 17/07/1995 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Championship Series Dur (ext.) Drapeau : Suède Stefan Edberg 6-4, 2-6, 7-5
29 24/07/1995 Drapeau : Canada Canadian OpenMontréal Super 9 Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 3-6, 6-2, 6-3
30 07/08/1995 Drapeau : États-Unis Thriftway ATP ChampionshipsCincinnati Super 9 Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Michael Chang 7-5, 6-2
31 14/08/1995 Drapeau : États-Unis Volvo InternationalNew Haven Championship Series Dur (ext.) Drapeau : Pays-Bas Richard Krajicek 3-6, 7-62, 6-3
32 18/03/1996 Drapeau : États-Unis Lipton ChampionshipsKey Biscayne Super 9 Dur (ext.) Drapeau : Croatie Goran Ivanišević 3-0 ab. Parcours
33 22/07/1996 Drapeau : États-Unis Jeux OlympiquesAtlanta J. Olympiques Dur (ext.) Drapeau : Espagne Sergi Bruguera 6-2, 6-3, 6-1 Parcours
34 05/08/1996 Drapeau : États-Unis Great American Insurance ATP ChampionshipsCincinnati Super 9 Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Michael Chang 7-64, 6-4
35 09/02/1998 Drapeau : États-Unis Sybase OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-2, 6-4
36 02/03/1998 Drapeau : États-Unis Tennis Channel OpenScottsdale Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Australie Jason Stoltenberg 6-4, 7-63
37 20/07/1998 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Int' Series Gold Dur (ext.) Drapeau : Australie Scott Draper 6-2, 6-0
38 27/07/1998 Drapeau : États-Unis Mercedes-Benz CupLos Angeles Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Royaume-Uni Tim Henman 6-4, 6-4
39 19/10/1998 Drapeau : République tchèque Czech IndoorOstrava Int' Series Moquette (int.) Drapeau : Slovaquie Ján Krošlák 6-2, 3-6, 6-3
40 05/04/1999 Drapeau : Hong Kong Salem OpenHong Kong Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Allemagne Boris Becker 64-7, 6-4, 6-4
41 24/05/1999 Drapeau : France Roland-GarrosParis G. Chelem Terre (ext.) Drapeau : Ukraine Andreï Medvedev 1-6, 2-6, 6-4, 6-3, 6-4 Parcours
42 16/08/1999 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Int' Series Gold Dur (ext.) Drapeau : Russie Ievgueni Kafelnikov 7-63, 6-1
43 30/08/1999 Drapeau : États-Unis US OpenNew York G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Todd Martin 6-4, 65-7, 62-7, 6-3, 6-2 Parcours
44 01/11/1999 Drapeau : France Open de Paris-BercyParis Super 9 Moquette (int.) Drapeau : Russie Marat Safin 7-61, 6-2, 4-6, 6-4
45 17/01/2000 Drapeau : Australie Australian OpenMelbourne G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : Russie Ievgueni Kafelnikov 3-6, 6-3, 6-2, 6-4 Parcours
46 15/01/2001 Drapeau : Australie Australian OpenMelbourne G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : France Arnaud Clément 6-4, 6-2, 6-2 Parcours
47 12/03/2001 Drapeau : États-Unis TMS Indian WellsIndian Wells Masters Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-65, 7-5, 6-1 Parcours
48 19/03/2001 Drapeau : États-Unis Ericsson OpenMiami Masters Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Jan-Michael Gambill 7-64, 6-1, 6-0 Parcours
49 23/07/2001 Drapeau : États-Unis Mercedes-Benz CupLos Angeles Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-2
50 04/03/2002 Drapeau : États-Unis Franklin Templeton ClassicScottsdale Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Espagne Joan Balcells 6-2, 7-62
51 18/03/2002 Drapeau : États-Unis NASDAQ-100 OpenMiami Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 6-3, 3-6, 6-4 Parcours
52 06/05/2002 Drapeau : Italie Tennis Masters RomaRome Masters Series Terre (ext.) Drapeau : Allemagne Tommy Haas 6-3, 6-3, 6-0 Parcours
53 22/07/2002 Drapeau : États-Unis Mercedes-Benz CupLos Angeles Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Jan-Michael Gambill 6-2, 6-4
54 14/10/2002 Drapeau : Espagne Tennis Masters MadridMadrid Masters Series Dur (int.) Drapeau : République tchèque Jiří Novák Forfait Parcours
55 13/01/2003 Drapeau : Australie Australian OpenMelbourne G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler 6-2, 6-2, 6-1 Parcours
56 10/02/2003 Drapeau : États-Unis Siebel OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : Italie Davide Sanguinetti 6-3, 6-1
57 17/03/2003 Drapeau : États-Unis NASDAQ-100 OpenMiami Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Espagne Carlos Moyà 6-3, 6-3 Parcours
58 21/04/2003 Drapeau : États-Unis US Men's Clay Court ChampionshipsHouston Int' Series Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Andy Roddick 3-6, 6-3, 6-4
59 02/08/2004 Drapeau : États-Unis Western & Southern Financial Group MastersCincinnati Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 6-3, 3-6, 6-2 Parcours
60 25/07/2005 Drapeau : États-Unis Mercedes-Benz CupLos Angeles Int' Series Dur (ext.) Drapeau : Luxembourg Gilles Müller 6-4, 7-5
  1. Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Finales en simple (30)[modifier | modifier le code]

