Lindsay Davenport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davenport.
Lindsay Davenport
(épouse Leach)
Lindsay Davenport
Carrière professionnelle
22/02/1993 – 29/08/2008[1]
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 8 juin 1976 (38 ans)
Drapeau : États-Unis Palos Verdes
Taille / poids 1,89 m (6 2) / 79 kg (174 lb)
Prise de raquette Droitière
Revers à deux mains
Gains en tournois 22 166 338 $
Hall of Fame Membre depuis 2014
Palmarès
En simple
Titres 55
Finales perdues 39
Meilleur classement 1re (12/10/1998)
En double
Titres 38
Finales perdues 23
Meilleur classement 1re (20/10/1997)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (1) 1/2 V (1) V (1)
Double F (6) V (1) V (1) V (1)
Mixte 1/2 1/2 1/8
Médailles olympiques
Simple 1
Titres par équipe nationale
Fed Cup 3 (1996, 1999, 2000)
Hopman Cup 1 (2004)

Lindsay Ann Davenport (née le 8 juin 1976 à Palos Verdes) est une joueuse de tennis américaine, en activité de 1993 à 2008.

Elle a remporté 55 titres[2] en simple dont trois Grand Chelem : l'US Open en 1998, Wimbledon en 1999 et l'Open d'Australie en 2000 ainsi que 38 titres en double dames dont Roland-Garros en 1996, l'US Open en 1997 et Wimbledon en 1999. Parmi ses autres grandes victoires, on retiendra la médaille d'or aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996, ainsi que les Masters en 1999 et trois succès en Fed Cup (1996, 1999 et 2000).

Forte de ces succès, l'Américaine s'est classée pendant 98 semaines numéro un mondiale à la WTA, terminant même quatre fois à cette place en fin d'année en 1998, 2001, 2004 et 2005. Elle a aussi été numéro un mondiale sur huit saisons différentes : 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2004, 2005 et 2006. Seules Steffi Graf (10), Chris Evert et Martina Navrátilová (9) la dépassent. Elle fait également partie des rares athlètes à avoir été numéro un à la fois en simple et en double dans leur discipline.

Particulièrement disponible envers les médias et les fans, elle s'est vue octroyer le Prix Orange en 2000.

Lindsay Davenport est membre du International Tennis Hall of Fame depuis 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les jeunes années[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille de sportifs et notamment en volley-ball, Lindsay s'est orientée vers le tennis à six ans parce qu'elle n'avait pas encore l'âge requis pour jouer au volley. Seulement, elle a très vite accumulé les victoires, au point de faire partie des meilleures dans les catégories de jeunes. C'est donc tout naturellement qu'elle a continué à pratiquer le tennis à l'âge auquel elle aurait pu opter pour la même discipline que ses parents.

1991-1995 : les débuts professionnels[modifier | modifier le code]

En 1991, Lindsay Davenport, quinze ans, est invitée par les organisateurs pour le tableau final du tournoi de San Diego. Elle se défait au 1er tour de la Française Sandrine Testud avant d'être battue au second tour par l'Allemande Anke Huber, tête de série no 16. Elle gagne ainsi une invitation pour son premier US Open.

En 1992, elle parvient notamment au second tour du tournoi de Key Biscayne et de l'US Open (battue par Arantxa Sánchez).

En 1993, elle devient professionnelle. Très peu de temps après, elle signe sa première grande performance en battant Gabriela Sabatini, au grand étonnement de ses camarades de classe qui apprennent alors à quel niveau elle pratique ce sport. Ce coup d'éclat est suivi d'une victoire à l'European Cup et d'une ascension fulgurante qui la voit conclure cette saison à la 20e place mondiale.

1994 est l'année de la confirmation puisqu'elle fait son entrée parmi les dix premières joueuses mondiales et atteint même la finale des Masters dès sa première participation. Elle obtient également son diplôme de secondaire, et décide dès lors se consacrer pleinement à sa carrière tennistique.

Néanmoins, sa motivation semble affectée par divers problèmes familiaux, comme la séparation de ses parents. S'ensuivent une prise de poids et une dégringolade au classement qui la font sortir du Top dix en 1995 (12e en novembre).