No Date[T 1] Nom et lieu du tournoi Catégorie Surface Vainqueur Score
1 20/04/1987 Drapeau : Corée du Sud KAL Korean OpenSéoul Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Jim Grabb 1-6, 6-4, 6-2
2 19/09/1988 Drapeau : États-Unis Volvo/Los AngelesLos Angeles Dur (ext.) Drapeau : Suède Mikael Pernfors 6-2, 7-5
3 15/05/1989 Drapeau : Italie Italian OpenRome Championship Series Terre (ext.) Drapeau : Argentine Alberto Mancini 6-3, 4-6, 2-6, 7-62, 6-1
4 05/03/1990 Drapeau : États-Unis Champions CupIndian Wells Championship Series SW Dur (ext.) Drapeau : Suède Stefan Edberg 6-4, 5-7, 7-61, 7-66 Parcours
5 28/05/1990 Drapeau : France Roland GarrosParis G. Chelem Terre (ext.) Drapeau : Équateur Andrés Gómez 6-3, 2-6, 6-4, 6-4 Parcours
6 27/08/1990 Drapeau : États-Unis US OpenNew York G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-3, 6-2 Parcours
7 27/05/1991 Drapeau : France Roland GarrosParis G. Chelem Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Jim Courier 3-6, 6-4, 2-6, 6-1, 6-4 Parcours
8 07/03/1994 Drapeau : États-Unis Lipton InternationalKey Biscayne Super 9 Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 5-7, 6-3, 6-3 Parcours
9 06/03/1995 Drapeau : États-Unis Champions CupIndian Wells Super 9 Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-5, 6-3, 7-5 Parcours
10 10/04/1995 Drapeau : Japon Suntory Japan OpenTokyo Championship Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Jim Courier 6-4, 6-3
11 01/05/1995 Drapeau : États-Unis Verizon Tennis ChallengeAtlanta World Series Terre (ext.) Drapeau : États-Unis Michael Chang 6-2, 66-7, 6-4
12 28/08/1995 Drapeau : États-Unis US OpenNew York G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-3, 4-6, 7-5 Parcours
13 12/02/1996 Drapeau : États-Unis Sybase OpenSan José World Series Dur (int.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-2, 6-3
14 16/03/1998 Drapeau : États-Unis Lipton InternationalKey Biscayne Super 9 Dur (ext.) Drapeau : Chili Marcelo Ríos 7-5, 6-3, 6-4 Parcours
15 27/04/1998 Drapeau : Allemagne BMW OpenMunich Int' Series Terre (ext.) Drapeau : Suède Thomas Enqvist 64-7, 7-66, 6-3
16 17/08/1998 Drapeau : États-Unis RCA ChampionshipsIndianapolis Int' Series Gold Dur (ext.) Drapeau : Espagne Àlex Corretja 2-6, 6-2, 6-3
17 28/09/1998 Drapeau : Allemagne Grand Slam CupMunich Masters Dur (int.) Drapeau : Chili Marcelo Ríos 6-4, 2-6, 7-61, 5-7, 6-3
18 05/10/1998 Drapeau : Suisse Swiss Indoor ChampionshipsBâle Int' Series Dur (int.) Drapeau : Royaume-Uni Tim Henman 6-4, 6-3, 3-6, 6-4
19 21/06/1999 Drapeau : Royaume-Uni The ChampionshipsWimbledon G. Chelem Gazon (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-3, 6-4, 7-5 Parcours
20 26/07/1999 Drapeau : États-Unis Mercedes-Benz CupLos Angeles Int' Series Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-63, 7-61
21 22/11/1999 Drapeau : Allemagne ATP Tour World ChampionshipsHanovre Masters Dur (int.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-1, 7-5, 6-4 Parcours
22 14/08/2000 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis ClassicWashington Int' Series Gold Dur (ext.) Drapeau : Espagne Àlex Corretja 6-2, 6-3
23 27/11/2000 Drapeau : Portugal Tennis Masters CupLisbonne Masters Dur (int.) Drapeau : Brésil Gustavo Kuerten 6-4, 6-4, 6-4 Parcours
24 26/02/2001 Drapeau : États-Unis Sybase OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : Royaume-Uni Greg Rusedski 6-3, 6-4
25 25/02/2002 Drapeau : États-Unis Sybase OpenSan José Int' Series Dur (int.) Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 4-6, 7-66, 7-64
26 26/08/2002 Drapeau : États-Unis US OpenNew York G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-3, 6-4, 5-7, 6-4 Parcours
27 10/11/2003 Drapeau : États-Unis Tennis Masters CupHouston Masters Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 6-0, 6-4 Parcours
28 25/10/2004 Drapeau : Suède If... Stockholm OpenStockholm Int' Series Dur (int.) Drapeau : Suède Thomas Johansson 3-6, 6-3, 7-64
29 08/08/2005 Drapeau : Canada Coupe RogersMontréal Masters Series Dur (ext.) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6-3, 4-6, 6-2 Parcours
30 29/08/2005 Drapeau : États-Unis US OpenNew York G. Chelem Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 2-6, 7-61, 6-1 Parcours
  1. Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.

Titres non recensés par le site Web de l'ATP (15)[modifier | modifier le code]

N. A. Date Tournoi S. Adversaire en Finale Score
1 1987 17-20 septembre Drapeau : États-Unis Amelia Island Dupont All American Dur Drapeau : États-Unis Jimmy Connors 4-3 ab.
2 1988 25-28 août Drapeau : États-Unis Jericho Norstar Hamlet Challenge Cup Dur Drapeau : France Yannick Noah 6-3, 0-6, 6-4
3 1988 15-18 septembre Drapeau : États-Unis Amelia Island Dupont All American Dur Drapeau : États-Unis Dan Goldie 6-2, 7-5
4 1989 26-30 avril Drapeau : États-Unis Atlanta AT&T Challenge of Champions Moquette Drapeau : États-Unis Michael Chang 6-3, 6-2
5 1989 11-14 mai Drapeau : Pays-Bas Ede Audi Tournament Terre battue Drapeau : Suède Stefan Edberg 4-6, 6-1, 6-2
6 1989 28-30 juillet Drapeau : Japon Yokohama All Nippon Airways Cup ? Drapeau : Tchécoslovaquie Ivan Lendl 7-6, 6-4
7 1989 8-10 décembre Drapeau : États-Unis Palm Coast ITT Stakes Match Dur Drapeau : États-Unis Jimmy Connors 6-4, 1-2 ab.
8 1990 3-6 mai Drapeau : États-Unis Roswell AT&T Challenge of Champions Moquette Drapeau : Pérou Jaime Yzaga 6-2, 6-4
9 1991 2-5 mai Drapeau : États-Unis Roswell AT&T Challenge of Champions Moquette Drapeau : États-Unis David Wheaton 7-6, 6-1
10 1991 14-15 septembre Drapeau : États-Unis Irving Texas Classic Dur Drapeau : États-Unis Jim Courier 6-1, 6-4
11 1993 28-31 janvier Drapeau : États-Unis Abilene Pro Indoor Moquette Drapeau : États-Unis Alex O'Brien 4-6, 7-6, 6-1
12 1997 24-30 novembre Drapeau : États-Unis Burbank USTA Men's Challenger Dur Drapeau : Arménie Sargis Sargsian 6-2, 6-1
13 2000 11-15 janvier Drapeau : Australie Kooyong Colonial Classic Dur Drapeau : Australie Mark Philippoussis Forfait
14 2001 9-13 janvier Drapeau : Australie Kooyong Colonial Classic Dur Drapeau : Russie Ievgueni Kafelnikov 6-3, 3-6, 6-3
15 2003 7-11 janvier Drapeau : Australie Kooyong AAMI Classic Dur Drapeau : France Sébastien Grosjean 6-2, 6-3

Titre en double (1)[modifier | modifier le code]