1996-1997 : l'ascension vers la gloire[modifier | modifier le code]

1996 est le début de la reprise en main de sa carrière. Elle fait appel aux services de Robert Van't Hof afin de perdre les kilos accumulés. La métamorphose est assez spectaculaire et sa confiance en elle s'en ressent. Elle remporte ainsi les Internationaux de Strasbourg et l'Open de Los Angeles. Elle gagne également l'un des plus beaux titres de sa carrière, les Jeux olympiques d'Atlanta, en battant Arantxa Sánchez Vicario. Finaliste à Sydney (défaite face à Monica Seles après avoir eu une balle de match), elle a aussi été demi-finaliste à Indian Wells et Miami (défaites contre Steffi Graf) et Filderstadt (perd contre Martina Hingis).
En double, elle gagne son premier titre majeur à Roland-Garros, associée à sa compatriote Mary Joe Fernández.

En 1997, six titres : Oklahoma City, Indian Wells, Amelia Island, Atlanta (bat Sandrine Testud), Zurich (bat Jana Novotná) et la dernière édition du tournoi de Chicago (bat Nathalie Tauziat et la jeune Serena Williams, alors 304e mondiale). Elle atteint les finales du tournoi de Los Angeles après avoir battu Martina Hingis mais échoue en finale face à Monica Seles et du tournoi de Philadelphie, où elle bat Jana Novotná mais perd contre Martina Hingis.
Un temps numéro 2, elle termine sa saison numéro 3 mondiale. Un place dans le Top cinq qu'elle ne quittera plus jusqu'au 21 avril 2002.
En double, elle emporte un nouveau titre du Grand Chelem à l'US Open avec Jana Novotná et termine à la 2e place du classement mondial.

1998-2001 : succès en Grand Chelem et première place mondiale[modifier | modifier le code]

1998 marque la consécration de Lindsay Davenport, qui devient, le 12 octobre, la 8e joueuse depuis l'apparition en novembre 1975 du système de points, à être sacrée numéro un mondiale, mettant ainsi fin au long règne de Martina Hingis (80 semaines). Elle remporte six titres lors de cette saison, dont son premier tournoi du Grand Chelem à l'U.S. Open. Elle fut également finaliste dans les tournois d'Indian Wells (défaite contre Martina Hingis), de Filderstadt (perd contre Sandrine Testud), Philadelphie (défaite par Steffi Graf), avant de s'incliner, en 4 sets, face à Martina Hingis en finale des Masters.
Elle confirme également sa place de grande joueuse de double, avec une participation, aux côtés de Natasha Zvereva aux 4 finales de tournois du Grand Chelem (battue à chaque fois par Martina Hingis) et une victoire aux Masters contre la paire Nathalie Tauziat-Alexandra Fusai.

1999 fut également une année heureuse pour la championne, malgré la perte de sa place de numéro 1 mondiale au profit de la Suissesse Martina Hingis. Elle emporte 7 titres dont le tournoi de Wimbledon, où elle remporte également le titre en double associée à Corina Morariu, ainsi que Sydney, Tōkyō (face à Monica Seles), Madrid, Stanford, Philadelphie et enfin les Masters face à Martina Hingis. Si elle échoue en demi-finale de l'US Open, c'est face à la gagnante, Serena Williams. Son absence pour cause de blessure aux tournois de Filderstadt et Zurich l'a empêché de conserver sa place en tête du classement à l'issue de la saison.

En l'an 2000, elle est finaliste de 3 des 4 tournois du Grand Chelem : elle remporte l'Open d'Australie (bat Martina Hingis), et parvient en finale de Wimbledon et de l'US Open. Elle remporte 3 autres titres à Indian Wells (bat Martina Hingis), Linz (bat Venus Williams) et Philadelphie (bat Martina Hingis) en 11 finales jouées. La joueuse finit sa saison à la 2e place mondiale.

En 2001, elle ne gagne aucun tournoi du Grand Chelem, contrairement aux 3 années précédentes mais elle remporte tout de même 7 titres lors de cette saison : Tokyo, Scottsdale, Eastbourne, Manhattan Beach, Filderstadt, Zurich et Linz. Ce bilan lui permet de terminer la saison en tête du classement mondial pour la 2e fois de sa carrière et de rester dans le Top five pour la 5e année consécutive.

2002-2003 : les années de galère[modifier | modifier le code]

2002 est pour elle une année noire puisqu'une blessure au genou l'oblige à subir une opération et la tient éloignée des courts durant la majeure partie de la saison. De plus, elle se sépare de son entraîneur et semble éprouver moins de plaisir à jouer. 2003 est une sorte de période de transition qui la voit se poser beaucoup de questions sur la suite de sa carrière et changer encore une fois d'entraîneur. Elle se marie en avril avec Jon Leach.

Durant ces deux saisons, Lindsay maintient sa place dans l'élite grâce à des performances régulières dans la plupart des tournois où elle s'aligne, sans parvenir à conclure le plus souvent : sur cette période, elle n'ajoutera qu'un seul tournoi à son palmarès, à Tokyo en janvier 2003.

2004-2005 : le retour au sommet de la hiérarchie[modifier | modifier le code]

C'est au cœur de l'été 2004 que Lindsay retrouve enfin toutes ses sensations et aligne les victoires comme à sa plus belle époque, notamment grâce à un travail physique effectué pendant l'hiver. En effet, après une 1/2 finale à Wimbledon, elle sera invaincue durant la tournée américaine où elle gagnera quatre tournois consécutivement. Elle est alors la grande favorite de l'US Open, mais elle chute en 1/2 finale face à Svetlana Kuznetsova en grande partie à cause d'une nouvelle blessure, qui s'est déclarée durant le tournoi. Elle conclut malgré tout cette saison à la place de numéro un mondiale grâce notamment à ses deux demi-finales en Grand Chelem et aux sept titres qu'elle a gagné.

Même si elle ne reste pas numéro 1 durant toute la saison 2005, elle termine tout de même celle-ci à la première place mondiale grâce à 2 nouvelles finales en Grand Chelem perdues chaque fois contre une des sœurs Williams (Serena à l'Open d'Australie et Venus à Wimbledon) et à sa régularité au plus haut niveau lors de cette saison, qui lui vaudra d'ajouter 6 nouveaux titres à son palmarès.
La même année, les journalistes américains de Tennis Magazine l'ont élue au 29e rang des « quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années » (hommes et femmes confondus), derrière Ilie Năstase (28e) et devant Arthur Ashe (30e)[3].

2006-2008 : maternité et retour[modifier | modifier le code]

Lindsay Davenport à l'Open d'Australie en 2005

En 2006, elle perd définitivement sa première place mondiale après l'Open d'Australie, où elle est battue en quart de finale par Justine Henin. Lors du tournoi de Dubaï en février, elle devient la 8e joueuse seulement à franchir le cap des 700 matchs gagnés[4]. Le reste de sa saison est à nouveau gâché par les blessures puisqu'elle manque deux Majeurs. En septembre, après une défaite en 1/4 de finale contre Amélie Mauresmo à Pékin, elle annonce qu'elle met un terme à sa saison.

Quand son manager Tony Godsick annonce, le 14 décembre, que Lindsay attend un heureux événement pour l'été 2007, nombre d'observateurs du monde du tennis pensent que cette nouvelle signifie la fin de la brillante carrière de la Californienne. Pourtant l'envie du jeu reprend le dessus et peu de temps après son accouchement en juin, elle reprend l'entraînement[5] et annonce en juillet son retour progressif sur le circuit, avec tout d'abord un calendrier réduit en 2007 (participation en double au tournoi de New Haven et 2 à 3 tournois en simple) puis un calendrier plus complet en 2008 avec comme objectif principal une participation aux Jeux olympiques de Pékin.

Le 10 septembre, elle fait sa rentrée en simple lors du tournoi de Bali. Elle l'emporte en quart face à la tête de série numéro 1 et 3e joueuse mondiale, Jelena Janković, avant de s'imposer en finale face à son amie et partenaire de double Daniela Hantuchová (6-4, 3-6, 6-2). Le 4 novembre, elle décroche son 2e tournoi de l'année en remportant le Challenge Bell de Québec aux dépens de l'Ukrainienne Julia Vakulenko. Alors qu'elle n'a disputé que trois tournois durant cette saison, elle termine malgré tout l'année dans le Top 100, à la 72e place.