No. Date Tournoi Surface Partenaire Adversaires en finale Score
1. 16 août 1993 Drapeau : États-Unis Thriftway ATP Championships, Cincinnati Dur Drapeau : République tchèque Petr Korda Drapeau : Suède Stefan Edberg
Drapeau : Suède Henrik Holm
7-6, 6-4

Finales en double (3)[modifier | modifier le code]

No. Date Tournoi Surface Partenaire Adversaires en finale Score
1. 20 juillet 1992 Drapeau : Canada Canadian Open, Toronto Dur Drapeau : États-Unis John McEnroe Drapeau : États-Unis Patrick Galbraith
Drapeau : Afrique du Sud Danie Visser
6-4, 6-4
2. 5 avril 1999 Drapeau : Hong Kong Salem Open, Hong Kong Dur Drapeau : États-Unis David Wheaton Drapeau : Nouvelle-Zélande James Greenhalgh
Drapeau : Australie Grant Silcock
Forfait
3. 14 août 2000 Drapeau : États-Unis Legg Mason Tennis Classic, Washington Dur Drapeau : Arménie Sargis Sargsian Drapeau : États-Unis Alex O'Brien
Drapeau : États-Unis Jared Palmer
7-5, 6-1

Chronologie des titres et finales dans les tournois majeurs[modifier | modifier le code]

Année en rouge = Vaincu ; Année en vert = Vainqueur

Légende
Open d'Australie (4)
Roland-Garros (1)
Wimbledon (1)
US Open (2)
Masters (1)
Jeux olympiques (1)
Coupe Davis (2)
Titres par surface
Dur (7)
Terre battue (1)
Gazon (1)
Moquette (1)
An. Date Tournoi Surface Adversaire Score
1990 10 juin Roland-Garros Terre battue Drapeau : Équateur Andrés Gómez 6-3, 2-6, 6-4, 6-4
1990 9 septembre US Open Dur Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-3, 6-2
1990 18 novembre Masters à Francfort Moquette Drapeau : Suède Stefan Edberg 5-7, 7-6, 7-5, 6-2
1990 30 novembre Coupe Davis à Saint Petersburg Terre battue indoor Drapeau : Australie Australie 3-2
1991 9 juin Roland-Garros Terre battue Drapeau : États-Unis Jim Courier 3-6, 6-4, 2-6, 6-1, 6-4
1991 4 décembre Coupe Davis à Lyon Moquette Drapeau : France France 3-1
1992 5 juillet Wimbledon Gazon Drapeau : Croatie Goran Ivanišević 6-7, 6-4, 6-4, 1-6, 6-4
1992 4 décembre Coupe Davis à Fort Worth Dur indoor Drapeau : Suisse Suisse 3-1
1994 11 septembre US Open Dur Drapeau : Allemagne Michael Stich 6-1, 7-6, 7-5
1995 29 janvier Open d'Australie Dur Drapeau : États-Unis Pete Sampras 4-6, 6-1, 7-6, 6-4
1995 10 septembre US Open Dur Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-3, 4-6, 7-5
1996 28 juillet Jeux olympiques à Atlanta Dur Drapeau : Espagne Sergi Bruguera 6-2, 6-3, 6-1
1999 6 juin Roland-Garros Terre battue Drapeau : Ukraine Andreï Medvedev 1-6, 2-6, 6-4, 6-3, 6-4
1999 4 juillet Wimbledon Gazon Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-3, 6-4, 7-5
1999 12 septembre US Open Dur Drapeau : États-Unis Todd Martin 6-4, 6-7, 6-7, 6-3, 6-2
1999 28 novembre Masters à Hanovre Dur indoor Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-1, 7-5, 6-4
2000 30 janvier Open d'Australie Dur Drapeau : Russie Ievgueni Kafelnikov 3-6, 6-3, 6-2, 6-4
2000 3 décembre Masters à Lisbonne Dur indoor Drapeau : Brésil Gustavo Kuerten 6-4, 6-4, 6-4
2001 28 janvier Open d'Australie Dur Drapeau : France Arnaud Clément 6-4, 6-2, 6-2
2002 8 septembre US Open Dur Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-3, 6-4, 5-7, 6-4
2003 16 novembre Masters à Houston Dur Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 6-0, 6-4
2003 26 janvier Open d'Australie Dur Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler 6-2, 6-2, 6-1
2005 11 septembre US Open Dur Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 2-6, 7-6, 6-1

Finaliste[modifier | modifier le code]

Demi-finaliste[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1986 n/a 1er tour (1/64) Drapeau : Royaume-Uni J. Bates
1987 2e tour (1/32) Drapeau : France P. Kuchna 1er tour (1/64) Drapeau : France H. Leconte 1er tour (1/64) Drapeau : France H. Leconte
1988 1/2 finale Drapeau : Suède M. Wilander 1/2 finale Drapeau : Tchécoslovaquie I. Lendl
1989 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis J. Courier 1/2 finale Drapeau : Tchécoslovaquie I. Lendl
1990 Finale Drapeau : Équateur A. Gómez Finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
1991 Finale Drapeau : États-Unis J. Courier 1/4 de finale Drapeau : États-Unis D. Wheaton 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis A. Krickstein
1992 1/2 finale Drapeau : États-Unis J. Courier Victoire Drapeau : Croatie G. Ivanišević 1/4 de finale Drapeau : États-Unis J. Courier
1993 1/4 de finale Drapeau : États-Unis P. Sampras 1er tour (1/64) Drapeau : Suède T. Enqvist
1994 2e tour (1/32) Drapeau : Autriche T. Muster 1/8 de finale Drapeau : États-Unis T. Martin Victoire Drapeau : Allemagne M. Stich
1995 Victoire Drapeau : États-Unis P. Sampras 1/4 de finale Drapeau : Russie I. Kafelnikov 1/2 finale Drapeau : Allemagne Bo. Becker Finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
1996 1/2 finale Drapeau : États-Unis M. Chang 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis C. Woodruff 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis D. Flach 1/2 finale Drapeau : États-Unis M. Chang
1997 1/8 de finale Drapeau : Australie P. Rafter
1998 1/8 de finale Drapeau : Espagne A. Berasategui 1er tour (1/64) Drapeau : Russie M. Safin 2e tour (1/32) Drapeau : Allemagne T. Haas 1/8 de finale Drapeau : Slovaquie K. Kučera
1999 1/8 de finale Drapeau : États-Unis V. Spadea Victoire Drapeau : Ukraine A. Medvedev Finale Drapeau : États-Unis P. Sampras Victoire Drapeau : États-Unis T. Martin
2000 Victoire Drapeau : Russie I. Kafelnikov 2e tour (1/32) Drapeau : Slovaquie K. Kučera 1/2 finale Drapeau : Australie P. Rafter 2e tour (1/32) Drapeau : France A. Clément
2001 Victoire Drapeau : France A. Clément 1/4 de finale Drapeau : France S. Grosjean 1/2 finale Drapeau : Australie P. Rafter 1/4 de finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
2002 1/4 de finale Drapeau : Espagne J.C. Ferrero 2e tour (1/32) Drapeau : Thaïlande P. Srichaphan Finale Drapeau : États-Unis P. Sampras
2003 Victoire Drapeau : Allemagne R. Schüttler 1/4 de finale Drapeau : Argentine G. Coria 1/8 de finale Drapeau : Australie M. Philippoussis 1/2 finale Drapeau : Espagne J.C. Ferrero
2004 1/2 finale Drapeau : Russie M. Safin 1er tour (1/64) Drapeau : France J. Haehnel 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer
2005 1/4 de finale Drapeau : Suisse R. Federer 1er tour (1/64) Drapeau : Finlande J. Nieminen Finale Drapeau : Suisse R. Federer
2006 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne R. Nadal 3e tour (1/16) Drapeau : Allemagne Be. Becker
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Victoires : (8)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
1992 Wimbledon Drapeau : Croatie Goran Ivanišević 6-7, 6-4, 6-4, 1-6, 6-4
1994 US Open Drapeau : Allemagne Michael Stich 6-1, 7-6, 7-5
1995 Open d'Australie Drapeau : États-Unis Pete Sampras 4-6, 6-1, 7-6, 6-4
1999 Roland-Garros Drapeau : Ukraine Andreï Medvedev 1-6, 2-6, 6-4, 6-3, 6-4
1999 US Open (2) Drapeau : États-Unis Todd Martin 6-4, 6-7, 6-7, 6-3, 6-2
2000 Open d'Australie (2) Drapeau : Russie Ievgueni Kafelnikov 3-6, 6-3, 6-2, 6-4
2001 Open d'Australie (3) Drapeau : France Arnaud Clément 6-4, 6-2, 6-2
2003 Open d'Australie (4) Drapeau : Allemagne Rainer Schüttler 6-2, 6-2, 6-1