Dès l'entame 2008, elle enlève aisément le Classic d'Auckland face à Aravane Rezaï. Grâce à ce 54e succès en simple, elle dépasse le total de Monica Seles. Pour son premier tournoi du Grand Chelem depuis l'U.S. Open 2006, elle s'incline dès le 2e tour de l'Open d'Australie face à la future lauréate de l'épreuve, la Russe Maria Sharapova. À Memphis, Davenport réussit le doublé puisqu'elle s'impose en simple face à Olga Govortsova et en double associée à Lisa Raymond. Elle enchaîne ensuite avec un quart de finale à Indian Wells dont une victoire sur Marion Bartoli, 10e joueuse mondiale, un huitième à Miami dont une victoire sur Ana Ivanović, numéro 2 mondiale et une demi-finale à Amelia Island, où elle obtient sa 750e victoire en simple. À Wimbledon, elle doit abandonner avant son match du 2e tour face à Gisela Dulko à cause d'une blessure au genou droit.

Pour ses 3e Jeux olympiques (après Atlanta et Sydney), Lindsay Davenport n'a pas pu disputer le simple à Pékin à cause de sa blessure au genou mais elle s'est alignée en double aux côtés de Liezel Huber. Elles se sont inclinées en quart de finale face aux futures médaillées d'argent, les espagnoles Anabel Medina et Virginia Ruano. À l'U.S. Open, elle s'incline au 3e tour face à Marion Bartoli. C'est à ce jour le dernier tournoi, qu'elle a joué. En effet, alors qu'elle avait prévu initialement de jouer en 2009, l'annonce le 17 décembre 2008 de sa seconde grossesse a annulé ses projets tennistiques.

2010 : Retour en double[modifier | modifier le code]

Après presque deux ans d'absence sur le circuit, Lindsay Davenport a fait son retour à Wimbledon en double mixte aux côtés de Bob Bryan, où ils se sont inclinés au second tour. Avec sa compatriote Liezel Huber, elle a disputé le tournoi de Stanford, où elle a remporté le 38e titre de sa carrière ainsi que le Classic de San Diego, où elles ont perdu en quart de finale.

Trophée des Légendes[modifier | modifier le code]

En 2011, elle remporte le Trophée des Légendes à Roland Garros et Wimbledon aux côtés de Martina Hingis.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Lindsay Davenport est née à Palos Verdes en Californie dans une famille de sportifs. En effet, son père, Winthrop Davenport, a fait partie de l'équipe américaine de volley-ball aux Jeux olympiques de Mexico en 1968 et sa mère est elle-même présidente de la fédération de volley-ball californienne. Ses deux grandes sœurs, LeAnn et Shannon, ont aussi pratiqué ce sport à un niveau honorable.

Elle s'est mariée le 25 avril 2003 avec Jon Leach, banquier d'affaires et frère du joueur de tennis, Rick Leach. La cérémonie a eu lieu sur une plage à Hawaï. Ils ont quatre enfants ensemble : Jagger Jonathan, né le 10 juin 2007, Lauren Andrus, née le 27 juin 2009, Kaya Emory, née le 16 janvier 2012 et Haven Michelle née le 06 janvier 2014.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple dames[modifier | modifier le code]

En double dames[modifier | modifier le code]

En double mixte[modifier | modifier le code]

Parcours en Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Parcours aux Masters[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe de la Fédération[modifier | modifier le code]

Classements WTA[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dernier match officiel
  2. Or olympique compris
  3. (en) Liste complète et portraits des quarante lauréats sur le site officiel de Tennis MagazineSampras est premier, devant Navrátilová et Graf.
  4. Associated Content - 17/08/06
  5. La Presse - 29/10/07
  6. a, b, c, d et e Pour chaque tournoi, la date indiquée correspond à la première journée, en général un lundi.
  7. En raison de circonstances extérieures au tournoi, la finale n'a pu être jouée.
  8. Épreuve ITF

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]