Finales : (7)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
1990 Roland-Garros Drapeau : Équateur Andrés Gómez 6-3, 2-6, 6-4, 6-4
1990 US Open Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-3, 6-2
1991 Roland-Garros (2) Drapeau : États-Unis Jim Courier 3-6, 6-4, 2-6, 6-1, 6-4
1995 US Open (2) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-4, 6-3, 4-6, 7-5
1999 Wimbledon Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-3, 6-4, 7-5
2002 US Open (3) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-3, 6-4, 5-7, 6-4
2005 US Open (4) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 2-6, 7-6, 6-1

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1987 1er tour (1/32)
Drapeau : États-Unis M. Purcell
Drapeau : Autriche A. Antonitsch
Drapeau : Pologne W. Fibak
1988
1989
1990
1991
1992 1/4 de finale
Drapeau : États-Unis J. McEnroe
Drapeau : Argentine P. Albano
Drapeau : Brésil C. Motta
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Année Parcours Ultime(s) adversaire(s)
1988 Round Robin Drapeau : États-Unis Tim Mayotte (V)
Drapeau : Tchécoslovaquie Ivan Lendl (d)
Drapeau : Suisse Jakob Hlasek (d)
1989 Round Robin Drapeau : États-Unis Brad Gilbert (d)
Drapeau : Suède Stefan Edberg (d)
Drapeau : République fédérale d'Allemagne Boris Becker (d)
1990 Victoire Drapeau : Suède Stefan Edberg
1991 1/2 finale Drapeau : États-Unis Jim Courier
1994 1/2 finale Drapeau : États-Unis Pete Sampras
1996 Round Robin Drapeau : États-Unis Pete Sampras (d)
Abandon
1998 Round Robin Drapeau : Espagne Àlex Corretja (d)
Abandon
1999 Finale Drapeau : États-Unis Pete Sampras
2000 Finale Drapeau : Brésil Gustavo Kuerten
2001 Round Robin Drapeau : Australie Patrick Rafter (V)
Drapeau : Australie Lleyton Hewitt (d)
Drapeau : France Sébastien Grosjean (d)
2002 Round Robin Drapeau : République tchèque Jiří Novák (d)
Drapeau : Espagne Juan Carlos Ferrero (d)
Abandon
2003 Finale Drapeau : Suisse Roger Federer
2005 Round Robin Drapeau : Russie Nikolay Davydenko (d)
Abandon

Victoire (1)[modifier | modifier le code]

Date Lieu Surface Finaliste Score
12/11/1990 Drapeau : Allemagne Francfort Moquette (int.) Drapeau : Suède Stefan Edberg 5-7, 7-6, 7-5, 6-2

Finales (3)[modifier | modifier le code]

Date Lieu Surface Vainqueur Score
23/11/1999 Drapeau : Allemagne Hanovre Dur (int.) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 6-1, 7-5, 6-4
28/11/2000 Drapeau : Portugal Lisbonne Dur (int.) Drapeau : Brésil Gustavo Kuerten 6-4, 6-4, 6-4
01/11/2003 Drapeau : États-Unis Houston Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 6-0, 6-4


Palmarès en Coupe Davis[modifier | modifier le code]

Parcours dans les Masters Series[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg[12] Canada Cincinnati Stockholm puis Essen puis Stuttgart puis Madrid[13] Paris
1987 1er tour
Drapeau : Autriche T. Muster
2e tour
Drapeau : Argentine M. Jaite
1988 1/2 finale
Drapeau : République fédérale d'Allemagne B. Becker
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Krickstein
1/4 de finale
Drapeau : Haïti R. Agenor
1989 1/4 de finale
Drapeau : France Y. Noah
1er tour
Drapeau : République fédérale d'Allemagne C-U. Steeb
Finale
Drapeau : Argentine A. Mancini
1/2 finale
Drapeau : Tchécoslovaquie I. Lendl
1/4 de finale
Drapeau : Suède M. Gustafsson
1990 Finale
Drapeau : Suède S. Edberg
Victoire
Drapeau : Suède S. Edberg
1/8 de finale
Drapeau : Suède M. Gustafsson
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis M. Chang
1/8 de finale
Drapeau : Australie R. Fromberg
2e tour
Drapeau : Suède N. Kulti
1991 1/8 de finale
Drapeau : États-Unis J. Courier
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis D. Wheaton
2e tour
Drapeau : Autriche H. Skoff
1er tour
Drapeau : Allemagne E. Jelen
2e tour
Drapeau : Tchécoslovaquie P. Korda
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis B. Gilbert
1992 1/8 de finale
Drapeau : Espagne E. Sánchez
2e tour
Drapeau : États-Unis B. Shelton
2e tour
Drapeau : Espagne C. Costa
Victoire
Drapeau : États-Unis I. Lendl
1/8 de finale
Drapeau : Pérou J. Yzaga
2e tour
Drapeau : États-Unis B. Gilbert
1993 2e tour
Drapeau : Suisse M. Rosset
1/8 de finale
Drapeau : Pays-Bas R. Krajicek
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis T. Martin
1/2 finale
Drapeau : États-Unis M. Chang
1994 2e tour
Drapeau : France F. Santoro
Finale
Drapeau : États-Unis P. Sampras
1er tour
Drapeau : Russie I. Kafelnikov
2e tour
Drapeau : Italie S. Pescosolido
Victoire
Drapeau : Australie J. Stoltenberg
1/4 de finale
Drapeau : Croatie G. Ivanišević
Victoire
Drapeau : Suisse M. Rosset
1995 Finale
Drapeau : États-Unis P. Sampras
Victoire
Drapeau : États-Unis P. Sampras
1/4 de finale
Drapeau : Espagne S. Bruguera
Victoire
Drapeau : États-Unis P. Sampras
Victoire
Drapeau : États-Unis M. Chang
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis M. Washington
1996 1/4 de finale
Drapeau : États-Unis M. Chang
Victoire
Drapeau : Croatie G. Ivanišević
1/8 de finale
Drapeau : Espagne A. Costa
Victoire
Drapeau : États-Unis M. Chang
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis P. Sampras
2e tour
Drapeau : Suède M. Gustafsson
1997 1er tour
Drapeau : Australie M. Philippoussis
2e tour
Drapeau : Australie S. Draper
1er tour
Drapeau : Brésil G. Kuerten
1er tour
Drapeau : États-Unis T. Martin
1998 1/4 de finale
Drapeau : États-Unis J-M. Gambill
Finale
Drapeau : Chili M. Ríos
2e tour
Drapeau : États-Unis P. Sampras
1/2 finale
Drapeau : Pays-Bas R. Krajicek
2e tour
Drapeau : États-Unis V. Spadea
1/8 de finale
Drapeau : Pays-Bas R. Krajicek
1/4 de finale
Drapeau : États-Unis T. Martin
1999 2e tour
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
1/8 de finale
Drapeau : Australie P. Rafter
1/2 finale
Drapeau : Russie I. Kafelnikov
1/2 finale
Drapeau : États-Unis P. Sampras
1/2 finale
Drapeau : Suède T. Enqvist
Victoire
Drapeau : Russie M. Safin
2000 1er tour
Drapeau : Maroc H. Arazi
1/2 finale
Drapeau : Brésil G. Kuerten
1/8 de finale
Drapeau : Slovaquie D. Hrbatý
1er tour
Drapeau : France J. Golmard
2e tour
Drapeau : Espagne F. Vicente
1/8 de finale
Drapeau : Roumanie A. Pavel
2001 Victoire
Drapeau : États-Unis P. Sampras
Victoire
Drapeau : États-Unis J-M. Gambill
1er tour
Drapeau : Espagne A. Calatrava
2e tour
Drapeau : France F. Santoro
1er tour
Drapeau : Croatie I. Ljubičić
1er tour
Drapeau : Argentine G. Gaudio
2e tour
Drapeau : Maroc H. Arazi
2002 1er tour
Drapeau : Suisse M. Kratochvil
Victoire
Drapeau : Suisse R. Federer
Victoire
Drapeau : Allemagne T. Haas
1/4 de finale
Drapeau : Australie L. Hewitt
Victoire
Drapeau : République tchèque J. Novák
1/4 de finale
Drapeau : Espagne C. Moyà
2003 Victoire
Drapeau : Espagne C. Moyà
1er tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1/4 de finale
Drapeau : Allemagne R. Schüttler
2004 1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/8 de finale
Drapeau : Argentine A. Calleri
2e tour
Drapeau : Autriche J. Melzer
Victoire
Drapeau : Australie L. Hewitt
1/2 finale
Drapeau : Russie M. Safin
2005 1/4 de finale
Drapeau : Australie L. Hewitt
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1/2 finale
Drapeau : Argentine G. Coria
1er tour
Drapeau : Espagne F. López
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2006 3e tour
Drapeau : Allemagne T. Haas
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Vainqueur (17)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
1990 Miami Drapeau : Suède Stefan Edberg 6-1, 6-4, 0-6, 6-2
1992 Canada Drapeau : États-Unis Ivan Lendl 3-6, 6-2, 6-0
1994 Canada(2) Drapeau : Australie Jason Stoltenberg 6-4, 6-4
1994 Paris Drapeau : Suisse Marc Rosset 6-3, 6-3, 4-6, 7-5
1995 Miami(2) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 3-6, 6-2, 7-6(3)
1995 Canada(3) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 3-6, 6-2, 6-3
1995 Cincinnati Drapeau : États-Unis Michael Chang 7-5, 6-2
1996 Miami(3) Drapeau : Croatie Goran Ivanišević 3-0, ab.
1996 Cincinnati Drapeau : États-Unis Michael Chang 7-6(4), 6-4
1999 Paris (2) Drapeau : Russie Marat Safin 7-6(1), 6-2, 4-6, 6-4
2001 Indian Wells Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-6(5), 7-5, 6-1
2001 Miami(4) Drapeau : États-Unis Jan-Michael Gambill 7-6(4), 6-1, 6-0
2002 Miami(5) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-3, 6-3, 3-6, 6-4
2002 Rome Drapeau : Allemagne Tommy Haas 6-3, 6-3, 6-0
2002 Madrid Drapeau : République tchèque Jiří Novák ab.
2003 Miami(6) Drapeau : Espagne Carlos Moyà 6-3, 6-3
2004 Cincinnati Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 6-3, 3-6, 6-2

Finaliste (6)[modifier | modifier le code]

Année Tournoi Adversaire en finale Score
1989 Rome Drapeau : Argentine Alberto Mancini 6-3, 4-6, 2-6, 7-6, 6-1
1990 Indian Wells Drapeau : Suède Stefan Edberg 4-6, 7-5, 6-7, 6-7
1994 Miami Drapeau : États-Unis Pete Sampras 7-5, 3-6, 3-6
1995 Indian Wells(2) Drapeau : États-Unis Pete Sampras 5-7, 3-6, 5-7
1998 Miami (2) Drapeau : Chili Marcelo Ríos 5-7, 3-6, 4-6
2005 Canada Drapeau : Espagne Rafael Nadal 3-6, 6-4, 2-6

Classement ATP[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

  • no 1 mondial pour la première fois le 10 avril 1995. Il est aussi le no 1 mondial le plus âgé de l'histoire à 33 ans.
  • no 1 mondial pendant 101 semaines au total (7e)

En fin de saison :

Année 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Rang 91 en augmentation 25 en augmentation 3 en diminution 7 en augmentation 4 en diminution 10 en augmentation 9 en diminution 24 en augmentation 2 en stagnation 2 en diminution 8 en diminution 122 en augmentation 6 en augmentation 1 en diminution 6 en augmentation 3 en augmentation 2 en diminution 4 en diminution 8 en augmentation 7 en diminution 150

Source : (en) Classements de Andre Agassi sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

  • Gil Reyes est son préparateur physique depuis 1989 jusqu'à la fin de sa carrière en 2006.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À noter que Mats Wilander s'est aussi imposé sur quatre surfaces différentes en grand chelem, mais sur trois tournois différents (dur à l'US Open et sur gazon puis dur à l'Open d'Australie) et Roger Federer cinq surfaces différentes (2 dur différents à l'Open d'Australie).
  2. Sport Reference, parcours olympique de Mike Agassi
  3. Fiche WTA de la Sœur d'Agassi
  4. « Comment André Agassi dopé a dupé l’ATP », sur liberation.fr,‎ 29 octobre 2009
  5. (fr) Les révélations d'Agassi
  6. Sébastien Petit, « Agassi dit Adieu à Wimbledon », Eurosport,‎ 1er juillet 2006 (consulté le 24 mai 2012)
  7. « Agassi falls in four sets at U.S. Open, putting end to storied career », USA TODAY.com,‎ 03 septembre 2006 (consulté le 24 mai 2012)
  8. Julien Carrasco, « Agassi la révérence (2) », Eurosport,‎ 20 août 2006 (consulté le 24 mai 2012)
  9. Link text
  10. Julien Carrasco, « Agassi, la révérence (3) », Eurosport,‎ 20 août 2006 (consulté le 24 mai 2012)
  11. (fr) « Agassi au Hall of Fame », sur rmc.fr (consulté le 15 mai 2013)
  12. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome et de Hambourg a changé au cours des ans.
  13. Les Masters 1000 de Stockholm (1990-1994), d'Essen (1995), de Stuttgart (1996-2001) et de Madrid (2002-2008) se sont succédé.